MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René DescartesFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Méditations métaphysiques (Meditationes de prima philosophia, 1641) sont la première œuvre proprement philosophique de Descartes (1596-1650), et d'ailleurs le premier ouvrage publié sous son nom. Alors que le Discours de la méthode (1637) garde un caractère de circonstance, ne se voulant que le préliminaire à des essais scientifiques, et que les Principes de la philosophie (1644) offrent un exposé délibérément scolaire de vérités déjà démontrées, les Méditations exigent de leur lecteur qu'il participe à une expérience de pensée, refaisant pour son propre compte le chemin de la découverte. Cette expérience est relatée à la première personne, dans un latin parfaitement maîtrisé : Descartes a prévenu qu'une telle lecture « demande des mois et des semaines » et la réserve cette fois à un public averti. Une traduction française, revue par lui, suivra dès 1647, par le duc de Luynes pour les Méditations et par Clerselier pour les Objections.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René Descartes  » est également traité dans :

DESCARTES ET L'ARGUMENTATION PHILOSOPHIQUE (dir. F. Cossutta)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 1 442 mots

L'œuvre de Descartes, qui fonde le rationalisme des temps modernes, peut-elle résister aux analyses réductrices des sociologues, des linguistes, des théoriciens de l'argumentation ? La philosophie doit-elle se résigner à n'être qu'un phénomène social, un « reflet » selon les marxistes, un « écho » selon les durkheimiens, un effet de langage selon les théoriciens du langage ? De son côté, le philo […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les controverses »  : […] Les travaux et les réflexions de Descartes se poursuivent cependant, mêlés à de constantes polémiques. Il s'oppose à Fermat au sujet des tangentes, discute avec Plempius sur le mouvement du cœur, soutient Waessenaer contre Stampioen. En 1641 paraissent à Paris, chez Soly, les Meditationes de prima philosophia ( Méditations métaphysiques ), suivies de six séries d'objections (celles de Caterus, de […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'affirmation du sujet : le « cogito » cartésien »  : […] Commençons donc par ce qu'Edmund Husserl nommait « la proto-fondation cartésienne de l'ensemble de la philosophie des temps modernes ». Le cogito cartésien se veut un fondement ultime, résidu d'un doute radical naissant de la remise en cause du savoir : le sujet qui doute fait table rase de toutes les opinions jusqu'ici reçues en sa créance, il exclut de lui tout ce qui n'est pas évident, il se […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Autrui existe-t-il  ? »  : […] Il a fallu attendre les débuts de la Modernité pour que soit explicitement posée, en lien avec la conscience de l’identité de chacun, la question de notre relation avec l’autre. Tout commence avec René Descartes (1596-1650). Pour lui, l’existence dont je suis d’abord certain, celle que démontre l’expérience du doute méthodique conduisant à l’évidence du « Cogito », est ma propre existence. Parce […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique de Descartes »  : […] La métaphysique de Descartes peut être considérée comme la source de toute métaphysique moderne. Il convient pourtant de remarquer ce que cette métaphysique a d'ambigu. On pourrait même prétendre que la métaphysique cartésienne est moderne dans la mesure où nous lui conférons un sens que Descartes, en son intention explicite, ne lui a pas clairement donné. En présentant l'ouvrage qui porte en lat […] Lire la suite

PERCEPTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 214 mots

Dans le chapitre « La « puissance de juger » »  : […] L’expérience sensible immédiate suppose réel le monde perçu. Il s’agit d’un « réalisme naïf » consistant à croire qu’il existe en dehors de nous un espace tridimensionnel correspondant à ce que nous voyons, et à l’intérieur de cet espace des objets identiques à ce que nous indiquent nos sens. Or la réflexion philosophique aussi bien que les découvertes scientifiques faites en particulier par les b […] Lire la suite

VIOLENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 527 mots

Dans le chapitre « Violence et subjectivité »  : […] Si les philosophes qui ont cherché à porter un regard sociologique sur l’origine de la violence semblent avoir échoué, n’est-ce pas la nature humaine elle-même qu’il convient ici de sonder ? Quelle spécificité de l’être humain pourrait l'expliquer ? Ne serait-ce pas l’accès des humains à la subjectivité ? Il semblerait cohérent de situer, dans ce qui est propre à l’espèce humaine – sa conscience – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René Descartes - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-metaphysiques/