ALTÉRITÉ, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Martin Heidegger

Martin Heidegger
Crédits : G. Schütz/ AKG

photographie

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


L'intentionnalité husserlienne : une « reconstruction » de l'autre

Dans ses Méditations cartésiennes (1929), Husserl va remettre en cause l'interprétation du cogito comme res cogitans, cette substantialisation de l'ego transcendantal étant à ses yeux le pire des fourvoiements. Pour constituer la philosophie comme science rigoureuse, pour trouver un fondement plus profond que celui de l'idéal géométrique cartésien, Husserl met en œuvre une « méthode universelle et radicale », l'épochè, ou réduction transcendantale qui, même si elle s'inspire bien du doute hyperbolique, va permettre l'accès à un fondement plus radical que l'ego cogito, c'est-à-dire assurer l'absoluité de l'ego transcendantal.

Contrairement au doute cartésien, la réduction ne nie pas le monde rejeté hors de la conscience, elle ne l'anéantit nullement mais lui fait subir une modification de valeur. Le monde est intégré dans l'ego à titre de corrélat intentionnel : « les objets n'existent pour nous et ne sont ce qu'ils sont que comme objets d'une conscience réelle ou possible » (Méditation cartésienne, IV, paragr. 30). La conscience est toujours conscience de quelque chose, mouvement d'échange permanent avec le monde, porteuse de son cogitatum en elle-même. L'intentionnalité est donc la manière dont Husserl rompt avec l'opposition cartésienne du sujet et de l'objet, où celui-ci n'était qu'une simple représentation mentale. L'acte intentionnel, en constituant la chose visée en objet, l'objective, c'est-à-dire me permet de la connaître en l'atteignant elle-même, et non pas simplement sa représentation dans mon esprit : pour Husserl, contrairement à Kant, l'intuition n'est pas purement passive mais permet d'atteindre tout objet grâce à un sujet donateur de sens. Il n'en r[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALTÉRITÉ, philosophie  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

  • Écrit par 
  • Albert JAKUBOWICZ
  •  • 5 009 mots

Dans le chapitre « Transitions, trames, étayages »  : […] L'être humain est profondément aveugle. Il a besoin de l'autre comme d'une trame qui lui permettra de projeter sa curiosité, son affectivité sur les gens, les objets, les événements. C'est « comme si » seul le regard de l'autre dirigé sur une situation permet l'accès à la connaissance. L'autre est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-psychologique/#i_47325

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

du mot, que s'avance aujourd'hui, avec une force jamais connue dans l'histoire mais que celle-ci éclaire, la question d'autrui : autrui comme autre ; altérité, non plus alter ego, différence, territoire inconnu, mais dont la frontière traverse le sujet. Ainsi comprise, la relation à l'autre fait éclater les théories traditionnelles de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_47325

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'autre, référentiel transcendant »  : […] Comment puis-je être moi parmi les autres, comment puis-je être moi et comprendre les autres, comment puis-je être moi, c'est-à-dire l'autre de tous les autres ? Cette triple interrogation évoque le Montesquieu des Lettres persanes et son « Comment peut-on être persan ? ». Elle renouvelait l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-aron/#i_47325

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autre-psychanalyse/#i_47325

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « Approche phénoménologique »  : […] constitution de la chose, elle en retrouve une dans la constitution d'autrui (croire en..., se fier à...). Le mot « foi » serait alors l'indice de l'altérité irréductible, de l'autre en tant qu'autre. Il n'est pas étonnant, dès lors, qu'il fasse à nouveau irruption, avec Maurice Merleau-Ponty dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_47325

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Désir et conscience de soi »  : […] désir ne s'intéresse qu'à ce qui est vivant. Sur cette route, il rencontre nécessairement l'altérité d'autrui. L'objet que vise le désir ne doit pas seulement être reconnu comme vivant, mais comme une autre conscience de soi, c'est-à-dire comme un autre soi-même. S'ouvre alors la dimension proprement spirituelle du combat pour la reconnaissance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_47325

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

à l'Un. Dans cette perspective, la différence, qui appartient au genre de l'Autre ou de l'altérité et fonde la pluralité ou le multiple, apparaît comme un moindre être. Sur la base de cette « métaphysique » de la différence, Aristote conçoit l'être absolument parfait – la pure pensée qui se pense elle-même – comme une unité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/#i_47325

DROIT - Droit comparé

  • Écrit par 
  • Horatia MUIR WATT
  •  • 7 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre épistémologique »  : […] le comparatiste se perçoit comme autre dans la culture observée. Cette démarche implique une profonde sensibilité à l'égard de l'altérité ; c'est pourquoi elle met en évidence la diversité autant que les convergences entre les systèmes observés et rend suspect le parti pris d'unification ou de rapprochement qui caractérise souvent les entreprises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-droit-compare/#i_47325

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] mais une absolue réciprocité. C'est pourquoi on verra tout à l'heure cette requête de l'autre affleurer dans le premier commandement, lequel s'énonce à la seconde personne : tu ne tueras pas. On connaît, à cet égard, les belles analyses du philosophe Emmanuel Lévinas sur le visage. Chaque visage est le Sinaï d'où procède la voix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_47325

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 681 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Génocide et ethnocide »  : […] Il partage avec le génocide une vision identique de l'Autre : l'Autre, c'est la différence, certes, mais c'est surtout la mauvaise différence. Ces deux attitudes se séparent sur la nature du traitement qu'il faut réserver à la différence. L'esprit, si l'on peut dire, génocidaire veut purement et simplement la nier. On extermine les autres parce qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/#i_47325

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les aléas de la liberté »  : […] moins lieu à des analyses brillantes, fécondes contenant en germe des développements qui attendront leur accomplissement. Se situant explicitement dans le sillage de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel, Sartre analyse la dialectique du regard et du désir en jeu dans tout rapport à autrui. « Je suis un être pour soi qui n'est pour soi que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-etre-et-le-neant/#i_47325

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] conscience-de-soi solitaire puisque, en effet, cette dernière ne peut logiquement être telle que parce qu'elle se saisit dans sa différence avec une autre conscience-de-soi, semblable et également singulière. C'est ce qu'établit la section A du chapitre iv de la Phénoménologie de l'Esprit, intitulée « Autonomie et dépendance de la conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_47325

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

de manière à nier les contradictoires en les conservant en quelque façon dialectiquement dans un discours cohérent. Celui-ci s'institue totalité où tout Autre est compris dans le Même. L'infini, ce serait ainsi la pensée absolue se déterminant elle-même dans un État et des institutions par lesquelles, efficace, elle se fait Réalité et à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_47325

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la genèse phénoménologique à la psychanalyse de l'interaction »  : […] « dedans » de l'élément « autre ». La description phénoménologique se donne précisément pour objet le rapport d'altérité dans la perspective de la constitution d'autrui : ce rapport a pour fondement l'« apprésentation » en vertu de laquelle l'alter ego, jamais présent à l'ego, est toujours visé comme le pôle d'une intentionnalité indirecte, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/#i_47325

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] l'amplification de la sphère imaginaire dont l'image de soi est le noyau. Mais l'altérité étant ainsi introduite dans la constitution même du moi, les intérêts transindividuels peuvent y trouver la version primitive, imaginaire, de leur paradigme, inaugurant une série dont chaque moment soutiendra la position d'un intérêt plus développé, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_47325

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « Autrui me regarde : l'épiphanie du visage »  : […] de Platon, Plotin, Kant et Bergson, Lévinas cherche à cerner un rapport à autrui qui précède l'effort de comprendre autrui seulement comme un alter ego. Sa découverte essentielle est que la compréhension d'autrui est inséparable de son invocation, l'injonction éthique, qui a sa source première dans le fait qu'autrui me regarde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_47325

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Le principe d'universalité »  : […] dignité, sa propre valeur morale, mais contribuer en même temps au bonheur de tout autre. La morale d'autrui, la pureté de sa volonté d'universalité ne me regarde pas, elle ne serait pas valeur de l'autre si elle venait de moi ; son bonheur (que lui-même ne doit chercher que dans les limites que lui prescrit la loi morale) est aussi mon affaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_47325

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « La mort en contestation »  : […] À ce niveau, précisément, se rétablit la communication avec autrui, parce qu'au lieu d'opposer son moi possessif au moi objectivé d'autrui l'être, se vidant de son narcissisme, se rend disponible au dialogue. L'amour est une invocation adressée aux sources de l'autre par-delà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_47325

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « Une certaine idée négative du néant »  : […] le non-être est et l'être n'est pas. Or la difficulté se résout par le recours à l'altérité : chaque chose diffère de tout ce qu'elle n'est pas, et elle est en quelque sorte entourée d'une quantité infinie de non-être. « Quand nous énonçons le non-être, ce n'est pas là, ce semble, énoncer quelque chose de contraire à l'être, mais seulement quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_47325

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] La double identification du moi et de l'autre s'installe, à l'âge de trois ans environ, comme une première bipartition qui oppose le moi à l'alter, première forme de l'autre. Ultérieurement, cet alter originaire se subdivise lui-même en deux termes, l'alter proprement dit, l'autre intime, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_47325

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'être et le non-être »  : […] ainsi se dire de deux façons : en tant qu'ils sont eux-mêmes, ou en tant qu'ils sont pris dans des relations d'altérité mutuelle. Mais, pour l'autre, être soi-même, c'est être autre qu'un autre. Non seulement le non-être est, puisqu'il participe de l'être, mais il possède sa Forme et son essence propres : l'altérité, la relation. Parménide est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_47325

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 5 010 mots

Dans le chapitre « L'Âme et l'Intelligence »  : […] altération, génération et corruption renvoient nécessairement à un domaine d'« altérité » ; bien loin d'être « créatrice », la durée reste un reflet dégradé de la vie intemporelle, celle des « archétypes impassibles » auxquels se réduisent « là-haut, ensemble et néanmoins distinctes », toutes les « raisons séminales » à l'œuvre en « ce qui naît et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_47325

RACISME

  • Écrit par 
  • Albert MEMMI
  •  • 3 452 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Motivations psychiques et sociales »  : […] La peur de l'Autre vient du fond des âges, de l'époque où il fallait vivre dans la méfiance, faute de quoi un Autre, plus fort ou plus rusé, pouvait vous enlever la proie ou la femme convoitée, vous condamner à la faim ou à l'humiliation, ou même à la mort. L'Autre, c'est l'inconnu, duquel tout peut arriver, mais surtout le pire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racisme/#i_47325

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Valeur et vérité du sentiment »  : […] », cette idolâtrie n'est pas tant une preuve d'amour que d'égocentrisme et de folie. L'amour vrai ne consiste pas à se projeter soi-même dans l'autre, mais à découvrir l'autre dans l'autre, son visage unique et irremplaçable : « Ce qui d'abord dans cette femme t'avait séduit n'existe pas, mais, le mirage détruit, l'amour s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_47325

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 711 mots

Dans le chapitre « Une pensée du visage »  : […] Autrui, ici, n'est pas l'alter ego, l'autre moi que je rencontre dans les luttes, plus ou moins pacifiques, du monde quotidien. Le rapport à autrui, dont le face-à-face est la modalité la plus exemplaire, ne saurait se dire en effet dans les termes par lesquels s'affirment les rapports aux choses du monde. Le visage auquel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite-et-infini/#i_47325

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Sartre n'est pas très éloigné de cette conception. À ses yeux, la réalité humaine est pour-soi, capacité de néantisation, de conscience, de projet libre. Mon être ne peut être pour-soi que par un autre : il n'y a pas de sujet isolé et solitaire ; une conscience a toujours besoin d' une autre conscience qui la reconnaisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_47325

ZOOS HUMAINS (ouvrage collectif) et L'ÉCRAN ET LE ZOO (O. Razac)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 998 mots

au xixe siècle, ces représentations de l'altérité ne sont qu'incidentes, pas forcément négatives et ne semblent pas pénétrer profondément dans le corps social. Avec l'établissement des empires coloniaux, la puissance des représentations de l'autre s'impose dans un contexte politique fort différent et dans un mouvement d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoos-humains-ouvrage-collectif-l-ecran-et-le-zoo/#i_47325

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie COURTINE-DENAMY, « ALTÉRITÉ, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/