TECHNIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'idée grecque de l'homme, zoon logon echon – vivant possédant le logos, le parler-penser – les modernes ont juxtaposé, et même opposé, l'idée de l'Homo faber, l'homme défini par la fabrication d'instruments, donc la possession d'outils. Les documents anthropologiques ont paru, un temps, leur donner raison, mais ce n'était qu'apparence : les galets éclatés se conservent, tandis que seules des inférences indirectes sont possibles sur la parole avant l'écriture. Les progrès de l'anthropologie permettent aujourd'hui de relativiser considérablement cette opposition (ce qui ne veut pas pour autant dire que les énigmes de l'hominisation soient résolues). Certes, le cortex des singes supérieurs montre que chez eux « articulation et gesticulation sont équipées de manière infra-humaine », mais « les possibilités physiques d'organiser les sons et les gestes existent déjà dès les premiers anthropiens connus ». « L'homme fabrique des outils concrets et des symboles [...], les uns et les autres recourant dans le cerveau au même équipement fondamental [...]. Le langage et l'outil [...] sont l'expression de la même propriété de l'homme. » Ce qu'André Leroi-Gourhan (Le Geste et la parole, t. I) considère ainsi comme pratiquement certain à partir des données matérielles se rencontre avec ce que la réflexion philosophique sur la technique et le langage pourrait constater. Dans les deux cas, le même dégagement par rapport à l'immédiat est en jeu ; dans les deux cas émergent une temporalité et un ordre sui generis qui se superposent à la temporalité et à l'ordre naturels et en inversent les signes ; dans les deux cas, on a, pour parler comme Marx, une extériorisation ou « objectivation » de l'homme, qui reste inintelligible si on la coupe d'une intériorité pourtant elle-même inaccessible ; outil et parole doublent immédiatement leur existence [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TECHNIQUE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Construire aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 6 516 mots
  •  • 4 médias

Plus encore que d'autres dimensions de la discipline architecturale, le rapport de l'architecture aux techniques témoigne de l'épuisement des idéaux modernistes, tels qu'ils avaient été formulés au début du xx e  siècle par des architectes comme Gropius, Mies van der Rohe et Le Corbusier. Contrairement à leurs devanciers, les architectes contempor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-construire-aujourd-hui/#i_30868

AUTOMATISATION

  • Écrit par 
  • Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN
  •  • 11 880 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Automatisation et intervention humaine »  : […] Une automatisation est une technique ou un ensemble de techniques ayant pour but de réduire ou de rendre inutile l'intervention d'opérateurs humains dans un processus où cette intervention était coutumière. Il n'y a évidemment pas automatisation lorsque l'opérateur humain est remplacé par la force animale, ni lorsqu'un processus artificiel est substitué à un processus naturel. L'automatisation dés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automatisation/#i_30868

CITÉ DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel VAN-PRAËT
  •  • 1 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Cité des sciences et de l’industrie, fruit d’un projet culturel d’urbanisme »  : […] La création de la Cité des sciences et de l’industrie, comme celle des autres structures culturelles du parc de la Villette (dont le musée de la Musique), résulte du projet – lancé en 1977 par Valéry Giscard d’Estaing – de réaménagement en parc de loisirs culturels de ce quartier de Paris consacré depuis la fin du xix e  siècle au marché de la vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cite-des-sciences-et-de-l-industrie/#i_30868

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Techniques »  : […] Le développement des techniques est aussi un fait aisément observable. Les préhistoriens ont d'ailleurs pris ce phénomène comme base de leurs classifications, non seulement parce qu'ils ne trouvent guère dans les vestiges exhumés d'autres signes distinctifs d'évolution, mais aussi parce que les formes d'outillage suivent dans la chronologie universelle un ordre constant : pierre taillée, pierre p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_30868

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Art et savoir (« téchnē/epistémē ») : la revendication des artistes »  : […] Depuis le vi e  siècle et surtout au cours des v e et iv e  siècles, architectes, peintres et sculpteurs avaient laissé, en dehors de la transmission orale dans le secret des ateliers, des traités écrits sur leur art. Ainsi Vitruve donne-t-il da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_30868

ESSAIS ET CONFÉRENCES, Martin Heidegger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 923 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'essence de la technique n'est rien de technique » »  : […] La méditation sur l'essence de la technique, celle sur l'habiter poétique de l'homme, les limites de la métaphysique et de son possible dépassement, la remontée aux origines de la pensée occidentale lient ces textes en un rapport essentiel. Pour Heidegger, la technique, telle qu'elle se déploie dans la modernité à l'échelle de la planète entière, est complice, quant à son essence, de l'essence im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-et-conferences/#i_30868

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « Moyens cognitifs et instrumentaux »  : […] L'effort finaliste porte sur des moyens choisis ou inventés. Ces moyens sont compris comme tels, vus comme conduisant au but, sur fond d'un champ d'itinéraires virtuels et de détours possibles. Ils sont substituables en cas d'échec de l'un d'eux, et substituables en bloc, par changement de tactique. Si la situation est troublée ou obscure, l'agent se résigne à la méthode has […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finalite/#i_30868

HEIDEGGER MARTIN

  • Écrit par 
  • Jean BEAUFRET, 
  • Alphonse DE WAELHENS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 5 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question de la technique »  : […] La « finitude de l'être » constitue ainsi le fond même de la pensée de Heidegger. C'est à partir d'une telle « finitude » qu'il aborde en 1953 la « question de la technique ». Jusque-là tout le monde, y compris Marx, concevait, sur la base d'un rapport avec la science, la technique universellement, c'est-à-dire d'une manière instrumentale et anthropologique. Sans prétendre nier le moins du monde l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/#i_30868

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La technique ou l'art d'inventer »  : […] C'est en se reportant aux sources mêmes de la réflexion méthodologique sur la connaissance que l'on peut discerner l'apparition des premières considérations heuristiques. Le premier grand monument spéculatif sur les conditions de la connaissance que constitue l' Organon aristotélicien ne manque pas de faire une place aux techniques qui permettent de découvrir les choses qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_30868

INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 251 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des itinéraires contrastés »  : […] Progressivement cependant, les chemins de l'architecte et de l'ingénieur commencent à se séparer. Aux architectes la conception des palais, des églises et des hôtels particuliers, aux ingénieurs les ouvrages de défense et les travaux de génie civil : routes, ponts, canaux et ports de mer. La séparation ne devient complète qu'à la charnière des xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/#i_30868

MACHINE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 170 mots
  •  • 3 médias

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine s'est modifiée en même temps qu'évoluaient les tech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine/#i_30868

MUSÉES DES SCIENCES ET TECHNIQUES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 6 399 mots

Dans le chapitre « Origine et croissance des musées de sciences »  : […] On attribue généralement à l'Ashmolean Museum le titre de plus ancien musée public. Fondé en 1683 au sein de l'université d'Oxford, il présentait des instruments scientifiques dans un but didactique. Alors que se développent cabinets de curiosités et Wunderkammern auprès des cours princières des xvii e et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musees-de-sciences/#i_30868

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « La naissance du problème »  : […] La pratique en tant que telle ne saurait faire problème avant qu'elle ne soit opposée à une théorie pure. L'idée d'une telle théorie, désintéressée parce que ne visant aucun but et aucune modification des conditions existantes, est d'origine grecque. Il n'est pas douteux que certaines connaissances en mathématique ou en astronomie, que nous dirions « théoriques », soient venues en Grèce, issues d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_30868

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sciences de la nature »  : […] Au sujet des sciences de la nature, dont une longue histoire fixe de façon assez précise la situation dans la société, on dira que la science est un savoir et non pas un savoir faire. Si étroites que soient les relations entre la science et la technique, puisque l'extension de la connaissance est étroitement liée au progrès de cette dernière, la distinction reste totale : la technique peut servir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_30868

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xvii e  siècle, avec l'apparition de la mét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_30868

SCIENCES - Science et progrès

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 6 523 mots

Dans le chapitre « Le Progrès « par » la Science ? »  : […] Qu'en est-il alors de l'idée que le Progrès humain (avec une majuscule) puisse être assuré par la Science ? Certes, jamais le savoir technoscientifique n'a acquis autant d'efficacité pratique. Des découvertes fondamentales débouchent désormais sur des innovations techniques à grande diffusion : les principes si étranges de la théorie quantique prennent corps dans les lasers, qui lisent les disque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-progres/#i_30868

SCIENCES ENSEIGNEMENT DES

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 6 999 mots
  •  • 3 médias

Il est intéressant d'examiner comment, au fil du temps, la science et les techniques ont fait partie de l'éducation, qu'elle soit primaire, secondaire ou supérieure : la science à la mesure de son développement depuis la Renaissance, les techniques à partir de la révolution industrielle puis lorsque, quittant l'empirisme de leurs débuts, elles eurent partie liée, réciproque d'ailleurs, avec la sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enseignement-des-sciences/#i_30868

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 565 mots

Dans le chapitre « Concepts »  : […] Le recours à l'étymologie et à la sémantique historique peut être utile ici. Les deux termes «   art » et «   technique » sont respectivement dérivés de la langue latine et de la langue grecque. Cependant, leur usage à des fins de distinction et même d'opposition réciproque a quelque chose de paradoxal. Ars et τ́εχνη ont en effet, dans chacune de ces deux langues, exactement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique-et-art/#i_30868

TECHNIQUES HISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 7 215 mots
  •  • 6 médias

La connaissance des grandes étapes du développement des techniques est indispensable à la compréhension de l'évolution culturelle des hommes et des sociétés. Dans le champ de l'histoire des techniques elle-même, elle permet notamment de saisir pourquoi telle invention voit le jour (l'horloge, le chemin de fer ou l'ordinateur), comment se succèdent les périodes de foisonnement dans la recherche et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-techniques/#i_30868

TRANSHUMANISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHAZAL
  •  • 2 170 mots
  •  • 1 média

Apparue dans la seconde moitié du xx e  siècle, la notion de transhumanisme repose sur la conviction, propagée par un nombre croissant de scientifiques et de futurologues, qu’ une évolution voulue, orientée, choisie de l’espèce humaine est désormais possible, en s’appuyant sur des techniques nouvelles qui permettent d’in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transhumanisme/#i_30868

VIDE & PLEIN, symbolique

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 486 mots

Cette opposition ne dérive en rien de l'empirie, elle constitue une catégorie a priori de l'imagination. À travers l'imaginaire du plein et du vide, nous investissons la réalité selon les trois plans de la connaissance : ceux de la matière, de la vie et de l'esprit. L'imaginaire lié à la matière s'enracine dans l'expérience des matériaux. Le « plein » y est perçu comme ce qui résiste, mais qui par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vide-et-plein-symbolique/#i_30868

Voir aussi

Pour citer l’article

Cornélius CASTORIADIS, « TECHNIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique/