TORTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un traité de police judiciaire datant de 1951 et conçu à l'usage des commissaires et officiers de police conseillait : « Il existe un degré inférieur de torture qui ne tombe pas sous le coup de la loi, qui ne vicie même pas la procédure et qui aide grandement l'officier de police dans son interrogatoire du criminel : n'est-ce pas une forme de torture que l'interrogatoire qui se prolonge des heures et des heures et où les policiers se relaient jusque dans la nuit pour profiter de l'épuisement de leur adversaire, finalement acculé au vertige mental d'où procède l'aveu ? [...] Torture encore pourtant nullement prohibée que d'avoir à demeurer assis sur une chaise un jour entier, puis une nuit, et davantage encore. » Il y aurait ainsi une torture « inférieure », qui ne serait nullement illégale, qui n'altérerait jamais l'expression de la vérité, mais qui tiendrait pourtant à la manipulation mentale.

À l'opposé, il y aurait une torture totale exclusivement justifiée par la défense de vies innocentes ; elle serait la réponse obligée, donc « juste », au scénario classiquement évoqué du terroriste qui a caché dans New York une bombe capable de faire sauter la ville et qui est tombé aux mains des policiers peu avant l'heure connue de l'explosion. La justification de la torture est ici pratique (elle a un but clairement défini et totalement moral) et politique : le terroriste s'est sciemment et volontairement placé en dehors des normes de la société qu'il combat ; les lois de celle-ci ne lui sont donc plus applicables et il ne peut se plaindre de ce que cette société, qu'il cherche à détruire, le détruise pour se sauver.

Torture acceptable ; torture obligée : le discours qui tend à justifier la torture oscille entre ces deux exemples, entre ces deux attitudes rationnelles, responsables et que ne marque nulle tendance sadique.

Dans les deux aspects de cette violence nécessaire et contrôlée un même objet non moins violemment désiré : l'aveu. La violence a pour objet le savoir. Et, pour l'obtenir, il faut en passer par le « vertige mental » de l'autre. C'est donc ce vertige qu'il faut analyser pour comprendre la torture, si faire se peut. Mais à ce vertige du supplicié s'oppose un autre vertige : celui, immédiat et, semble-t-il, innocent, qui nous prend à évoquer l'agir du tortionnaire et le soupir du torturé. Rien ne peut nous faire comprendre cette douleur, cette violence ; et le cœur nous tourne. Mais aucun aveu ne nous vient aux lèvres excepté celui qui, d'écœurement, nous fait redécouvrir la loi du talion : « Il faudrait leur en faire autant. » Là seulement nous soupçonnons, un instant, l'aspect circulaire de la torture. C'est ce cercle qu'il faudrait parvenir à rompre.

La torture antique

La tradition législative romaine ne pouvait pas ne pas se pencher sur cet individu si particulier qu'est l'esclave. Produit des guerres, mais parfois de véritables razzias destinées à fournir de la main-d'œuvre à l'agriculture, objet que l'on achète et que l'on vend, l'esclave n'a aucune existence juridique, excepté s'il est volé ou s'il disparaît. Aussi ne peut-il être cité à titre de témoin dans un procès, puisque la loi romaine requiert le serment d'un homme libre. La seule valeur probante des dires d'un esclave ne peut résulter que de l'emploi de la « question » prescrite par le tribunal. Parallèlement à cette torture, dont l'enjeu « légal » est la manifestation de la vérité, l'esclave est passible de nombreuses formes de tortures primitives (le plus souvent confiées à un esclave public, le carnifex, la fonction étant infamante pour un citoyen romain). Ainsi la torture romaine, au temps de la royauté et de la République, a-t-elle deux aspects liés à une seule position théorique : l'esclave n'a pas de valeur juridique mais seulement une valeur économique. Sa parole doit être prouvée par sa souffrance. Le fait qu'il n'ait d'autre fonction que d'utilité entraîne qu'il soit soumis à toutes les formes de coercition.

L'esclave est ainsi totalement différent : sa nature est cette différence. La torture semble alors une sorte de sanction de cette différence. L'Empire déplace cette différence : le citoyen libre n'est plus à l'abri ; sa citoyenneté ne suffit plus à le défendre contre la torture. Le crime de lèse- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TORTURE  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Dans l'engrenage de la terreur : la « bataille d'Alger » »  : […] Jusqu'alors, l'insurrection avait surtout touché les campagnes. Le congrès de la Soummam décide de l'étendre aux villes, en déclenchant des actions de terrorisme contre les quartiers européens. Le 30 septembre 1956, en fin d'après-midi, des bombes éclatent dans deux cafés du centre-ville d'Alger, le Milk-bar et la Cafétéria , faisant quatre morts et cinquante-deux blessés, parmi lesquels plusieur […] Lire la suite

ALLEG HENRI (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 836 mots

Journaliste communiste et militant anticolonialiste, Henri Alleg donna, par son ouvrage La Question , une résonance mondiale aux pratiques de torture des armées françaises en Algérie. Sartre écrivit qu’il fit « triompher l’humanisme des victimes et des colonisés contre les violences déréglées de certains militaires », car son récit avait réuni, selon la formule d’Edgar Morin, « l’expérience du su […] Lire la suite

AMNESTY INTERNATIONAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 788 mots

Créé en 1961, à l'inspiration de Peter Benenson, avocat britannique, Amnesty International est une organisation internationale non gouvernementale. Cette organisation, dont le siège est à Londres, œuvre en faveur des personnes emprisonnées pour des « raisons de conscience », hommes ou femmes auxquels leurs croyances, leur origine ethnique ou leur appartenance religieuse ou politique valent de se […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le coup d'État du 11 septembre »  : […] Aujourd'hui encore, l'historiographie reste partagée quand il s'agit d'évoquer les causes du coup d'État : les uns mettent en avant la volonté des forces armées chiliennes, appuyées par les États-Unis, de mettre un terme à une expérience politique qui leur semblait menacer l'unité de la nation ; d'autres insistent davantage sur les divisions internes de l'Unité populaire ou sur les résistances d' […] Lire la suite

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 308 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enfers et paradis bouddhiques »  : […] Dans le Majjimanikāya , collection d'un certain nombre de « discours du Bouddha », les tortures de l'enfer sont décrites avec précision . Certains pécheurs, attelés à de lourds chariots, parcourent une étendue de flammes ; d'autres sont forcés de se jeter la tête la première dans un chaudron d'airain bouillant ; d'autres encore sont plongés dans une rivière de feu. Les auteurs bouddhistes postérie […] Lire la suite

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 082 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années 2000 : remakes et transgression »  : […] Si ce qui caractérise les années 1980 et 1990, ce sont les suites (qu’on nomme aussi sequels ), les années 2000 accordent une large place aux remakes. Les nouvelles aventures des héros des années 1980 (Freddy Krueger, Michael Myers, Jason Voorhees, etc.) n’intéressent plus les spectateurs : le filon s’est tari. Après une très brève période de cross-over (procédé consistant à faire se rencontrer l […] Lire la suite

GARZÓN BALTASAR (1955- )

  • Écrit par 
  • Luis Guillermo PÉREZ CASAS
  •  • 1 396 mots

Celui qui est appelé le « super-juge » par ses admirateurs et le « juge étoile » par ceux qui l'envient ou critiquent ses méthodes n'est pas devenu un magistrat de renommée internationale par sa seule capacité de travail ou la médiatisation de ses interventions. C'est la gravité même des affaires qu'il a accepté d'instruire, au péril de sa vie et de celle de ses proches, qui l'a placé en première […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La torture »  : […] Par torture, les rédacteurs de l'article 7 paragraphe 2 entendent « le fait d'infliger intentionnellement une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, à une personne se trouvant sous sa garde ou sous son contrôle ; l'acception de ce terme ne s'étend pas à la douleur ou aux souffrances résultant uniquement de sanctions légales, inhérentes à ces sanctions ou occasionnées par elles » […] Lire la suite

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le temps des guerres coloniales »  : […] Le conflit indochinois, si l'on excepte le final tragique de Diên Biên Phu, ne troubla guère les consciences. Les quelques intellectuels qui prirent parti s'alignèrent sur les positions communistes. Sartre défendit Henri Martin, quartier-maître mutin ( L'Affaire Henri Martin , 1953). La guerre d'Algérie, au contraire, a beaucoup mobilisé. Les « événements » d'Algérie surviennent alors que l'influ […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le transfert de souveraineté »  : […] L'approche de l'élection présidentielle américaine ainsi que le coût financier grandissant de l'occupation poussent vers une accélération et une « irakisation » de la transition. Or la nouvelle classe politique irakienne se distingue par un foisonnement d'acteurs incapables de s'entendre sur une ligne commune et qui, rapidement, succombent à la corruption, le népotisme et le clientélisme. Une étap […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 janvier 2022 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un tortionnaire syrien pour « crimes contre l'humanité ».

Anwar Raslan est reconnu coupable d’avoir ordonné ou commis des actes de torture à l’encontre d’au moins quatre mille détenus de la prison d’Al-Khatib, à Damas, et d’avoir tué vingt-sept d’entre eux, entre avril 2011 et septembre 2012. Reconnu par des réfugiés syriens, il avait été arrêté en Allemagne en février 2019. Il s’agit de la première condamnation d’un haut responsable du régime de Damas. […] Lire la suite

20 décembre 2021 Égypte. Condamnation du blogueur Alaa Abd el-Fattah.

Il était poursuivi pour avoir publié un tweet dénonçant la mort d’un détenu sous la torture. Alaa Abd el-Fattah, qui a été arrêté en septembre 2019, a déjà été condamné et emprisonné à plusieurs reprises. Lors du même procès, son ancien avocat Mohamed al-Baqer est condamné à quatre ans de prison – pour la même accusation –, tout comme le blogueur Mohamed « Oxygen » Ibrahim, reconnu coupable d’avoir relayé des vidéos de manifestations antigouvernementales. […] Lire la suite

2-6 décembre 2021 Vatican – Chypre – Grèce. Visite du pape François à Chypre et en Grèce.

Dans une église de Nicosie où il préside une « prière œcuménique avec les migrants », le pape appelle les chrétiens à « ne pas se résigner à un monde divisé » et fustige « la culture de l’indifférence » vis-à-vis de ces personnes déplacées, victimes d’un « esclavage universel » et qui risquent de « finir dans un lager », ces « lieux de détention et de torture » situés notamment en Libye. […] Lire la suite

3-4 décembre 2021 France – Émirats arabes unis – Qatar – Arabie Saoudite. Visite du président français Emmanuel Macron dans le Golfe.

Ces plaintes visent des bombardements de populations civiles, des cas de torture, ainsi que l’aide apportée par Abou Dhabi et Riyad à Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA). Le 4, après un bref passage au Qatar, Emmanuel Macron rencontre à Djeddah le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman. Ce dernier est isolé sur la scène internationale depuis l’assassinat du journaliste saoudien dissident Jamal Khashoggi, à Istanbul, en octobre 2018, qu’une enquête de la CIA l’accuse d’avoir commandité. […] Lire la suite

26 août 2021 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un membre du Front al-Nosra pour crime de guerre.

Celui-ci est reconnu coupable d’avoir tué par balles un lieutenant-colonel de l’armée syrienne qui avait été auparavant torturé, en juillet 2012. L’exécution avait été filmée et diffusée sur Internet. Un deuxième accusé, Sami A. S., est condamné à neuf ans de prison pour avoir filmé ce meurtre. Les deux hommes avaient été arrêtés en Allemagne en juillet 2020. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « TORTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/torture/