Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

Définir la bioéthique est une entreprise délicate en raison de l’étendue et de la diversité des usages de ce néologisme qui fut introduit successivement et indépendamment en allemand (Bio-Ethik) puis en anglais (bioethics). Avec cette seconde introduction, la bioéthique articulait d’emblée l’éthique médicale à une éthique du vivant en général, laquelle s’est également développée de façon autonome comme « éthique environnementale » ou « écoéthique ». Cette articulation a accompagné la notion jusqu’aujourd’hui, bien que le pôle « éthique médicale » privilégiant la personne humaine ait le plus souvent dominé.

Après la Seconde Guerre mondiale, le développement de la bioéthique se réalise dans un contexte historique marqué par la prise de conscience de l’ambivalence des progrès techno-scientifiques et de la nécessité d’une évaluation éthique des progrès techno-scientifiques. Cette histoire fut d’abord américaine ; l’Europe y joua un rôle croissant dès les années 1980 et elle s’est mondialisée au cours de la décennie suivante. La création d’un nouveau type d’institutions – les comités de (bio)éthique – y est centrale ; elle montre que les enjeux en question sont également d’ordre biojuridique et biopolitique.

Bien que la bioéthique américaine se soit dotée dès le début d’une éthique spécifique (principlism), c’est l’éthique procédurale de la discussion qui offre le cadre le plus approprié aux comités pluridisciplinaires et pluralistes de haut niveau aidant à la gouvernance de sociétés démocratiques. Mais la pratique générale de la bioéthique est à la croisée de nombreuses approches qui alimentent la discussion sans nécessairement converger : l’éthique kantienne, l’éthique des droits de l’homme, l’éthique utilitariste, l’éthique narrative, l’éthique du soin, la casuistique, etc.

Les questions traitées par la bioéthique sont tantôt anciennes, tantôt nouvelles ou renouvelées par les avancées techno-scientifiques et les évolutions sociales. Elles peuvent être très générales et philosophiques, telle la question de la dignité humaine ou des limites de la liberté individuelle ; ou relativement techniques telle la régulation de nouveaux procédés de thérapie génique. Des innovations et des recherches en plein essor dans le domaine du numérique et dans celui des technologies convergentes affectent en profondeur la place et le rôle de la médecine, sollicitée par des intérêts économiques et politiques qui lui sont étrangers et par des demandes d’amélioration et (ou) augmentation des performances individuelles dépourvues de justification thérapeutique. Rapports et avis des comités de (bio)éthique de haut niveau offrent l’accès public le plus sérieux aux questions bioéthiques et à leur discussion tant pour le passé que pour le présent.

Historique

L’introduction américaine du néologisme bioethicsau début des années 1970 fut précédée par celle du néologisme allemand Bio-Ethik, qui apparaît pour la première fois dans un article de Fritz Jahr en 1927 (« Bio-Ethik: Eine Umschau über die ethischen Beziehungen des Menschen zu Tier und Pflanze », in Kosmos: HandweiserfürNaturfreunde, vol. 24). Pasteur protestant et philosophe, Jahr proposait d’étendre l’impératif catégorique de Kant touchant le respect de la personne humaine à l’ensemble des formes de vie : il en résultait un « impératif bioéthique » fondé sur le fait scientifique de la solidarité des humains avec le monde vivant et sur la vertu de compassion. Jahr considérait ainsi la bioéthique comme une discipline morale rendue nécessaire par le développement des sciences et des techniques.

Réconcilier les deux cultures

Bien qu’elle soit demeurée sans lendemain, la Bio-Ethik de Jahr annonce celle du « père » traditionnel de la bioéthique : Van Rensselaer Potter. Dès[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie royale de Belgique, professeur émérite de l'université libre de Bruxelles (Belgique)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Tribunal de Nuremberg, 1946

Tribunal de Nuremberg, 1946

Autres références

  • COMITÉ CONSULTATIF NATIONAL D'ÉTHIQUE

    • Écrit par Pierre LE COZ
    • 830 mots

    Le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) est une instance pluridisciplinaire de réflexion dont la mission porte sur les « questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la...

  • AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 1 153 mots
    ...nouvelle législation l'autorise, alors que la pratique habituelle repose sur des prélèvements réalisés chez des personnes en état de mort encéphalique. Enfin, elle met en œuvre les nouvelles dispositions légales sur la greffe à partir de donneurs vivants, dont le cercle a été élargi par les lois de bioéthique...
  • ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

    • Écrit par René FRYDMAN
    • 7 692 mots
    • 5 médias
    Sous cette appellation techniciste et froide se cachent deux sentiments fondamentaux de l’homme : l’espérance et l’inquiétude.
  • BREVET D'INVENTION

    • Écrit par Jacques AZÉMA, Bernard EDELMAN, Michel VIVANT
    • 10 776 mots
    Si cette philosophie a, à peu près, correctement fonctionné, sans conflit éthique majeur, jusque dans les années 1980, les progrès de la biologie ont bouleversé toutes les données, apportant un caractère inédit à la conjonction de la science, de l'économie et du droit. Un champ immense et insoupçonné...
  • CIVIL DROIT

    • Écrit par Muriel FABRE-MAGNAN
    • 9 077 mots
    ...faits (Christian Atias et Didier Linotte, 1977), mais doit être bien au contraire de montrer la voie tout en encadrant le chemin pour le rendre viable. Le droit civil n'est pas une simple chambre d'enregistrement des évolutions sociales ou des avancées de la science (en particulier des biotechnologies),...
  • Afficher les 37 références

Voir aussi