PROGRÈS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

G.W. Leibniz

G.W. Leibniz
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

John Stuart Mill

John Stuart Mill
Crédits : Hulton Getty

photographie


Notion complexe indéfiniment différenciable, le progrès a été le plus souvent traité comme s'il était global et simple, univoque et linéaire. Ainsi réduite à un schéma grossier, l'idée de progrès s'est trouvée dérivée en une idéologie qui a connu son apogée en Europe, au xixe siècle. Mythe aujourd'hui dénoncé après avoir été cette idéologie triomphante, le progrès n'a en fait jamais cessé d'être rapporté à une séquence temporelle à laquelle différentes philosophies de l'histoire se sont, en Occident, appliquées à donner sens, jusqu'à ce que le principe de la relativité, étendu aux réalités culturelles, ait vraiment mis en évidence la grande variété des processus d'évolution.

La formation de l'idée de progrès

La nature et le temps

Sans doute fallait-il qu'un sens positif soit donné au temps pour que s'affirme la croyance au progrès, véritable eschatologie graduelle, comme l'écrit Louis Dumont. Ce dernier a fortement marqué combien l'Inde est demeurée étrangère à l'idée d'un âge d'or situé dans l'avenir et peu à peu réalisé par l'effort de l'homme, conjugué aux effets du temps valorisé comme complice de sa volonté. Il a également souligné que, dans le système de références propre à la civilisation occidentale qui légitime le temps comme dimension de l'humanité, l'idée de changement est chargée de significations tandis que celle de permanence en est totalement dépouillée. Dans ces conditions, l'histoire n'est pas seulement une chronologie, absolue ou relative, elle est aussi une chaîne causale, un ensemble de changements significatifs, un développement dont l'origine se situe dans la Grèce classique où s'est effectuée une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  PROGRÈS  » est également traité dans :

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rivaliser avec l'antique »  : […] Horace déjà, au i er  siècle av. J.-C., dont les écrits ( Art poétique ), après ceux de Cicéron ( De l'orateur ) et avant ceux de Quintilien ( Sur la formation de l'orateur ) au i er  siècle apr. J.-C., ont été déterminants pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_68

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 101 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « De la poétique de la table rase au passé recomposé »  : […] Il est, de fait, difficile de cerner précisément toutes les formes d'expérimentation qu'une telle notion recouvre. Rétrospectivement, des mouvements comme le futurisme, le surréalisme, l'acméisme, le constructivisme – même si certains, ce qui est loin d'être innocent, se sont dégagés d'une telle appellation – peuvent être définis comme d'avant-garde. Mais la difficulté resurgit dès lors qu'on tent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde/#i_68

BACON chancelier FRANCIS (1560 ou 1561-1626)

  • Écrit par 
  • Michèle LE DŒUFF
  •  • 2 167 mots
  •  • 1 média

La philosophie de Bacon représente une des grandes ruptures avec la scolastique. Après Thomas More et Montaigne, qu'il admire, avant Descartes qui le lira et reprendra plusieurs de ses idées, Bacon cherche à dégager la connaissance humaine de l'autorité accordée à Aristote par les universités : « Le savoir dérivé d'Aristote, s'il est soustrait au libre examen, ne montera pas plus haut que le sav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacon-chancelier-francis/#i_68

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Définir la bioéthique est une entreprise délicate en raison de l’étendue et de la diversité des usages de ce néologisme qui fut introduit successivement et indépendamment en allemand ( Bio- Ethik ) puis en anglais ( bioethics ). Avec cette seconde introduction, la bioéthique articulait d’emblée l’éthique médicale à une éthique du vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_68

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Critères évolutifs »  : […] Lorsqu'on fait de la civilisation la marque d'un certain degré du progrès de l'humanité, il faut pouvoir dire à quoi l'on reconnaît qu'un peuple ou une société est rangé parmi les civilisés ou les non-civilisés. Cette démarche n'est pas seulement l'inverse de celle qui consiste à définir les sociétés ou la mentalité archaïque. En effet, suivant les critères que l'on cite, il peut se faire que cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_68

COLONISATION, notion de

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « Une histoire coloniale sans problématique »  : […] Au xvi e  siècle, le mercantilisme est la première doctrine européenne de la colonisation, qui est alors simplement assimilée à une stratégie commerciale dont la finalité est d'équilibrer favorablement la balance du commerce, d'une part en dérobant du numéraire d'or et d'argent aux peuples voisins, ou en allant en quérir aux Indes occidentales, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation-notion-de/#i_68

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classification des sciences »  : […] L'évolution n'est pas terminée, ce qui supprimerait la question, et, d'ailleurs, elle s'opère de manière discontinue, les sciences accédant à l'état positif les unes après les autres. Cela détermine un plan, un ordre qui va donner naissance à une classification : « Les différentes branches de nos connaissances n'ont pas dû parcourir d'une vitesse égale les trois grandes phases de leur développemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/#i_68

CONDORCET MARIE JEAN ANTOINE NICOLAS CARITAT marquis de (1743-1794)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 585 mots
  •  • 1 média

Par la diversité de ses recherches – mathématiques, économiques, philosophiques –, qui toutes portent la marque des orientations intellectuelles de l'époque des Lumières, le marquis de Condorcet occupe dans l'histoire des idées une place assez exceptionnelle. L'assimilation sommaire de son apport à une illustration optimiste de la théorie du progrès a, cependant, fait trop souvent de lui un simp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-jean-antoine-nicolas-condorcet/#i_68

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux modèles : Burckhardt, Guizot »  : […] On sait qu'il existe, au regard de Burckhardt, trois « puissances » de l'histoire : l'État, la religion, la culture. L'État et la religion, qui sont l'expression d'un besoin politique et métaphysique, « prétendent avoir, au moins aux yeux d'un peuple, si ce n'est du monde entier, une valeur universelle ». Au contraire, écrit Burckhardt, « nous appelons culture ( Kultur ) la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_68

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Décadence et dégénérescence »  : […] Un même optimisme caractérise au xix e  siècle le scientisme et le positivisme en France, en Allemagne le matérialisme mécaniste de Karl Vogt et Jakob Moleschott. D'un bout à l'autre du siècle, de Saint-Simon à Ernest Solvay, semblent s'affirmer la même confiance dans la science, la même foi dans le progrès. Les réflexions dolentes sur la décadenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_68

DE L'INDUSTRIE FRANÇAISE, Jean-Antoine Chaptal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 296 mots

Dans le chapitre « Un libéralisme dissocié au service de l'industrialisme français »  : […] Le livre de Chaptal, qui appartient à toute une littérature productiviste dont Jean-Baptiste Say est une autre figure, est d'abord l'expression d'une foi sans faille dans le progrès des techniques, de la production et des échanges, mais d'une façon plus générale dans « les progrès de l'esprit humain », dans le goût que possède l'homme de produire et de consommer. L'explication économique est préc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-industrie-francaise/#i_68

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « Normes et indicateurs »  : […] La notion de développement peut désigner d'abord un processus historique par lequel les sociétés se transforment. C'est alors un concept positif, dont l'analyse relève de la description des changements de tous ordres enregistrés dans la durée. Mais l'idée de développement comporte également une dimension normative ; elle renvoie, d'une manière générale, à la notion de progrès, qui peut désigner, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-economique-notion-de/#i_68

LA DIALECTIQUE DE LA RAISON, T. W. Adorno et M. Horkheimer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

Écrite aux États-Unis, alors que T. W. Adorno (1903-1969) et Max Horkheimer (1895-1973) ont fui le nazisme, achevée en 1944 et publiée en 1947, à Amsterdam, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques constitue une œuvre charnière, qui ne rencontrera une réelle audience qu'à partir des années 1960. Le livre constitue une véritable déconstruction des concepts et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dialectique-de-la-raison/#i_68

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 158 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nature à la société »  : […] Après un « triple portique » (J. Starobinski), la dédicace aux Genevois – mais le « citoyen de Genève » écrit à Chambéry –, une préface et un avertissement sur les notes, le Discours se déploie en deux parties de longueur égale. La première propose un tableau de l'« hypothétique » état de nature, la seconde une reconstitution narrative de la naissance de la société, donc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_68

ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le projet et les problèmes »  : […] « L'ouvrage que nous commençons (et que nous désirons de finir) a deux objets : comme Encyclopédie , il doit exposer, autant qu'il est possible, l'ordre et l'enchaînement des connaissances humaines ; comme Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers , il doit contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libéral, soit mécanique, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-d-diderot-et-j-le-rond-d-alembert/#i_68

ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT (1751-1772)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 2 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les interprétations »  : […] Quel sens avait « le projet du plus beau monument qu'aucun siècle ait jamais élevé à la gloire et à l'instruction du genre humain » (Naigeon) ? La réponse doit être prise du Discours préliminaire , par d'Alembert – Discours qui, dans le volume I, suivait le Prospectus réimprimé –, et de l'article « Encyclopédie ». Une formule la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie-de-diderot/#i_68

ENVIRONNEMENT - Catastrophisme environnemental

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 7 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les questions environnementales ne s'inscrivent pas dans l'immédiateté »  : […] L'inscription dans le temps est l'un des points forts communs à la majeure partie des textes traitant de la conservation de la nature ou de l'environnement. Dans tous les cas, les analyses s'inscrivent dans une même perspective narrative : les dégradations commises dans le passé sont incontestables et nombreuses, elles se multiplient aujourd'hui et provoqueront, demain, diverses catastrophes. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-catastrophisme-environnemental/#i_68

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sociétés traditionnelles face au monde moderne »  : […] L'ésotérisme doctrinal, tel qu'on le trouve exposé par Guénon et ses disciples, considère la société contemporaine comme radicalement aberrante par rapport aux normes traditionnelles qui régissent (et doivent toujours régir) la vie collective. L'un des livres de Guénon, consacré à une analyse implacable du monde moderne, porte le titre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esoterisme/#i_68

ESQUISSE D'UN TABLEAU HISTORIQUE DES PROGRÈS DE L'ESPRIT HUMAIN, Marquis de Condorcet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 281 mots
  •  • 1 média

Aussitôt élevée, lors de sa publication en l'an III par Mme de Condorcet et Daunou, au rang des œuvres nationales, l' Esquisse est souvent considérée, pour le contexte tragique qui a entouré sa composition, comme une œuvre de circonstance écrite quelques mois avant le décès de son auteur. Après l'échec de son projet de créer une constitution « girondine » et dénoncé en juill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-d-un-tableau-historique-des-progres-de-l-esprit-humain/#i_68

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Impact et difficultés de la théorie darwinienne  »  : […] Quoique 1859 marque le début d'une diffusion rapide des idées de Darwin dans les milieux scientifiques, de nombreuses résistances se manifestèrent bientôt chez ceux qui en redoutaient les suites, et particulièrement la possibilité de rendre compte de la diversité du vivant sans recourir à quelque principe téléologique que ce soit (et donc, sans Dieu). Les rapports entre doctrine transformiste et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_68

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Dans le chapitre « De la biologie à la philosophie de l'histoire »  : […] L'évolutionnisme est sans doute devenu possible à partir de la révolution scientifique moderne. Dès le xvii e  siècle, certains penseurs ont cherché à reconstituer le processus de formation de l'univers à partir d'un donné matériel initial. Au xviii e  siècle apparaissent des conceptions déjà évol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme/#i_68

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 775 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origines et premières ébauches »  : […] Les principes fondamentaux de l'évolutionnisme culturel et social se situent au confluent de plusieurs courants d'idées émanant eux-mêmes de diverses observations. C'est, d'abord, la comparaison entre divers types de civilisations qui a pu suggérer l'idée que les uns représentaient des formes arriérées et les autres des formes avancées de la société. Ces comparaisons pouvaient être faites entre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_68

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Idéalisme et matérialisme »  : […] L'aventure des saint-simoniens, et le rêve de « marier l'Orient et l'Occident », porte en elle toutes les contradictions d'un monde à la fois idéaliste et matérialiste. Prosper Enfantin, le père, « chef suprême » de la religion saint-simonienne, invite ses disciples au voyage d'Orient : « Suez est le centre de notre vie de travail. Là, nous ferons l'acte que le monde attend, pour confesser que no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_68

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hegel et le progrès de la conscience »  : […] En critiquant les idées de Herder, Emmanuel Kant exposa déjà la tâche qui se présentait aux philosophes ; ce furent surtout Friedrich von Schiller, Johann Fichte, Wilhelm von Humboldt et Friedrich Hegel qui s'employèrent à la résoudre. L'ingénieuse solution de Hegel consista à penser le progrès de l'histoire du monde comme un progrès dans la conscience de la liberté. Le trait de génie de Hegel e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_68

INDUSTRIE - La civilisation industrielle

  • Écrit par 
  • John NEF
  •  • 8 085 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application de la pensée scientifique »  : […] Dès le commencement du xvii e siècle, les sciences nouvelles étaient au service de la perfection artistique. La clarté, l'élégance et l'ordre, cultivés chez les mathématiciens, guidaient l'évolution de l'architecture, de la peinture et de la musique de l'époque dite « classique ». L'habileté des artisans employés en France dans les ateliers des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-la-civilisation-industrielle/#i_68

INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 251 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'ingénieur en quête d'un nouveau rôle »  : […] Quant à l'ingénieur, on pourrait le croire moins menacé que l'architecte. Il n'en est rien, pour des raisons qui vont de l'évolution récente des sciences et des techniques à la crise des valeurs de progrès politique et social que celles-ci avaient longtemps incarnées. La technoscience contemporaine repose tout d'abord sur un couplage beaucoup plus étroit qu'autrefois entre recherche et application […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/#i_68

LES COMBATS POUR LA NATURE (V. Chansigaud) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 233 mots

Dans le chapitre « L’homme dans la nature »  : […] Valérie Chansigaud a choisi sept propositions. « Population et ressources » évoque la thèse selon laquelle il existe trop d’humains sur la planète. Avec son Essai sur le principe de population , Malthus a lancé cette controverse au début du xix e  siècle, au moment où le développement industriel de la Grande-Bretagne s’amorce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-combats-pour-la-nature/#i_68

L'INVENTION DE LA SCIENCE. LA NOUVELLE RELIGION DE L'ÂGE INDUSTRIEL (G. Carnino)

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Le progrès, un jeu de dupes ? »  : […] Le panorama de l’émergence d’une science hypostasiée et fondatrice du politique est dressé en quatre temps. La première partie de l’ouvrage s’intéresse à l’évolution sémantique de la notion de science de 1800 à 1860. Partant de la philosophie naturelle, le terme prend ensuite le visage de « sciences » plurielles, avant que ne s’impose vers 1850 l’idée d’une science singulière et naturalisée. Y est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-invention-de-la-science-la-nouvelle-religion-de-l-age-industriel/#i_68

LOISY ALFRED (1857-1940)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 2 282 mots

Dans le chapitre « Les tournants de la condamnation et de la guerre »  : […] S'étonnera-t-on que cette construction n'ait pas alors été reçue par l'autorité ecclésiastique ? Après une série de mesures disciplinaires, Loisy sera excommunié (7 mars 1908) quand il aura refusé de souscrire à l'encyclique Pascendi (8 sept. 1907). Quelques mois après, il est élu professeur d'histoire des religions au Collège de France, poste qu'il occupera jusqu'en 1933. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-loisy/#i_68

MACHINE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 170 mots
  •  • 3 médias

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine s'est modifiée en même temps qu'évoluaient les tech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine/#i_68

LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS, Herbert-George Wells - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 809 mots

Dans le chapitre « Une satire sociologique »  : […] Avec La Machine à explorer le temps , Herbert George Wells inaugure un nouveau genre littéraire, celui de la science-fiction, à un moment où la société britannique, en cette fin du xix e  siècle connaît une phase de prodigieux essor technologique. L'œuvre se présente comme un véritable conte philosophique, une réflexion sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-machine-a-explorer-le-temps/#i_68

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « L'individu et la société »  : […] L'individu ainsi socialisé, amené à se comprendre comme exigence radicale de liberté et de dignité, ne l'est cependant pas entièrement : sa conscience peut toujours dire non à l'état de choses existant, elle peut toujours exiger davantage ou autre chose ; il peut même refuser ce monde présent sans dire, sans savoir ce qu'il désire positivement. Mais si sa conviction, celle d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_68

NOVUM ORGANUM (F. Bacon)

  • Écrit par 
  • Michel MALHERBE
  •  • 783 mots

Le philosophe anglais Francis Bacon (1561-1626), au terme de plusieurs ébauches, fait paraître en 1620 son ouvrage le plus célèbre, le Novum Organum (c’est-à-dire « Le nouvel instrument »). Son ambition est de fournir une nouvelle logique pour la science à venir et par là même – comme le suggère le titre – de supplanter l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novum-organum-f-bacon/#i_68

ORIGINE

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 2 736 mots

Dans le chapitre « Le geste inaugural »  : […] Une seconde confusion à éviter consiste à assimiler le recours à l'origine à une revendication du retour. Même lorsqu'elle sert à dénoncer comme illégitime un état actuel, la démarche originaire n'est pas un « primitivisme », car vouloir revenir à un temps premier serait encore accorder du prix au temps. La source de cette confusion, souvent exploitée par les adversaires d'une telle méthode de ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine/#i_68

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fondements de la parenté »  : […] On peut affirmer que les systèmes de parenté n'ont pas le même rôle dans toutes les sociétés : pour certaines, la parenté semble le principe fondamental qui commande l'ensemble des relations sociales ; pour d'autres, au contraire, comme pour la société occidentale, la parenté voit son rôle réduit à fort peu de chose. Si, pour C. Lévi-Strauss, « le système de parenté est un langage, ce n'est pas u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_68

PIAGET JEAN (1896-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 5 907 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épistémologie »  : […] Génétique par sa méthode autant que par sa problématique, l'épistémologie de Piaget est une épistémologie constructiviste. Contre les diverses formes d'empirisme, elle refuse de considérer la connaissance comme un reflet du monde extérieur dans la représentation du sujet, et c'est dans l'activité pratique ou cognitive du sujet, non dans l'appréhension sensorielle, qu'elle si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-piaget/#i_68

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le positivisme et l'évolution de la science positive »  : […] C'est à Descartes, auquel il associe Francis Bacon et Galilée, que Comte fait remonter les principes de la philosophie positive : « L'époque où [les sciences] ont commencé à devenir vraiment positives doit être rapportée à Bacon, qui a donné le premier signal de cette grande révolution ; à Galilée, son contemporain, qui en a donné le premier exemple, et enfin à Descartes, qui a irrévocablement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_68

POSITIVISME, notion de

  • Écrit par 
  • Jean LECLERCQ
  •  • 1 379 mots

Dans le chapitre « Une pensée de la totalité »  : […] Pour Auguste Comte, c'est théoriquement et pratiquement que l'homme prend possession du monde (déjà déterminé par la relation vitale qu'il construit avec lui). D'où la priorité (notamment par rapport aux mathématiques, reconduites à leur fonction de science modélisant le passage du concret à l'absolu) accordée à l'astronomie : outre qu'elle est une appréhension théorique du réel, celle-ci revendi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-notion-de/#i_68

PROGRESSISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 360 mots

Néologisme formé aux alentours de 1930, dans la ligne de l'idéologie du progrès qui s'est développée au xix e  siècle. Le passage de l'idée de progrès au progressisme implique une connotation positive, liée à l'importance croissante du futur. Par suite du développement de la science s'établit la conviction que le sens de l'histoire est le progrès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progressisme/#i_68

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « La « guerre entre science et théologie » »  : […] À la fin du xvii e  siècle, la nouvelle science avait triomphé, et un accord nouveau s'établit entre les Églises chrétiennes et la nouvelle « philosophie naturelle ». La nature était devenue un immense mécanisme, comme une gigantesque horloge ; et la perfection de ce mécanisme démontrait l'existence d'un Créateur intelligent. Utilisant les nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_68

SCIENCES - Science et progrès

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 6 523 mots

La science entretient avec l'idée de progrès un rapport privilégié, à un double titre. D'une part, depuis le XVII e  siècle, la science est conçue comme le parangon du progrès, comme l'une des (rares) pratiques humaines où le progrès semble incontestable. Après tout, on peut discuter longuement pour savoir si le sens moral de l'humanité ou ses œuvres témoignent d'un réel m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-progres/#i_68

SENSUALISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 002 mots

Il n'est pas sûr que le sensualisme puisse être traité comme un système de pensée aux contours bien définis, partagé par une lignée d'auteurs importants. Le terme même est équivoque, et son usage est discuté. Le seul auteur que l'on donne pour représentatif, Condillac (1714-1780) avec son Traité des sensations (1754), ne l'a pas employé, puisqu'il n'entre dans la langue fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sensualisme/#i_68

SPENCER HERBERT (1820-1903)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 676 mots
  •  • 1 média

L'œuvre du philosophe anglais Spencer , aujourd'hui délaissée, est inséparable de l'idéologie du progrès qui fut, au xix e  siècle, celle d'une Europe à laquelle on a pu légitimement reprocher d'avoir confondu sa civilisation et la civilisation. Que les rapports qu'elle entretient avec un certain ethnocentrisme actuellement répudié lui aient beauc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-spencer/#i_68

TRANSHUMANISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHAZAL
  •  • 2 170 mots
  •  • 1 média

Apparue dans la seconde moitié du xx e  siècle, la notion de transhumanisme repose sur la conviction, propagée par un nombre croissant de scientifiques et de futurologues, qu’ une évolution voulue, orientée, choisie de l’espèce humaine est désormais possible, en s’appuyant sur des techniques nouvelles qui permettent d’in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transhumanisme/#i_68

UTILITARISME

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 1 890 mots

Dans le chapitre « Les caractéristiques du mouvement »  : […] Un dénominateur commun caractérise les utilitaristes du xix e  siècle. Tous visent le plus grand bonheur du plus grand nombre, quitte à décanter ces « quantités » en essayant de les affranchir de leur éventuelle ambiguïté et de surmonter leur fatal antagonisme. De statique qu'elle était chez Bentham, l'utilité devient plus dynamique, plus axiolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utilitarisme/#i_68

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « PROGRÈS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/