TRANSHUMANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apparue dans la seconde moitié du xxe siècle, la notion de transhumanisme repose sur la conviction, propagée par un nombre croissant de scientifiques et de futurologues, qu’une évolution voulue, orientée, choisie de l’espèce humaine est désormais possible, en s’appuyant sur des techniques nouvelles qui permettent d’intervenir non seulement sur l’individu mais aussi, à travers lui, sur l’espèce. Il s’agit de remplacer une évolution biologique commandée par « l’horloger aveugle » – expression du biologiste spécialiste de l’évolution Richard Dawkins – par une évolution programmée de l’humanité grâce aux sciences et aux techniques. Cette évolution doit nécessairement conduire à la production d’une humanité « augmentée », donc plus heureuse. D’une certaine façon, il s’agit aussi de renouer avec l’idée, héritée des Lumières, d’un progrès continu de l’humanité par la science et les techniques, une idée enfin devenue programmatique. Quoi qu’il en soit, les perspectives transhumanistes suscitent d’importants débats en philosophie morale.

L’homme augmenté

Les techniques qu’invoquent les courants transhumanistes pour appuyer leurs espérances se trouvent à la rencontre des technologies du numérique et de celle des nano-mondes. On parle aussi à propos de cette convergence des technologies NBIC, champ interdisciplinaire où collaborent nano- et biotechnologies, informatique et sciences cognitives :

On y trouve d’abord le génie génétique, et la possibilité qu’il offre d’intervenir directement sur les mécanismes de l’hérédité.

Vient ensuite la prothétique, où la prothèse – l’appareillage remplaçant un membre manquant depuis la naissance ou après accident – permettra de passer de l’homme réparé à l’homme « augmenté ». Toute une série de prothèses nouvelles sert désormais à amplifier les capacités physiques.

Prothèse myoélectrique de main droite

Prothèse myoélectrique de main droite

Photographie

Apparues dans les années 2000, les prothèses myoélectriques viennent remplacer les fonctions motrices de membres lésés ( ici, les mouvements de préhension et de rotation de la main gauche, commandés par des capteurs musculaires). Mais ce sont surtout les perspectives ouvertes par les... 

Crédits : Bikeriderlondon/ Shutterstock

Afficher

Puis, avec la robotique et l’idée du « cyborg » (organisme cybernétique), il s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités honoraire, université de Bourgogne

Autres références

«  TRANSHUMANISME  » est également traité dans :

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des questions nouvelles  »  : […] Voici deux ensembles de questions nouvelles associées à des avancées techno-scientifiques et à des mutations sociales en cours. Le premier gravite autour des TIC, de l’intelligence artificielle (IA), de la robotique et de la révolution numérique et algorithmique en général. Le second concerne la médecine d’amélioration et le transhumanisme. L’un et l’autre ont retenu l’attention de comités de hau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_55772

SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO, 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 8 006 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Uchronies, le passé revisité »  : […] L'uchronie, dans laquelle l'histoire diverge à partir d'un point historique (ainsi, les Allemands ont remporté la Seconde Guerre mondiale dans Le Maître du haut château de P. K. Dick, 1962), connaît un succès grandissant ( Les Conjurés de Florence , P. J. McAuley 1994 ; Rêves de Gloire , R. C. Wagner, 2011), au point d’agrandir le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/science-fiction/#i_55772

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard CHAZAL, « TRANSHUMANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/transhumanisme/