MODERNITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La modernité n'est ni un concept sociologique, ni un concept politique, ni proprement un concept historique. C'est un mode de civilisation caractéristique, qui s'oppose au mode de la tradition, c'est-à-dire à toutes les autres cultures antérieures ou traditionnelles : face à la diversité géographique et symbolique de celles-ci, la modernité s'impose comme une, homogène, irradiant mondialement à partir de l'Occident. Pourtant elle demeure une notion confuse, qui connote globalement toute une évolution historique et un changement de mentalité.

Inextricablement mythe et réalité, la modernité se spécifie dans tous les domaines : État moderne, technique moderne, musique et peinture modernes, mœurs et idées modernes – comme une sorte de catégorie générale et d'impératif culturel. Née de certains bouleversements profonds de l'organisation économique et sociale, elle s'accomplit au niveau des mœurs, du mode de vie et de la quotidienneté – jusque dans la figure caricaturale du modernisme. Mouvante dans ses formes, dans ses contenus, dans le temps et dans l'espace, elle n'est stable et irréversible que comme système de valeurs, comme mythe – et, dans cette acception, il faudrait l'écrire avec une majuscule : la Modernité. En cela, elle ressemble à la Tradition.

Comme elle n'est pas un concept d'analyse, il n'y a pas de lois de la modernité, il n'y a que des traits de la modernité. Il n'y a pas non plus de théorie, mais une logique de la modernité, et une idéologie. Morale canonique du changement, elle s'oppose à la morale canonique de la tradition, mais elle se garde tout autant du changement radical. C'est la « tradition du nouveau » (Harold Rosenberg). Liée à une crise historique et de structure, la modernité n'en est pourtant que le symptôme. Elle n'analyse pas cette crise, elle l'exprime de façon ambiguë, dans une fuite en avant continuelle. Elle joue comme idée-force et comme idéologie maîtresse, sublimant les contradictions de l'histoire dans les effets de civilisation. Elle fait de la crise une valeur, une morale contradictoire. Ainsi, en tant qu'idée où toute une civilisation se reconnaît, elle assume une fonction de régulation culturelle et rejoint par là subrepticement la tradition.

Genèse de la modernité

L'histoire de l'adjectif « moderne » est plus longue que celle de la « modernité ». Dans n'importe quel contexte culturel, l'« ancien » et le « moderne » alternent significativement. Mais il n'existe pas pour autant partout une « modernité », c'est-à-dire une structure historique et polémique de changement et de crise. Celle-ci n'est repérable qu'en Europe à partir du xvie siècle, et ne prend tout son sens qu'à partir du xixe siècle.

Les manuels scolaires font succéder les Temps modernes au Moyen Âge à la date de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb (1492). L'invention de l'imprimerie, les découvertes de Galilée inaugurent l'humanisme moderne de la Renaissance. Sur le plan des arts, et singulièrement de la littérature, va se développer, pour culminer au xviie et au xviiie siècle, la querelle des Anciens et des Modernes. Les échos profonds du partage de la modernité se font aussi dans le domaine religieux : par l'événement de la Réforme (Luther affiche à Wittenberg ses quatre-vingt-quinze thèses contre les indulgences le 31 octobre 1517) et la rupture qu'elle inaugure pour les pays protestants, mais aussi par la répercussion sur le monde catholique (Concile de Trente, 1545-1549, 1551-1552, 1562-1563). L'Église catholique opère déjà une mise à jour, se fait, avec la Compagnie de Jésus, moderne, mondaine et missionnaire, ce qui explique peut-être que ce soit dans les pays qui ont gardé la tradition romaine, ses rites et ses mœurs, tout en les rénovant progressivement, que le terme de modernité ait une acception plus courante, plus significative. Le terme en effet ne prend force que dans les pays de longue tradition. Parler de modernité n'a guère de sens quand il s'agit d'un pays sans tradition ni Moyen Âge, comme les États-Unis, et, inversement, la modernisation a un impact très fort dans les pays du Tiers Monde, de forte culture traditionnelle.

Dans les pays touchés par la Renaissance catholique, la conjonction d'un humanisme laïc et séculier avec le ritualisme plus mondain des formes et des mœurs dans le monde catholique se prête mieux à toute la complexité de la vie sociale et artistique qu'implique le développement de la modernité que la stricte alliance du rationalisme et du moralisme dans la culture protestante. Car la modernité n'est pas seulement la réalité des bouleversements techniques, scientifiques et politiques depuis le xvie siècle, c'est aussi le jeu de signes, de mœurs et de culture qui traduit ces changements de structure au niveau du rituel et de l'habitus social.

Pendant les xviie et xviiie siècles se mettent en place les fondements philosophiques et politiques de la modernité : la pensée individualiste et rationaliste moderne dont Descartes et la philosophie des Lumières sont représentatifs ; l'État monarchique centralisé, avec ses techniques administratives, succédant au système féodal ; les bases d'une science physique et naturelle, qui entraînent les premiers effets d'une technologie appliquée (l'Encyclopédie). Culturellement, c'est la période de la sécularisation totale des arts et des sciences. La querelle des Anciens et des Modernes, qui traverse toute cette période, de Perrault (Parallèle des Anciens et des Modernes, 1688) et Fontenelle (Digression sur les Anciens et les Modernes, 1688), dégageant une loi de progrès de l'esprit humain, jusqu'à Rousseau (Dissertation sur la musique moderne, 1750) et à Stendhal (Racine et Shakespeare, 1823), lequel conçoit le « romanticisme » comme un modernisme radical, prenant pour thème les mœurs du jour et les sujets empruntés à l'histoire nationale, cette querelle définit un mouvement autonome, dégagé de toute « Renaissance » ou imitation. La modernité n'est pas encore un mode de vie (le terme n'existe alors pas). Mais elle est devenue une idée (jointe à celle de progrès). Elle a pris du coup une tonalité bourgeoise libérale qui ne cessera depuis de la marquer idéologiquement.

La Révolution de 1789 met en place l'État bourgeoi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : maître assistant de sociologie à l'université Paris-X-Nanterre
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Autres références

«  MODERNITÉ  » est également traité dans :

MODERNITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 1 313 mots

La notion de modernité est floue dans son extension, et incertaine dans sa compréhension. C'est une notion autoréférentielle et polémique (ce qui ne signifie pas qu'elle soit inutile ou superfétatoire). Elle ne se pose qu'en s'opposant à la tradition telle qu'elle-même la définit. Le mot apparaît tardivement, vers […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Être absolument moderne » »  : […] Dans plusieurs de ses essais critiques, Baudelaire , se référant explicitement à la persistance de la Querelle, a tenté de donner une nouvelle définition de la modernité qui ne trahirait pas la beauté des œuvres antiques. Il cherche une voie commune à sa conviction « que l'absence du juste et du vrai dans l'art équivaut à l'absence de l'art », comme à son dévouement aux expressions de l'art et a […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Moderne et modernité »  : […] Dès lors, le xix e  siècle va opposer moderne et mauvais goût, moderne et « bourgeois », moderne et prosaïque ou académique, mais pas moderne et ancien. De fil en aiguille, la notion de moderne va même s'autonomiser : c'est-à-dire qu'elle se définit en elle-même et avec ses propres critères. Comme chacun sait, une définition doit pourtant se faire par genre et différence, c'est-à-dire en distingua […] Lire la suite

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 903 mots
  •  • 2 médias

Paul Valéry, dans une conférence de 1924 dont le texte, Situation de Baudelaire , fut publié dans le recueil Variété (1924-1944), a fait du poète des Fleurs du mal le pionnier de la modernité ; pour lui Rimbaud, Verlaine et Mallarmé constituent la triade majeure. Telle que Baudelaire l'a conçue, la modernité doit beaucoup à son expérience de la peinture. Dès 1846, traitant de « l'héroïsme de la […] Lire la suite

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanisme soumis à un double assaut »  : […] Cent ans après la leçon inaugurale de Henri Marion, le propos humaniste dont le xix e  siècle philosophique avait fait le slogan de l'éducation laïque moderne fait l'objet d'une récusation pratique et théorique en passe de devenir un fait de culture. L'invitation à la mise en route de soi par soi ne pouvait être entendue en définitive que sur fond d'un « grand récit » (J.-F. Lyotard) qui lui confé […] Lire la suite

BLUMENBERG HANS (1920-1996)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 214 mots

Le philosophe allemand Hans Blumenberg est né le 13 juillet 1920 à Lübeck. Victime des lois raciales de Nuremberg, il est obligé d'interrompre ses études universitaires. D'abord inscrit comme étudiant en théologie à l'université jésuite de Francfort, il retourne comme simple ouvrier dans sa ville natale. C'est là qu'il est arrêté en 1944. Ayant réussi à s'enfuir du camp de concentration, il sera c […] Lire la suite

LA CAPITALE DES SIGNES. PARIS ET SON DISCOURS (K. Stierle)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 918 mots

Dans La Littérature européenne et le Moyen Âge latin , E. R. Curtius souligne le rôle capital qu'a joué pour la culture occidentale la métaphore du « grand livre du monde » où la nature tout entière se donne à déchiffrer. Cette garantie d'un ordre cosmique a dû, à partir du xv e  siècle, céder le pas devant une autre forme de lecture, non plus théologique mais scientifique, bouleversant le rapport […] Lire la suite

COMPAGNON ANTOINE (1950- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Questions de poétique et d’histoire »  : […] Fils de militaire – le général Jean Compagnon, qui fut l’un des premiers à entrer dans Paris avec le général Leclerc en 1944 –, Antoine Compagnon suivit une éducation assez stricte et fut élève du Prytanée militaire de La Flèche : il tirera un beau roman de cette expérience ( La Classe de rhéto , 2012). L’adolescent liseur fait des sciences et entre à Polytechnique. Ingénieur des Ponts et Chaussé […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Niveaux d'analyse et interprétations modernes »  : […] C'est donc au xvi e  siècle que l'idée de décadence parvient à maturité, sans que s'amorce ce que F. Furet a appelé « le décrochage du concept de modernité par rapport à l'Antiquité ». Ce que signifie cette dernière ( antiquus , priscus , primitivus ) est valorisé contre la modernité, «  la cupidità di cose nuove  » critiquée par Guichardin après Salluste qui, déjà, avait dénoncé le goût de la nou […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche néo-évolutionniste »  : […] Les théories du développement se relient souvent aux théories évolutionnistes caractérisant la pensée scientifique de la seconde moitié du xix e  siècle ; elles les modifient sans toujours éliminer leurs insuffisances et réduire leurs erreurs ; elles ont néanmoins le mérite de poser les problèmes du développement en termes de transformation et de processus. L'économiste Walt W.  Rostow a tenté de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-10 octobre 2016 Maroc. Victoire du Parti de la justice et du développement aux élections législatives.

modernité (progressiste) d’Ilyas El Omari, proche du palais, progresse fortement avec 25,8 p. 100 des voix et 102 élus. L’Istiqlal (nationaliste), le Rassemblement national des indépendants (centriste), le Mouvement populaire (conservateur) et l’Union socialiste des forces populaires (socialiste) sont en repli avec respectivement 46, 37, 27 et 20 députés […] Lire la suite

18 juin 2015 Église catholique - Environnement. Publication de l'encyclique Laudato si'.

modernité », il se prononce en faveur d’une « écologie intégrale », tant humaine que sociale.  […] Lire la suite

30 septembre 2013 Cameroun. Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives

modernité au Cameroun de Pierre Mila Assouté, qui a 5 élus. Le taux de participation est de 76,8 p. 100. La Cour suprême n'annoncera les résultats que le 17 octobre.  […] Lire la suite

25-30 novembre 2011 Maroc. Victoire des islamistes aux élections législatives

modernité (conservateur), récemment créé par un proche du roi Mohammed VI, en obtient 47. Le Mouvement populaire (conservateur) de Mohand Laenser, membre de la coalition sortante, a 32 élus. L'Union constitutionnelle (conservateur) en obtient 23. Les formations conservatrices et centriste formaient une coalition électorale. L'Union socialiste des forces […] Lire la suite

11-24 février 2002 France. Déclaration de candidature à l'élection présidentielle de Jacques Chirac et de Lionel Jospin

modernité ». Le 23 se tient à Toulouse la première convention nationale de l'Union en mouvement (U.E.M.) qui, depuis avril 2001, sur une initiative de l'Élysée, rassemble les partisans du président Chirac. Ces derniers présentent les « 24 engagements pour 2002-2007 », programme du président-candidat, qui prévoit notamment une diminution de l'impôt  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BAUDRILLARD, Alain BRUNN, Jacinto LAGEIRA, « MODERNITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modernite/