MODERNITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La modernité n'est ni un concept sociologique, ni un concept politique, ni proprement un concept historique. C'est un mode de civilisation caractéristique, qui s'oppose au mode de la tradition, c'est-à-dire à toutes les autres cultures antérieures ou traditionnelles : face à la diversité géographique et symbolique de celles-ci, la modernité s'impose comme une, homogène, irradiant mondialement à partir de l'Occident. Pourtant elle demeure une notion confuse, qui connote globalement toute une évolution historique et un changement de mentalité.

Inextricablement mythe et réalité, la modernité se spécifie dans tous les domaines : État moderne, technique moderne, musique et peinture modernes, mœurs et idées modernes – comme une sorte de catégorie générale et d'impératif culturel. Née de certains bouleversements profonds de l'organisation économique et sociale, elle s'accomplit au niveau des mœurs, du mode de vie et de la quotidienneté – jusque dans la figure caricaturale du modernisme. Mouvante dans ses formes, dans ses contenus, dans le temps et dans l'espace, elle n'est stable et irréversible que comme système de valeurs, comme mythe – et, dans cette acception, il faudrait l'écrire avec une majuscule : la Modernité. En cela, elle ressemble à la Tradition.

Comme elle n'est pas un concept d'analyse, il n'y a pas de lois de la modernité, il n'y a que des traits de la modernité. Il n'y a pas non plus de théorie, mais une logique de la modernité, et une idéologie. Morale canonique du changement, elle s'oppose à la morale canonique de la tradition, mais elle se garde tout autant du changement radical. C'est la « tradition du nouveau » (Harold Rosenberg). Liée à une crise historique et de structure, la modernité n'en est pourtant que le symptôme. Elle n'analyse pas cette crise, elle l'exprim [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages





Écrit par :

  • : maître assistant de sociologie à l'université Paris-X-Nanterre
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  MODERNITÉ  » est également traité dans :

MODERNITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 1 313 mots

La notion de modernité est floue dans son extension, et incertaine dans sa compréhension. C'est une notion autoréférentielle et polémique (ce qui ne signifie pas qu'elle soit inutile ou superfétatoire). Elle ne se pose qu'en s'opposant à la tradition telle qu'elle-même la définit. Le mot apparaît tardivement, vers […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Être absolument moderne » »  : […] Dans plusieurs de ses essais critiques, Baudelaire , se référant explicitement à la persistance de la Querelle, a tenté de donner une nouvelle définition de la modernité qui ne trahirait pas la beauté des œuvres antiques. Il cherche une voie commune à sa conviction « que l'absence du juste et du vrai dans l'art équivaut à l'absence de l'art », comme à son dévouement aux expressions de l'art et a […] Lire la suite

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 400 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Moderne et modernité »  : […] Dès lors, le xix e  siècle va opposer moderne et mauvais goût, moderne et « bourgeois », moderne et prosaïque ou académique, mais pas moderne et ancien. De fil en aiguille, la notion de moderne va même s'autonomiser : c'est-à-dire qu'elle se définit en elle-même et avec ses propres critères. Comme chacun sait, une définition doit pourtant se faire par genre et différence, c'est-à-dire en distingua […] Lire la suite

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 902 mots
  •  • 1 média

Paul Valéry, dans une conférence de 1924 dont le texte, Situation de Baudelaire , fut publié dans le recueil Variété (1924-1944), a fait du poète des Fleurs du mal le pionnier de la modernité ; pour lui Rimbaud, Verlaine et Mallarmé constituent la triade majeure. Telle que Baudelaire l'a conçue, la modernité doit beaucoup à son expérience de la peinture. Dès 1846, traitant de « l'héroïsme de la […] Lire la suite

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanisme soumis à un double assaut »  : […] Cent ans après la leçon inaugurale de Henri Marion, le propos humaniste dont le xix e  siècle philosophique avait fait le slogan de l'éducation laïque moderne fait l'objet d'une récusation pratique et théorique en passe de devenir un fait de culture. L'invitation à la mise en route de soi par soi ne pouvait être entendue en définitive que sur fond d'un « grand récit » (J.-F. Lyotard) qui lui confé […] Lire la suite

BLUMENBERG HANS (1920-1996)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 214 mots

Le philosophe allemand Hans Blumenberg est né le 13 juillet 1920 à Lübeck. Victime des lois raciales de Nuremberg, il est obligé d'interrompre ses études universitaires. D'abord inscrit comme étudiant en théologie à l'université jésuite de Francfort, il retourne comme simple ouvrier dans sa ville natale. C'est là qu'il est arrêté en 1944. Ayant réussi à s'enfuir du camp de concentration, il sera c […] Lire la suite

LA CAPITALE DES SIGNES. PARIS ET SON DISCOURS (K. Stierle)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 918 mots

Dans La Littérature européenne et le Moyen Âge latin , E. R. Curtius souligne le rôle capital qu'a joué pour la culture occidentale la métaphore du « grand livre du monde » où la nature tout entière se donne à déchiffrer. Cette garantie d'un ordre cosmique a dû, à partir du xv e  siècle, céder le pas devant une autre forme de lecture, non plus théologique mais scientifique, bouleversant le rapport […] Lire la suite

COMPAGNON ANTOINE (1950- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Questions de poétique et d’histoire »  : […] Fils de militaire – le général Jean Compagnon, qui fut l’un des premiers à entrer dans Paris avec le général Leclerc en 1944 –, Antoine Compagnon suivit une éducation assez stricte et fut élève du Prytanée militaire de La Flèche : il tirera un beau roman de cette expérience ( La Classe de rhéto , 2012). L’adolescent liseur fait des sciences et entre à Polytechnique. Ingénieur des Ponts et Chaussé […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Niveaux d'analyse et interprétations modernes »  : […] C'est donc au xvi e  siècle que l'idée de décadence parvient à maturité, sans que s'amorce ce que F. Furet a appelé « le décrochage du concept de modernité par rapport à l'Antiquité ». Ce que signifie cette dernière ( antiquus , priscus , primitivus ) est valorisé contre la modernité, «  la cupidità di cose nuove  » critiquée par Guichardin après Salluste qui, déjà, avait dénoncé le goût de la nou […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche néo-évolutionniste »  : […] Les théories du développement se relient souvent aux théories évolutionnistes caractérisant la pensée scientifique de la seconde moitié du xix e  siècle ; elles les modifient sans toujours éliminer leurs insuffisances et réduire leurs erreurs ; elles ont néanmoins le mérite de poser les problèmes du développement en termes de transformation et de processus. L'économiste Walt W.  Rostow a tenté de […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'individu contre le type »  : […] Être français, en effet, pouvait aussi signifier quelque chose de tout à fait différent, et, au cours du xix e  siècle, c'est cette deuxième interprétation qui prit le dessus. Elle mettait l'accent sur ce qui distingue les Français du reste de l'humanité plutôt que sur ce qui est commun à tous les hommes. Elle se donnait pour idéal de couler tous les Français dans le même moule. Elle se fondait su […] Lire la suite

GIDDENS ANTHONY (1938- )

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 889 mots

Dans le chapitre « La théorie de la structuration »  : […] Pour Giddens, qui prolonge ainsi la réflexion de Weber et Durkheim tout en développant un point de vue critique sur les théories fonctionnalistes et structuralistes qui ont dominé la sociologie d'après-guerre, la structure sociale ne peut être simplement décrite comme une contrainte extérieure aux individus ; elle doit aussi être comprise comme un élément de structuration intérieure aux agents so […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'Europe des États »  : […] Une simple comparaison des cartes de l'Europe urbaine avec celles, classiques, des États européens du xvi e  siècle montre combien la différence est grande. Les États de la Renaissance sont économiquement et politiquement « désarticulés », hétérogènes, découpés suivant des cadres « partiellement anachroniques » (P. Chaunu). Ce sont pourtant ces États mal adaptés qui imposent le jeu, superficiel et […] Lire la suite

ILLICH IVAN (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 810 mots

Illustre dans les années 1970, puis oublié en France par la suite, le nom d'Ivan Illich demeure le symbole d'une pensée dont la fonction, stimulante et irritante, semble avoir été de prendre le contre-pied systématique des « vérités » qui constituent le fondement même de la modernité humaine. Illich marque le coup d'arrêt au progressisme productiviste comme postulat non critiqué et comme légitima […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une philosophie du changement »  : […] Au milieu du siècle, Baudelaire avait découvert l'héroïsme de la vie moderne et introduit dans la méditation du beau l'idée de modernité. L'esprit, en concevant cette idée et en s'y tenant, choisit la position la plus propre à percevoir le temps en son essence, c'està-dire en son écoulement. Position difficile et restreinte, véritablement critique , coincée entre le plaisir de se réfugier dans la […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite

LANGAGES DE MASSE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une structure de la modernité »  : […] Fondé dans une première phase sur une psychologie du réflexe conditionné, du martèlement et de l'électrochoc, c'est-à-dire sur une technique mécaniste et métallurgique des relations humaines, ce langage de masse s'oriente aujourd'hui vers une psychologie du contact, du dialogue et du feed-back, c'est-à-dire sur une technique cybernétique de l'information comme système de relations intégrées. Mais, […] Lire la suite

LA LÉGITIMITÉ DES TEMPS MODERNES (H. Blumenberg)

  • Écrit par 
  • Michel NARCY
  •  • 914 mots

Trente-trois ans après sa première édition allemande (onze ans seulement après la deuxième, sur laquelle a été faite la traduction française), l'ouvrage majeur de Hans Blumenberg, La Légitimité des Temps modernes (traduit de l'allemand par M. Sagnol, J.-L. Schlgel et D. Trierweiller, avec la collaboration de M. Dautrey, Gallimard, Paris, 1999), paraissait en France à son heure. En effet, si un hi […] Lire la suite

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

Depuis que l'on a proclamé la fin des avant-gardes, la modernité a été périodiquement l'objet de débats où se mêlent mises en accusation et plaidoyers teintés de nostalgie. Professeur de littérature à la Sorbonne et à Columbia University, Antoine Compagnon a déjà consacré plusieurs essais à cette question, notamment Les Cinq Paradoxes de la modernité (1990), où il s'en prenait aux doctrines qui v […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-10 octobre 2016 • Maroc • Victoire du Parti de la justice et du développement aux élections législatives.

Le 7, le Parti de la justice et du développement (islamiste) du Premier ministre Abdelilah Benkirane améliore sa représentation lors des élections législatives en remportant 31,7 p. 100 des suffrages et 125 sièges sur 395. Le Parti authenticité et modernité (progressiste) d’Ilyas El Omari, proche [...] Lire la suite

18 juin 2015 • Publication de l’encyclique <it>Laudato</it><it> si’.</it> .

au « soin de la maison commune » et adressé à « toute la famille humaine », le texte souligne notamment la « dette écologique » que les pays riches ont à l’égard des pays pauvres. Dénonçant une crise « éthique, culturelle et spirituelle de la modernité », il se prononce en faveur d’une « écologie intégrale », tant humaine que sociale.  [...] Lire la suite

30 septembre 2013 • Cameroun • Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives.

, qui obtient 18 sièges, et le Rassemblement démocratique pour la modernité au Cameroun de Pierre Mila Assouté, qui a 5 élus. Le taux de participation est de 76,8 p. 100. La Cour suprême n'annoncera les résultats que le 17 octobre.  [...] Lire la suite

25-30 novembre 2011 • Maroc • Victoire des islamistes aux élections législatives.

des indépendants (centriste) du ministre des Finances Salaheddine Mezouar remporte 52 sièges. Le Parti Authenticité et modernité (conservateur), récemment créé par un proche du roi Mohammed VI, en obtient 47. Le Mouvement populaire (conservateur) de Mohand Laenser, membre de la coalition sortante [...] Lire la suite

11-24 février 2002 • France • Déclaration de candidature à l'élection présidentielle de Jacques Chirac et de Lionel Jospin.

heures de France 2 que son projet « n'est pas un projet socialiste », mais « une synthèse de [...] la modernité ». Le 23 se tient à Toulouse la première convention nationale de l'Union en mouvement (U.E.M.) qui, depuis avril 2001, sur une initiative de l'Élysée, rassemble les partisans du président [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BAUDRILLARD, Alain BRUNN, Jacinto LAGEIRA, « MODERNITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernite/