ALTÉRITÉ, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler

La phénoménologie husserlienne restant prisonnière de la représentation et de la perception, la voie d'accès à l'existence d'autrui, à l'intersubjectivité, ne se trouverait-elle pas du côté du sentiment, de l'affectivité (Einfühlung), laquelle relie les êtres en deçà de la dualité sujet-objet, dans la mesure où elle met directement « en présence de... » sans l'intermédiaire de la représentation ? Ce fut la voie qu'emprunta Max Scheler en privilégiant la sympathie, perception ou encore compréhension affective des émotions d'autrui, qui laisse subsister la différence entre ce qu'autrui ressent et ce que je ressens moi-même à la vue de ses peines ou de ses joies. Mais pourquoi privilégier la sympathie, plutôt que la haine ou la colère, parmi toutes les affections humaines ? N'est-ce pas omettre le moment de négativité constitutif des relations interhumaines telles que la dialectique du maître et de l'esclave chez Hegel ou la lutte des classes chez Marx ? En outre, nonobstant les nuances qu'introduit Max Scheler entre le partage direct de la joie ou de la souffrance d'autrui, la contagion affective, la fusion affective, et la compréhension affective, se pose néanmoins le problème d'éviter que la sympathie ne se perde en autrui, ne l'absorbe, tout comme Heidegger distinguera entre une sollicitude (Fürsorge) affairée et qui assujettit autrui (Besorgen), et une sollicitude plus authentique (Sorge) qui, en laissant être autrui, le libérerait.

Max Scheler

Photographie : Max Scheler

Max Scheler (1874-1928), philosophe allemand, considère qu'il y a plusieurs genres de connaissances (théologique, mythique, philosophique, psychosociologique, positive, perceptive, technique, scientifique, etc.) et qu'il appartient aux divers cadres sociaux d'accentuer ou de privilégier tel ou... 

Crédits : ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Cette limite à la sympathie, Kant l'avait découverte pour sa part dans la notion de respect, notion au sein de laquelle émerge l'expérience d'autrui. Le sujet accède à sa qualité de sujet transcendantal dès lors qu'il manifeste sa volonté de surmonter ses désirs et ses inclinations particuliers en adhérant au principe d'une législation universelle : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse en même temps toujours valoir comme principe d'une législation universelle. » Le droit d'autrui à exister et, corrélativement, mon obligation à son égard, naît d'une volonté de finitude délibérée du sujet. La loi morale est en moi, comme en tout un chacun, et son efficience consiste précisément dans son universalité. Lui obéir, c'est faire preuve de respect, se constituer en sujet et du même coup constituer tout un chacun en sujet, respecter les autres dépositaires de cette loi morale universelle. La position d'autrui s'acquiert par la limitation des prétentions du sujet empirique au moyen de la raison : par le devoir de « reconnaissance d'autrui ».

Emmanuel Kant

Photographie : Emmanuel Kant

Avec ses trois «Critiques» («Critique de la raison pure», 1781, «de la faculté de juger», 1788 et «de la raison pratique», 1790), Emmanuel Kant (1724-1804) fonde les conditions d'une connaissance et d'une morale universelles de possibles. Portrait d'Emmanuel Kant, vers 1790. 

Crédits : AKG-images

Afficher

En outre, chez Kant, c'est la notion de fin en soi qui assure la constitution d'autrui non plus en tant que « chose » mais en tant que « personne » : « Les êtres raisonnables sont appelés des personnes parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c'est-à-dire comme quelque chose qui ne peut être employé simplement comme moyen, quelque chose qui, par suite, limite d'autant toute faculté d'agir comme bon me semble, et qui est un objet de respect » (Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785). En constituant autrui comme une personne, je m'oblige à le respecter en tant que tel : c'est du sein de l'éthique et non plus de la perception qu'autrui m'apparaît comme une « personne ».

Ce respect dû aux personnes formalise en quelque sorte la Règle d'or de Hillel qui répondit en ces termes à un Gentil qui voulait connaître l'essence du judaïsme : « Ne fais pas à ton prochain ce que tu détesterais qu'il te fît. C'est ici la loi tout entière ; le reste est commentaire » (Talmud de Babylone, Shabbat). L'Évangile énonce pour sa part sous une forme positive cette norme de réciprocité : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le semblablement pour eux » (Luc, VI, 31 ou Matth., VII, 12). Cette formulation positive se rapproche d'ailleurs du commandement du Lévitique (XIX, 18, repris en Matth., XXII, 39) : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », où le p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Martin Heidegger

Martin Heidegger
Crédits : G. Schütz/ AKG-images

photographie

Max Scheler

Max Scheler
Crédits : ullstein bild/ Getty Images

photographie

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG-images

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : AKG-Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALTÉRITÉ, philosophie  » est également traité dans :

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Généralement, le terme d'altruisme qualifie une attitude morale concrète qui, par-delà toute crainte et même toute norme, privilégie autrui. L'altruisme manifeste un débordement de l'amour propre naturel, calculateur et soucieux de préserver le soi, et du désir érotique qui porte éperdument vers autrui mais un autrui à posséder. Une sorte d'aura entoure le terme d'altruisme. On est aux confins de […] Lire la suite

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'autre, référentiel transcendant »  : […] Comment puis-je être moi parmi les autres, comment puis-je être moi et comprendre les autres, comment puis-je être moi, c'est-à-dire l'autre de tous les autres ? Cette triple interrogation évoque le Montesquieu des Lettres persanes et son « Comment peut-on être persan ? ». Elle renouvelait l'anthropologie et la philosophie. L'auteur n'en a pas immédiatement vu toutes les implications : il aurait […] Lire la suite

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ? La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle de la sympathie. Développée au xviii e  siècle, elle forme le cœur de l'ouvrage de Max Scheler, Nature et for […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche phénoménologique »  : […] Le débat entre Kant et Hegel n'épuise le problème philosophique de la croyance que si l'on tient l'équivalence entre croyance et foi pour le dernier développement d'une notion dont on a rappelé plus haut le triple enracinement dans le concept grec de doxa ou opinion, dans le concept stoïcien et cartésien d'assentiment, dans le concept humien de belief . Après l'effondrement de la philosophie hégé […] Lire la suite

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Désir et conscience de soi »  : […] Le désir occupe une place particulièrement importante dans l'anthropologie de Spinoza, qui en fait « l'essence même de l'homme en tant qu'elle est conçue comme déterminée à faire quelque chose » ( Éthique , livre III). Le naturalisme conséquent de Spinoza l'empêche de distinguer appétit et désir, qu'il définit comme « l'Appétit avec conscience de lui-même » (livre III, prop. 9, scolie). Indépendam […] Lire la suite

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Avant de devenir une catégorie centrale de la réflexion éthique, politique et anthropologique, la notion de différence a longtemps été comprise d'une manière négative. Dans la philosophie de la Grèce antique, et, en particulier, dans la pensée de Platon et d'Aristote, la différence est d'abord la négation de l'identité. Elle n'est pas pensée dans son être propre, mais à partir d'un être auquel la […] Lire la suite

DROIT - Droit comparé

  • Écrit par 
  • Horatia MUIR WATT
  •  • 7 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre épistémologique »  : […] La pratique de la comparaison suppose défini le cadre épistémologique de l'acte de comparer : il s'agit de tirer les conséquences du fait que, d'une part, l'observateur étranger reste extérieur à l'objet de la comparaison, et que, d'autre part, toute comparaison revêt un caractère nécessairement interprétatif. Abordant le système étranger de l'extérieur, le comparatiste se perçoit comme autre dan […] Lire la suite

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] La position par soi-même de la liberté a pu être appelée le point de départ de l'éthique, mais elle ne constitue pas encore l'éthique elle-même. Ce qui manque, c'est la position dialogique de la liberté en seconde personne. Nous n'avons donc fait que la moitié, et même le tiers, du chemin dans une analyse purement solipsiste de l'exigence d'effectuation de la liberté. On entre véritablement en ét […] Lire la suite

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 681 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Génocide et ethnocide »  : […] Créé en 1946 au procès de Nuremberg, le concept juridique de génocide est la prise en compte au plan légal d'un type de criminalité jusque-là inconnu . Plus précisément, il renvoie à la première manifestation dûment enregistrée par la loi de cette criminalité : l'extermination systématique des juifs européens par les nazis allemands. Le délit juridiquement défini de génocide s'enracine donc dans […] Lire la suite

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les aléas de la liberté »  : […] Inconditionnelle liberté, le pour-soi, par angoisse devant le vide qu'il est, va chercher refuge dans les comédies illusoires que décrit le célèbre chapitre sur « La Mauvaise Foi », véritable envers de la liberté où « l'être-au-monde » tente vainement de se vivre comme « être-au-milieu-du-monde ». Dans tout le corps du massif ouvrage, Sartre va ainsi donner comme une suite de descriptions de la li […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie COURTINE-DENAMY, « ALTÉRITÉ, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/