DADA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est miracle qu'on puisse aujourd'hui voir et lire des œuvres du mouvement dada, en dépit de sa persécution par le régime nazi (il est le seul mouvement explicitement désigné par Hitler dans Mein Kampf), des autodafés qui ont consumé « l'art dégénéré », de la fragilité et du caractère périssable des matériaux utilisés, et surtout de son hostilité envers la bourgeoisie de son temps. Il faut croire que celle-ci fut suffisamment libérale ou masochiste pour accepter et même consacrer ce qui ne visait qu'à sa destruction, en se pressant aux expositions, en surenchérissant dans les salles des ventes, en gardant précieusement dans ses coffres l'essence même de l'éphémère.

Le mouvement dada a créé son propre mythe en se présentant lui-même comme purement subversif et terroriste, que ce soit en matière d'art, de littérature, de morale sociale ou individuelle.

Jamais mouvement de l'esprit n'a été moins assujetti à la patrie d'origine de ses promoteurs. Né à peu près simultanément en Suisse et aux États-Unis, il essaima rapidement dans plusieurs pays de l'ancien continent. Dada est un mouvement international ; on aurait mauvaise grâce à déceler en lui l'esprit caractéristique d'un peuple plutôt que d'un autre, comme le firent les contemporains.

Dada récuse la distinction des genres et dépasse les limites de chaque discipline. Tout son effort a consisté à semer la confusion dans les arts et à réduire les frontières dressées entre l'art, la littérature, voire les techniques, accumulant tableaux-manifestes, poèmes-manifestes, poèmes simultanés avec accompagnement de bruits, collages, photomontages, etc. Il s'est emparé pour cela de tous les matériaux considérés comme étrangers à l'art (fils de fer, allumettes, lieux communs du langage, photos, slogans journalistiques, objets manufacturés) pour en faire un assemblage homogène, cohérent en lui-même et ne souffrant la critique que de son seul point de vue.

Pour ce qui concerne l'art, il n'a pas voulu créer, dit-il, mais détruire. Il a refusé qu'on le dise artiste et que l'on nomme œuvres les produits de son activité. Faut-il le croir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, fondateur du centre de recherches sur le surréalisme (université Paris-III, C.N.R.S.)
  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DADA  » est également traité dans :

DADA (exposition)

  • Écrit par 
  • Florian RODARI
  •  • 961 mots

Rien n'est plus étranger à l'esprit dada que la consécration. Le rejet de toute autorité et l'abandon du culte de la personnalité constituent même les rares principes qui ont animé, de 1916 à 1922, la geste dada. En effet, avant même d'être à l'origine de certaines des œuvres les plus importantes du xxe siècle, ce […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dada, en 1919, a remplacé l'« art : mot perroquet » selon Tzara, qui a affirmé dans sa Proclamation sans prétention que « l'art s'endort pour la naissance d'un monde nouveau ». Malgré le nihilisme de Dada, qui exerça ses ravages pendant six ans, de 1916 à 1922, son action de sabotage suscita, contradictoirement, de nouvelles instructions formelles, une « dé-construction » si l'on veut, qui fait […] Lire la suite

ARAGON LOUIS (1897-1982)

  • Écrit par 
  • Daniel BOUGNOUX
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un merveilleux printemps »  : […] Né le 3 octobre 1897 à Paris d'un père (le député Louis Andrieux, un temps ambassadeur à Madrid) qui refusa de le reconnaître et d'une mère, Marguerite Toucas, qui se fit jusqu'en 1918 passer pour sa sœur, le jeune garçon vécut dès son enfance un roman familial passablement compliqué, qu'évoqueront les grands romans du Monde réel ( Les Voyageurs de l'impériale notamment). Étudiant en médecine m […] Lire la suite

ARP HANS (1887-1966)

  • Écrit par 
  • Anne BOÉDEC
  •  • 1 967 mots

Dans le chapitre « L'abstrait »  : […] Réfugié en Suisse après la déclaration de guerre, Arp expose en novembre 1915, à la galerie Tanner de Zurich, ses premiers collages, faits de papiers et d'étoffes imprimées, différents des collages cubistes par l'absence de référence à un objet. À l'occasion de cette exposition, il rencontre Sophie Taeuber (1889-1943), dont les œuvres, déjà totalement abstraites, l'influencent ; ensemble ils exéc […] Lire la suite

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 101 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « De la poétique de la table rase au passé recomposé »  : […] Il est, de fait, difficile de cerner précisément toutes les formes d'expérimentation qu'une telle notion recouvre. Rétrospectivement, des mouvements comme le futurisme, le surréalisme, l'acméisme, le constructivisme – même si certains, ce qui est loin d'être innocent, se sont dégagés d'une telle appellation – peuvent être définis comme d'avant-garde. Mais la difficulté resurgit dès lors qu'on tent […] Lire la suite

BAADER JOHANNES (1875-1955)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 895 mots

Johannes Baader est né le 21 juin 1875 à Stuttgart, dans une famille où il a été élevé selon les principes rigoureux du piétisme. D'où certainement, plus tard, sa répulsion pour les religions instituées, ainsi que sa propension à se prétendre lui-même Dieu, ou à la rigueur le Christ réincarné. Toujours est-il qu'il s'est plié à la discipline scolaire, jusqu'à obtenir un diplôme d'architecte dans s […] Lire la suite

BAARGELD ALFRED GRÜNEWALD dit JOHANNES THEODOR (1891-1927)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 320 mots
  •  • 1 média

Plus connu sous le nom de Baargeld (argent comptant), Alfred Grünewald a été l'un des personnages les plus déroutants du dadaïsme de Cologne . Fils d'un banquier, il avait été l'un des fondateurs du Parti communiste de Rhénanie. Personnage excentrique, il avait quitté Oxford pour s'adonner vers 1918 aux activités dada. Avec Arp et Ernst il a animé le petit groupe dadaïste de Cologne dont l'activit […] Lire la suite

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le refoulement des avant-gardes »  : […] Cet ébranlement des assises sociales et culturelles du pays est perçu – et théorisé jusqu'à ses ultimes conséquences – par le jeune Clément Pansaers dans sa revue Résurrection . Publié en pays occupé à l'époque où triomphe, en Russie, la révolution d'Octobre, le périodique défend des points de vue internationalistes et révolutionnaires qui passent par l'abolition des frontières nationales. Le patr […] Lire la suite

BLUMENFELD ERWIN (1897-1969)

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 679 mots

L' Autoportrait en Pierrot (1911) réalisé par Erwin Blumenfeld à l'âge de quatorze ans laisse entrevoir la créativité de cet anticonformiste qui va bousculer les codes de la photographie de mode. Né en 1897 à Berlin dans une famille d'origine juive, Blumenfeld doit abandonner ses études à la mort de son père pour devenir apprenti dans la confection. Ambulancier dans l'armée allemande durant la Pr […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ

  • Écrit par 
  • Marguerite BONNET
  •  • 4 880 mots

Dans le chapitre « La naissance du surréalisme »  : […] Des prédilections communes, la foi dans les pouvoirs de la poésie ont rapproché de lui, dans les années 1917-1918, Louis Aragon et Philippe Soupault. En mars 1919, ils fondent une revue, Littérature , qui publie les Poésies de Ducasse, les Lettres de guerre de Jacques Vaché, mort (accident ou suicide ?) en janvier 1919, et les premiers textes obtenus par Breton et Soupault au moyen de l'écritur […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 683 mots

19 février 1896 Naissance de Breton à Tinchebray, dans l'Orne. 1914-1918 Première Guerre mondiale. 1916 Infirmier militaire à Nantes, Breton y fait la connaissance de Jacques Vaché. En mai, il rencontre Guillaume Apollinaire. 1917 Fait la connaissance de Philippe Soupault, puis de Louis Aragon. 1919 Fonde la revue Littérature avec Aragon et Soupault. Publie Mont de piété , son premier recuei […] Lire la suite

BRYEN CAMILLE (1907-1977)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 1 126 mots

Peintre, poète et créateur d'objets, qui se plaçait dans la ligne de Dada. Il a persisté à travers une œuvre dont l'évolution, au cours des années, fut pourtant considérable. Des premiers poèmes d' Opopanax (1927) aux grandes toiles discrètes et impressionnistes d'après la guerre, un cheminement s'est opéré vers la sérénité et le silence. Né à Nantes, Camille Bryen s'est fixé à Paris en 1926 où i […] Lire la suite

CARTE POSTALE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 3 148 mots

Dans le chapitre « Expressionnistes, futuristes, dadaïstes et surréalistes »  : […] Si la carte postale a été l'une des stars de la Belle Époque, elle a aussi tenté les différentes avant-gardes qui se sont succédé en Europe dans le premier quart du xx e  siècle. Elle fut alors, dans quelques cercles privilégiés, le véhicule d'un art de remise en question qui lui donne ses lettres de noblesse et mérite qu'on s'y arrête. À Vienne, s'était constituée dès la fin du xix e  siècle la W […] Lire la suite

CHARCHOUNE SERGE (1888-1975)

  • Écrit par 
  • Jacques ZEITOUN
  •  • 923 mots

Sergueï Ivanovitch Charchoune est né à Bougourouslan (Russie), d'un père descendant de serfs d'origine slovaque, individualiste et anarchisant, et d'une mère russe. Élevé avec sévérité dans une foi qu'il a gardée toute sa vie, il se situe dès son enfance au centre de la trinité musique-poésie-peinture. Si cette dernière l'attire pour toujours, il ne renoncera jamais tout à fait aux deux autres. Il […] Lire la suite

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « Les papiers collés : un nouveau langage »  : […] « [...] un timbre-poste véritable, un morceau de journal quotidien, un morceau de toile cirée sur laquelle est imprimée la cannelure d'un siège. L'art du peintre n'ajouterait aucun élément pittoresque à la vérité de ces objets ». Lorsque Guillaume Apollinaire évoque en 1913 la Nature morte à la chaise cannée de Picasso (1912) , il rapporte la vérité picturale à la présence de l'objet rapporté da […] Lire la suite

COURRIER DADA, Raoul Hausmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 442 mots

Le 24 juin 1946, Raoul Hausmann (1886-1971) écrivait à son vieux compagnon de route Kurt Schwitters : « Je vais écrire une histoire de Dada en Allemagne. Il faut en finir avec tous les mensonges de Tzara, qu'il était le seul inventeur de Dada, de Ernst (Max) qu'il était l'inventeur du photomontage et ainsi de suite. » Courrier Dada , le recueil publié par Hausmann en 1958 à Paris, en langue franç […] Lire la suite

CRAVAN FABIAN AVENARIUS LLOYD dit ARTHUR (1887-1920)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 531 mots

D'une certaine manière, l'œuvre de Cravan a incarné la face la plus nihiliste et la plus négatrice du dadaïsme. Né à Lausanne, sujet britannique, Fabian Avenarius Lloyd arrive à Paris en 1909 et adopte le pseudonyme d'Arthur Cravan. Il va fréquenter dans la capitale plusieurs écrivains et peintres, parmi lesquels Van Dongen, Salmon et Cendrars. En 1912, il fait paraître la revue Maintenant , parti […] Lire la suite

CREVEL RENÉ (1900-1935)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 568 mots

« Je sais à quoi m'en tenir et que je suis affligé non du classique complexe d'Œdipe, mais du simplexe anti-Œdipe [...]. Malheur à l'homme qui n'a pas voulu coucher avec sa mère ! » ( Êtes-vous fous ? 1929). René Crevel a quatorze ans lorsque son père, imprimeur de musique, se pend, et « ce suicide, écrit Crevel, pour ma formation et ma déformation, fit plus que tout essai postérieur d'amour ou d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri BEHAR, Catherine VASSEUR, « DADA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/