AUTRUI (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pitié, un élan vers autrui

Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651), celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été impitoyables les uns envers les autres. Non pas, comme le suppose Hobbes, en raison de la violence de leurs désirs et de leur volonté de domination, mais parce qu’ils auraient été ignorants de ce que les autres ressentaient. « Un homme abandonné seul sur la surface de la Terre, à la merci du genre humain, devait être un animal féroce » (Essai sur l’origine des langues, rédigé aux environs de 1755, publié à titre posthume en 1781). La cause de cette sauvagerie réside pour Rousseau dans la faiblesse de l’imagination. « Celui qui n’imagine rien ne sent que lui-même ; il est seul au milieu du genre humain » (ibidem).

Rousseau développera plus tard dans Émile, ou de l’éducation (1762) des réflexions apparemment très différentes à propos de la « pitié », mais il ne faut y voir aucune contradiction, car ces chapitres concernent cette fois l’homme en société. Dès le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), Rousseau avait opposé l’égoïsme des aristocrates intelligents et cultivés, qui se « font une raison » pour ne pas intervenir lorsque leurs semblables sont en train de s’égorger, et le comportement spontané des « femmes des Halles » qui se précipitent au risque de leur vie pour séparer les combattants. Dans Émile, Rousseau prolonge cette analyse, en montrant que, même si elle s’enracine dans notre nature, la pitié relève bien d’une éducation : celle qui consiste à faire comprendre aux enfants la fragilité qui est la nôtre et qui peut à chaque instant plonger dans la souffrance et le malheur le plus privilégié des hommes. « C’est la faiblesse de l’homme qui le rend sociable ; ce sont nos misères communes qui portent nos cœurs à l’humanité. » À l’inverse, celui à qui l’on fait croire que sa condition supérieure lui épargnera tous les malheurs se sentira étranger aux souffrances dont il se croit à tout jamais protégé. Pour le philosophe, la pitié est un sentiment indiscutablement universel : « Qui est-ce qui ne plaint pas le malheureux qu’il voit souffrir ? Qui est-ce qui ne voudrait pas le délivrer de ses maux s’il n'en coûtait qu’un souhait pour cela ? »

À la différence de Rousseau, qu’il admire et dont il est un grand lecteur, Emmanuel Kant (1724-1804) se méfie de la sensibilité, trop instable et de laquelle nous sommes trop dépendants. Mais ne pouvant se résoudre à l’éliminer totalement, il va faire l’hypothèse originale d’un sentiment unique, du seul sentiment qui a son origine dans notre raison et non dans notre cœur : le sentiment du respect. C’est notre raison, et c’est en particulier le pari que notre raison nous invite à faire de notre libre arbitre sans lequel nous ne serions rien d’autre que des objets déterminés, qui produit en nous un sentiment moral. « Le respect s’applique toujours uniquement à des personnes, jamais aux choses », peut-on lire dans la Critique de la raison pratique (1788). Rousseau avait le premier considéré la conduite morale comme indépendante des connaissances dont nous disposons, résumant cette certitude par une formule : « On peut être homme sans être savant. » Cette thèse est partagée par Kant, qui insiste sur l’admiration que suscite en nous le comportement exemplaire d’un homme agissant par pur respect pour la loi morale, sans écouter le moins du monde ce qui relèverait de son intérêt ou de son plaisir. L’homme agissant de la sorte nous apparaît comme un individu libre, et c’est notre propre liberté que nous admirons en lui. Toute conduite authentiquement morale nous aide à comprendre que si « les choses ont un prix, l’homme a une dignité » (Fondements de la métaphysique des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Autres références

«  HUMANITÉ EN QUESTION, XX e et XXI e s.  » est également traité dans :

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

L'humanité est d'abord la qualité de l'être humain, autrement dit la nature humaine. Pour préciser en quoi consiste cette qualité, d'autres sens du mot peuvent nous guider. Ce terme désigne aussi la bienveillance ou la compassion (la vertu d'humanité), la culture comprise comme perfection de l'humanité, la politesse, la civilité, le savoir-vivre. Employé au pl […] Lire la suite

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 108 mots
  •  • 14 médias

L'origine du terme renvoie clairement au domaine militaire. Le déplacement métaphorique et la généralisation de cette terminologie dans d'autres champs (notamment intellectuel, politico-révolutionnaire et artistique) furent progressifs. Cependant, l'inspiration militaire, ou du moins guerrière, a continué d'imprég […] Lire la suite

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Bien qu'il s'agisse d'une notion à bien des égards trop familière, il est difficile de définir la violence. À cela, de multiples raisons. Et d'abord, le fait qu'elle recouvre des comportements très disparates. On parle de violences domestiques et de violences politiques, de violences physiques et de violences morales, tous comportements qui, assurément, ne […] Lire la suite

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

La modernité n'est ni un concept sociologique, ni un concept politique, ni proprement un concept historique. C'est un mode de civilisation caractéristique, qui s'oppose au mode de la tradition, c'est-à-dire à toutes les autres cultures antérieures ou traditionnelles : face à la diversité géographique et symboliq […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Soi et Autrui, identité et différence. D'une part, être conscient de soi, se saisir comme un Je, un sujet, privilège exclusivement humain. D'autre part, autrui, le différent, ce qui m'est étranger, un moi qui n'est pas moi et qui se prétend toutefois mon semblable, mon alter ego, un a […] Lire la suite

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 051 mots
  •  • 10 médias

En France, le futurisme italien a souvent fait l'objet d'un intérêt condescendant. Or rien ne peut légitimement fonder cette attitude : l'intensité plastique des œuvres, l'ampleur et la nouveauté des attendus théoriques, la contribution majeure du mouvement à l'essor des avant-gardes apparaissent indiscutables.Dans leur perpétuel souci d'innovation, les futuristes ne songèrent rien moins qu'à plai […] Lire la suite

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 597 mots
  •  • 8 médias

En France, l'expressionnisme a longtemps été rejeté, comme une calamité germanique et brumeuse. Soulignant l'attraction qu'exerçait le Paris brillant des années folles sur l'internationale cosmopolite des arts et des lettres, Paul Morand lui oppose le repoussoir allemand : « Londres, New York [...] avaient les yeux fixés sur nous [...]. Je ne parle pas de […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 737 mots
  •  • 1 média

C'est miracle qu'on puisse aujourd'hui voir et lire des œuvres du mouvement dada, en dépit de sa persécution par le régime nazi (il est le seul mouvement explicitement désigné par Hitler dans Mein Kampf), des autodafés qui ont consumé « l'art dégénéré », de la fragilité et du caractère périssable des matériaux utilisés, et surtout de son hostilité envers la bourgeoisie de son t […] Lire la suite

NÉGRITUDE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 215 mots

Le terme « négritude », forgé dans les années 1930 par un groupe de poètes et d'étudiants africains et antillais francophones, recoupe des aspirations tant politiques qu'esthétiques ou identitaires. Une ambiguïté qui s'est révélée presque malgré elle plus dynamique qu'handicapante. […] Lire la suite

GOULAG

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 3 842 mots
  •  • 1 média

Trois ans à peine après la parution, en Occident, du livre phare d'Alexandre Soljenitsyne L'Archipel du Goulag (1973), le terme Goulag (pour Glavnoie Oupravlenie Laguerei, Direction principale des camps) fait son entrée dans le Grand Robert.La reconnaissance du sigle-symbole Goulag marque un aboutissement, celui d'un long et douloureux cheminement entrepris […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « AUTRUI (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/autrui-notions-de-base/