AUTRUI (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autrui m’est nécessaire

N’y a-t-il pas cependant, chez Hegel et ses successeurs tels que Sartre, un oubli condamnable de la complémentarité, de la solidarité, qui relient les hommes entre eux au moins autant que l’affrontement les oppose ? La distance entre les consciences, et le danger toujours présent de me considérer comme l’unique sujet en train de rêver le monde et les autres, propre au solipsisme, ne nous obligent-ils pas à recourir à l’autre conscience comme le moyen de nous rassurer sur notre propre existence et sur notre expérience du monde ? Parce que je peux douter de la réalité de ce qui m’apparaît, j’ai besoin de la confirmation de l’autre pour me sortir de l’hypothèse solipsiste. Martin Buber (1878-1965) a mis cette notion de « confirmation » au centre de sa philosophie : « Les autres ont besoin, et cela leur est donné, de se confirmer l’un l’autre dans leur être individuel » (Je et Tu, 1923). Cette affirmation nous permet de comprendre qu’avec un point de départ identique – la solitude de la conscience – les philosophes peuvent cheminer dans des directions différentes, voire opposées. Descartes ouvre la voie au marquis de Sade, mais tout aussi bien aux constructions de Martin Buber.

De façon analogue, Ronald Laing (1927-1989), l’antipsychiatre qui se réclame à la fois de Sartre et du bouddhisme, part de l’impénétrabilité de l’autre conscience pour en déduire son caractère séduisant plutôt que menaçant. « Vous ne faites pas l’expérience de mon expérience », remarque sur un mode très cartésien l’auteur de Soi et les autres (1971). Je ne suis pas en relation avec autrui, mais avec une image que je me fais de lui. Autrui, de son côté, ignore ce qui se passe à l’intérieur de ma conscience (idées, sentiments, émotions) ; il est réduit à s’en faire une image. Je me fais une image de cette image que l’autre se fait de moi, et réciproquement. Nous naviguons ainsi dans un labyrinthe d’images qui peuvent, lorsque l’autre nous adresse des messages contradictoires, nous conduire au malaise voire à la folie. Mais, quand [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Autres références

«  HUMANITÉ EN QUESTION, XX e et XXI e s.  » est également traité dans :

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

L'humanité est d'abord la qualité de l'être humain, autrement dit la nature humaine. Pour préciser en quoi consiste cette qualité, d'autres sens du mot peuvent nous guider. Ce terme désigne aussi la bienveillance ou la compassion (la vertu d'humanité), la culture comprise comme perfection de l'humanité, la politesse, la civilité, le savoir-vivre. Employé au pl […] Lire la suite

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 101 mots
  •  • 14 médias

L'origine du terme renvoie clairement au domaine militaire. Le déplacement métaphorique et la généralisation de cette terminologie dans d'autres champs (notamment intellectuel, politico-révolutionnaire et artistique) furent progressifs. Cependant, l'inspiration militaire, ou du moins guerrière, a continué d'imprég […] Lire la suite

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Bien qu'il s'agisse d'une notion à bien des égards trop familière, il est difficile de définir la violence. À cela, de multiples raisons. Et d'abord, le fait qu'elle recouvre des comportements très disparates. On parle de violences domestiques et de violences politiques, de violences physiques et de violences morales, tous comportements qui, assurément, ne […] Lire la suite

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

La modernité n'est ni un concept sociologique, ni un concept politique, ni proprement un concept historique. C'est un mode de civilisation caractéristique, qui s'oppose au mode de la tradition, c'est-à-dire à toutes les autres cultures antérieures ou traditionnelles : face à la diversité géographique et symboliq […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Soi et Autrui, identité et différence. D'une part, être conscient de soi, se saisir comme un Je, un sujet, privilège exclusivement humain. D'autre part, autrui, le différent, ce qui m'est étranger, un moi qui n'est pas moi et qui se prétend toutefois mon semblable, mon alter ego, un a […] Lire la suite

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

En France, le futurisme italien a souvent fait l'objet d'un intérêt condescendant. Or rien ne peut légitimement fonder cette attitude : l'intensité plastique des œuvres, l'ampleur et la nouveauté des attendus théoriques, la contribution majeure du mouvement à l'essor des avant-gardes apparaissent indiscutables.Dans leur perpétuel souci d'innovation, les futuristes ne songèrent rien moins qu'à plai […] Lire la suite

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

En France, l'expressionnisme a longtemps été rejeté, comme une calamité germanique et brumeuse. Soulignant l'attraction qu'exerçait le Paris brillant des années folles sur l'internationale cosmopolite des arts et des lettres, Paul Morand lui oppose le repoussoir allemand : « Londres, New York [...] avaient les yeux fixés sur nous [...]. Je ne parle pas de […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

C'est miracle qu'on puisse aujourd'hui voir et lire des œuvres du mouvement dada, en dépit de sa persécution par le régime nazi (il est le seul mouvement explicitement désigné par Hitler dans Mein Kampf), des autodafés qui ont consumé « l'art dégénéré », de la fragilité et du caractère périssable des matériaux utilisés, et surtout de son hostilité envers la bourgeoisie de son t […] Lire la suite

NÉGRITUDE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 215 mots

Le terme « négritude », forgé dans les années 1930 par un groupe de poètes et d'étudiants africains et antillais francophones, recoupe des aspirations tant politiques qu'esthétiques ou identitaires. Une ambiguïté qui s'est révélée presque malgré elle plus dynamique qu'handicapante. […] Lire la suite

GOULAG

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 3 842 mots
  •  • 1 média

Trois ans à peine après la parution, en Occident, du livre phare d'Alexandre Soljenitsyne L'Archipel du Goulag (1973), le terme Goulag (pour Glavnoie Oupravlenie Laguerei, Direction principale des camps) fait son entrée dans le Grand Robert.La reconnaissance du sigle-symbole Goulag marque un aboutissement, celui d'un long et douloureux cheminement entrepris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « AUTRUI (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/autrui-notions-de-base/