Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTRUI (notions de base)

Tant que les hommes ont vécu au sein de petites communautés n’ayant que peu de relations entre elles, la notion d’« autrui » est demeurée absente. Trois conditions ont dû être remplies pour qu’une évolution significative se produise. D’abord une intensification des liens entre les groupes humains. Ensuite, la lente construction du concept d’« humanité ». Enfin, le surgissement de l’individualisme amenant celui qui se considérait comme un « sujet » à questionner ses rapports avec les autres sujets.

Ces trois conditions ont permis la naissance des interrogations concernant autrui. Mais elles sont loin d’avoir suffi à apporter les réponses attendues. Qui est donc « autrui » ? Qui peut bien être cet autre moi qui n’est pas moi ?

Autrui existe-t-il  ?

Il a fallu attendre les débuts de la Modernité pour que soit explicitement posée, en lien avec la conscience de l’identité de chacun, la question de notre relation avec l’autre. Tout commence avec René Descartes (1596-1650). Pour lui, l’existence dont je suis d’abord certain, celle que démontre l’expérience du doute méthodique conduisant à l’évidence du « Cogito », est ma propre existence. Parce que le « Je pense » est initialement un « Je doute », je découvre en même temps, avec la conscience de mon imperfection, une autre existence certaine, celle de Dieu, car je ne puis me sentir limité qu’en me comparant à un Être absolument parfait dont je ne peux avoir forgé moi-même l’idée (le moins ne pouvant pas engendrer le plus). C’est seulement après la découverte de l’existence évidente de ces deux entités (moi et Dieu) que peut se poser la question de l’existence de l’autre, dont je n’ai aucune expérience directe en tant qu’être pensant. « Que vois-je de cette fenêtre, sinon des manteaux et des chapeaux, qui peuvent couvrir des spectres ou des hommes feints qui ne se remuent que par ressorts ? » ( Seconde Méditation métaphysique, 1641).

Et si j’avais rêvé le monde et les autres ? Et si tout ce qui m’apparaît n’était que les images d’un rêve qui m’est propre ? Descartes surmontera ce moment « solipsiste », autrement dit cette première étape où l’évidence de son existence de sujet conscient a pour effet de l’amener à douter de l’existence des autres. Le philosophe aura besoin de recourir à la certitude d’un Dieu fiable, qui soit le contraire du « malin génie » imaginé dans la première des Méditationsmétaphysiques, pour disposer d’une assurance concernant le monde perçu et, à l’intérieur de celui-ci, de l’existence des autres hommes. Il ajoutera un argument qui passe par les propriétés du langage, sur lequel nous reviendrons.

Une conséquence imprévisible du moment solipsiste cartésien s’offrira au regard deux siècles plus tard, avec le marquis de Sade (1740-1814), qu’on peut considérer, ainsi que l’ont fait certains commentateurs, comme une « victime » de la métaphysique cartésienne. S’il est exact que je ne dispose d’aucun accès à ce que vit autrui dans l’intimité de sa conscience, pourquoi ne pas construire mon existence sur la seule réalité qui vaille, celle de ma propre expérience sensible ? « Il n’y a aucune comparaison », remarque Sade dans La Philosophie dans le boudoir (1795), « entre ce qu’éprouvent les autres et ce que nous ressentons ; la plus forte douleur chez les autres doit assurément être nulle pour nous, et le plus léger chatouillement de plaisir éprouvé par nous nous touche ; donc nous devons, à quelque prix que ce soit, préférer ce léger chatouillement qui nous délecte à cette somme immense des malheurs d’autrui qui ne sauraient nous atteindre ». Raisonnement apparemment imparable, qui recèle cependant un sophisme. En effet, si le monde vécu par autrui m’est inaccessible, quel « chatouillement » de plaisir pourrais-je éprouver devant une [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias

    La réflexion sur l'animalité se distingue radicalement d'une approche zoologique comme d'une approche ethnologique qui présenterait les modes de relations aux animaux propres aux diverses sociétés humaines. C'est vers le discours philosophique qu'il convient de se tourner pour appréhender ce ...

  • BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

    • Écrit par Gilbert HOTTOIS
    • 7 796 mots
    • 1 média

    Définir la bioéthique est une entreprise délicate en raison de l’étendue et de la diversité des usages de ce néologisme qui fut introduit successivement et indépendamment en allemand (Bio-Ethik) puis en anglais (bioethics). Avec cette seconde introduction, la bioéthique articulait d’emblée...

  • CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

    • Écrit par Mario BETTATI
    • 6 349 mots

    Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité...

  • DADA

    • Écrit par Henri BEHAR, Catherine VASSEUR
    • 5 747 mots
    • 1 média

    C'est miracle qu'on puisse aujourd'hui voir et lire des œuvres du mouvement dada, en dépit de sa persécution par le régime nazi (il est le seul mouvement explicitement désigné par Hitler dans Mein Kampf), des autodafés qui ont consumé « l'art dégénéré », de la fragilité et du caractère...

  • EXPRESSIONNISME

    • Écrit par Jérôme BINDÉ, Lotte H. EISNER, Lionel RICHARD
    • 12 621 mots
    • 10 médias

    En France, l'expressionnisme a longtemps été rejeté, comme une calamité germanique et brumeuse. Soulignant l'attraction qu'exerçait le Paris brillant des années folles sur l'internationale cosmopolite des arts et des lettres, Paul Morand lui oppose le repoussoir allemand : « Londres, New York [...]...

  • FUTURISME

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI, Claude FRONTISI, Claude KASTLER
    • 5 031 mots
    • 9 médias

    En France, le futurisme italien a souvent fait l'objet d'un intérêt condescendant. Or rien ne peut légitimement fonder cette attitude : l'intensité plastique des œuvres, l'ampleur et la nouveauté des attendus théoriques, la contribution majeure du mouvement à l'essor des avant-gardes apparaissent indiscutables....

  • GÉNOCIDE

    • Écrit par Louis SALA-MOLINS
    • 8 501 mots
    • 1 média

    Il est des concepts dont la seule évocation impose le silence, et des silences dont l'obstination suffoque la mémoire. Il est des faits dont la pondération, la dénonciation, le simple récit semblent exiger de l'histoire qu'elle se refasse, de la philosophie qu'elle se refonde, du...

  • GOULAG

    • Écrit par Nicolas WERTH
    • 3 867 mots
    • 1 média

    Trois ans à peine après la parution, en Occident, du livre phare d'Alexandre Soljenitsyne L'Archipel du Goulag (1973), le terme Goulag (pour Glavnoie Oupravlenie Laguerei, Direction principale des camps) fait son entrée dans le Grand Robert.

    La reconnaissance du sigle-symbole Goulag marque...

  • INNOVATION, notion d'

    • Écrit par Abdelillah HAMDOUCH
    • 1 536 mots

    Si l'innovation renvoie intuitivement à l'idée de nouveauté, de changement et de progrès, elle constitue, du point de vue de la théorie économique, un phénomène spécifique, multiforme et complexe. Un phénomène spécifique, tout d'abord, car on ne peut parler d'innovation que si le changement est...

  • INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

    • Écrit par Jean-Gabriel GANASCIA
    • 5 584 mots
    • 5 médias

    Enfant terrible de l’informatique, l’intelligence artificielle est apparue au milieu des années 1950, soit une dizaine d’années après la fabrication de l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), premier ordinateur entièrement électronique. À l’origine, elle se proposait de simuler les...

  • NÉGRITUDE

    • Écrit par Olivier NEVEUX
    • 1 218 mots

    Le terme « négritude », forgé dans les années 1930 par un groupe de poètes et d'étudiants africains et antillais francophones, recoupe des aspirations tant politiques qu'esthétiques ou identitaires. Une ambiguïté qui s'est révélée presque malgré elle plus dynamique qu'handicapante.

  • ROMAN - Le nouveau roman

    • Écrit par Pierre-Louis REY
    • 4 668 mots
    • 1 média

    On groupe sous l'expression « nouveau roman » des œuvres publiées en France à partir des années 1950 et qui ont eu en commun un refus des catégories considérées jusqu'alors comme constitutives du genre romanesque, notamment l'intrigue – qui garantissait la cohérence du récit – et le personnage, en tant...

  • SCIENCES - Science et progrès

    • Écrit par Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
    • 6 537 mots

    La science entretient avec l'idée de progrès un rapport privilégié, à un double titre. D'une part, depuis le XVIIe siècle, la science est conçue comme le parangon du progrès, comme l'une des (rares) pratiques humaines où le progrès semble incontestable. Après tout, on peut discuter longuement...

  • SHOAH

    • Écrit par Philippe BURRIN
    • 5 912 mots
    • 3 médias

    En hébreu, shoah signifie catastrophe. Ce terme est de plus en plus employé, de préférence à holocauste, pour désigner l'extermination des juifs réalisée par le régime nazi. Il suggère un sentiment d'épouvante religieuse devant l'anéantissement qui fondit soudain sur des millions d'innocents....

  • SHOAH LITTÉRATURE DE LA

    • Écrit par Rachel ERTEL
    • 12 469 mots
    • 15 médias

    L'anéantissement des Juifs par le nazisme restera pour l'Histoire la marque distinctive du xxe siècle. Même si celui-ci a connu d'autres massacres, liés à d'autres totalitarismes, ou des destructions massives, comme celle qui a été causée en 1945 par les bombes atomiques lancées sur Hiroshima...

  • SURRÉALISME - Histoire

    • Écrit par Ferdinand ALQUIÉ, Pierre DUBRUNQUEZ
    • 11 416 mots
    • 3 médias

    Le surréalisme domine l'histoire de la sensibilité du xxe siècle. Rares sont les domaines de la vie culturelle qui aient échappé à son activisme passionné. Au point de nous faire oublier aujourd'hui le mouvement, historiquement déterminé, qu'il fut un demi-siècle durant. Pourtant, ce mouvement...

  • TRANSHUMANISME

    • Écrit par Gérard CHAZAL
    • 2 170 mots
    • 1 média

    Apparue dans la seconde moitié du xxe siècle,la notion de transhumanisme repose sur la conviction, propagée par un nombre croissant de scientifiques et de futurologues, qu’ une évolution voulue, orientée, choisie de l’espèce humaine est désormais possible, en s’appuyant sur des techniques nouvelles...

  • TRAVAIL/TECHNIQUE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 2 943 mots

    Le travail humain est-il dès l’origine « technicien », ou est-il devenu technique au fil des millénaires ? Parce que les liens entre le travail et la technique n’ont cessé d’évoluer au cours de l’histoire, une réponse univoque ne peut être donnée. Pour Aristote (env. 385-322 av....

  • 1984, George Orwell - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean yves GUÉRIN
    • 1 042 mots
    • 1 média

    En 1949, peu avant sa mort, George Orwell (1903-1950) publie 1984, où il transpose sur le mode romanesque des données empruntées à l'histoire soviétique mais aussi anglaise. L'action du roman se déroule à Londres en 1984. La ville est devenue la capitale d'une Oceania totalitaire, où règne en maître...

  • ALCOOLS (G. Apollinaire) - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre VILAR
    • 964 mots
    • 2 médias

    L'année 1913 constitue à plus d'un titre un tournant de la modernité poétique, sinon sa date de naissance. L'année du Sacre du printemps de Stravinski et des Jeux de Debussy, du premier volume d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et de La Prose du Transsibérien...

  • CAHIER D'UN RETOUR AU PAYS NATAL, Aimé Césaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 181 mots

    Cahier d'un retour au pays natal est un long poème d'Aimé Césaire (1913-2008) paru dans sa première version en août 1939 à Paris dans la revue Volontés. Césaire a alors vingt-six ans. Né en Martinique, il a quitté l'île en 1931, après son baccalauréat, pour poursuivre ses études...

  • CALLIGRAMMES, Guillaume Apollinaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 627 mots

    Calligrammes, publié en avril 1918 au Mercure de France, est, après Alcools (1913), le second grand recueil de poésie de Guillaume Apollinaire (1880-1918). Celui-ci est alors une figure de l'avant-garde artistique française : critique d'art familier des peintres « modernes », auxquels il a...

  • Afficher les 52 références

Voir aussi