SENTIMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. » Ces mille choses sont ce que nous appelons nos sentiments. Et, comme l'exprime bien la phrase de Pascal, ceux-ci nous apparaissent à la fois comme irremplaçables et comme inexplicables. Irremplaçables, car le plus intellectualiste des philosophes doit bien admettre qu'il existe des expériences comme la joie, la révolte, l'admiration, l'amitié, l'amour, dont rien ne pourrait vraiment combler le vide laissé par leur absence. Inexplicables, car on ne peut pas analyser un sentiment, le ramener à des causes ou à des facteurs objectifs sans perdre aussitôt ce qui en fait l'essence : expliquer à une mère pourquoi elle aime son enfant, n'est-ce pas réduire cet amour à autre chose et finalement le nier ?

Le problème du sentiment est que la valeur que nous lui attachons est liée à son mystère même. Aussi cette valeur apparaît-elle suspecte à beaucoup, qui préfèrent ne voir dans ces raisons du cœur que des connaissances confuses, des résidus irrationnels de l'enfance dans la vie adulte. Mais ce mépris du sentiment ne revient-il pas à mutiler l'homme d'une part essentielle de lui-même ?

Qu'est-ce qu'un sentiment ?

En fait, le mot « sentiment » connote des sens très divers, et les auteurs ne retiennent le plus souvent que l'un d'eux au détriment des autres. Ainsi, pour Malebranche, le sentiment est la perception confuse des choses et de soi-même ; les moralistes anglais du xviiie siècle l'identifient avec la bienveillance, la sympathie spontanée ; Théodule Ribot le confond avec l'affectivité en général en tant qu'elle rend le sujet tendancieux ; Pierre Janet le réduit au contraire aux émotions fondamentales ; Alain exalte le sentiment en en faisant le « serment », l'acte par lequel la volonté assume les passions et les transfigure. Si chacun de ces auteurs a raison dans ce qu'il dit, il n'en reste pas moins qu'ils parlent tous d'autre chose, faute d'avoir accepté au départ l'ambiguïté foncièr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  SENTIMENT  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] moitié du xviiie siècle, et semble désigner, plus ou moins indistinctement, le sentiment, l'émotion, voire la passion. Il dérive en effet du terme latin afficere qui signifie l'aptitude à être touché, et implique une modification subie par ce qui est ainsi « touché ». Il y a dans le concept d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_9166

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Les discours sur l'amour »  : […] L'étude sémantique, la psychophysiologie, l'histoire du sentiment amoureux et la mythographie apportent d'incontestables « documents » pour une réflexion sur l'amour, mais l'obstacle majeur au développement de ces analyses réside, nous l'avons dit, dans l'indétermination du sentiment amoureux, lequel – à la différence de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_9166

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la nature humaine à l'ordre social »  : […] est pourquoi il se détourne de la spéculation. Mais l'activité est lancée par le cœur (le sentiment), la pensée abstraite ne suffit pas à déterminer l'action. Enfin, l'intelligence n'a qu'une fonction de contrôle. L'activité comporte trois tendances : le courage, la prudence et la persévérance. Les sentiments peuvent être égoïstes (nutrition, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/#i_9166

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] est un crédit, une croyance qui s'adresse aux sentiments d'autrui, et la croyance un sentiment sympathique de la réalité. Voilà donc la croyance incorporée à un réseau proprement anthropologique qui la rend solidaire de termes tels que : impression, imagination, habitude, sentiment. C'est le réseau tout entier qui donne consistance à l'idée d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_9166

PSYCHOLOGIE DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 5 819 mots

Dans le chapitre « L’émotion est-elle un ressenti ? »  : […] La notion de ressenti/sentiment correspond à la « conscience émotionnelle ». La théorie de William James est un exemple de théorie de la conscience émotionnelle, selon laquelle la perception de ses propres états corporels est le fondement de la conscience émotionnelle. À la même époque, Wilhelm Wundt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-des-emotions/#i_9166

FIGURES DE LA PASSION et L'INVENTION DU SENTIMENT (expositions)

  • Écrit par 
  • Alain MÉROT
  •  • 1 063 mots

à Paris (Figures de la passion du 23 octobre 2001 au 20 janvier 2002, L'Invention du sentiment du 2 avril au 30 juin 2002) et les manifestations qui les accompagnèrent (colloque international, concerts, conférences...) ont sans nul doute obligé un nombreux public à secouer certaines routines. On sépare en effet d'habitude l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figures-de-la-passion-l-invention-du-sentiment/#i_9166

HONNEUR

  • Écrit par 
  • Marie-France MURAWA-WULFING
  •  • 2 340 mots

Dans le chapitre « Honneur et éthique »  : […] s'élabore au tréfonds de l'individu, il est considéré par celui qui y tend comme un sentiment noble lui permettant de se surpasser. La mort ne fait pas peur à l'homme d'honneur. Don Juan respecte la promesse faite au Commandeur, il lui donne sa main ; il sait qu'il en meurt, qu'il se damne sans doute, mais l'essentiel est d'agir en homme d'honneur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/#i_9166

JALOUSIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 258 mots

Sémantiquement et psychologiquement, la jalousie est inséparable du désir. Bossuet prête au mot le sens de « passion sans partage » lorsqu'il écrit : « Combien de Romains furent jaloux de la liberté. » C'est le « zèle extrême » qu'atteste, à l'origine, le provençal gelos, fréquent dans la poésie des troubadours, entre les années […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jalousie/#i_9166

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] le principe actif du projet moral. Mais elle comporte d'abord un caractère plus naturel, qui la spécifie comme « sentiment de la jouissance pour la jouissance ». Le sentiment est aussi besoin, malaise, aspiration vers quelque chose d'inconnu. Le sujet y est à la fois actif et passif. En outre, pour Fichte, qui se situe dans l'esprit de Kant, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_9166

PRÉJUGÉS ET DISCRIMINATION

  • Écrit par 
  • Markus BRAUER
  •  • 1 077 mots

négatives (par exemple, l’attribution de traits négatifs ou d’intentions malsaines) et de sentiments hostiles (le mépris, la haine…). Cette attitude constitue souvent une réaction défensive à une menace perçue pour son groupe d’appartenance, et sert à créer ou maintenir des relations de statut hiérarchiques entre groupes sociaux. Une fois formés, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prejuges-et-discrimination/#i_9166

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 149 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] la poésie classique étant « naïve », la poésie romantique « sentimentale ». Le sentiment, lui, caractérise un état de la perception où le sujet se voit percevoir le monde, puis se voit voir percevoir, et ainsi de suite, en abîme. Il en résulte un malaise et même une aliénation du moi. Cependant, l'aspiration du romantisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_9166

SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 946 mots

Dans le chapitre « Le théologien »  : […] Grand et Bien et qu'elle s'enflamme à cette vision. Seul cet élan vers l'Infini libère le sentiment et délivre les âmes des opinions particulières ; en effet, pour la religion, tout ce qui est se présente comme une authentique image de l'Infini. La religion a donc le caractère d'une intuition du Tout, qui engage l'homme à se défaire de ses visions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/#i_9166

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Niveaux de profondeur de la souffrance »  : […] L'intérêt se concentre alors sur le sentiment pénible, de même qu'il s'absorbait dans la sensation douloureuse. Aussi bien ne semble-t-il pas exister de souffrance sans embryon de narcissisme, de même qu'il n'est point d'objet pénible sans constat d'une altérité irréductible. L'on peut nier la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/#i_9166

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valeurs et émotions »  : […] Mais quelle serait cette approche « non intellectuelle » de l'expérience de valeur ? Meinong avait proposé de relier les valeurs aux émotions et aux sentiments, et ceci justement dans une perspective réaliste. Pour lui, un sentiment simple porte sur une propriété d'un objet. Ainsi, quand nous sommes sensibles à la tristesse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_9166

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier REBOUL, « SENTIMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/