Georges BRUNEL

ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 414 mots

Alessandro Algardi reçut sa formation dans l'académie fondée par les Carrache, et qu'animait alors le seul Ludovic. Il s'établit à Rome en 1625, sous la protection du cardinal Ludovisi, fréquentant familièrement le Dominiquin, son compatriote. Occupé d'abord à des travaux secondaires, comme la restauration des statues antiques de la collection Borghèse, il acqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algarde/#i_0

AMOUR

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS, 
  • Georges BRUNEL
  •  • 10 203 mots

« Dieu aimeras et ton prochain comme toi-même. » Toute la civilisation judéo-chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu'elle montre l'injonction de jouir comme issue des profondeurs du psychisme. Mais il est vrai qu'entre une simple exigence du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_0

AVED JACQUES ANDRÉ JOSEPH (1702-1766)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 269 mots

Incomparablement moins célèbre que Chardin dont il fut l'ami fidèle, Jacques André Joseph Aved manifeste par la place de son œuvre dans la peinture française du xviiie siècle une tendance de goût comparable. Peintre de formation plus hollandaise que française, il resta un artiste bourgeois, dans sa clientèle et dans ses sujets, à l'écart des grandes c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-andre-joseph-aved/#i_0

BELLANGE JACQUES (1575 env.-1616)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 361 mots

Alors qu'au début du xviie siècle la peinture parisienne traverse une phase de relative éclipse, Nancy et la Lorraine connaissent au contraire une période faste. Jacques Bellange (ou de Bellange) est avec Callot et Deruet l'un des artisans de cet heureux temps.On ne sait pas grand-chose de la personnalité ni de la carrière de Bellange, sinon qu'il exe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bellange/#i_0

BIBIENA LES GALLI dits

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 324 mots

Pendant un siècle environ, la famille Galli Bibiena a régné avec une autorité incontestée sur les scènes de théâtre de toute l'Europe. Les Galli, dits Bibiena, sont originaires de la région de Bologne, et se présentent comme les dépositaires de cette grande tradition des Quadraturisti, les peintres spécialistes des architectures feintes qui étaient devenues une spécialité bolon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bibiena/#i_0

BRAUN MATHIAS BERNARD (1684-1738)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 354 mots

Mathias Bernard Braun est, avec Brokoff, dont il se trouve pratiquement le contemporain, le plus important sculpteur tchèque du premier tiers du xviiie siècle. Tyrolien d'origine, il s'installe à Prague autour de 1710, et il faut noter que son œuvre n'aura jamais la saveur populaire de celle de Brokoff. On connaî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathias-bernard-braun/#i_0

BROKOFF FERDINAND MAXIMILIEN (1688-1731)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 418 mots

Nous trouvons en Brokoff l'un des représentants les plus notables et les plus caractéristiques du baroque tchèque, et tout d'abord par son origine : il est en effet le fils de Johann Brokoff (1652-1718), modeste sculpteur sur bois dont le nom reste attaché à la célèbre statue de saint Jean Népomucène sur le pont Charles, à P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-maximilien-brokoff/#i_0

CARLONE CARLO INNOCENZO (1686-1775)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 411 mots

Né à Sciara, près de Côme, Carlo Innocenzo Carlone appartient autant à l'Allemagne, où il fait la moitié de sa carrière, qu'à l'Italie dont il est originaire. La famille Carlone, ou Carloni, originaire de la région de Côme, comporte de nombreuses branches, et l'on trouve des artistes de ce nom, architectes, stucateurs et peintres, en Ligurie et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-innocenzo-carlone/#i_0

CARMONTELLE LOUIS CARROGIS dit (1717-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 396 mots

Si la réputation de Carmontelle a été grande de son temps et l'est restée encore de nos jours, c'est plus comme chroniqueur ou mémorialiste qu'on l'apprécie que comme artiste à proprement parler. Nul n'a mieux défini ce génie original que Grimm : « Il a le talent de saisir singulièrement l'air, le maintien, l'esprit de la figure. Il m'arrive chaque jour de reconnaître des gens que je n'ai vus qu'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmontelle/#i_0

CAYLUS ANNE CLAUDE PHILIPPE comte de (1692-1765)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 461 mots

« Le protecteur des arts et le fléau des artistes » : c'est en ces termes sévères que Grimm définit la personnalité du comte de Caylus. Plus indulgente, la postérité a retenu surtout l'image du grand collectionneur d'antiques et de l'ardent propagandiste du retour à un goût sévère.Né dans une famille de noblesse de cour, le comte de Caylus commença par se consacrer quelques années au métier des ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-claude-philippe-caylus/#i_0

COCHIN CHARLES NICOLAS, dit COCHIN LE FILS (1715-1790)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 402 mots

Formé dès son plus jeune âge dans l'atelier familial — la famille Cochin constitue comme les Mariette une dynastie de graveurs et de marchands d'estampes parisiens —, Charles Nicolas Cochin le Fils (ainsi appelé pour le distinguer de son père, lui-même graveur réputé, et qui portait le même prénom) a douze ans à peine quand il donne ses premières gravures.Comme graveur, Charles Nicolas Cochin se f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-nicolas-cochin/#i_0

COUSTOU LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 488 mots

La famille Coustou, qui a fourni trois des principaux sculpteurs du xviiie siècle français, est elle-même apparentée à Coysevox : les deux frères, Nicolas (1659-1733) et Guillaume Ier Coustou (1677-1746) étaient ses neveux. Guillaume II Coustou (1716-1777) est le fils de Guillaume Ier.Élevés dans la tradit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-coustou/#i_0

COYPEL LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 455 mots

La dynastie des Coypel est peut-être la plus importante de toutes celles que l'on trouve dans l'histoire de l'art français aux xviie et xviiie siècles : quatre peintres célèbres, parmi lesquels un directeur de l'Académie de France à Rome (Noël Coypel, 1628-1707) et deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-coypel/#i_0

COYSEVOX ANTOINE (1640-1720)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 368 mots

L'œuvre d'Antoine Coysevox forme une sorte de contrepartie à celle de l'autre grand sculpteur officiel de Louis XIV, Girardon. Celui-ci, attaché aux modèles antiques, pénétré de l'influence de Poussin, incarne en quelque sorte la tendance classique du règne ; Coysevox apparaît au contraire comme un sculpteur baroque. Collaborateur de Le Brun et de Mansart, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-coysevox/#i_0

CUVILLIÉS FRANÇOIS DE (1695-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 331 mots

Parmi les architectes et décorateurs qui ont illustré la Bavière au xviiie siècle, une place d'honneur revient à François de Cuvilliés ; né dans le Hainaut, il vint tout jeune à la cour de Bavière, d'où il fut envoyé à Paris pour un séjour de quatre ans (1720-1724), afin de se former comme architecte. Les liens po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-cuvillies/#i_0

DELLA PORTA GIACOMO (1533 env.-1602)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 324 mots

Élève et disciple de Vignole, l'architecte romain d'origine gênoise Giacomo Della Porta a eu le soin de terminer quelques-unes des œuvres majeures de Michel-Ange : le palais Farnèse, le dôme de Saint-Pierre (en collaboration avec Domenico Fontana) et le palais des Sénateurs, sur la place du Capitole. Le travail accompli au Dôme en moins de deux ans (1588-1589 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-della-porta/#i_0

DIENTZENHOFER LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 379 mots

Le nom des Dientzenhofer est attaché à une série de monuments qui comptent parmi les plus notables de la Bohême et de la Franconie. C'est de cette dernière région que la famille est originaire, mais on en trouve des représentants à Prague dès les années 1680. Les deux membres les plus importants sont Christoph (1655-1722) et son fils Kilian Ignaz (1689-1751). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-dientzenhofer/#i_0

DILLINGEN ÉGLISE DES FRANCISCAINES DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 328 mots

L'église des franciscaines de Dillingen, sur le Danube, entre Ulm et Ratisbonne, sans pouvoir prétendre être l'un des chefs-d'œuvre du baroque germanique, marque cependant une étape importante dans la carrière de l'architecte Johann-Georg Fischer (1673-1747). Construite autour de 1735, cette église reprend, mais en y ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-des-franciscaines-de-dillingen/#i_0

EINSIEDELN ABBAYE D'

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 817 mots

Située dans le canton de Schwyz, près de la petite ville du même nom (10 000 hab.), au pied du massif des Mythen, l'abbaye d'Einsiedeln est un des hauts lieux du catholicisme suisse. Après les invasions germaniques qui, à partir du ve siècle, submergent le monde celto-romain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-d-einsiedeln/#i_0

FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 570 mots

Le destin d'Étienne Maurice Falconet est l'un des plus curieux qu'offre l'histoire de la sculpture française ; son œuvre répond en effet à deux veines d'inspiration si distinctes que l'on ne dirait pas qu'un seul artiste ait pu concevoir et exécuter l'ensemble.Enfant d'un milieu humble, Falconet eut la chance de s'imposer jeune à l'attention de Lemoyne et de conquérir son amitié. Il fut toute sa v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-falconet/#i_0

FAYDHERBE LUC (1617-1697)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 316 mots

Il serait sans doute excessif de faire de Luc Faydherbe le Rubens de la sculpture ; la puissance des deux artistes n'est pas comparable. Il n'en reste pas moins que Faydherbe, né et mort à Malines, est, de tous les sculpteurs qui ont travaillé aux Pays-Bas au xviie siècle, le plus proche du peintre d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-faydherbe/#i_0

FISCHER VON ERLACH JOHANN BERNHARD (1656-1723)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 464 mots

Salué de son vivant même comme l'artiste en qui s'incarnait la renaissance de l'art allemand, Fischer von Erlach reste le grand architecte de la Vienne triomphante, au tournant des xviie et xviiie siècles. Son père était un sculpteur de Graz, et il reçut sa première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-bernhard-fischer-von-erlach/#i_0

FONTANA CARLO (1634-1714)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 398 mots

Dans la Rome de la fin du xviie et du début du xviiie siècle, Carlo Fontana occupe une place qui n'est pas sans rappeler celle d'un Jules Hardouin-Mansart en France ; c'est l'autorité suprême en matière de monument […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-fontana/#i_0

FONTANA DOMENICO (1543-1607)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 400 mots

Ingénieur et architecte, Domenico Fontana est probablement, avec Bernin, celui qui a le plus contribué à donner sa physionomie à la Rome moderne. Il était originaire du nord de l'Italie, de la région de Lugano. Vers sa vingtième année, on le trouve déjà établi à Rome où il passera la majeure partie de son existence.La chance de Domenico Fontana fut de trouver u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-fontana/#i_0

FRAGONARD JEAN HONORÉ (1732-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 1 644 mots

Une trop grande célébrité peut nuire à la gloire véritable. En effet, le nom de Fragonard n'est pas de ceux que l'on doit tirer de l'oubli ; sa réputation a toujours été grande, mais faussée par des malentendus. Fragonard passe communément pour un peintre galant et virtuose, l'incarnation parfaite, avec Boucher, du xviiie siècle spirituel, léger et po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-honore-fragonard/#i_0

FÜRSTENFELD ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 350 mots

L'abbaye cistercienne de Fürstenfeld, à l'ouest de Munich, est un ouvrage assez caractéristique de la première phase du rococo germanique. Les travaux, commencés en 1701, interrompus par la guerre et repris après 1715, durèrent jusqu'en 1736 (consécration de l'église), et l'on travailla encore de longues années à la déco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-furstenfeld/#i_0

GILLOT CLAUDE (1673-1722)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 357 mots

Avoir été le maître d'un très grand artiste peut notablement desservir une réputation : tel est le cas de Claude Gillot que l'on ne connaît plus guère que pour son association avec Watteau. Gillot était né à Langres, dans une famille de peintres ; sa biographie est mal connue, et on ne sait pas à quelle date il s'installa à Paris. Il fut reçu à l'Académie en 1715 ; son morceau de réception est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-gillot/#i_0

GRAN DANIEL (1694-1757)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 314 mots

Peintre autrichien, représentant le plus important, à Vienne, de la tendance académique et classicisante, tendance dont on pourrait trouver aussi l'expression en sculpture dans l'œuvre de Georg Raphael Donner. Le souci de clarté est apparent dans toutes les œuvres de Gran : les groupes de personnages, même dans les grandes compositions de plafond comme celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gran/#i_0

GRAVELOT HUBERT FRANÇOIS BOURGUIGNON dit (1699-1773)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 323 mots

Parmi les maîtres de l'illustration qui font la gloire du livre français au xviiie siècle, Gravelot occupe une place de choix. Né à Paris, il eut une jeunesse assez aventureuse, marquée par un voyage à Saint-Domingue où son père l'avait envoyé pour réfréner un peu ses d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravelot/#i_0

GRÜSSAU ÉGLISE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 239 mots

La Silésie est l'une de ces régions marginales où l'écho des modes pratiquées dans les grands centres arrive tardivement, et avec quelques altérations. On y rencontre pourtant des constructions baroques intéressantes, en dehors même de Wrocław (anc. Breslau), la capitale de la province. C'est ainsi que Grüssau, tout près de la frontière tchèque (la ville est aujourd'hui polonaise et s'appelle Krze […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-grussau/#i_0

HERCULE, iconographie

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 928 mots

Aucun héros de la mythologie gréco-latine n'est aussi célèbre qu'Hercule : la massue et la peau de lion sont connues de tout le monde. Quoique l'univers de la fable antique se soit grandement éloigné de la culture occidentale, Hercule faisait encore le sujet de films populaires dans les années 1950-1960 : Hercule et la reine de Lydie ou Les Travaux d'Hercule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hercule-iconographie/#i_0

HILDEBRANDT JOHANN LUKAS VON (1668-1745)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 382 mots

Une génération sépare Hildebrandt et Fischer von Erlach, moins par l'effet de l'âge (Hildebrandt n'est le cadet de Fischer que d'une dizaine d'années) qu'en vertu d'une différence très profonde d'orientation stylistique. Hildebrandt naît à Gênes, séjourne autour de 1690 à Rome auprès de Carlo Fontana et ne s'install […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-lukas-von-hildebrandt/#i_0

HOUDON JEAN-ANTOINE (1741-1828)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 463 mots

Le jugement de la postérité a placé Houdon au tout premier rang parmi les sculpteurs de la fin du xviiie siècle. Appréciation qui n'est pas sans fondement, mais qui a rejeté abusivement dans l'ombre tel ou tel contemporain de Houdon comme Moitte, Chinard ou Chaudet. Médiocrement concerné par les débats d'idées et les grands problèmes de style, Houdon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-antoine-houdon/#i_0

KLENZE LEO VON (1784-1864)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 340 mots

Remonter le Danube depuis Ratisbonne réserve une étrange surprise : le fleuve serpente au milieu de collines boisées, assez hautes ; au flanc de l'une d'elles, couronnant un majestueux ensemble de terrasses et d'escaliers qui s'élèvent depuis le bord de l'eau, apparaît une espèce de Parthénon. Nulle œuvre d'architecture ne peut mieux illustrer les rapports ambigus de l'esprit néo-classique avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-von-klenze/#i_0

LAGRENÉE LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 258 mots

Les deux frères Louis et Jean-Jacques Lagrenée, dits respectivement l'Aîné et le Jeune, n'occupent sans doute pas une place primordiale dans l'histoire de la peinture française du xviiie siècle. Ils n'en sont pas moins importants à considérer, car leur œuvre, surtout celle de Louis, le plus doué, illustre parfaitement les ambiguïtés de la fin de ce si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lagrenee/#i_0

LARGILLIÈRE NICOLAS DE (1656-1746)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 450 mots

Avec Rigaud, Largillière (ou Largillierre) est le grand maître du portrait en France à la fin du règne de Louis XIV et au début de celui de Louis XV. On peut toutefois dire presque sans exagération que, bien qu'il soit né à Paris, ce n'est pas un peintre français. Sa formation se fit, en effet, d'abord à Anvers, puis surtout en Angleterre, où il séjourna si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-largilliere/#i_0

LEMOYNE FRANÇOIS (1688-1737)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 480 mots

Peintre français. François Lemoyne se distingue immédiatement des autres peintres de sa génération par deux traits singuliers : aucune tradition artistique dans sa famille, son père est tout bonnement postillon ; une formation entièrement française ; il ne fera le voyage d'Italie que vers trente-cinq ans. Ses maîtres furent Galloche et Cazes, mais à vrai dire les collections royales étaient assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-lemoyne/#i_0

LEMOYNE LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 375 mots

Deux sculpteurs importants ont porté le nom de Lemoyne : Jean-Louis (1665-1755) et son fils Jean-Baptiste (1704-1778), dit le Jeune pour le distinguer de son oncle Jean-Baptiste (1679-1731). Nous avons affaire à une de ces dynasties d'artistes si caractéristiques du xviiie siècle français.Jean-Louis Lemoyne s'était déjà fait une spécialité dans le gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lemoyne/#i_0

LÉPINE LOUIS STANISLAS (1835-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 202 mots

Peintre français. Ce petit maître, élève de Corot, à qui sont dues presque toutes les formules de son art, illustre admirablement, dans d'étroites limites, une certaine tradition du paysage naturaliste français au xixe siècle : celle dont la prédilection se porte sur les éléments mobiles et fluides de la nature, et dont la manière est discrète, raffin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-stanislas-lepine/#i_0

MAINI GIOVANNI BATTISTA (1690-1752)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 321 mots

Lombard d'origine, le sculpteur Giovanni Battista Maini vint faire sa carrière à Rome après une première formation reçue à Milan. Travaillant un moment avec son compatriote Camillo Rusconi, qui passait dans le premier tiers du xviiie siècle pour le plus grand sculpteur de Rome, il se vit attribuer une part dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-maini/#i_0

MAULBERTSCH FRANZ ANTON (1724-1796)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 486 mots

En dehors de l'Allemagne et des pays d'Europe centrale, Franz Anton Maulbertsch n'est généralement pas reconnu comme l'un des maîtres majeurs de la peinture européenne, qu'il est pourtant. C'est qu'il est fort peu représenté dans les collections et que, ses œuvres les plus significatives étant de grands décors, on ne peut guère le connaître que sur place.Né à Langenargen, sur les bords du lac de C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-anton-maulbertsch/#i_0

MERCIER PHILIPPE (1689-1760)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 223 mots

C'est à peine si l'on peut considérer Philippe Mercier comme un peintre français. Né à Berlin, il s'y forme auprès d'Antoine Pesne, lequel, Français de naissance, a lui-même fait presque toute sa carrière en Allemagne. À une date incertaine (1711 selon les uns, 1716 pour d'autres), il se fixe à Londres et y passera le restant de son existence. On assure qu'il aurait rencontré Watteau au cours du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-mercier/#i_0

MOREAU LOUIS GABRIEL, dit L'AÎNÉ (1740-1806) & JEAN-MICHEL, dit LE JEUNE (1741-1814)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 770 mots

Les deux frères Louis Gabriel et Jean-Michel Moreau, dits respectivement l'Aîné et le Jeune, fils d'un perruquier de la rue de Bussy, à Paris, ont eu deux carrières bien différentes et nous intéressent aujourd'hui à des titres très divers. L'un, le Jeune, est en quelque sorte le Cochin du règne de Louis XVI : dessinateur et graveur de fêtes, d'illustrations (telles les remarquables vignettes dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moreau-louis-gabriel-dit-l-aine-et-jean-michel-dit-le-jeune/#i_0

NATOIRE CHARLES (1700-1777)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 472 mots

Artiste savant et délicat qui ne bénéficie pas actuellement de toute la réputation qui pourrait être la sienne. La carrière de Charles Natoire, à en juger d'après les critères de la hiérarchie académique, fut un modèle : premier prix de peinture en 1721, séjour à Rome, entrée à l'Académie en 1734 ; s'il ne fut jamais premier peintre, il obtint en 1751 le poste de directeur de l'Académie de France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-natoire/#i_0

NEUMANN BALTHASAR (1687-1753)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 1 882 mots

En 1723 arrive à Paris un jeune architecte allemand, inconnu. Il vient soumettre à Robert de Cotte et Germain Boffrand, artistes dont la gloire rayonne sur toute l'Europe, les plans qu'il a contribué à établir pour la construction d'un nouveau palais destiné au prince-évêque de Würzburg. Reçu avec condescendance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balthasar-neumann/#i_0

OUDRY JEAN-BAPTISTE (1686-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 384 mots

Le nom de Jean-Baptiste Oudry est resté assez célèbre comme celui du meilleur peintre d'animaux au xviiie siècle. Il convient pourtant de ne pas négliger les autres aspects de sa carrière. Oudry fut le disciple de Largillière, lequel lui aurait conseillé de se spécialiser dans la peinture des animaux. Les leçons de cet enseignement ont profondément ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-oudry/#i_0

PAJOU AUGUSTIN (1730-1809)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 462 mots

S'il est possible de trouver dans la seconde moitié du xviiie siècle français des sculpteurs plus inspirés et plus originaux que Pajou, il n'en reste pas moins le plus caractéristique de la période, avec ses hésitations et ses ambiguïtés de style. Né à Paris, Augustin Pajou fut l'élève de Lemoyne. On n'a toutefois pas l'impression que cet apprentissag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-pajou/#i_0

PATER JEAN-BAPTISTE (1695-1736)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 352 mots

Peintre français, le seul véritable élève que l'on connaisse à Watteau. La vie du maître et celle du disciple ne sont du reste pas sans ressemblance : Pater est comme Watteau un homme du Nord ; il naît à Valenciennes en 1695. Comme Watteau, il avait une santé délicate et il disparut prématurément. Travaillant délibérément dans ce genre de la « fête galante » que son maître avait mis à la mode, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pater/#i_0

PATRIMOINE ARTISTIQUE DES ÉGLISES DE PARIS

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 2 823 mots

Un touriste qui parcourrait aujourd'hui les églises de Rome, de Naples ou de Venise en se servant d'un guide du xviiie siècle trouverait généralement dans son livre l'explication de ce qu'il voit. À Paris, ce ne serait pas le cas. Dans les capitales italiennes, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-artistique-des-eglises-de-paris/#i_0

PERMOSER BALTHASAR (1651-1732)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 354 mots

Grand ouvrier des années glorieuses de la Dresde baroque, avec Matthaüs Pöppelmann, Balthasar Permoser travailla d'ailleurs souvent en étroite collaboration avec son confrère architecte ; né à Salzbourg, formé en Italie, il fut appelé seulement en 1691 au service de Jean-Georges III, le père d'Auguste le Fort. Il fit à Dresde tout le restant de sa longue car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balthazar-permoser/#i_0

PERRONNEAU JEAN-BAPTISTE (1715-1783)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 341 mots

La célébrité de Maurice Quentin de La Tour comme portraitiste au pastel a quelque peu éclipsé celle de Jean-Baptiste Perronneau. Une carrière moins exclusivement parisienne, une plus grande dispersion de l'œuvre, moins de brillant et de « chic » au premier abord expliquent sans la justifier cette relative méconnaissance.Né à Paris, formé a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-perronneau/#i_0

PIERRE JEAN-BAPTISTE MARIE (1713-1789)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 326 mots

Il est de ces artistes dont l'importance se mesure peut-être mieux à leur rôle administratif qu'à leur œuvre proprement dite. Jean-Baptiste Marie Pierre vécut jusqu'en 1789, mais sa carrière de peintre se termine pratiquement en 1770, quand il succède à François Boucher comme premier peintre, à la mort de l'artiste. Autant son prédécesseur était peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-marie-pierre/#i_0

PIGALLE JEAN-BAPTISTE (1714-1785)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 458 mots

La carrière de Pigalle offre, au moins au départ, quelques analogies avec celle de Falconet. Presque contemporains, ils furent l'un et l'autre élèves de Lemoyne. Mais Pigalle est de ces hommes auxquels on dirait qu'une bonne étoile est attachée. Envoyé à Rome de 1736 à 1739, Pigalle parcourra les échelons de la hiérarchie académique avec facilité, commençant par un coup d'éclat : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pigalle/#i_0

PILLEMENT JEAN-BAPTISTE (1728-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 298 mots

La formule du paysage que l'on pourrait appeler préromantique eut un tel succès dans les trente dernières années de l'Ancien régime que l'on trouve toute une floraison de peintres adonnés à ce genre non seulement à Paris, mais dans beaucoup de centres provinciaux : Charles de Lacroix à Marseille, Jean-Baptiste Lallemand à Dijon. Jean-Baptiste Pillement, né et mort à Lyon, est parmi les plus remarq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pillement/#i_0

PÖPPELMANN MATTHÄUS DANIEL (1662-1736)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 430 mots

Les ambitions d'Auguste le Fort, qui monte sur le trône de Saxe en 1694, si elles n'eurent pas toujours politiquement d'heureux effets, aboutirent du moins à faire de Dresde, dans les premières décennies du xviiie siècle, un grand centre artistique et une capitale monumentale. Le souverain trouva, pour mettre à e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthaus-daniel-poppelmann/#i_0

PRANDTAUER JAKOB (1660-1726)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 381 mots

Dans la génération d'architectes qui éclôt en Autriche à la fin du xviie siècle et vient affirmer la renaissance d'un art germanique, Jakob Prandtauer occupe une place aussi importante, par l'ampleur de ses réalisations comme par l'originalité de son talent, que Hildebrandt ou Fischer von Erlach. Il importe cep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-prandtauer/#i_0

QUELLIN LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 298 mots

Dynastie d'artistes anversois dont plusieurs membres ont tenu une place importante au xviie siècle, les Quellin comptent des peintres, des graveurs et des sculpteurs. Le représentant le plus notable de la famille est le peintre Erasmus Quellin (1607-1678). Élève de son père, sculpteur, qui portait le même prénom, Erasmus Quellin devint rapidement le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quellin/#i_0

RASTRELLI LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 341 mots

Italiens d'origine, les deux Bartolomeo Rastrelli, le père et le fils, sont devenus par adoption des artistes russes. Le père naît en 1675 à Florence et meurt en 1744 à Saint-Pétersbourg ; le fils, né en 1700 à Paris, meurt lui aussi à Saint-Pétersbourg en 1771. C'est à 1716 que remonte l'installation de la fam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rastrelli/#i_0

REIN ÉGLISE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 221 mots

L'abbaye cistercienne de Rein, en Autriche, constitue un bon exemple de cette production ordinaire, où il entre une part de routine, que l'histoire de l'art doit pourtant prendre en compte. Les artistes qui y ont travaillé ne sont pas très fameux ; l'architecte est Johann Georg Steng, auteur d'un certain nombre de constructions dans la région de Graz. Les for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-rein/#i_0

RESTOUT JEAN (1692-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 384 mots

Il a fallu attendre 1970 et l'importante exposition organisée par le musée de Rouen pour que la personnalité de Jean Restout retrouve la place qu'elle méritait dans l'histoire de la peinture française du xviiie siècle. Voici en effet un artiste qui, dans un siècle que l'on répute trop facilement occupé de frivolités, a consacré toute sa carrière à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-restout/#i_0

ROBERT HUBERT (1733-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 462 mots

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviiie siècle. Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert/#i_0

ROCOCO

  • Écrit par 
  • François H. DOWLEY, 
  • Georges BRUNEL, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 089 mots

Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs : gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de disqualifier, le goût réputé mauvais d'une époque révolue. L'historie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_0

ROTTMAYR JOHANN MICHAEL (1654-1730)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 306 mots

Dans l'histoire de la peinture autrichienne, Johann Michael Rottmayr vient à une époque et à une place qui en font une figure aussi importante que Fischer von Erlach. Les deux hommes sont à peu près contemporains. Ils sont originaires l'un et l'autre des environs de Salzbourg et appartiennent à cette première génération d'artistes, nés sur le sol germanique, qui affirment les caractères propres d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-michael-rottmayr/#i_0

SAINT-NON JEAN-BAPTISTE CLAUDE RICHARD abbé de (1727-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 334 mots

Aimable et spirituel, goûtant les arts et les pratiquant à l'occasion, sans toutefois en faire un métier, l'abbé de Saint-Non est l'une de ces figures où l'on se plaît à voir incarnées les meilleures qualités du xviiie siècle. Il coulera à Paris une existence heureuse marquée seulement par quelques voyages.Jean-Baptiste Claude Richard de Saint-Non, is […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-claude-richard-saint-non/#i_0

SAINT-URBAIN ÉGLISE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 319 mots

L'abbaye cistercienne de Saint-Urbain, située environ à mi-chemin entre Bâle et Lucerne, remonte au xiie siècle ; comme beaucoup de couvents d'Europe centrale, elle fut entièrement reconstruite au début du xviiie siècle, de sorte qu'il ne subsiste plus guère des bâti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-saint-urbain/#i_0

ŠKRÉTA KAREL (1610-1674)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 385 mots

Dans la Bohême du xviie siècle, ravagée par la défaite de la Montagne Blanche, dépeuplée et appauvrie, la figure du peintre Karel Škréta prend un relief exceptionnel et une valeur exemplaire, qui expliquent la popularité particulière de cet artiste auprès des Tchèques. Né, à Prague, dans une famille de petite nob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karel-skreta/#i_0

TESSIN LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 365 mots

La famille suédoise des Tessin offre un cas d'exceptionnelle ascension sociale. Nicodème Ier Tessin (1615-1681) est un architecte, son fils Nicomède II (1654-1728) aussi et son petit-fils Charles-Gustave (1695-1770) devient un grand personnage, diplomate et ministre, tout en restant un amateur d'art fort éclairé.Nicodème Ier est l'auteur de plusieurs < […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tessin/#i_0

TROGER PAUL (1698-1762)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 418 mots

Avec ce peintre apparaît la génération des artistes autrichiens qui, s'ils vont encore se former en Italie, sont néanmoins pleinement conscients de l'originalité de l'école qu'ils forment et qui n'ont plus, à proprement parler, à chercher leurs modèles en dehors des frontières de l'Empire. Comme beaucoup d'entre eux, Paul Troger est un Tyrolien, né dans une famille modeste, toute proche encore de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-troger/#i_0

VAN LOO LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 521 mots

La famille Van Loo présente l'exemple d'une de ces dynasties d'artistes assez fréquentes au xviiie siècle. Son nom suffit à indiquer une origine flamande, mais ses membres les plus importants sont nés dans le Midi (Aix-en-Provence ou Nice). Les églises et les musées de la région conservent encore une part notable de leurs œuvres, en particulier le mus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-van-loo/#i_0

VÉNUS, iconographie

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 870 mots

Déesse de la beauté et de l'amour, Vénus, l'Aphrodite grecque, apparaît dans un grand nombre d'épisodes mythologiques. Elle est aussi l'un des personnages les plus aimés des artistes de toutes les époques. Selon les scènes évoquées, on la voit seule ou mêlée à d'autres figures, mais les scènes où on la rencontre sont p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venus-iconographie/#i_0

VIEN JOSEPH-MARIE (1716-1809)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 382 mots

Le cas de Vien est l'un de ceux qui illustrent le mieux les ambiguïtés du mouvement que l'on appelle néo-classique. Vien appartient presque à la même génération que Carle van Loo, Boucher et Natoire ; sa longévité lui permettra d'être, en 1789, à la mort de Pierre, le dernier titulaire du poste de premier peintre du roi, et, avant d'être honoré par Napoléon qui le fera sénateur et comte d'Empire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-marie-vien/#i_0

WALDSASSEN ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 279 mots

L'abbaye cistercienne de Waldsassen est située à l'est de Bayreuth, tout près de la frontière qui sépare la Bavière et la République tchèque. Fondée au xiie siècle, l'abbaye fut totalement ruinée par les désastres du xviie siècle et ne put être réoccupée et relevée q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-waldsassen/#i_0

WIES ÉGLISE DE LA

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 401 mots

De toutes les églises de pèlerinage qui furent construites entre 1700 et 1770 en Allemagne du Sud, celle de la Wies passe à juste titre pour l'une des plus réussies et des plus belles. Elle est l'œuvre des frères Zimmermann, Johann Baptist, le peintre (1680-1758), et Dominikus, l'architecte (1685-1766), et marque pratiquement le point d'arrivée et la conclusion, triomphale il faut dire, de leur ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-la-wies/#i_0