FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le destin d'Étienne Maurice Falconet est l'un des plus curieux qu'offre l'histoire de la sculpture française ; son œuvre répond en effet à deux veines d'inspiration si distinctes que l'on ne dirait pas qu'un seul artiste ait pu concevoir et exécuter l'ensemble.

Enfant d'un milieu humble, Falconet eut la chance de s'imposer jeune à l'attention de Lemoyne et de conquérir son amitié. Il fut toute sa vie d'un caractère difficile et ombrageux, se brouillant souvent avec ses amis et ses protecteurs, comme il le fit par exemple avec Diderot et Catherine de Russie. Cette fierté hautaine ne facilita ni sa carrière académique (il ne fut reçu qu'à près de quarante ans, en 1754) ni les patronages officiels, et si Catherine II l'appela à Saint-Pétersbourg pour y élever le monument de Pierre le Grand, ce fut parce que les sculpteurs qu'elle avait sollicités d'abord demandaient des prix trop élevés.

Cette commande lointaine représente la grande chance de la carrière de Falconet. S'il ne l'avait pas eue, il n'aurait laissé le souvenir que d'un bon artiste du second rang, spécialiste des petits genres. Pourtant son morceau de réception, le Milon de Crotone (plâtre, 1745, Louvre ; marbre, 1754, Louvre), témoigne d'une originalité et d'un tempérament peu communs. Les deux versions constituent un hommage à Puget, dont Falconet sait retrouver la hardiesse de composition, la puissance dans le traitement de l'anatomie et l'exaltation héroïque. Puis, curieusement, la carrière parisienne de Falconet, jusqu'à son départ en 1766 pour la Russie, n'offre plus guère que des œuvres d'un style tout opposé ; la célèbre Baigneuse du Salon de 1757 (Louvre) nous présente une figure de femme, lisse, qui semble modelée plutôt que sculptée, dont le mouvement est réglé par un balancement de rythme plein de délicatesse et se traduit en longues courbes flexibles. À cette époque, Falconet, qui était l'ami de Boucher, commence à collaborer avec lui à la manufacture de Sèvres, donnant des modèles d'Enfants et faisant interpréter ses œuvres, le Pygmalion de 1763, l'Amitié de 1765 en biscuit. Créations exquises, [...]

Baigneuse, É. M. Falconet

Photographie : Baigneuse, É. M. Falconet

Photographie

Étienne Maurice FALCONET, Baigneuse, présentée au Salon de 1757, marbre. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour profane »  : […] Il n'y a pas de mot en français pour désigner ces légères créatures, et l'on se sert de l'italien putto . Au sens propre, le putto est un enfant de quatre ou cinq ans. Dans le langage des artistes, les putti sont ces petits êtres dont les formes rondes et les mines rieuses fournissent mille ressources à l'imagination . Les enfants représentés en tant que tels sont rares avant le xviii e  siècle. […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la Naissance et la Mort d'Adonis , l'année suivante Bernard Lépicié pr […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La France »  : […] On désigne par le terme de rococo le courant qui domine la sculpture française de la dernière période du style de Versailles à la veille de la Révolution, où il finit, à l'issue d'un long conflit, par céder la place au néo-classicisme et à l'historicisme. À la différence de la peinture, marquée par la brutale irruption de la manière de Watteau, l'évolution en sculpture s'effectue de façon progres […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « FALCONET ÉTIENNE - (1716-1791) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-falconet/