BIBIENA LES GALLI dits

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant un siècle environ, la famille Galli Bibiena a régné avec une autorité incontestée sur les scènes de théâtre de toute l'Europe. Les Galli, dits Bibiena, sont originaires de la région de Bologne, et se présentent comme les dépositaires de cette grande tradition des Quadraturisti, les peintres spécialistes des architectures feintes qui étaient devenues une spécialité bolonaise dès le milieu du xviie siècle ; Girolamo Mendozzi Colonna, le collaborateur de Tiepolo, était un de ces peintres.

La famille Bibiena est nombreuse ; les deux membres les plus importants sont Ferdinando (1657-1743) et son fils aîné Giuseppe (1696-1757). L'un et l'autre ont travaillé beaucoup en dehors de l'Italie, et spécialement en Europe centrale. C'est Ferdinando qui passe pour l'inventeur de la nouveauté à laquelle on associe le plus souvent le nom de Bibiena, à savoir la scena per angolo ; c'est lui, en tout cas, qui en formule les principes d'une façon systématique dans son traité : L'Architettura civile preparata sulla geometria e ridotta alle prospettive (1716). L'idée consiste à ménager des perspectives en diagonale dont le point de rencontre se situe sur la scène même. Beaucoup des partis adoptés par Piranèse sont contenus en germe dans ce système.

Giuseppe ne fut pas seulement un décorateur de théâtre, mais aussi un architecte à proprement parler. On lui doit, en particulier, le petit théâtre de Bayreuth (1748), l'un des exemples les plus parfaits et les mieux conservés de salle rococo ; au moyen de loges placées en pans coupés au point de jonction entre la scène et la salle, les deux espaces viennent s'intégrer sans effort l'un dans l'autre. Le frère de Giuseppe, Antonio (1700-1774) dota la ville de Bologne du joli Teatro comunale (1756-1763).

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  BIBIENA LES GALLI dits  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les peintres du XVIIe siècle émilien »  : […] Ce qui attirait les voyageurs des deux derniers siècles – les guides anciens en font foi – , c'était la peinture du xvii e  siècle. De grandes expositions, organisées à Bologne depuis 1954, ont sorti de l'ombre les Carrache, le Guide, Dominiquin, l'Albane, sous-estimés jusque-là au nom de l'antiacadémisme. Mais les amateurs du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11805

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La quadrature »  : […] S'ils refusent l'ordre et la mesure du code spatial de la Renaissance, le maniérisme et le baroque suscitent un regain d'intérêt pour la perspective avec la mode de la quadrature, genre décoratif qui connut un grand succès en Europe entre le xvi e et le xviii e  siècle, et qui consiste dans la pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_11805

THÉÂTRE OCCIDENTAL - De la salle de spectacle au monument urbain

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Illusions scéniques et vie urbaine »  : […] « Nous sommes accoutumés aujourd'hui à connaître des distractions régulières et tarifées qui prennent place entre le travail, le sommeil et la nourriture en des temps et des lieux habituels. Il en allait tout autrement jadis pour la célébration des fêtes. Celles-ci ne représentaient pas comme pour nous un élément nécessaire et hebdomadaire de l'organisation sociale » (P. Sonrel). C'est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-de-la-salle-de-spectacle-au-monument-urbain/#i_11805

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « BIBIENA LES GALLI dits », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bibiena/