Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉGLISE, architecture

Alors que le même terme désigne, à la majuscule près, les édifices destinés au culte du Christ et la communauté de ses disciples, on observe que l'histoire et les réformes de l'Église à travers les siècles concernent à la fois sa liturgie et son architecture. L'histoire de l'architecture chrétienne s'étend sur plus de seize siècles et a concerné une grande partie du globe, au fur et à mesure que les Européens se sont répandus par la conquête ou par l'évangélisation. Le panorama serait si vaste qu'il paraît illusoire de tenter de le dresser, d'autant que bien des périodes sont aujourd'hui encore fort mal connues. Si le Moyen Âge a fait l'objet de recherches depuis deux siècles, les périodes classiques demeurent cruellement délaissées et la spécificité religieuse n'apparaît guère dans la plupart des études historiques. Plusieurs remarques s'imposent aujourd'hui : d'abord les grands édifices du ive siècle sont restés une référence constante ; ensuite, il faut établir une distinction entre le programme et le style. Le premier est la conséquence de la nécessité de construire ou de reconstruire pour répondre à des besoins nouveaux. Le second est plus complexe à analyser, dans la mesure où les commanditaires doivent effectuer la synthèse entre tradition et modernisme. La cathédrale, dès lors qu'elle a été implantée dans une ville antique, illustre ce débat. À quelques exceptions près, son emplacement originel n'a pas changé : reconstruite à plusieurs reprises, deux fois ou parfois trois, elle l'a été dans un style qui était celui de son temps. Certes, dès lors que le terrain est vierge et le projet nouveau, la liberté est mieux assurée.

La finalité de l'architecture chrétienne rompt avec celle du temple antique. Dans celui-ci, le fidèle n'entre pas, seul le prêtre en franchit les portes. L'édifice de culte chrétien a été conçu pour rassembler les hommes, ou une catégorie d'hommes, afin de célébrer le sacrifice de Dieu, venu sur Terre pour racheter les êtres humains. Le prêtre refait sur l'autel les gestes du Christ lors de la dernière Cène. Dans la cathédrale, l'église du diocèse, il appartient à l'évêque, représentant des apôtres, de réitérer sacramentellement le sacrifice du salut en présence de l'ensemble des fidèles qui forment l'Ecclesia (Église). Dans une abbatiale, cette communauté est réduite aux moines, qu'ils soient prêtres ou non. S'il existe des constantes dans la célébration de l'Eucharistie, certains paramètres sont plus mouvants, notamment en ce qui concerne les hommes constituant l'assemblée. Le souci de l'Église a été de s'adapter constamment à cette réalité humaine, ce dont témoignent les nouveaux programmes conçus au cours des temps. Apparaissent ainsi les grands moments qui ont scandé la vie de l'Église et, par voie de conséquence, celle de l'architecture chrétienne. Certains ont été élaborés par les plus grands personnages de l'Église dans les conciles, d'autres, plus diffus, s'analysent moins aisément.

L'Église triomphante et l'architecture aulique

Il est difficile de porter un jugement sur les lieux où les premiers chrétiens se réunissaient pour célébrer l'Eucharistie. Les témoignages, rares, ne sont pas suffisamment évocateurs pour affirmer l'existence d'une architecture chrétienne. Le culte était célébré dans des maisons individuelles pour échapper aux regards indiscrets et éviter toute difficulté. Les découvertes de Doura Europos, en Syrie, datées du iiie siècle, demeurent trop exceptionnelles pour servir de référence.

L'architecture chrétienne est née d'un acte politique, l'Édit de tolérance, promulgué en 313 à Milan par Constantin, qui autorisait la religion[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG. ÉGLISE, architecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Premier Saint-Pierre de Rome - crédits : Encyclopædia Universalis France

Premier Saint-Pierre de Rome

Cathédrale de Cologne - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cathédrale de Cologne

Autres références

  • ABADIE PAUL (1812-1884)

    • Écrit par
    • 977 mots

    Paul Abadie est né à Paris le 9 novembre 1812. Il est le fils d'un architecte néo-classique homonyme (1783-1868) qui fut architecte du département de la Charente : on lui doit notamment le palais de justice d'Angoulême (env. 1825-1828). Abadie entre à Paris dans l'atelier d'Achille Leclère...

  • ABBATIALE DE CLUNY III

    • Écrit par
    • 223 mots

    La légende veut que ce soit saint Pierre, apparaissant au moine Gunzo, qui ait jeté les plans de la troisième église abbatiale de Cluny, la plus grande de tout l'Occident médiéval. Cette transformation débuta en 1088, sous l'abbatiat d'Hugues de Semur (1049-1109), afin de répondre aux besoins...

  • ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

    • Écrit par
    • 3 110 mots
    • 8 médias
    ...édifices sont cependant très importants pour l'histoire de l'architecture, car ils posent, d'entrée de jeu, les deux problèmes cruciaux de l'architecture religieuse de la Renaissance : celui du plan (centré ou longitudinal) et celui de l'adaptation des formules antiques aux façades des églises modernes....
  • AMBON

    • Écrit par
    • 194 mots

    Nom donné, dans l'art paléochrétien, à la chaire du haut de laquelle sont lus les textes sacrés ou prononcés les sermons. De formes diverses, l'ambon peut être isolé dans la nef principale de l'édifice ou bien faire partie d'un chancel situé devant l'abside ; dans ce...

  • Afficher les 144 références