Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAYDHERBE LUC (1617-1697)

Il serait sans doute excessif de faire de Luc Faydherbe le Rubens de la sculpture ; la puissance des deux artistes n'est pas comparable. Il n'en reste pas moins que Faydherbe, né et mort à Malines, est, de tous les sculpteurs qui ont travaillé aux Pays-Bas au xviie siècle, le plus proche du peintre d'Anvers. Entré en 1636 dans son atelier, il y restera trois ans, et l'on peut voir des œuvres de Faydherbe, comme la Ronde d'enfants du Prado, qui sont la transposition en sculpture de compositions peintes par Rubens (en l'espèce la Fête de Vénus du musée de Vienne). Mais ce sont là des exercices d'élève. Plus tard, Faydherbe sut assez bien traduire par les moyens propres à son art un esprit qui restait fidèle aux conceptions rubéniennes. Le Repos pendant la fuite en Égypte (env. 1675, Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles), petit relief en terre cuite, nous présente une scène familière, au milieu d'un décor d'arbres et d'architectures, qui a le mouvement et la verve de Rubens, avec cependant plus de gentillesse et moins de force. Aussi bien est-ce dans le petit format que Faydherbe est le plus à son aise ; il a laissé des plaques d'ivoire sculptées qui sont de petits chefs-d'œuvre. Il visait cependant les grandes commandes, et en obtint un bon nombre. Parmi les plus réussies, il faut citer le monument funéraire de l'archevêque Cruesen (1660, église Saint-Rombaut, Malines) ; la virtuosité du sculpteur se donne libre cours dans le drapé mouvementé de la chape, mais l'attention est surtout retenue par la vigueur réaliste du portrait. Il est même arrivé à Faydherbe de faire œuvre d'architecte ; son travail le plus notable dans ce genre est l'église Notre-Dame d'Hanswijck à Malines (1675-1680).

— Georges BRUNEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANVERS

    • Écrit par Guido PEETERS, Carl VAN DE VELDE, Christian VANDERMOTTEN
    • 8 398 mots
    • 5 médias
    ...grande plasticité des formes et par un emploi abondant de motifs ornementaux empruntés à la nature. Les sculpteurs principaux sont Artus Quellin le Vieux, Luc Faydherbe et Pierre Verbruggen. Ces artistes donnent le ton pour toutes les villes du pays. Vers 1675, le style évolue vers le baroque tardif. Les...

Voir aussi