DIENTZENHOFER LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom des Dientzenhofer est attaché à une série de monuments qui comptent parmi les plus notables de la Bohême et de la Franconie. C'est de cette dernière région que la famille est originaire, mais on en trouve des représentants à Prague dès les années 1680. Les deux membres les plus importants sont Christoph (1655-1722) et son fils Kilian Ignaz (1689-1751). S'opposant au goût français, dont le propagateur en Bohême était l'architecte Jean-Baptiste Mathey, Christoph Dientzenhofer choisit de développer les idées issues de Guarini : plans reposant sur l'intersection de volumes ovales, piliers placés en diagonale, voûtements complexes faisant appel à l'usage systématique des arcs gauches.

Ces principes sont mis en œuvre avec une maîtrise parfaite à Saint-Nicolas de Malá Strana, à Prague, dont Christoph Dientzenhofer construit la nef entre 1703 et 1711. L'effet d'ondulation, déjà sensible sur la façade, se propage le long du vaisseau principal ; les piliers font saillie entre les chapelles comme des proues de bateaux. La structure de la voûte est rendue peu perceptible par la grande fresque dont Lukas Kracker l'a décorée en 1761. Mais dans une église comme celle du couvent de Banz (1710-1718), située entre Bamberg et Bayreuth, on peut apprécier pleinement l'extraordinaire jeu des arcs gauches, qui viennent comme s'appuyer les uns sur les autres, telles d'immenses accolades entre lesquelles se déploient les segments de voûte.

À Saint-Nicolas de Malá Strana, Kilian Ignaz compléta l'œuvre de son père en ajoutant une coupole et un clocher dans les années 1740-1750. Il en résulte un effet quelque peu contradictoire, car Kilian Ignaz, loin de jouer sur la souplesse des incurvations, semble au contraire vouloir accuser la massivité des volumes qu'il encastre, pourrait-on dire, les uns dans les autres. Son église de Saint-Jean-Népomucène, dite Saint-Jean-sur-le-Rocher, à Prague, en 1730, présente des caractères analogues : la façade paraît s'incurver vers l'extérieur sous la pression des deux tours placées en diagonale qui la flanquent.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  DIENTZENHOFER LES  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Autriche et pays de la haute vallée du Danube »  : […] Ainsi préparée par la réalisation de tout un demi-siècle, une grande période d'art se déroula dans les pays danubiens, entre 1690 et 1720. Elle était contemporaine de la montée de l'Autriche au rang de grande puissance. À côté des Italiens (il y en avait toujours et d'excellents : les architectes Aliprandi, Allio...) les maîtres étaient désormais des sujets de l'Empereur. Trois grands noms, ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_5129

GRÜSSAU ÉGLISE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 235 mots

La Silésie est l'une de ces régions marginales où l'écho des modes pratiquées dans les grands centres arrive tardivement, et avec quelques altérations. On y rencontre pourtant des constructions baroques intéressantes, en dehors même de Wrocław (anc. Breslau), la capitale de la province. C'est ainsi que Grüssau, tout près de la frontière tchèque (la ville est aujourd'hui polonaise et s'appelle Krze […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-grussau/#i_5129

PRAGUE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  • , Universalis
  •  • 5 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Prague baroque »  : […] Baroque, Prague l'est assurément et c'est son principal charme . Mais il faut dissiper bien des préjugés à ce propos : celui d'un art importé dans un pays vaincu, privé de ses libertés politiques, converti de force au catholicisme et où une noblesse étrangère remplaçait l'ancienne aristocratie locale. Sans doute, la révolte de 1618 fut suivie de représailles tragiques, d'émigrations massives et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague/#i_5129

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « DIENTZENHOFER LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-dientzenhofer/