DELLA PORTA GIACOMO (1533 env.-1602)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève et disciple de Vignole, l'architecte romain d'origine gênoise Giacomo Della Porta a eu le soin de terminer quelques-unes des œuvres majeures de Michel-Ange : le palais Farnèse, le dôme de Saint-Pierre (en collaboration avec Domenico Fontana) et le palais des Sénateurs, sur la place du Capitole. Le travail accompli au Dôme en moins de deux ans (1588-1589) représente un tour de force technique peu commun. Dans le palais des Sénateurs, (1582-1605), on sent le génie personnel de Della Porta à l'air de dignité un peu raide de la façade : grands pans de mur vides, fenêtres élevées, minces pilastres. Le même esprit de sévérité se retrouve dans la cour du collège de la Sapience (env. 1590), et plus encore dans la façade. La cour, même en faisant abstraction de la miraculeuse adjonction que constitue l'église de Borromini, élevée un demi-siècle plus tard, est en soi un chef-d'œuvre : elle s'étend en longueur selon l'axe de l'entrée, le fond étant amorti par une ample exèdre ; de simples arcades uniformes la bordent. Nulle suggestion dynamique, mais un décor d'une austère tranquillité. On attribue la façade du Gesù, au moins dans sa conception, à Della Porta, ainsi que celle de Sant'Andrea della Valle ; ce sont là deux jalons importants vers ce qui sera la formule retenue pour tant d'églises du xviie et du xviiie siècle.

Villa Aldobrandini, Frascati

Villa Aldobrandini, Frascati

photographie

Façade de la villa Aldobrandini, Frascati (environs de Rome). Architecte : Giacomo Della Porta. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Giacomo Della Porta n'est pas seulement l'architecte d'importants palais et églises, marqués par l'esprit de la Contre-Réforme. Rome lui doit un petit chef-d'œuvre de grâce presque rococo : la fontaine des Tortues, où d'agiles adolescents soutiennent comme en bondissant une vasque d'où s'échappent les jets d'eau. Avec Domenico Fontana, Della Porta est certainement l'architecte le plus remarquable du maniérisme romain.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  DELLA PORTA GIACOMO (1533 env.-1602)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les premières œuvres baroques à Rome »  : […] Il est hors de doute que l'Italie, par la qualité des œuvres et des maîtres qui s'y révèlent alors, a fourni les modèles et donné l'impulsion. Le baroque est le style de la Contre-Réforme, a-t-on dit. À n'en pas douter, parce que le concile de Trente avait maintenu la vénération des images et qu'il avait prêté désormais à l'Église catholique le caractère d'une religion sensible, où les rites et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_5139

GESÙ ÉGLISE DU

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 526 mots

Le pape Paul III concède, en 1541, à la Compagnie de Jésus (approuvée en 1540) la petite église de Santa Maria della Strada, à Rome. Quelques années plus tard, on décide de construire un nouvel édifice dédié au saint nom de Jésus, l'église du Gesù, dont Giovanni di Bartolommeo Lippi dit Nanni di Baccio Bigio donne les plans. La première pierre est posée en 1550, en présence de saint Ignace et de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-du-gesu/#i_5139

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « DELLA PORTA GIACOMO (1533 env.-1602) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-della-porta/