HERCULE, iconographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aucun héros de la mythologie gréco-latine n'est aussi célèbre qu'Hercule : la massue et la peau de lion sont connues de tout le monde. Quoique l'univers de la fable antique se soit grandement éloigné de la culture occidentale, Hercule faisait encore le sujet de films populaires dans les années 1950-1960 : Hercule et la reine de Lydie ou Les Travaux d'Hercule. On réduit trop souvent les caractéristiques de ce héros à la force « herculéenne ». Il n'est pas seulement un assommeur de monstres. C'est au contraire une figure complexe, qui a fourni la matière d'innombrables variations aux peintres et aux sculpteurs d'autrefois.

L'image du surhomme Hercule a par elle-même quelque chose de pittoresque, qui se prête particulièrement aux recherches de la sculpture. Les exemples antiques de l'Hercule Farnèse et du Torse du Belvédère s'offraient aux yeux de tous, ces œuvres étant connues et admirées dès le début de la Renaissance. L'Hercule vainqueur de Cacus de Baccio Bandinelli (1534, marbre, place de la Seigneurie, Florence) nous montre un colosse raide et comme engoncé dans sa propre musculature. Au début du xxe siècle, Antoine Bourdelle a donné une célèbre interprétation de l'Hercule archer (nombreuses versions, un bronze au musée d'Orsay à Paris) qui met en valeur la tension du corps athlétique.

Les cycles de représentations qui racontent les travaux d'Hercule ne sont pas rares. En 1595-1597, Annibal Carrache a décoré le « camerino » (petit salon) du palais Farnèse d'une série de peintures sur ce thème, plaçant au centre de l'ensemble un Hercule à la croisée des chemins sur lequel on reviendra. En 1706-1707, Sebastiano Ricci illustra à son tour les légendes relatives à Hercule dans un des salons du palais Marucelli, à Florence. Ces exemples relèvent de la peinture monumentale, mais les représentations des travaux d'Hercule peuvent prendre la forme d'œuvres précieuses et de petit format, comme la série de plaques niellées qui décorent une boîte italienne de la fin du xve siècle (Louvre).

Auteur de grands exploits, Hercule n'était pas pou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  HERCULE, iconographie  » est également traité dans :

DÉCORS D'ANNIBAL CARRACHE, PALAIS FARNÈSE (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il est appelé à Rome, en 1595, Annibal Carrache est déjà un peintre célèbre. À Bologne, avec son frère Augustin et son cousin Ludovic, ils ont fondé en 1585 l'Accademia degl'incamminati, une académie appelée à servir de modèle, réalisé de nombreux tableaux d'autel, décoré le palais Fava (1584), le palais Magnani (vers 1590) et le palais Sampieri (1593-1594). Ils ont imposé une nouvelle ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decors-d-annibal-carrache-palais-farnese/#i_96983

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « HERCULE, iconographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hercule-iconographie/