PATER JEAN-BAPTISTE (1695-1736)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre français, le seul véritable élève que l'on connaisse à Watteau. La vie du maître et celle du disciple ne sont du reste pas sans ressemblance : Pater est comme Watteau un homme du Nord ; il naît à Valenciennes en 1695. Comme Watteau, il avait une santé délicate et il disparut prématurément. Travaillant délibérément dans ce genre de la « fête galante » que son maître avait mis à la mode, il est sans doute de tous les continuateurs et imitateurs de Watteau le plus fidèle, sinon le plus doué.

Scènes de foire, scènes de vie militaire, scènes de comédie italienne : tels sont les thèmes de Pater ; ce n'est pas son imagination qui les a créés et il ne les renouvelle guère. Les musées de Berlin, et en particulier celui de Charlottenburg, renferment une grande quantité de ses tableaux, Frédéric II les ayant acquis en masse en même temps que les Watteau de sa collection. Les personnages de Pater sont des figures menues, sans aucune expression individuelle, avec des silhouettes allongées et de petites têtes. La gamme du coloris est, elle aussi, toute proche de Watteau : ainsi dans les Baigneuses du musée d'Angers, des jupes et des pourpoints de satin bleu sombre, rose ou orangé viennent créer un effet de scintillement au milieu des frondaisons bleuâtres teintées de roux ; une architecture de fantaisie placée sur le côté gauche creuse l'espace dont le point de perspective est constitué par une tour ou un pigeonnier que l'on entrevoit dans le lointain.

C'est peut-être dans le traitement des paysages que se montre le mieux le mérite de Pater. Alors que ses personnages restent conventionnels, il y a de la vérité dans ses grands arbres, ses ciels mélancoliques parcourus de nuages ; l'accent qu'il sait y mettre, par exemple dans le Paysage à la charrette de Charlottenburg, montre un tempérament auquel une trop grande servilité à l'égard d'un maître n'a pas permis de donner toute sa mesure.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  PATER JEAN-BAPTISTE (1695-1736)  » est également traité dans :

WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 5 604 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Succès et fortune de Watteau »  : […] À sa mort, la réputation de Watteau est établie, ses tableaux se vendent cher, beaucoup ont déjà quitté la France – sans compter ceux qu'il a exécutés à Londres –, ses dessins sont appréciés des amateurs. C'est sans doute la raison, sans parler de leur caractère novateur et de leur exceptionnelle qualité, pour laquelle Jean de Jullienne entreprend de les faire graver par une pléiade d'excellents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-watteau/#i_27497

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « PATER JEAN-BAPTISTE - (1695-1736) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pater/