PATRIMOINE ARTISTIQUE DES ÉGLISES DE PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un touriste qui parcourrait aujourd'hui les églises de Rome, de Naples ou de Venise en se servant d'un guide du xviiie siècle trouverait généralement dans son livre l'explication de ce qu'il voit. À Paris, ce ne serait pas le cas. Dans les capitales italiennes, le patrimoine des églises est le produit d'une accumulation lente et continue ; aucune catastrophe n'a bouleversé la sédimentation des siècles. En France, au contraire, la Révolution a tout brisé et tout mêlé. Visiter les églises de Paris avec un guide de l'Ancien Régime, c'est un peu comme si l'on partait pour la Grèce muni du seul Pausanias. Quelques vestiges se reconnaissent bien çà et là, mais ils émergent d'un paysage tout nouveau.

Les conséquences, en matière de biens d'Église, des lois révolutionnaires et des adaptations apportées successivement, en 1801 par le Concordat et en 1905 par la séparation des Églises et de l'État, ne sont pas toujours bien connues et certaines idées fausses ont la vie dure. Contrairement à une opinion très fréquente, la loi de 1905 n'a pas dépossédé l'Église catholique de ses biens ; ce travail avait été accompli plus d'un siècle auparavant par la Révolution. La loi de 1905 n'a eu d'effets que sur les objets du culte proprement dits, l'argenterie et les ornements. Dans le régime concordataire, les associations de paroissiens, appelées du vieux mot de fabriques, étaient propriétaires de ces objets ; la loi de séparation prévoyait le remplacement des fabriques par des associations cultuelles conformes au modèle général fixé par la loi de 1901 sur les associations. Les catholiques ayant refusé de s'y soumettre, les biens des fabriques dissoutes, faute de pouvoir être transférés aux associations cultuelles, sont devenus propriété publique. Il s'agit là d'un effet indirect de la loi de 1905, non d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « PATRIMOINE ARTISTIQUE DES ÉGLISES DE PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-artistique-des-eglises-de-paris/