ROCOCO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Intérieur de l'église d'Ottobeuren

Intérieur de l'église d'Ottobeuren
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Eglise de pèlerinage de la Wies

Eglise de pèlerinage de la Wies
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs : gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de disqualifier, le goût réputé mauvais d'une époque révolue. L'historien se trouve ainsi hériter de notions vagues et d'un usage malaisé ; la polémique ne s'embarrasse guère en effet de nuances, sa loi veut au contraire qu'elle amalgame sous un seul qualificatif désobligeant ou injurieux toutes sortes de manifestations et de phénomènes pour mieux les rejeter en bloc.

« Rococo » a encore, du moins en français, une résonance nettement désagréable. Au xixe siècle, le mot était senti comme familier et un peu vulgaire. On le trouve ainsi dans les Promenades dans Rome, mais Stendhal l'emploie avec précaution : « Me permettra-t-on un mot bas ?... » Dans l'état actuel de la langue française, « rococo » est encore synonyme de vieillerie désuète et quelque peu ridicule. Le baroque et le maniérisme ont acquis le statut noble des grandes notions d'histoire de l'art ; « pompier » reste un vocable fortement outrageant ; « rococo » est entre les deux.

La situation n'est pas la même dans d'autres langues, et particulièrement en allemand. Mais ici surgit une nouvelle difficulté. Il est bien connu que l'art dit baroque a eu, dans les pays de l'Europe centrale, un développement extrêmement brillant au xviiie siècle, jusque vers 1770 ou 1780. Or cette période est désignée presque indifféremment par les Allemands sous le nom de Barockzeit ou Rokokozeit. Chez un historien tel que Wölfflin, le rococo n'apparaît que comme une nuance du baroque. Depuis les années 1950 au contraire, suivant la voie ouverte par Hans Sedlmayr, quelques savants tendent à concevoir le rococo comme une catégorie de style autonome. Le rococo serait aussi distinct du baroque, qui en gros le précède, que du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Chicago
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  ROCOCO  » est également traité dans :

ALLEMAND ART

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 331 mots

Parler d'art allemand, comme d'art italien ou d'art français, n'a rien qui surprenne aujourd'hui, tant ces catégories semblent évidentes. Apparues avec l'essor de l'histoire de l'art au xix e  siècle, elles sont pourtant relatives et problématiques, car cet essor, contemporain de celui des nationalismes, lui est lié. Entend-on par art national l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-allemand/#i_7929

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/#i_7929

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Esquisse d'une chronologie de la littérature européenne à l'âge baroque »  : […] On distingue généralement, à l'intérieur de l'« âge baroque » européen une double oscillation qui détermine quatre phases essentielles. Cette périodisation ne coïncide pas avec les divisions traditionnellement effectuées dans les histoires de la littérature française : un « âge baroque » restreint (1610-1660), antérieurement appelé « préclassicisme », y précède le règne de Louis XIV, auquel corre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_7929

CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

On a peu de données précises sur la vie de Chippendale. On sait seulement qu'il naquit dans le Yorkshire et que son père, menuisier-ébéniste, s'installa à Londres dès 1727. Il est ainsi baigné très jeune dans le milieu des artisans du bois, parmi lesquels régnait alors un style national très particulier. En réaction contre le bois doré français et italien qui paraissait trop solennel, le style Que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-chippendale/#i_7929

CSOKONAI VITÉZ MIHÁLY (1773-1805)

  • Écrit par 
  • Gyula SIPOS
  •  • 2 050 mots

Un grand poète rococo, fils d'un siècle réputé néfaste aux muses, et qui compte pourtant parmi les plus authentiques génies poétiques hongrois, cela tient presque du miracle ! L'étonnement d'un disciple de Taine n'en serait que plus grand s'il voulait expliquer cette poésie par le lieu, le moment, ou par la complexion de l'artiste : la Hongrie d'alors est un pays arriéré et paysan, et la plus gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitez-mihaly-csokonai/#i_7929

CUVILLIÉS FRANÇOIS DE (1695-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 328 mots
  •  • 1 média

Parmi les architectes et décorateurs qui ont illustré la Bavière au xviii e  siècle, une place d'honneur revient à François de Cuvilliés ; né dans le Hainaut, il vint tout jeune à la cour de Bavière, d'où il fut envoyé à Paris pour un séjour de quatre ans (1720-1724), afin de se former comme architecte. Les liens politiques étroits qui unissaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-cuvillies/#i_7929

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chinoiseries »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on se représentait l'Orient surtout turc et persan ; puis les missions des Jésuites firent connaître l'Extrême-Orient. Déjà à la fin du xvi e  siècle, on fabriquait en Chine des porcelaines destinées au marché européen ; mais la légende littéraire de ce pays remon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_7929

FÜRSTENFELD ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 346 mots

L'abbaye cistercienne de Fürstenfeld, à l'ouest de Munich, est un ouvrage assez caractéristique de la première phase du rococo germanique. Les travaux, commencés en 1701, interrompus par la guerre et repris après 1715, durèrent jusqu'en 1736 (consécration de l'église), et l'on travailla encore de longues années à la décorer. L'architecte est Giovanni Antonio Viscardi, l'un de ces Italiens fixés au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-furstenfeld/#i_7929

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du « grand goût » au sentiment de la nature »  : […] Avec le règne de Louis XIV commence celui du « grand goût », imposé par le souverain à des fins politiques, combattu parfois et finalement triomphant. C'est à Vaux, chez le surintendant Fouquet, qu'il faut en chercher les premières manifestations, et c'est l'infatigable activité, l'imagination, le talent de Charles Le Brun qui en assurent le succès, qui créent un style. Tandis que l'art de Versail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gout-esthetique/#i_7929

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Hradschin ), dont le nom rappelle le rôle de forteresse que jouait la colline. Au nord subsistent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hradcany/#i_7929

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'académisme »  : […] Dès le règne de Louis XVI, on perçoit dans les livres une altération des tendances «  rococo ». L'ornement reflète le succès des recueils d'antiques, les figurations délaissent le spontané mondain. Malgré l'interruption révolutionnaire, la continuité de l'art du livre, depuis la fin de l'Ancien Régime jusqu'à l'Empire, est assurée par de nombreux éléments : permanence de la gravure sur cuivre, mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_7929

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le style Louis XV et le rococo »  : […] Le mobilier du xviii e  siècle, directement issu du baroque, est dominé par le style rocaille, caractérisé par des lignes sinueuses souvent dissymétriques, la profusion des motifs végétaux, feuillages et fleurs. Ce style est imposé en France par des ébénistes comme Charles Cressent qui fixe certains types de meuble, le bureau plat, la commode mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_7929

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les styles historiques »  : […] Les éléments romantiques de retour au passé et de rêve exotique déjà signalés dans le néo-classicisme s'affirmèrent pendant l'Empire pour se déclarer franchement à partir de la Restauration. Déjà dans l'habillement, entre 1800 et 1810, parurent des formes non classiques, ornements à la Van Dyck, guimpes du xvi e  siècle, fraises élisabéthaines. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_7929

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_7929

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : du style rocaille au néo-classicisme »  : […] C'est vers 1725-1730 que s'opéra un nouveau changement de goût, qui devait se traduire par l'épanouissement, en France, du genre pittoresque ou style rocaille, dont le rococo doit être considéré comme l'expansion internationale. L'orfèvre, dessinateur et architecte Juste Aurèle Meissonnier a sans aucun doute joué un rôle moteur dans la genèse de ce nouveau style, caractérisé par un goût effréné p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_7929

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « L'étude de l'ornement »  : […] Il n'y a pas d'études sur les changements du sens et de l'usage du mot ornement. Le sens des mots qui désignent un ornement peut varier en fonction de la période et du pays. L'origine peut en être descriptive, comme c'est le cas pour «  cartouche » (de l'italien cartoccio , de carta , papier), composition ornementale autour d'un compartiment vide, destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/#i_7929

Voir aussi

ACADÉMIE ROYALE DE PEINTURE & DE SCULPTURE    ADAM L'AÎNÉ    CHRISTOPHE GABRIEL ALLEGRAIN    ARCHITECTURE ALLEMANDE    SCULPTURE ALLEMANDE    PAVILLON DE L' AMALIENBURG    ANACHRONISME DANS L'ART    ARCHITECTURE DU XVIIIe SIÈCLE    ARCHITECTURE RELIGIEUSE    ART AUTRICHIEN    PEINTURE AUTRICHIENNE    MUSIQUE BAROQUE    CLAUDE FRANÇOIS BEAUMONT    FEDERICO BENCOVICH    SIMON LOUIS BOIZOT    CHINOISERIES    ARCHITECTURE CIVILE    ART CLASSIQUE    CLODION    GIUSEPPE MARIA CRESPI    DONATO CRETI    GIAMBATTISTA CROSATO    MONUMENT ÉQUESTRE    JOSEPH ANTON FEUCHTMAYER    FILIPPO DELLA VALLE    ARCHITECTURE FRANÇAISE    PEINTURE FRANÇAISE XVIIIe s.    SCULPTURE FRANÇAISE    MARCANTONIO FRANCESCHINI    FRANÇOIS THOMAS GERMAIN    GIAQUINTO    JOHANN EVANGELIST HOLZER    HÔTEL PARTICULIER    ART ITALIEN    SCULPTURE ITALIENNE    PIERRE JULIEN    LES MAGNIER    PIERRE MIGEON    FRANCESCO DE MURA    MUSIQUE OCCIDENTALE XVIIIe siècle    SCULPTURE NÉO-CLASSIQUE    OPÉRA BOUFFE    PEINTURE D'HISTOIRE    PEINTURE DU XVIIIe SIÈCLE    PIETRO PIFFETTI    GIAMBATTISTA PITTONI    PLAFOND décoration    STYLE ROCAILLE    ARCHITECTURE ROCOCO    MUSIQUE ROCOCO    PEINTURE ROCOCO    SCULPTURE ROCOCO    ROMANCE musique    SCULPTURE DU XVIIIe SIÈCLE    GIACOMO SERPOTTA    TERRE CUITE sculpture    FERDINAND TIETZ    CORNEILLE VAN CLEVE    ART VÉNITIEN    CHÂTEAU DE VERSAILLES

Pour citer l’article

François H. DOWLEY, Georges BRUNEL, Pierre-Paul LACAS, « ROCOCO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/