Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROCOCO

Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs : gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de disqualifier, le goût réputé mauvais d'une époque révolue. L'historien se trouve ainsi hériter de notions vagues et d'un usage malaisé ; la polémique ne s'embarrasse guère en effet de nuances, sa loi veut au contraire qu'elle amalgame sous un seul qualificatif désobligeant ou injurieux toutes sortes de manifestations et de phénomènes pour mieux les rejeter en bloc.

« Rococo » a encore, du moins en français, une résonance nettement désagréable. Au xixe siècle, le mot était senti comme familier et un peu vulgaire. On le trouve ainsi dans les Promenades dans Rome, mais Stendhal l'emploie avec précaution : « Me permettra-t-on un mot bas ?... » Dans l'état actuel de la langue française, « rococo » est encore synonyme de vieillerie désuète et quelque peu ridicule. Le baroque et le maniérisme ont acquis le statut noble des grandes notions d'histoire de l'art ; « pompier » reste un vocable fortement outrageant ; « rococo » est entre les deux.

La situation n'est pas la même dans d'autres langues, et particulièrement en allemand. Mais ici surgit une nouvelle difficulté. Il est bien connu que l'art dit baroque a eu, dans les pays de l'Europe centrale, un développement extrêmement brillant au xviiie siècle, jusque vers 1770 ou 1780. Or cette période est désignée presque indifféremment par les Allemands sous le nom de Barockzeit ou Rokokozeit. Chez un historien tel que Wölfflin, le rococo n'apparaît que comme une nuance du baroque. Depuis les années 1950 au contraire, suivant la voie ouverte par Hans Sedlmayr, quelques savants tendent à concevoir le rococo comme une catégorie de style autonome. Le rococo serait aussi distinct du baroque, qui en gros le précède, que du néo-classicisme, qui le suit. Des travaux à tendance plus historique comme ceux de H. R. Hitchcock, ou plus philosophique comme ceux de P. Minguet, sont venus renforcer cette position.

Le problème se pose différemment selon les formes d'art que l'on envisage. Dans le domaine du mobilier, de l'orfèvrerie ou des arts décoratifs, chacun conçoit sans trop de peine ce qu'est un objet rococo, et les noms de Germain, de Caffieri ou de Verbeckt viennent aisément à l'esprit. Pour la peinture et la sculpture, la difficulté est plus grande ; Tiepolo, Maulbertsch, Boucher sont-ils des peintres baroques ou des peintres rococo ? L'idée de rococo est associée à l'usage de certaines formules décoratives ; dans ces conditions, la notion même d'une architecture rococo a-t-elle un sens ? Et si l'on consent à utiliser le terme de rococo pour l'ensemble des arts visuels, il faut remarquer que l'usage de cette catégorie ne s'étend pas aux autres arts de la même façon ; on parle de musique, de littérature baroques, on parle plus rarement de musique rococo ; on ne parle pas de littérature rococo.

Est-il possible de se tirer d'embarras en recourant à des définitions chronologiques et géographiques ? La fin du rococo est assez aisée à déterminer ; elle se situe dans les années 1760-1770, avec l'avènement des doctrines de retour à l'antique et de beauté noble et régulière issues de Winckelmann ; le néo-classicisme se développe alors dans tous les pays d'Europe, et son triomphe est manifeste vers 1780. Les débuts du rococo sont plus malaisés à fixer, et la frontière avec le baroque apparaît bien indécise ; les années 1700-1710 ont une signification pour la France, mais n'en ont guère pour les autres pays d'Europe. On rencontre ici la question de l'extension géographique du rococo ; l'idée la plus communément admise est que le lieu[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : professeur à l'université de Chicago
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Pour citer cet article

Georges BRUNEL, François H. DOWLEY et Pierre-Paul LACAS. ROCOCO [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Intérieur de l'église d'Ottobeuren - crédits :  Bridgeman Images

Intérieur de l'église d'Ottobeuren

Eglise de pèlerinage de la Wies - crédits :  Bridgeman Images

Eglise de pèlerinage de la Wies

<it>Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald</it>, G. Tiepolo - crédits : Cameraphoto/ AKG-images

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo

Autres références

  • ALLEMAND ART

    • Écrit par
    • 1 322 mots

    Parler d'art allemand, comme d'art italien ou d'art français, n'a rien qui surprenne aujourd'hui, tant ces catégories semblent évidentes. Apparues avec l'essor de l'histoire de l'art au xixe siècle, elles sont pourtant relatives et problématiques, car cet essor,...

  • AUDRAN LES

    • Écrit par
    • 561 mots

    Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xviie siècle et du début du xviiie siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III.

    Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure...

  • BAROQUE

    • Écrit par , et
    • 20 831 mots
    • 23 médias
    ...le domaine musical (Buxtehude, Pachelbel, Vivaldi, Rameau, Bach, Haendel, Telemann), et dans les arts plastiques. On lui donne quelquefois le nom de «  rococo », encore que cette appellation s'applique surtout, en France, aux arts ornementaux. On peut la définir, littérairement, par la remontée, parallèlement...
  • CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)

    • Écrit par
    • 365 mots
    • 1 média

    On a peu de données précises sur la vie de Chippendale. On sait seulement qu'il naquit dans le Yorkshire et que son père, menuisier-ébéniste, s'installa à Londres dès 1727. Il est ainsi baigné très jeune dans le milieu des artisans du bois, parmi lesquels régnait alors un style national très particulier....

  • Afficher les 16 références