Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAULBERTSCH FRANZ ANTON (1724-1796)

<it>Glorification de l'Ordre des Prémontrés</it>, F. A. Maulbertsch - crédits :  Bridgeman Images

Glorification de l'Ordre des Prémontrés, F. A. Maulbertsch

En dehors de l'Allemagne et des pays d'Europe centrale, Franz Anton Maulbertsch n'est généralement pas reconnu comme l'un des maîtres majeurs de la peinture européenne, qu'il est pourtant. C'est qu'il est fort peu représenté dans les collections et que, ses œuvres les plus significatives étant de grands décors, on ne peut guère le connaître que sur place.

Né à Langenargen, sur les bords du lac de Constance, Maulbertsch fut formé à l'Académie de Vienne et, il n'est pas indifférent de le relever, sans faire de séjour en Italie, à la différence des peintres autrichiens de la génération précédente comme Troger. Sa première grande commande vient en 1750 : il s'agit de décorer la coupole de l'église des Piaristes de Vienne. Traitant les architectures sur un mode plus décoratif qu'illusionniste, usant de tons légers et clairs, refusant de trop individualiser les figures mais mettant plutôt l'accent sur l'enchaînement des groupes, Maulbertsch donne déjà là un chef-d'œuvre, parfaitement en accord avec les rythmes ondulants de l'architecture.

Maulbertsch se signale tout d'abord par une puissance imaginative peu commune. L'invention se renouvelle sans arrêt dans les attitudes, les mimiques, l'organisation même des compositions ; sans effort, il passe du burlesque au surnaturel ; de la grimace à l'extase. Comme Tiepolo, il utilise volontiers les accoutrements à caractère historique, fraises, pourpoints et manches à crevés, par exemple dans ses fresques de Kroměříž (1760, République tchèque). Sa virtuosité de dessinateur lui rend possibles les formules les plus audacieuses, parfois les plus extravagantes, de raccourcis, comme au plafond de l'ancienne université de Vienne où il représente le Baptême du Christ (1766-1767). C'est surtout un coloriste incomparable, qui allie avec bonheur les tons les plus risqués, des violines avec des orange, des vert acide et des bleus. L'exécution révèle un brio éblouissant, qu'il s'agisse de grandes fresques (notamment à l'abbaye de Gutenbrunn-Heiligenkreuz, ou dans la salle des Géants de la Hofburg d'Innsbruck et au château de Györ ou Raab en Hongrie) ou de tableaux à l'huile ; elle semble certes s'alourdir dans les dernières années, mais il ne faut pas oublier que des œuvres comme les fresques de Strahov près de Prague (1794) reviennent pour une bonne part à des élèves.

L'importance de Maulbertsch est considérable, car il représente, au plus haut niveau du génie, tout un courant de la peinture germanique que des peintres plus modestes, quoique non sans mérite, comme Kremserschmidt, Leicher ou Cimball, ont diffusée partout en Europe centrale dans la seconde moitié du xviiie siècle.

— Georges BRUNEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Glorification de l'Ordre des Prémontrés</it>, F. A. Maulbertsch - crédits :  Bridgeman Images

Glorification de l'Ordre des Prémontrés, F. A. Maulbertsch

Autres références

  • BAROQUE

    • Écrit par Claude-Gilbert DUBOIS, Pierre-Paul LACAS, Victor-Lucien TAPIÉ
    • 20 831 mots
    • 23 médias
    ...Strudel, fondateur de l'académie des Beaux-Arts ; Mathias Braun et les Brokoff, les maîtres de la statuaire du pont Charles à Prague. Au xviiie siècle, les fresquistesMaulbertsch et Lucas Kracker, l'auteur des plafonds du collège d'Eger en Hongrie et de la fresque de Saint-Nicolas de Prague (1760).
  • ROCOCO

    • Écrit par Georges BRUNEL, François H. DOWLEY, Pierre-Paul LACAS
    • 21 059 mots
    • 14 médias
    ...l'esquisse du plafond détruit de Münsterschwarzach, au musée d'Augsbourg) et par la délicatesse du coloris qui révèle une science des reflets digne de Rubens. Maulbertsch est un artiste au tempérament plus fantastique. Il faut aller jusqu'à Sümeg, en Hongrie, ou Kroměříž, en Moravie, pour découvrir ses œuvres...

Voir aussi