ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Cardinal P.S. Zacchia Rondanini, Algarde

Le Cardinal P.S. Zacchia Rondanini, Algarde
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tombeau du pape Léon XI, Algarde

Tombeau du pape Léon XI, Algarde
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Alessandro Algardi reçut sa formation dans l'académie fondée par les Carrache, et qu'animait alors le seul Ludovic. Il s'établit à Rome en 1625, sous la protection du cardinal Ludovisi, fréquentant familièrement le Dominiquin, son compatriote. Occupé d'abord à des travaux secondaires, comme la restauration des statues antiques de la collection Borghèse, il acquit lentement de la réputation. C'est d'abord à son talent de portraitiste qu'il semble devoir la faveur des notables. Le buste du cardinal Laudivio Zacchia (env. 1630, Staatliche Museen, Berlin) témoigne de son mérite dans ce genre : extrême habileté dans le rendu des étoffes, la texture comme le drapé, observation scrupuleuse des traits du visage ; en dépit d'une certaine froideur, un tel portrait est d'une admirable vérité. Les mêmes qualités se retrouvent dans une œuvre monumentale comme la statue en bronze du pape Innocent X (1645-1650, palais des Conservateurs, Rome), destinée à faire pendant à l'Urbain VIII de Bernin. La majesté due à l'ample bouillonnement des étoffes s'y allie à une rare subtilité dans l'art de caractériser la physionomie.

Le Cardinal P.S. Zacchia Rondanini, Algarde

Le Cardinal P.S. Zacchia Rondanini, Algarde

photographie

Alessandro ALGARDI, dit ALGARDE Le Cardinal P.S. Zacchia Rondanini, marbre. Musée du Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Algarde devait bien un tel hommage à ce pape qui, laissant Bernin dans une demi-disgrâce, lui avait donné la chance de s'établir à un niveau de réputation comparable. Innocent X lui commande (1645) le grand relief représentant la Rencontre de Léon le Grand et d'Attila (achevé en 1653, Saint-Pierre, Rome). Cette immense sculpture en marbre, qui forme tableau d'autel, est le chef-d'œuvre d'Algarde : composition puissante, qui allie sans peine l'équilibre et le mouvement, perfection dans le détail, avec un passage étonnant de science entre les fonds traités en relief à l'antique et les figures du premier plan, presque détachées en ronde bosse.

Algarde a souffert dans sa réputation d'avoir été et d'être encore sans cesse mis en balance avec Bernin. Il n'en avait certes pas le génie ; mais son œuvre représente une tendance toute différente et s'oppose à celle de Bernin en sculpture, comme celle de Maratta à l'œuvre de Bacciccia en peinture : rigueur du dessin et de la composition, fidélité aux modèles antiques ; c'est la tendance classicisante de la sculpture du xviie siècle italien qui trouve en Algarde son représentant.

Tombeau du pape Léon XI, Algarde

Tombeau du pape Léon XI, Algarde

photographie

Alessandro Algardi, dit Algarde, Tombeau du pape Léon XI. Œuvre commandée en 1634. Marbre. Saint-Pierre, Rome. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654)  » est également traité dans :

BELLORI GIOVAN PIETRO (1613-1696)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 602 mots

Homme de lettres italien, critique d'art, bibliothécaire de Christine de Suède, puis conservateur des Antiquités de Rome sous le pontificat de Clément X. L'œuvre de théoricien de Bellori, consignée dans un discours sur l' Idée du peintre, du sculpteur et de l'architecte ( L'Idea del pittore ..., 1644 et 1672) ainsi que de biographe ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovan-pietro-bellori/#i_10911

SAINT-MAXIMIN-DU-VAR

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 703 mots

À l'origine de ce magnifique couvent se trouve un pèlerinage célèbre. D'après la légende, trois disciples du Christ, Madeleine, Marthe et leur frère Lazare, auraient débarqué en Provence : Lazare devint le premier évêque de Marseille, Marthe purgea de la Tarasque les bords du Rhône et Madeleine vécut une vie de solitaire dans la Sainte-Baume. Après la mort de Madeleine, Maximin, l'un des soixante- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-maximin-du-var/#i_10911

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/algarde/