Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SUISSE

Nom officiel

Confédération suisse (CH)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Viola Amherd (depuis le 1er janvier 2024)

      Chef de l'État et du gouvernement

      Viola Amherd (depuis le 1er janvier 2024)

        Capitale

        Berne 1

          Langues officielles

          Allemand, français, italien (le romanche est une langue officielle localement)

            Unité monétaire

            Franc suisse (CHF)

              Population (estim.) 8 864 000 (2023)
                Superficie 41 291 km²

                  À la charnière de l'Europe occidentale et de l'Europe centrale, dispersant ses eaux vers l'Adriatique, la Méditerranée, la mer du Nord et la mer Noire, la Suisse multiplie les contrastes géographiques. État continental enclavé, elle est cependant très largement ouverte aux courants du trafic international dont elle contrôle les principaux cols et tunnels. Pays essentiellement montagnard, jurassien et alpin, c'est dans le Moyen Pays des plateaux et collines qu'elle concentre la majorité de son potentiel économique et humain. À son étendue territoriale modeste répondent la densité de son peuplement, la variété de ses terroirs où l'agriculture se mêle à l'industrie. L'expansion contemporaine ajoute au pluralisme des langues et des cultures la présence d'une très nombreuse main-d'œuvre étrangère. Le portrait géographique de la Suisse résulte d'une superposition de traits qui se recouvrent sans coïncider : le cadre physique des grands ensembles naturels ; les zones d'influence des métropoles ; les particularismes des groupes alémanique, romanche, tessinois et romand. Dans cette synthèse de composantes, la nature a délimité vigoureusement des espaces, édicté des contraintes, dégagé des aptitudes, mais en nul autre pays européen la marque du travail des hommes n'est davantage présente dans les paysages.

                  Suisse : drapeau

                  Suisse : drapeau

                  Suisse : carte physique

                  Suisse : carte physique

                  «  Démocratie témoin » à valeur exemplaire pour les uns (A. Siegfried), accident paradoxal de l'histoire, cristallisé dans des structures « archaïques », pour d'autres (Herbert Lüthy), la Confédération helvétique fait cohabiter, dans un État de droit, trois grands peuples européens. Dotée, depuis 1815, d'un statut international de neutralité armée, se tenant à l'écart des blocs politiques qui divisent les nations, la Suisse est pourtant activement présente dans le monde contemporain. Terrain de rencontre, par les organisations internationales qu'elle accueille, refuge de capitaux, elle donne l'image d'un îlot de paix et de sécurité abritant un « peuple heureux » (Denis de Rougemont). C'est l'aboutissement d'un destin historique dont l'originalité prend corps au Moyen Âge. Jusque-là, en effet, la Suisse partage le sort commun de l'Europe centre-occidentale, à la charnière des mondes gallo-romain et germanique. Cependant, l'émiettement féodal, au lieu de se résorber devant la montée des grandes monarchies continentales, réussit à survivre, sous la forme d'une association de cantons souverains. À la fin du xiiie siècle, autour des communautés forestières et pastorales qui commandent les cols des Alpes centrales, naît le mouvement d'émancipation de la tutelle des Habsbourg. Des solidarités politiques et économiques se nouent entre montagne et bas pays, entre villes et campagnes, et le noyau initial des huit cantons s'agrandit et se consolide au cours des luttes contre les maisons d'Autriche et de Bourgogne. À l'aube des Temps modernes, les guerres d'Italie permettent, non sans dissensions internes, une nouvelle extension, dans le cadre de la Confédération des treize cantons. La Suisse survit à la crise de la Réforme qui ajoute le clivage des religions à la diversité des idiomes et des souverainetés. Dès cette époque, elle est constituée dans ses traits essentiels : désengagement des conflits armés européens, affirmation de la neutralité, élaboration d'une forme de souveraineté qui lui permettra de ne pas être affectée par les idées-forces qui modèlent lentement l'Europe, avec le centralisme étatique et le principe des nationalités. Les xviie et xviiie siècles sont une ère de paix et de prospérité fondée sur les revenus du service militaire à l'étranger et sur l'essor d'une première industrialisation. Des oligarchies patriciennes gouvernent les cantons, avec[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur à l'université de Genève (Suisse)
                  • : docteur ès sciences politiques, chargé de cours, responsable de la Plate-forme Europe
                  • : homme de lettres, éditeur
                  • : professeur honoraire à l'université de Genève
                  • : docteur en littérature française, chercheur auprès du Fonds national suisse de la recherche scientifique
                  • : professeur honoraire à l'université de Genève et à l'Institut universitaire d'études européennes
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Suisse : drapeau

                  Suisse : drapeau

                  Suisse : carte physique

                  Suisse : carte physique

                  400 à 500. Royaumes barbares

                  400 à 500. Royaumes barbares

                  Autres références

                  • SUISSE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • ALPES

                    • Écrit par Jean AUBOUIN, Bernard DEBARBIEUX, Paul OZENDA, Thomas SCHEURER
                    • 13 214 mots
                    • 11 médias
                    Outre les Alpes franco-italiennes, les Alpes occidentales comprennent également lesAlpes suisses, avant de disparaître, par inflexion axiale, sous le charriage des Alpes orientales. Analogues dans l’ensemble, les Alpes suisses sont toutefois marquées par certains traits originaux qui autorisent parfois...
                  • ALSACE

                    • Écrit par Universalis, Françoise LÉVY-COBLENTZ, Raymond WOESSNER
                    • 6 614 mots
                    • 2 médias
                    En développant la coopération transfrontalière, l'Alsace s'inscrit dans un destin rhénan. Depuis 1975, la Conférence du Rhin supérieur associe l'Alsace à plusieurs Kreise (subdivisions administratives) des Länder de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg ainsi qu'aux cantons...
                  • ARMÉE - Typologie historique

                    • Écrit par Paul DEVAUTOUR, Universalis
                    • 12 926 mots
                    • 21 médias
                    Le système militaire suisse depuis plus de cent ans, avec un effectif infime d'officiers de carrière, demeure un modèle inégalé. Il le doit au civisme remarquable des populations de la Confédération helvétique, dont l'apprentissage de la démocratie remonte au xiiie siècle, et aux traditions...
                  • BÂLE

                    • Écrit par Bernard DEGEN
                    • 1 542 mots
                    • 3 médias

                    Au contact avec la France et l'Allemagne, Bâle (en allemand Basel) est la porte d'entrée de la Suisse vers l'Europe du Nord. La ville, qui forme avec les communes de Riehen et Bettingen, le canton de Bâle-Ville, le plus petit de Suisse en termes de superficie (37 km2), est également...

                  • Afficher les 69 références

                  Voir aussi