FISCHER VON ERLACH JOHANN BERNHARD (1656-1723)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Salué de son vivant même comme l'artiste en qui s'incarnait la renaissance de l'art allemand, Fischer von Erlach reste le grand architecte de la Vienne triomphante, au tournant des xviie et xviiie siècles. Son père était un sculpteur de Graz, et il reçut sa première formation également comme sculpteur. Un séjour d'une dizaine d'années en Italie, à partir de 1674, le mena à Rome et à Naples, où il semble avoir fréquenté le cercle de Bernin.

Quand il rentre en Autriche, Fischer trouve une situation toute nouvelle : délivrés une bonne fois, après le siège de 1683, de la menace turque, les États des Habsbourg respirent et un âge de grandeur paraît s'ouvrir. Les commandes se multiplient ; l'activité de Fischer se déploie entre Salzbourg, Vienne et Prague. Il parvient rapidement à la plus grande notoriété, est anobli et nommé Erster Hofbaumeister, ce qui équivaut à peu près au titre de premier architecte en France.

Dans le domaine de l'architecture civile, son œuvre majeure consiste dans la construction de Schönbrunn, et plus encore dans les projets qui précédèrent l'exécution. Son premier dessein en effet, grandiose et, reconnaissons-le, difficilement réalisable, comportait l'aménagement monumental de toute la colline où s'élève actuellement la Gloriette, au moyen d'un système de terrasses et de rampes, couronné par un immense palais en hémicycle autour d'un bassin. Le second projet, celui qui fut exécuté à partir de 1696, reprend les motifs du premier, mais à une échelle bien plus modeste.

Les églises élevées par Fischer, par exemple la Kollegienkirche de Salzbourg, consacrée en 1707, ou la Karlskirche (Saint-Charles-Borromée) de Vienne, commencée en 1716 et terminée après la mort de Fischer par son fils, témoignent de préoccupations analogues à celles que manifestent les projets pour Schönbrunn : articulation vigoureuse des volumes et établissement de rapports dynamiques entre eux. De là vient sans doute la prédilection de Fischer pour les formes elliptiques, qui permettent d'instaurer une tension dans l'espace intérieur tout en sculptant fortement les volumes extérieurs. Fasciné par les modèles anciens qu'il va puiser jusqu'en Orient, comme en témoigne son traité publié en 1721, l'Entwurf einer historischen Architektur (Esquisse d'une architecture historique), Fischer n'hésite pas à utiliser les motifs les plus curieux, telles les deux colonnes trajanes qui flanquent le portique de Saint-Charles. Il a largement contribué à modeler le visage de la Vienne baroque dont il demeure le symbole.

Eglise Saint-Charles-Borromée, Vienne, J.Fischer von Erlach

Eglise Saint-Charles-Borromée, Vienne, J.Fischer von Erlach

photographie

Johann Fischer von Erlach, Église Saint-Charles-Borromée, Vienne, 1715-1737. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  FISCHER VON ERLACH JOHANN BERNHARD (1656-1723)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Autriche et pays de la haute vallée du Danube »  : […] Ainsi préparée par la réalisation de tout un demi-siècle, une grande période d'art se déroula dans les pays danubiens, entre 1690 et 1720. Elle était contemporaine de la montée de l'Autriche au rang de grande puissance. À côté des Italiens (il y en avait toujours et d'excellents : les architectes Aliprandi, Allio...) les maîtres étaient désormais des sujets de l'Empereur. Trois grands noms, ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_22418

GRAN DANIEL (1694-1757)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 309 mots

Peintre autrichien, représentant le plus important, à Vienne, de la tendance académique et classicisante, tendance dont on pourrait trouver aussi l'expression en sculpture dans l'œuvre de Georg Raphael Donner. Le souci de clarté est apparent dans toutes les œuvres de Gran : les groupes de personnages, même dans les grandes compositions de plafond comme celle du palais Schwarzenberg à Vienne (1725  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gran/#i_22418

HILDEBRANDT JOHANN LUKAS VON (1668-1745)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 378 mots

Une génération sépare Hildebrandt et Fischer von Erlach, moins par l'effet de l'âge (Hildebrandt n'est le cadet de Fischer que d'une dizaine d'années) qu'en vertu d'une différence très profonde d'orientation stylistique. Hildebrandt naît à Gênes, séjourne autour de 1690 à Rome auprès de Carlo Fontana et ne s'installe à Vienne que dans les toutes dernières années du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-lukas-von-hildebrandt/#i_22418

HOFBURG LA

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 521 mots

L'ensemble de la Hofburg, palais impérial de Vienne, à la fois harmonieux, hétéroclite et inachevé, résulte de travaux entrepris à plusieurs époques. À l'époque médiévale, la forteresse archiducale, en bordure des fortifications de Vienne (demeurée exposée au péril turc jusqu'en 1683), fut à plusieurs reprises agrandie et surélevée. Au temps de la Renaissance, elle reçut une somptueuse porte d'hon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-hofburg/#i_22418

ROTTMAYR JOHANN MICHAEL (1654-1730)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 303 mots

Dans l'histoire de la peinture autrichienne, Johann Michael Rottmayr vient à une époque et à une place qui en font une figure aussi importante que Fischer von Erlach. Les deux hommes sont à peu près contemporains. Ils sont originaires l'un et l'autre des environs de Salzbourg et appartiennent à cette première génération d'artistes, nés sur le sol germanique, qui affirment les caractères propres d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-michael-rottmayr/#i_22418

SCHÖNBRUNN CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 489 mots
  •  • 4 médias

Cette résidence impériale , si proche de Vienne qu'elle compte à présent comme un monument de la capitale, est à la fois un musée, un palais de réception et le logement de nombreux fonctionnaires (mille deux cents personnes en 1971). L'histoire en est relativement simple : après la victoire décisive sur les Turcs en 1683, l'empereur Léopold voulut posséder un palais aussi prestigieux que Versaille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-schonbrunn/#i_22418

VIENNE, Autriche

  • Écrit par 
  • Guy LOEW, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 4 153 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vienne renaissante et baroque »  : […] Au xv e  siècle, l'esprit de la Renaissance allemande et italienne pénètre à Vienne, ce qui se traduit par la diffusion de l'humanisme et le renouvellement de l'architecture (améliorations à la résidence du prince, la vieille Hofburg fortifiée, édification de palais à l'italienne, comme le palais Porcia). Toutefois, à partir de 1526, les Turcs oc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vienne-autriche/#i_22418

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « FISCHER VON ERLACH JOHANN BERNHARD - (1656-1723) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-bernhard-fischer-von-erlach/