PALAIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le besoin de protection, le désir d'ostentation, le plaisir de déployer l'espace architectural sont, à des degrés divers selon les époques, le principe des grandes demeures, quel que soit le lieu de leur implantation, rural ou urbain. On a pris l'habitude de parler dans le premier cas de « château » et dans le second de « palais ». L'étymologie palatium, résidence de l'empereur originellement sur le Palatin, n'est pas sans importance. Cette classification sommaire ne recouvre pas toute la complexité du problème architectural. Si la plupart des grandes demeures implantées dans la ville sont des palais, résidences somptueuses dépourvues de défenses (le Luxembourg, les Tuileries), la ville peut autant que la campagne, au moins jusqu'à la fin du Moyen Âge, abriter un château. Les châteaux fortifiés incorporés aux défenses de la ville sont innombrables. La reconstruction partielle, l'agrandissement et l'embellissement de certains d'entre eux à l'époque moderne, aboutissant à la formation progressive de demeures de plaisance en pleine ville, ne doivent pas faire illusion : il ne s'agit là que de la mise au goût du jour d'édifices dont le caractère originel fortifié ne fait pas de doute (Amboise) et non de la création de maison de plaisance dans un site urbain. Pour cette catégorie d'édifices, on trouve l'une ou l'autre appellation, château ou palais. La question soulevée par H. Damisch (« Histoire et typologie de l'architecture : le problème du château », in Annales, 1963) est d'importance : la distinction n'est pas toujours facile à faire entre château et palais ; à quel moment de son développement le Louvre a-t-il cessé d'être un château pour devenir un palais ? Dans ce cas précis, la destruction de la grosse tour ou donjon a été déterminante pour le changement de dénomination. Le donjon est le signe constitutif du château-fort ; sa destruction permet de mettre en place un autre système architectural visant une monumentalité typiquement palatiale. Le château du Louvre devient palais au fur et à mesure que s'édifient la cour Carrée et la colonnade. Le changement d'orientation de l'accès, l'ouverture vers la ville comptent moins que le déploiement de l'immense écran de colonnes qui prend le relais du « signe » féodal, donnant ainsi à l'édifice le statut de palais.

Un parti architectural ample et un traitement décoratif soigné — où l'ordre monumental, la colonne et le pilastre jouent un rôle obligé — sont liés à la notion de palais. Sauval, admirant l'architecture splendide, enrichie d'une ordonnance de colonnes, des châteaux de Coulommiers, Montceaux, Verneuil, les classe d'emblée parmi les palais. Laugier concéderait la qualité palatiale à Versailles si le château était entièrement reconstruit, avec des colonnades qui le transformeraient et le monumentaliseraient (le projet a d'ailleurs existé). On peut penser que si les projets de Gaston d'Orléans avaient été menés à leur terme, Blois serait devenu un palais et non le château qu'il est resté. Bien qu'intimement lié à la notion de magnificence, le terme de palais ne doit pas masquer l'aspect fonctionnel de ce type architectural. Dans tout l'Occident, il désigne le lieu qui sert non seulement de résidence au responsable de la vie civique ou religieuse, mais aussi de centre administratif au pouvoir. Aussi le terme de palais ne s'applique-t-il pas exclusivement à la résidence du monarque, mais aussi à celle des seigneurs locaux dans les petites villes du royaume. La fonction judiciaire exercée par les grands prélats explique l'appellation de palais donnée aux demeures des évêques, archevêques et cardinaux. Il reste qu'un grand nombre de châteaux — ceux dont le seigneur possède des droits étendus — sont le siège d'une justice particulière. Les prisons, le présidial, appartiennent à la distribution du château, au même titre que la grande salle ou le colombier. Il est vrai que, le plus souvent, et pour une raison qui resterait à éclaircir, les lieux de la justice sont relégués dans un local qui n'a pas été créé pour eux, et ne donnent lieu à aucune création d'espaces comparable à celle qui magnifie le palais. La coexistence de cette double fonction, commune au château et au palais, est clairement résumée par Alberti dans sa célèbre assertion : « Tout château doit être un peu palais, et tout palais un peu château. » L'allusion est claire au rôle d'administration, de défense et de résidence de la grande demeure urbaine. Le palais du podesta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : Centre de recherche de l'histoire de l'architecture moderne

Classification

Autres références

«  PALAIS  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole préhistorique et mycénienne »  : […] Des buttes rocheuses dont le chapelet s'égrène du nord au sud dans l'ample cuvette que circonscrivent l'Hymette, le Pentélique et le Parnès, l'Acropole, avec son plateau artificiellement agrandi de 27 000 mètres carrés qui culmine à 156 mètres, n'est ni la plus haute ni la plus vaste. Sans doute est-ce aux deux sources qui la flanquent, au sud (Asclépieion) et au nord-ouest (Clepsydra), qu'elle du […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Palais et arts de cour »  : […] En Afrique, il n'y a pas d'équivalent d'une cour comme celle du Versailles de Louis XIV, du moins jusqu'à l'apparition de monarchies qui se sont substituées lentement aux anciens pouvoirs, surtout à partir du xviii e  siècle. Longtemps certains chefs importants ont vécu en itinérants, sous la tente en Éthiopie jusqu'à Gondar, ou bien de palais végétal en palais végétal en Afrique orientale. Aux […] Lire la suite

AÏ KHANOUM

  • Écrit par 
  • Paul BERNARD
  •  • 1 291 mots

Aï Khanoum (Tépé) est le nom local (« butte de Dame Lune ») du site d'une grande ville coloniale grecque dans l'Afghanistan du Nord, que fouille la Délégation archéologique française en Afghanistan (P. Bernard, C.R. Adadémie inscriptions et belles-lettres , 1966, pp. 127-133 ; 1967 ; pp. 306-324 ; 1968, pp. 263-279 ; 1969, pp. 313-355 ; 1970, pp. 301-349 ; 1971, pp. 385-453 ; 1972, pp. 605-632 ; 1 […] Lire la suite

AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

  • Écrit par 
  • Noureddine MEZOUGHI
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle. Les fouilles archéologiques sont impuissantes à en restituer le luxe, conçu à l'image de la cour byzantine, que Charlemagne voulait égaler. Il […] Lire la suite

AKKAD

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 2 882 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La production artistique »  : […] L'art offre plus d'originalité que l'organisation économique, et nous devons regretter que notre documentation se réduise à des trouvailles de hasard (pour une bonne part, le butin d'un roi d'Élam récupéré à Suse par les archéologues français). Il y a, en effet, un progrès énorme de la période du Dynastique archaïque à l'époque d'Akkad. On l'explique souvent par le triomphe des pasteurs sémitiques […] Lire la suite

AMARNA TELL EL-

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre ZIVIE
  •  • 2 307 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La ville »  : […] Il faut rappeler qu'Amarna n'est encore que partiellement connu du fait de son étendue et de la présence de gros villages ou de cultures dans l'ancienne zone urbaine proprement dite (le long du fleuve), et parce que les fouilles n'ont porté que sur une partie du site. Certes, après le passage rapide des grandes expéditions et des voyageurs du xix e  siècle (J. G. Wilkinson en particulier), puis le […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Cordoue, capitale du califat »  : […] En 929, ‘Abd al-Raḥmān III (912-961) se fit proclamer calife et réunit ainsi entre ses mains le pouvoir politique et l'autorité religieuse. Alors commence pour l'Espagne musulmane la période la plus brillante de son histoire. Cordoue est la ville la plus peuplée d'Occident, comparable seulement aux opulentes cités orientales de Constantinople, de Damas et de Bagdad. Afin d'accroître son prestige, […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Brièveté et originalité de la phase baroque »  : […] Le baroque anglais est un sujet controversé dans la mesure où il se différencie radicalement de ses équivalents continentaux. Il est aussi éloigné des recherches plastiques des architectes italiens que des sinuosités de l'Allemagne méridionale. Protestant dans la mesure où il reste empreint d'une certaine gravité, il se fonde essentiellement sur une espèce de théâtralisation du corps même de l'arc […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notamment la « basilique » à nef unique se terminant par un […] Lire la suite

ARAGON

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 8 661 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « À l'époque des « reyes de taifas » »  : […] L'art musulman ne se développa à Saragosse que lorsque la chute du califat de Cordoue eut provoqué l'éclatement de l'Espagne musulmane en un grand nombre de petits États indépendants sous l'autorité des reyes de taifas , les rois des clans. Chacun de ces roitelets voulut embellir sa capitale en s'inspirant du prestigieux modèle cordouan. Saragosse tomba entre les mains de la famille des Beni Hoûd, […] Lire la suite

Les derniers événements

2 mai 2022 Suisse. Présentation du rapport du GIEC aux parlementaires.

L’initiative est née de la grève de la faim observée devant le palais fédéral de Berne, à partir de novembre 2021, par un ingénieur et père de famille, Guillermo Fernandez. En réaction à la lecture du premier volet du rapport du GIEC publié en août 2021, celui-ci demandait que les autorités bénéficient d’une présentation approfondie des dossiers relatifs à l’urgence climatique. […] Lire la suite

24 avril - 2 mai 2022 France. Mise en examen pour « homicide volontaire » d'un policier.

Il appelle ses adhérents à manifester devant le Palais de justice de Paris le 2 mai, appel auquel se joignent les syndicats Synergie-Officiers et UNSA Police. Alliance et Synergie-Officiers défendent la mise en place d’une « présomption de légitime défense » pour les policiers. Le 2 mai, près de mille policiers manifestent à Paris et quelques centaines d’autres dans plusieurs villes du pays, contre la mise en examen de l’auteur des tirs. […] Lire la suite

1er-19 avril 2022 Sri Lanka. Mouvement de protestation contre le président Gotabaya Rajapaksa.

Ils établissent un campement permanent devant le palais présidentiel. Les contestataires sont soutenus par des représentants des différentes religions du pays, musulmans, bouddhistes et chrétiens. Le 12, l’État suspend pour la première fois le remboursement du service de la dette publique extérieure, qui s’élève à 35 milliards de dollars (32 milliards d’euros). […] Lire la suite

23 février 2022 France. Nomination de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel.

La nomination du conseiller d’État François Séners, ancien directeur de cabinet du président du Sénat Gérard Larchet (LR), proposée par ce dernier, est validée par la commission des lois du palais du Luxembourg. […] Lire la suite

1er février 2022 Guinée-Bissau. Tentative de coup d'État.

Quelques dizaines d’hommes armés investissent le palais gouvernemental, situé en périphérie de Bissau, où se tient un Conseil des ministres réunissant le président Umaro Sissoko Embaló, le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam, les ministres et les chefs de l’armée. Des combats opposent les assaillants aux forces loyalistes pendant une partie de la journée. […] Lire la suite

Pour citer l’article

 C.R.H.A.M., « PALAIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palais/