GRÜSSAU ÉGLISE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Silésie est l'une de ces régions marginales où l'écho des modes pratiquées dans les grands centres arrive tardivement, et avec quelques altérations. On y rencontre pourtant des constructions baroques intéressantes, en dehors même de Wrocław (anc. Breslau), la capitale de la province. C'est ainsi que Grüssau, tout près de la frontière tchèque (la ville est aujourd'hui polonaise et s'appelle Krzeszów), doit à l'architecte Anton Jentsch (1699-1757) une église assez remarquable. Jentsch, dont les travaux à Grüssau se placent autour de 1730, s'est visiblement inspiré, au moins dans son plan, de Saint-Nicolas de Malá Strana à Prague. Nous avons là une preuve parfaite du rayonnement qu'a eu l'œuvre de Christoph Dientzenhofer. La partie la plus inventive de l'église est la façade, étroite et haute, dont l'effet de verticalité est encore accentué par les deux tours qui la flanquent ; pilastres et colonnes, d'ailleurs traités avec passablement de liberté, se serrent, dirait-on, les uns contre les autres ; les tours sont couronnées de grosses volutes qui supportent elles-mêmes de petits toits en bulbes ; entre les tours, un groupe sculpté anime le fronton. L'ensemble, sans être une réussite majeure, a une grâce indiscutable, faite d'un certain air à la fois majestueux et familier.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  GRÜSSAU ÉGLISE DE  » est également traité dans :

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Constantes de l'architecture cistercienne »  : […] La voûte d'ogives fit bientôt son apparition dans les constructions des Cisterciens. Les maîtres d'œuvre de l'Ordre répandirent le nouveau style dans les fondations qui eurent lieu à travers toute l'Europe, ce qui leur valut d'être appelés « missionnaires du gothique ». Ils continuèrent pendant quelque temps encore à surplomber la nef de leurs églises d'une voûte en berceau, le plus souvent légèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cisterciens/#i_8847

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « GRÜSSAU ÉGLISE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-grussau/