AMOUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Dieu aimeras et ton prochain comme toi-même. » Toute la civilisation judéo-chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu'elle montre l'injonction de jouir comme issue des profondeurs du psychisme. Mais il est vrai qu'entre une simple exigence du sujet et l'altruisme total prôné par Jésus-Christ existe tout l'écart qui sépare l'amour ordonné à soi-même d'une charité aussi active qu'insoucieuse de ses motifs : l'Agapè. « Faites du bien à ceux qui vous haïssent » et « aimez Dieu comme il vous a aimés », telles sont les consignes paradoxales de l'Évangile ; l'amour, transformé en devoir, ouvrirait à ses fidèles les portes du Ciel. Et pourtant les « aérostats de l'amour » ne pavoisent-ils pas aussi bien les géhennes que le Paradis ? Bien plus, l'amour ne s'éveille-t-il pas indépendamment de toute prescription, lui dont la naissance, loin de constituer un devoir, apparaît bien plutôt comme la fatalité ou la grâce suprême ? Enfin, comment faire correspondre les intérêts de Dieu, du prochain et de moi-même, quand l'expérience ne cesse d'attester l'incompatibilité d'exigences issues de différents points de vue ?

Pour répondre à ces questions, sans doute faudrait-il pouvoir inscrire au niveau de la représentation cette ivresse dont la nostalgie pénètre nos rêves les plus secrets. « Est-ce l'amour ? Qui m'en dira le nom ? » Comment ranger sous une même catégorie les différentes expériences dans lesquelles le désir s'accompagne de l'idée d'un objet auquel il s'imagine dès à présent réuni ? Peut-on, en amour, dépasser le simple nominalisme : l'utilisation magico-poétique d'un verbe au sens indéchiffrable ?

L'encyclopédiste, le philosophe et l'analyste se prennent à hésiter devant ce cerneau d'ambre et d'ivoire qui semble défier toute entreprise de réduction conceptuelle. Pourtant, comment éviter de réfléchir sur les discours qui nous investissent et dont la fonction semble non seulement de renforcer et d'affaiblir, mais parfois même de susciter ou de paralyser les passions qui nous paraissent les plus spontanées ? Que serait l'amour sans l'assistance de la rhétorique et « combien de gens seraient amoureux s'ils n'avaient pas entendu parler d'amour ? ». Bien plus, les délices d'Éros ne tiennent-ils pas avant tout au scandale des dénivellements qu'ils instaurent en joignant de la façon la plus extravagante les deux extrémités de la chaîne pulsionnelle ? Scandale qui atteint son paroxysme dans l'acte sexuel : comportement solennel inscrit dans la phylogenèse, assurément ; mais aussi éclatement hystérique ou neutralisation rituelle d'une bestialité réveillée. Comment comprendre alors la quatrième dimension que prête au jumelage des chairs un amour toujours problématique, certes, mais transfiguré par la réflexion ?

Les discours sur l'amour

L'étude sémantique, la psychophysiologie, l'histoire du sentiment amoureux et la mythographie apportent d'incontestables « documents » pour une réflexion sur l'amour, mais l'obstacle majeur au développement de ces analyses réside, nous l'avons dit, dans l'indétermination du sentiment amoureux, lequel – à la différence de l'amitié, au sens de la ϕιλ́ια antique, par exemple – donne continuellement le change sur son but et son objet : qu'ont de commun, sinon d'être chacun prétexte d'amour, l'amant, le consanguin ou le prochain, et, d'autre part, la nature, la patrie, l'art ou la vérité ?

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Photographie : Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Rosso Fiorentino (1494-1540), Amour jouant du luth, 1522. Peinture sur bois (H. 0,39 ; L. 0,47). Galerie des Offices, Florence, Italie. 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

Les tentations ne manquèrent pas d'opposer, à l'instar d'Anders Nygren, l'Éros platonicien mal dégagé de sa gaine sensuelle à l'Agapè paulinienne dont le modèle serait l'amour divin ; ou de raffiner, comme le firent les théologiens, sur les quatre ou cinq degrés de l'amour : concupiscence égoïste et servile complaisance, bienveillance limitée, générosité fondée sur la reconnaissance et, enfin, altruisme absolu. L'Amour une fois porté à son ultime perfection, l'Autre entretiendrait avec l'âme un rapport analogue à celui de l'âme au cor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Amour jouant du luth, R. Fiorentino
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Putti, jardin du château de Versailles

Putti, jardin du château de Versailles
Crédits : Crobard/ Shutterstock

photographie

Putto, Église du Christ flagellé, Wies

Putto, Église du Christ flagellé, Wies
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova
Crédits : Leemage/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : maître de conférences en philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  AMOUR  » est également traité dans :

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « L'acte d'être »  : […] La tradition philosophique dit cependant plus habituellement que l'énergie contamine l'entéléchie, que l'être suit l'agir. Nous avons vu comment cette articulation se présentait déjà d'une certaine manière chez Aristote, de qui Thomas l'a reçue ; elle a été retenue surtout par le néo-platonisme, qui constitue une autre de ses sources. Pour Plotin, l'être suit l'agir, car il est énergie, mouvemen […] Lire la suite

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celui-ci, en grec, est appelé érôs , en latin a […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tout lie, « à la fois réh […] Lire la suite

L'AMOUR FOU, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Scandale de l'amour »  : […] L'amour fut la grande affaire de Breton et des surréalistes : « Amour, seul amour qui soit, amour charnel, je t'adore, je n'ai jamais cessé d'adorer ton ombre vénéneuse, ton ombre mortelle. » Affaire personnelle, vécue et rapportée dans ce récit en partie autobiographique (il y est question de la rencontre de l'auteur avec sa deuxième femme, Jacqueline Lamba) ; affaire théorique aussi, ou pour mie […] Lire la suite

ANDRÉ LE CHAPELAIN (XIIe-? XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 055 mots

Condamné, en 1277, par l'évêque de Paris, Étienne Tempier, le De amore d'André le Chapelain n'a pas fini d'alimenter les controverses sur le sens de l'ouvrage et l'identité de l'auteur. Le livre présente une facture antithétique, la première partie célébrant la femme, la courtoisie et la prééminence de l'amour, la seconde développant l'antiféminisme le plus extrême et vitupérant l'amour, qui n'es […] Lire la suite

L'ART DE JOUIR, Julien Offray de La Mettrie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 058 mots

Dans le chapitre « La vie amoureuse comme amour de la vie »  : […] L'amour fait toute la richesse. Tel est le propos que La Mettrie s'attache à prendre à la lettre, en lui ôtant un caractère abstrait propre à le ravaler au rang d'une banalité. Au vain affairement qui s'empare de la plupart des hommes, il oppose la vraie vie. L'art de jouir ne bannit pas la raison, il en rejette seulement la sèche pusillanimité, qui oppose doutes et atermoiements à la passion. L'a […] Lire la suite

ASAG

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 398 mots

Technique amoureuse de l'amour courtois, l'asag se définit par son écart avec l'union conjugale. L'apparition de l'orgasme vaginal dépendant de la durée de l'acte sexuel, c'est-à-dire du temps indispensable à la préparation du désir féminin, l'épouse, au Moyen Âge, comme à bien d'autres époques, est portée à envisager l'acte sexuel plutôt comme devoir conjugal et comme corvée nécessaire à la procr […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éros philosophe »  : […] Sumpósion désigne non pas exactement le banquet mais un moment de son ordonnancement traditionnel (car il s'agissait d'une véritable institution à Athènes), celui qui est consacré aux joutes oratoires. Phèdre est le premier à parler : c'est lui qui introduit le sujet à débattre, le même que celui du dialogue qui porte son nom – à savoir l'amour, qu'il considère en mythologue. Suivant la même pen […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne le serait jamais, et c'est en quoi le bonheur se d […] Lire la suite

CANTIQUE DES CANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Il est certain que le Cantique trouve son milieu littéraire dans la poésie érotique du Proche-Orient ancien. Mais il faut remarquer qu'il est plus proche de celle de l'Égypte que de celle des sémites de Syro-Palestine ou de Mésopotamie en ce qu'il n'insiste pas sur l'aspect divin de l'amour. Les reliefs du Moyen Empire égyptien et ceux de l'époque d'Akhenaton illustrent bien des images du Cantique […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 mai 2020 Algérie – France. Rappel de l'ambassadeur algérien à Paris.

Le ministère algérien des Affaires étrangères annonce le rappel de son ambassadeur en France après la diffusion sur deux chaînes de télévision françaises, le même soir, de films consacrés au Hirak, le mouvement de contestation qui agite le pays depuis février 2019 : Algérie, mon amour, de Mustapha Kessous, sur France 5, et Algérie : les promesses de l’aube, de Julie Peyrard et Sonia Amrane, sur La Chaîne parlementaire (LCP). […] Lire la suite

8 avril 2016 Église catholique. Publication de l'exhortation apostolique sur la famille.

L’exhortation apostolique sur la famille intitulée Amoris Leatitia (« La Joie de l’amour »), qui est publiée au terme des travaux de deux synodes, traduit une relative ouverture de l’Église catholique envers les couples divorcés remariés, les couples non mariés religieusement ainsi que, dans une moindre mesure, les couples homosexuels. Tout en rappelant « l’idéal complet du mariage », l’exhortation confie aux prêtres le soin d’examiner « l’innombrable diversité des situations concrètes » afin d’« intégrer » ces fidèles dans la vie ecclésiale et de leur ouvrir, « dans certains cas », l’accès aux sacrements. […] Lire la suite

2 décembre 2015 Égypte. Fin des élections législatives favorables au pouvoir.

La coalition Pour l’amour de l’Égypte, qui soutient le président Abdel Fattah al-Sissi, remporte les 120 sièges, sur 596, pourvus au scrutin de liste. Les trois quarts des 448 députés élus au scrutin uninominal sont des indépendants, pour la plupart favorables au pouvoir. Le chef de l’État nomme les 28 autres députés. La quasi-totalité des partis d’opposition, et notamment les Frères musulmans, boycottaient le scrutin. […] Lire la suite

13-15 janvier 2008 France – Moyen-Orient. Visite du président Nicolas Sarkozy en Arabie Saoudite et au Qatar

Évoquant « Dieu qui n'asservit pas l'homme mais qui le libère, Dieu qui est le rempart contre l'orgueil démesuré et la folie des hommes, Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d'humilité et d'amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect », il encourage « ceux qui œuvrent pour un islam ouvert, qui se souvient de l'époque où il était le symbole de l'ouverture d'esprit et de la tolérance », comme le fait selon lui le roi Abdallah. […] Lire la suite

11-21 mars 2007 France. Annonce du départ du président Jacques Chirac

Proclamant son « amour et [sa] fierté de la France » et exprimant le souhait de pouvoir « servir autrement » les Français à l'avenir, le chef de l'État adresse à ces derniers plusieurs messages. « Ne composez jamais avec l'extrémisme, le racisme, l'antisémitisme ou le rejet de l'autre », prévient-il. Il invite ensuite à « toujours croire [...] en la France » et à « prendre à bras-le-corps » le nouveau monde, « sans jamais brader notre modèle français ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, Baldine SAINT GIRONS, « AMOUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/