Dina SURDIN

auteur

ACÉTAMIDE (éthanamide)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 332 mots

CH3—CO—NH2Masse moléculaire : 59,07 gMasse spécifique : 1,16 g/cm3Point de fusion : 82 0CPoint d'ébullition : 222 0C.Monoamide primaire se présentant en cristaux blancs hexagonaux ou rhomboédriques. La structure cristalline de l'acétamide déterminée par les rayons X (méthode du cristal tournant) a montré qu'il y a polymérisation. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acetamide/#i_0

ACROLÉINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 229 mots

Aldéhyde acryliqueMasse moléculaire : 56,06 gMasse spécifique : 0,841 g/cm3Point d'ébullition : 52,5 0CPoint de fusion : —87,7 0C.Liquide incolore, inflammable, à odeur âcre.L'acroléine, ou propénal (prop-2-énal) possède les propriétés dues au groupement aldéhyde et à la présence de la double liaison (addition d'hydracides). L'ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acroleine/#i_0

ACTIVITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 262 mots

Grandeur introduite par G. N. Lewis, en 1907, pour exprimer les propriétés thermodynamiques des solutions. En effet, l'expression du potentiel chimique d'un composé dans une solution idéale, donné par la relation μ = kT ln N + μ0, où N représente la fraction molaire du composé, n'est valable que dans le cas où la concentration du composé tend vers zéro, c'est-à-dire dans le cas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/activite-chimie/#i_0

ALCOXYLES RADICAUX

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 53 mots

Groupements de formule générale RO— provenant d'un alcool par élimination d'un hydrogène ; par exemple, le groupement CH3—O— est appelé méthoxy- et provient du méthanol. Le groupement alcoxyle RO— est d'autant plus basique que l'alcool correspondant RO—H est moins acide. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicaux-alcoxyles/#i_0

AMMONIUM ION

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 77 mots

L'ion ammonium, NH+4, présente des propriétés basiques et peut être comparé aux ions des métaux alcalins. L'ion ammonium se combine à l'oxhydrile OH pour donner l'ammoniaque NH4OH.Le chlorure d'ammonium, NH4Cl, est employé dans les piles sèches comme électrolyte. Le sulfate d'ammonium, (NH4)2SO4, est employé comme engrais ; le nitrate d'ammonium, NH4N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-ammonium/#i_0

ANTHRACÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 237 mots

Formule brute : C14H10Masse moléculaire : 178,22 gMasse spécifique : 1,25 g/cm3Point de fusion : 217 0CPoint d'ébullition : 354-355 0C.Cet hydrocarbure cyclique cristallise en prismes monocliniques incolores et présente une fluorescence violette quand il est absolument pur.L'énergie de résonance de l'anthracène est de 347,35 kJ/m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthracene/#i_0

ARYLES RADICAUX

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 36 mots

Groupements organiques monovalents dérivés d'un hydrocarbure aromatique par soustraction d'un atome d'hydrogène. Par exemple, le groupement phényle C6H5— est dérivé du benzène C6H6. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radicaux-aryles/#i_0

AZÉTIDINE ou TRIMÉTHYLÈNE-IMINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 67 mots

Masse moléculaire : 57,09 gMasse spécifique : 0,843 g/cm3Point d'ébullition : 63 0C.Liquide incolore, fumant à l'air, d'odeur ammoniacale, soluble en toutes proportions dans l'eau et l'éthanol.Le cycle à quatre chaînons s'ouvre facilement ; sous l'action de l'acide chlorhydrique, l'azétidine donne la β-chloro-propylamine, utilisée en médecine. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azetidine-trimethylene-imine/#i_0

AZINES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 127 mots

Composés résultant de l'action des cétones ou des aldéhydes sur l'hydrazine.Ils peuvent être soit en chaîne linéaire de formule générale R2C=N—N=CR2, soit cycliques dont la plus simple est la phénazine :La phénazine et la phénazine N-substituée sont les deux produits de base des colorants aziniques (azines et thiazines). Ces deux produits peuvent être subs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azines/#i_0

AZIRIDINE ou AZACYCLOPROPANE ou DIMÉTHYLÈNIMINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 163 mots

Masse moléculaire : 43,07 gMasse spécifique : 0,832 g/cm3Point d'ébullition : 56 0CHuile à très forte odeur ammoniacale, fumant à l'air. Miscible à l'eau, soluble dans l'éthanol.Également appelée azacyclopropane, diméthylènimine ou bien cyclodiméthylène amine, l'aziridine est un composé très basique, peu stable et qui se polymérise facilement. Par cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aziridine-azacyclopropane-dimethylenimine/#i_0

BENZÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 482 mots

Le plus simple des hydrocarbures aromatiques.Formule : C6H6Fréquemment symbolisé par :Masse moléculaire : 78,11 gMasse spécifique : 0,88 g/cm3Point de fusion : 5,5 0CPoint d'ébullition : 80,09 0C.Cristaux incolores dans le système orthorhombique bipyramidal. Forme un azéotrope avec l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benzene/#i_0

CAPROLACTAME

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 108 mots

Masse moléculaire : 113,16 gMasse spécifique : 1,02 g/cm3Point de fusion : 70 0CPoint d'ébullition : 100 0C sous 3 millimètres de mercure.Recristallise en feuillets hygroscopiques dans l'éther de pétrole. Soluble dans l'eau, le méthanol, l'éthanol, l'éther et le diméthoxyformamide. Polymér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caprolactame/#i_0

CARBONYLATION

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 27 mots

Réaction par laquelle on fait apparaître un groupement carbonylec'est-à-dire une fonction cétoneou aldéhydedans une molécule. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonylation/#i_0

CARBOXYLATION

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 37 mots

Réaction par laquelle on introduit la fonction acide COOH dans une molécule. Inversement, la décarboxylation élimine du dioxyde de carbone, CO2, et fait disparaître la fonction acide. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carboxylation/#i_0

CYANINES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 143 mots

Il existe deux composés connus sous le nom de cyanines. L'un a pour formule brute C27H30O16 et sa masse moléculaire est de 620,23 g. On l'appelle également cyanidine diglucoside-3-5. C'est un glucoside extrait des fleurs de bleuet, qui s'hydrolyse en cyanidine. Il fait partie de la famille des anthocyanes : ce sont des composés qui constituent les pigments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyanines/#i_0

CYCLOPENTADIÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 331 mots

Cyclène de formule :Masse moléculaire : 66,10 gMasse spécifique : 0,8047 g/cm3Point de fusion : —85 0CPoint d'ébullition : 42 0CLiquide incolore.Insoluble dans l'eau ; soluble dans le sulfure de carbone, l'aniline, l'acide acétique. Miscible à l'éthanol, à l'éther, au benzène et au tétrachlorure de carbone.Le cyclopentadiène a un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclopentadiene/#i_0

DÉGRADATION, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 39 mots

Réaction par laquelle une molécule organique est coupée au niveau d'une liaison carbone-carbone. Les réactions de dégradation sont utilisées en particulier dans l'industrie pétrolière (craquage). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/degradation-chimie/#i_0

DIACÉTYLÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 82 mots

CH≡C—C≡CHMasse moléculaire : 50,06 gMasse spécifique : 2,233 g/cm3Point de fusion : — 36,4 0CPoint d'ébullition : 10,3 0C.Cet hydrocarbure insaturé donne des réactions d'addition. L'addition de brome sur les triples liaisons est incomplète ; lors de la bromation, le diacétylène ne fixe que six atomes de brome pour donner le produ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diacetylene/#i_0

EAU RÉGALE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 226 mots

Mélange de deux ou trois volumes d'acide chlorhydrique concentré et d'un volume d'acide nitrique concentré. Les alchimistes ont appelé ce mélange « eau régale » (c'est-à-dire royale) pour ses propriétés : il dissout en effet l'or et d'autres métaux dits nobles.L'action sur l'or, par exemple, a lieu selon le processus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-regale/#i_0

ENTRAÎNEUR, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 174 mots

Substance que l'on ajoute à un mélange afin d'entraîner un composé présent dans le mélange à l'état de traces. Il s'agit d'une technique particulièrement utilisée en chimie nucléaire.L'efficacité d'un entraîneur est due, le plus souvent, à la similitude de ses propriétés chimiques avec celles du radio-élément à isoler. Il s'ensuit donc que plus cette similitude est grande plus difficile devient la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entraineur-chimie/#i_0

ÉRYTHRITE, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 116 mots

Polyol de formule :CH2OH—CHOH—CHOH—CH2OH.Masse moléculaire : 122,12 g.Masse spécifique : 1,45 g/cm3.Point de fusion : 119-120 0C.Point d'ébullition : 331 0C.Corps polymorphe, cristallisé à partir de ses solutions aqueuses, l'érythrite (syn. érythritol) se présente sous la forme de gros prismes pyramidaux. Sa saveur est nettement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythrite-chimie/#i_0

ÉTHANAL ou ACÉTALDÉHYDE ou ALDÉHYDE ACÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 457 mots

Appelé parfois improprement acétaldéhyde, aldéhyde acétiqueou aldéhyde éthyliqueCH3—CHOMasse moléculaire : 44,05 gPoint d'ébullition : + 21 0CLiquide incolore, inflammable, à odeur caractéristique, infiniment soluble dans l'eau, l'éthanol, l'éther, le benzène.L'éthanal, composé type de la série des aldéhydes, est un réducteur, comme to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethanal-acetaldehyde-aldehyde-acetique/#i_0

FEHLING LIQUEUR DE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 134 mots

Mélange à volumes égaux des deux solutions suivantes : 34,64 g de sulfate de cuivre additionnés de quelques gouttes d'acide sulfurique dilué dans 500 millilitres d'eau, pour la première solution ; 60 grammes de soude additionnés de 173 grammes de tartrate double de sodium et de potassium (sel de Seignette) dans 500 millilitres d'eau, pour la seconde solution.Le mélange doit être fait immédiatement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liqueur-de-fehling/#i_0

GÉMINATION, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 91 mots

Processus par lequel deux substituants identiques se fixent sur un même carbone. Ainsi le dibromo-1,1-éthane peut également être appelé gem-dibromoéthane. Ce terme indique donc la position relative des substituants. Un carbone peut être gem-disubstitué par des groupements fonctionnels monovalents. Les glyc-1,1-ols ou gem-dialcools sont très instables et rare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemination-chimie/#i_0

GLAUBER JOHANN RUDOLPH (1604-1670)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 203 mots

Chimiste allemand, né à Karlstadt, en Bavière, considéré, en raison de ses vastes connaissances, comme un des « pères de la chimie ». Johann Rudolph Glauber vit successivement à Vienne, à Salzbourg, à Francfort et à Cologne avant de s'installer à Amsterdam, où il mourra. Il gagne sa vie principalement en vendant des préparations médicinales secrètes. Il est l'auteur de près de quarante livres. Bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-rudolph-glauber/#i_0

GRIGNARD VICTOR (1871-1935)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 158 mots

Chimiste français, né à Cherbourg, Victor Grignard étudie d'abord les mathématiques à Lyon, puis se tourne vers la chimie. En 1900-1901, exploitant une idée ébauchée par son professeur P. A. Barbier, il met au point et développe une réaction, dite depuis réaction de Grignard, qui revêt une très grande importance pour la synthèse de composés organiques : par action de composés organomagnésiens (réa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-grignard/#i_0

HALES STEPHEN (1677-1761)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 260 mots

Physiologiste, chimiste et inventeur anglais, né à Bekesbourne, dans le comté de Kent. Après des études au collège Corpus Christi à Cambridge, Stephen Hales devient pasteur et, en 1709, il obtient la charge perpétuelle de la cure de Teddington, dans le Middlesex. C'est là qu'il passe le reste de sa vie, avec Alexander Pope comme voisin et ami.Hales est connu pour ses Statical Essays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-hales/#i_0

HYDROQUINONE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 176 mots

Benzène-1,4-diol ou paradiphénol C6H4 (OH)2.Masse moléculaire : 110,11 gMasse spécifique : 1,358 g/cm3Point de fusion : 170,5 0CPoint d'ébullition : 286,2 0C.Composé dimorphe : cristallise en prismes hexagonaux incolores après recristallisation dans l'eau, ou en feuilles monocliniques. Soluble dans l'eau surtout à chaud, très sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydroquinone/#i_0

IMIDURES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 70 mots

Parmi les combinaisons de l'azote avec les métaux, les imidures sont des dérivés de substitution de l'ammoniac, caractérisés par le groupement divalent —NH—.Il existe également des imidures mixtes, obtenus par addition d'un métal (Mn, Zn) pulvérisé à une solution d'amidure alcalin dans l'ammoniac liquide. Ils prennent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imidures/#i_0

INDAMINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 114 mots

Masse moléculaire : 197,3 g.L'indamine, ou bleu de phénylène, s'utilise principalement comme intermédiaire pour la préparation de colorants, aziniques en particulier.Les indamines en général sont des colorants dérivés de l'indo-aniline et comportant le groupement =NH au lieu de l'oxygène de la quinone, comme dans l'indamine même. Ce sont des produits de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indamine/#i_0

LACTIDES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 160 mots

Famille d'esters qui sont formés par condensation interne et cyclisation, avec élimination d'eau, de deux molécules d'un α-hydroxyacide ou de son anhydride. Les lactides ont pour formule générale :Le premier composé de cette série est le lactide proprement dit, soit diméthyl-3,6-para-dioxane-2,5-dione, dans la formule développée duquel R est un radical méthyl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lactides/#i_0

LACTONES ou OLIDES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 369 mots

Appelées aussi olides, les lactones sont des composés cycliques formés par l'estérification intramoléculaire d'un acide hydroxylé hydroxyacide, avec élimination d'eau. On peut donc les considérer comme des esters cycliques. Pour la nomenclature de ces composés, on ajoute le suffixe -olide à l'hydrocarbure correspondant, ou le mot lactone à l'acide. On a ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lactones-olides/#i_0

LE BEL JOSEPH ACHILLE (1847-1930)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 234 mots

Chimiste français, né à Pechelbronn (Bas-Rhin) et mort à Paris. Après des études à l'École polytechnique de Paris, Joseph Achille Le Bel devient préparateur à l'université de Strasbourg. Il est ensuite l'assistant d'Antoine Balard, puis de Charles Wurtz ; auprès de ce dernier, il a Jacobus Henricus Van't Hoff pour condisciple. Sa famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-achille-le-bel/#i_0

MÉTHANE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 466 mots

Formule brute : CH4Masse moléculaire : 16,04 gMasse spécifique : 0,716 8 g/lPoint d'ébullition : — 161,5 0CPoint de fusion : — 184 0CLe méthane est un hydrocarbure saturé, le plus simple des alcanes. C'est un gaz incolore, d'odeur légèrement alliacée, qui a été découvert en 1778 par A. Volta.Les quatre liaisons C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methane/#i_0

NAPHTALÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 426 mots

Masse moléculaire : 128,16 gMasse spécifique : 1,145 g/cm3Point de fusion : 80,22 0CPoint d'ébullition : 217,9 0CPrismes monocliniques à odeur caractéristique.Le naphtalène, de formule brute C10H8, est le plus simple des hydrocarbures aromatiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naphtalene/#i_0

NATTA GIULIO (1903-1979)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 241 mots

Chimiste italien né à Imperia, près de Gênes, et mort à Bergame. Après avoir fait des études d'ingénieur chimiste à l'institut polytechnique de Milan, Giulio Natta enseigne la chimie physique, générale et industrielle dans plusieurs universités (Pavie, Rome, Turin). En 1938, il revient à Milan, où il devient directeur du département de chimie industrielle à l'institut de technologie. Ses recherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulio-natta/#i_0

NICKEL CARBONYLE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 400 mots

Formule brute : Ni(CO)4Masse moléculaire : 170,73 gMasse spécifique : 1,32 g/cm3Point de fusion : — 25 0CPoint d'ébullition : 43 0CLiquide incolore, volatil et inflammable, le nickel carbonyle est peu soluble dans l'eau, très soluble dans l'éthanol, le benzène, l'éther, le chloroforme.Les mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel-carbonyle/#i_0

NICKEL DE RANEY

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 204 mots

Catalyseur très actif, le plus couramment utilisé dans les réactions d'hydrogénation, notamment en chimie organique.On l'obtient par dissolution de l'aluminium dans l'alliage de Raney (30 p. 100 de nickel, 70 p. 100 d'aluminium). L'action de la soude sur cet alliage en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel-de-raney/#i_0

NICKEL DE SABATIER-SENDERENS

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 144 mots

Catalyseur le plus anciennement utilisé depuis Sabatier et Senderens dans de nombreuses réactions, en particulier dans les réactions d'hydrogénation. On l'obtient en réduisant l'oxyde ou l'hydroxyde de nickel pur par l'action de l'hydrogène à basse température (300-350 0C). Le métal ainsi obtenu est pyrophorique. L'activité catalytique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel-de-sabatier-senderens/#i_0

NITRATE D'ARGENT AMMONIACAL

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 171 mots

Solution de nitrate d'argent dans l'ammoniaque diluée. On utilise généralement le réactif de Tollens : à un mélange de solutions diluées de nitrate d'argent et d'hydroxyde d'argent on ajoute la quantité d'ammoniaque diluée juste suffisante pour dissoudre le précipité d'oxyde d'argent précédemment formé. Cette solution contient l'ion (Ag(NH3)2) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nitrate-d-argent-ammoniacal/#i_0

OSTWALD WILHELM (1853-1932)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 288 mots

Physico-chimiste allemand, né à Riga (Lettonie) et mort à Grossbothen, près de Leipzig. Wilhelm Ostwald entre en 1871 à l'université de Dorpat (Estonie) et obtient son diplôme en 1875. La même année, il devient assistant en physique à Dorpat ; il garde ce poste jusqu'en 1881, date à laquelle il est nommé professeur à Riga. C'est là qu'il fait connaître ses travaux dans le domaine de la physico-chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-ostwald/#i_0

OXÉTANNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 73 mots

Époxy-1,3-propaneMasse moléculaire : 58,08 gMasse spécifique : 0,893 g/cm3Point d'ébullition : 47,5 0CHuile d'odeur agréable, miscible à l'eau.L'oxétanne réagit avec les organomagnésiens et les organolithiens pour donner, après hydrolyse, des propanols substitués en position 3. On obtient l'oxétanne par réaction du chloro-3-propylacétate sur l'hydroxyd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxetanne/#i_0

OXIRANNE ou OXYDE D'ÉTHYLÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 258 mots

Époxy-1,2-éthane ou oxyde d'éthylène.Masse moléculaire : 44,05 gMasse spécifique : 1,965 g/lPoint de fusion : — 111,3 0CPoint d'ébullition : 10,7 0CLiquide ou gaz incolore.Miscible à l'eau, l'éthanol, l'éther.L'oxiranne, par la tension de son cycle à trois chaînons et par son atome d'oxygène, présente des ressemblances à la fois avec une double liaison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxiranne-oxyde-d-ethylene/#i_0

OXOLANES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 64 mots

Composés hétérocycliques à cinq chaînons, comportant un atome d'oxygène. On peut donc les considérer comme des éthers cycliques. L'exemple le plus simple en est le tétrahydrofuranne.De la même manière, les dioxolanes comportent deux atomes d'oxygène dans un cycle à cinq chaînons ; on peut les considérer comme des acétals cycliques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxolanes/#i_0

PIPÉRIDINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 175 mots

Masse moléculaire : 85,15 gMasse volumique : 0,8622 g/cm3.Point de fusion : — 7 0C (solidification de — 13 à — 17 0C)Point d'ébullition : + 106,5 0CLiquide incolore, d'odeur caractéristique, savonneux au toucher. Miscible à l'eau, l'alcool, l'éther ; soluble dans le benzèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piperidine/#i_0

PYRIDIQUES BASES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 190 mots

Homologues de la pyridine ; on connaît les picolines, ou méthylpyridines, de formule brute C6H7N ; les lutidines, de formule brute C7H9N (diméthylpyridines et éthylpyridines) ; les collidines, de formule brute C8H11N (triméthylpyridines, propylpyridines, méthyléthylpyridines).L'α-picoline et la γ-picoline présentent de nombreuses réactions indiquant l'existence d'hydrogènes mobiles.Les bases pyrid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bases-pyridiques/#i_0

PYRIDONES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 92 mots

Groupe de cétones hétérocycliques dérivées de la pyridine.Formule brute : C5H5ONMasse moléculaire : 95,1 gLa pyride-2-one (ou hydroxy-2-pyridine) présente des réactions qui peuvent être reliées à l'une ou l'autre des formes mésomères (c'est pourquoi on l'appelle indifféremment énol ou cétone) :Une mésomérie identique est possible dans le cas de la pyride-4- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyridones/#i_0

PYROGALLOL

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 258 mots

Trihydroxy-1,2,3-benzène, improprement dit acide pyrogallique.Formule brute : C6H3(OH)3Masse moléculaire : 126,11 gMasse spécifique : 1,453 g/cm3Point de fusion : 131-133 0CPoint d'ébullition : 309 0CComposé inodore, cristallisant en aiguilles ou en feuilles blanches. Soluble dans l'eau, l'éthanol, l'éther, légèrement soluble dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrogallol/#i_0

RANEY MÉTAUX DE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 64 mots

Famille de catalyseurs, généralement utilisés pour l'hydrogénation des composés organiques. Le plus utilisé est le nickel de Raney, dont les possibilités ont été largement étudiées. Il existe aussi le cobalt, le fer et le cuivre de Raney. On les obtient par dissolution de l'aluminium dans des alliages de ces métaux et d'aluminium. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-de-raney/#i_0

REPPE WALTER (1892-1969)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 405 mots

Chimiste allemand, né à Goringen, Walter Reppe est le fondateur d'une branche de la chimie dite « chimie de Reppe » (synthèses à partir de l'acétylène). Après des études couronnées en 1920 par une thèse de doctorat ès sciences soutenue à l'université de Munich, il entre au laboratoire central de la Badische Anilin und Sodafabrik (B.A.S.F.). Pendant plusieurs années il travaille sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-reppe/#i_0

RÉSORCINOL

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 295 mots

Masse moléculaire : 110,11 gMasse spécifique : 1,285 g/cm3Point de fusion : 110 0CPoint d'ébullition : 276,5 0CLe résorcinol, ou résorcine, est un benzène-1,3-diol. Il cristallise en prismes ou en tables rhombiques. Il est soluble dans l'eau, l'éthanol, l'éther ; insoluble dans le sulfure de carbone et le chloroforme. Sa saveur e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resorcinol/#i_0

SABATIER PAUL (1858-1928)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 396 mots

Historien protestant français, élève d'Auguste Sabatier à Paris et Cévenol comme ce dernier, mais sans parenté avec lui. Pasteur à la paroisse française de Strasbourg, puis dans le Vivarais, Paul Sabatier est contraint par sa santé d'abandonner le ministère. Sur le conseil de Renan, il devient l'historien de saint François d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabatier-paul-1858-1928/#i_0

SANDMEYER RÉACTION DE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 225 mots

Remplacement d'un groupement diazoïque par un halogène en présence de sels cuivreux halogénés :La réaction peut aussi se faire en présence d'hydracide halogéné avec du cuivre pulvérulent ; dans ce cas, on l'appelle réaction de Gatterman. La réaction de Sandmeyer n'est pas utilisée pour la préparation de composés fluorés ou iodés, mais elle est très répandue pour la synthèse de dérivés bromés ou ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-de-sandmeyer/#i_0

SATURATION, chimie organique

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 192 mots

Processus de transformation des liaisons multiples d'une molécule en liaisons simples. Les réactions d'addition se produisent donc sur des liaisons multiples. Les liaisons π sont moins solides que les liaisons σ et les produits saturés seront donc plus stables que les composés de départ. Par exemple, les énergies de liaison entre deux atomes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saturation-chimie-organique/#i_0

STAHL GEORG ERNST (1660-1734)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 242 mots

Chimiste allemand, né à Ansbach (Bavière), Georg Ernst Stahl étudie la médecine à Iéna. Dès 1683, il est chargé de cours et, en 1687, il devient médecin personnel du duc de Saxe-Weimar. Lors de la création de l'université de Halle, en 1693, il est nommé professeur de médecine en second, enseignant les « Institutiones » : physiologie, pathologie, diététique, pharmacologie, botanique. En 1716, il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-ernst-stahl/#i_0

STILBÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 278 mots

Hydrocarbure de formule C6H5—CH=CH—C6H5Le stilbène existe sous deux formes :Le trans-stilbène :Point de fusion : 124 0CPoint d'ébullition : 307 0CCristallise en prismes monocliniques.Insoluble dans l'eau, soluble dans l'éthanol, l'éther, le benzène.Le cis-stilbène :Point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stilbene/#i_0

THIÉTANNE ou SULFURE DE TRIMÉTHYLÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 123 mots

Hétérocycle monohétéro-atomique à quatre chaînons comportant un atome de soufre.Masse moléculaire : 74,16 gPoint d'ébullition : 94 0CLiquide incolore, volatil, d'odeur forte et désagréable, soluble dans l'eau.Le thiétanne ou sulfure de triméthylène peut être oxydé en sulfone correspondante :De nombreux réactifs provoquent une ouverture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thietanne-sulfure-de-trimethylene/#i_0

THIIRANNE ou SULFURE D'ÉTHYLÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 125 mots

Masse moléculaire : 60,11 gMasse spécifique : 1,0368 g/cm3Point d'ébullition : 55-56 0CLiquide incolore, d'odeur caractéristique, insoluble dans l'eau, soluble dans la plupart des solvants organiques.Appelé aussi sulfure d'éthylène, le thiiranne se polymérise spontanément, à l'abri de l'air et de la lumière. Cette polymérisation est catalysée par les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thiiranne-sulfure-d-ethylene/#i_0

TOLUÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 244 mots

Hydrocarbure aromatique encore appelé méthylbenzène.Formule : C6H5— CH3Masse moléculaire : 92,13 gMasse spécifique : 0,866 g/cm3Point de fusion : — 95 0CPoint d'ébullition : 110,8 0C.Infiniment soluble dans l'éthanol, l'éther et le benzène.Le groupement méthyle, fixé sur le noyau benzénique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toluene/#i_0

VAN'T HOFF JACOBUS HENRICUS (1852-1911)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 282 mots

Chimiste hollandais, né à Rotterdam et mort à Berlin. Van't Hoff entre à l'institut polytechnique de Delft en 1869, puis il va, en 1871, à l'université de Leyde, où il décide de se consacrer à l'étude de la chimie. Il est, pendant l'année 1872-1873, l'élève de Kekulé à Bonn et, l'année suivante, l'élève de C. A. Wurtz à Paris, où il est le condisciple de A. Le Bel. Il soutient son doctorat en 1874 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacobus-henricus-van-t-hoff/#i_0