NICKEL CARBONYLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formule brute : Ni(CO)4

Masse moléculaire : 170,73 g

Masse spécifique : 1,32 g/cm3

Point de fusion : — 25 0C

Point d'ébullition : 43 0C

Liquide incolore, volatil et inflammable, le nickel carbonyle est peu soluble dans l'eau, très soluble dans l'éthanol, le benzène, l'éther, le chloroforme.

Les molécules d'oxyde de carbone CO se lient au métal en donnant le doublet électronique disponible sur le carbone. L'atome de nickel (métal de transition) admet le nombre de doublets nécessaire pour atteindre la structure électronique du krypton, le gaz rare qui le suit dans la classification périodique des éléments. La structure de la molécule de nickel carbonyle est donc tétraédrique.

Le nickel carbonyle réagit lentement avec les acides non oxydants comme l'acide chlorhydrique ou sulfhydrique, et réagit violemment avec l'acide nitrique et les halogènes pour donner les sels de nickel bivalents correspondants. Il réagit aussi avec l'oxygène ; au contact de l'air sec, il peut s'enflammer pour donner de l'oxyde de nickel, tandis que le contact prolongé de l'air humide provoque la formation de carbonates basiques de composition variable.

On peut préparer le nickel carbonyle par l'action directe de l'oxyde de carbone sur du nickel finement divisé, le soufre catalysant la réaction. La réaction peut avoir lieu à la pression atmosphérique, mais elle est favorisée par des pressions élevées. Il peut aussi être synthétisé par l'action de l'oxyde de carbone sur des sels de nickel en solution ou sur des suspensions alcalines de sulfate de nickel, sous pressions élevées.

Le nickel carbonyle est peu stable et se décompose facilement en nickel et oxyde de carbone. Cette propriété a eu d'importantes applications industrielles, notamment pour l'obtention de poudre de nickel, pour le raffinage du nickel, et pour recouvrir des surfaces d'une mince couche de nickel. Le nickel carbonyle est aussi utilisé dans les réactions de carbonylation comme fournisseur d'oxyde de carbone, comme, par exemple, pour la synthèse d'acide acrylique à partir de l'acétylène : 4 C2H2 + Ni(CO)4 + 4 H2O + 2 HCl donnent 4 CH2–CH–COOH + NiCl2 + H2.

Les vapeurs de nickel carbonyle sont très toxiques.

—  Dina SURDIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NICKEL CARBONYLE  » est également traité dans :

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 769 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Extraction du nickel »  : […] Les méthodes d'obtention du nickel sont complexes et coûteuses. Les minerais sulfurés contiennent généralement du fer et du cuivre sous forme de minerais distincts. On peut donc utiliser des méthodes de séparation purement mécaniques (broyage, flottation, séparation magnétique) et enrichir les minerais dès la phase initiale du traitement. Les minerais enrichis sont généralement traités par pyromét […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dina SURDIN, « NICKEL CARBONYLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel-carbonyle/