NAPHTALÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Masse moléculaire : 128,16 g

Masse spécifique : 1,145 g/cm3

Point de fusion : 80,22 0C

Point d'ébullition : 217,9 0C

Prismes monocliniques à odeur caractéristique.

Le naphtalène, de formule brute C10H8, est le plus simple des hydrocarbures aromatiques benzénoïdes polycycliques à noyaux condensés : il est formé de deux cycles benzémiques accolés. Le nombre d'électrons π est conforme à la règle de Hückel, mais on ne peut pas considérer que les deux cycles sont aussi idéalement aromatiques que le benzène. L'énergie de résonance du naphtalène est inférieure au double de celle du benzène : Er = 61 kcal/mole = 36 + 25. Un cycle va donc se comporter comme un diène conjugué, et les réactions d'addition seront plus faciles que sur le benzène. On peut, en effet, hydrogéner facilement la molécule par l'hydrogène naissant et aussi obtenir des dérivés halogénés. De même, les oxydations sont faciles. Pour les substitutions électrophiles, ce sont les sommets α qui sont les plus réactifs. Cependant, la sulfonation a lieu de préférence sur un sommet β, car la gêne stérique y est moins importante.

Le naphtalène existe à l'état naturel dans quelques pétroles et quelques huiles essentielles, mais sa source principale est constituée par la cokéfaction de la houille. Les huiles moyennes de distillation du goudron de cokerie, c'est-à-dire celles passant entre 210 et 240 0C, laissent déposer, en se refroidissant, des cristaux de naphtalène que l'on essore. On les purifie ensuite par pressage à chaud, lavage à l'acide sulfurique et à la soude, et enfin par distillation ou sublimation si l'on veut obtenir un produit pur.

On retire également le naphtalène de l'huile de débenzolage du gaz de cokerie. Le naphtalène cristallise dans des bacs en retenant une certaine quantité d'huile. Il faut le refondre après avoir éliminé l'huile libre, et le recristalliser ; on arrive ainsi à un naphtalène de deuxième jet et de qualité industrielle.

Le naphtalène est très utilisé dans l'industrie chimique, notamment dans la fabrication des colorants (alizarine, indigo, colorants azoïques), des produits pharmaceutiques (naphtols, mercurochrome, rhodamines), des matières plastiques (résines phtaliques et glycérophtaliques), des plastifiants (phtalates d'éthyle et de butyle), des parfums, des tanins, des produits photographiques.

—  Dina SURDIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NAPHTALÈNE  » est également traité dans :

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspect énergétique »  : […] Si les électrons ne restent pas localisés sur des doubles liaisons indépendantes, mais forment un nuage continu qui s'étend sur toute la molécule, c'est que l'énergie du système est plus basse dans ce dernier état. En d'autres termes, la conjugaison se traduit par une stabilisation du système. L'abaissement de l'énergie est appelé énergie de conjugaison (cette expression es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aromaticite/#i_25138

DYNAMIQUE MOLÉCULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean RIESS
  •  • 5 165 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les composés organométalliques : des structures très turbulentes »  : […] On désigne sous le nom de composés organométalliques une classe de composés de plus en plus vaste dans lesquels un ou plusieurs atomes de carbone figurent parmi les substituants d'un élément métallique. Ces composés présentent souvent un caractère dynamique très prononcé qui n'est pas sans relations avec les phénomènes catalytiques que ces dérivés sont connus pour induire. Une grande variété de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-moleculaire/#i_25138

PHÉNOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 377 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préparations »  : […] Le goudron de houille n'est plus qu'une source très partielle de phénols définis. En effet, si le plus volatil d'entre eux, le phénol lui-même, peut en être extrait sans trop de difficulté, les homologues (crésols et xylénols) sont d'une séparation beaucoup plus délicate, du fait de la proximité des points d'ébullition des divers isomères. Des procédés chimiques utilisant les différences d'acidité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenols/#i_25138

Pour citer l’article

Dina SURDIN, « NAPHTALÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/naphtalene/