CARBONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cycle du carbone

Cycle du carbone
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Diamant : propriétés physiques

Diamant : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Diamant : structure

Diamant : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

États du carbone

États du carbone
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Le carbone est l'élément chimique non métallique de symbole C et de numéro atomique 6. Il est présent dans de nombreux composés naturels : gaz carbonique de l'atmosphère, roches calcaires, combustibles (gaz, pétrole, charbons minéraux). C'est de plus un constituant fondamental de la matière vivante. Par la photosynthèse, les plantes convertissent le gaz carbonique de l'air en hydrates de carbone, lesquels sont dégradés en gaz carbonique par les êtres vivants. Cette chaîne fermée constitue le cycle du carbone.

Cycle du carbone

Cycle du carbone

Vidéo

Présent dans toutes les formes vivantes et dans de nombreux composés inorganiques, le carbone possède un cycle complexe : présentation des grandes lignes de ce système dynamique.Le carbone, élément principal des molécules, est présent dans l'atmosphère sous forme de dioxyde de carbone,... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Le carbone est le quatorzième des éléments de la surface de la Terre classés par ordre d'abondance décroissante. Il constitue environ 0,9 p. 100 en masse de la lithosphère et de l'hydrosphère réunies. Certains échantillons, graphite et diamant, existent à l'état naturel sous forme cristallisée et dans un très grand état de pureté.

La grande majorité des composés du carbone relèvent de la chimie organique ; seuls seront examinés dans cet article des composés minéraux : oxydes et leurs dérivés, carbures métalliques et composés d'insertion, composés azotés.

L'élément et le corps simple

L'atome

Il résulte de son numéro atomique que le cortège électronique de l'atome de carbone correspond, dans son minimum d'énergie, au symbolisme : 1s2, 2s2, 2p2, c'est-à-dire que la couche la plus profonde des électrons (couche K) est complète avec deux électrons et que quatre électrons sont sur la couche externe L. Deux de ces électrons occupent l'orbitale 2s, les deux autres occupant chacun une orbitale différente parmi les trois orbitales 2p disponibles.

Le noyau contient toujours six protons mais le nombre de neutrons associés est variable : le carbone possède deux isotopes stables et cinq radio-isotopes. Seul le radio-isotope de nombre de masse 14 existe dans la couche superficielle de la Terre par suite, d'une part, de sa longue période et, d'autre part, de sa formation dans l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire de l'université de Paris-VI et de l'École centrale des arts et manufactures
  • : ancien élève de l'École nationale supérieure de physique et de chimie de Paris, agrégé de physique, professeur honoraire de chimie générale à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  CARBONE  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Constituants des aciers »  : […] Rappelons que le fer existe sous deux variétés allotropiques différentes, c'est-à-dire avec deux formes cristallines. Aux basses températures et jusqu'à 910  0 C, ses atomes sont disposés suivant un réseau cubique centré, c'est-à-dire qu'ils occupent les sommets et le centre d'un cube : on l'appelle alors fer α. Aux températures supérieures à 910  0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/#i_3135

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Alliages métalliques industriels »  : […] Après ces considérations générales, nous pouvons maintenant nous intéresser à des alliages industriels. Les plus utilisés sont les aciers, qui présentent une palette particulièrement riche de produits, depuis ce qu'il est convenu d'appeler, plus ou moins péjorativement, la ferraille, jusqu'aux aciers inoxydables, en passant par les maragings , mis en œuvre pour des usages tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_3135

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 379 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le milieu interstellaire »  : […] Avec ses 99,999 p. 100 d'hydrogène et d'hélium, le gaz interstellaire est une mixture fort homogène. L'essentiel des éléments chimiques, fabriqués par les étoiles – à commencer par le carbone, l'azote et l'oxygène –, n'y sont présents que dans un rapport d'au mieux 3 pour 10 000 avec l'hydrogène. D'autres éléments – comme le silicium, le soufre, le phosphore, etc. – sont encore moins abondants. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/#i_3135

AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 501 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les modes de vie autotrophiques »  : […] Le carbone minéral assimilable étant sous la forme de gaz carbonique ou d'ions carbonate ou bicarbonate, l'autotrophie complète suppose la capacité de fixer ces substances et de les réduire, c'est-à-dire de passer du composé CO 2 à des constituants dans lesquels les atomes de carbone, d'hydrogène et d'oxygène sont en moyenne dans les rapports qui correspondent à la formule C 2 H 3 O. Pour assurer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autotrophie-et-heterotrophie/#i_3135

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiologie des populations bactériennes »  : […] Les cellules bactériennes sont capables de se multiplier dans des milieux de culture liquides ou sur milieux solides artificiels, dans des conditions physico-chimiques approchant les conditions de leur écosystème naturel. Cependant, certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur milieux artificiels ; c'est le cas de Mycobacterium leprae , agent de la lèpre, ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_3135

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Panorama du métabolisme bactérien »  : […] À l'échelle chimique, même les plus petites cellules sont incroyablement compliquées. La plupart des chercheurs qui s'intéressent aux caractéristiques essentielles de la croissance et de la division cellulaires portent leur attention sur les bactéries. La bactérie la plus communément utilisée en bactériologie expérimentale, Escherichia coli , pèse environ 2 × 10 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_3135

BOROPHÈNE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un matériau bidimensionnel »  : […] Depuis la découverte en 2004 du graphène, les physiciens sont parvenus à réaliser différents matériaux constitués d’une seule couche d’atomes : le graphène est un matériau planaire où les atomes de carbone sont arrangés selon une structure hexagonale ; le silicène et le phosphorène sont ses équivalents à base de silicium ou de phosphore. Depuis 2008, cette famille s’est enrichie des dichalcogénur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borophene/#i_3135

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La crise de la limite Paléocène-Éocène »  : […] La crise biologique à la limite Paléocène-Éocène a eu une incidence considérable sur l'histoire de nombreux groupes dont la trajectoire évolutive s'est trouvée réorientée. C'est incontestablement la plus profonde des crises biologiques du Cénozoïque. Le monde vivant moderne est mieux enraciné dans cette crise que dans tout autre. Dans l'océan, cette crise s'est traduite de trois manières différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_3135

CHARBON - Industrie charbonnière

  • Écrit par 
  • Michel BENECH, 
  • Pierre BERTE, 
  • Jacques BONNET, 
  • Robert PENTEL
  •  • 11 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine et nature du charbon »  : […] On appelle charbon des roches sédimentaires d'origine organique contenant au moins 50 p. 100 de carbone. Les origines du charbon remontent à l'époque du Carbonifère, il y a de 250 à 300 millions d'années, lorsque la forêt hercynienne a engendré la concentration de dépôts considérables de débris végétaux qui ont été recouverts de terre et d'alluvions à la suite d'affaissements du sol ou d'une élé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charbon-industrie-charbonniere/#i_3135

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 456 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le traitement de surface »  : […] Les progrès dans la fiabilité des collages sont dus à la mise en œuvre de traitements de surface adaptés à chaque substrat. Le traitement de surface doit faciliter l'ancrage de l'adhésif et protéger la surface de la corrosion. Comme les conditions d'ancrage ne sont pas connues, le traitement de surface relève du savoir-faire. Les métaux ont des énergies de surface élevée, ce qui est déduit par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage-physique/#i_3135

COMBUSTION

  • Écrit par 
  • Michel LUCQUIN
  •  • 4 682 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La combustion des solides »  : […] Comme dans le cas précédent des liquides, la combustion des solides est un phénomène se produisant essentiellement dans la phase gazeuse. Il y a donc lieu de considérer deux étapes : la gazéification du solide et la combustion des gaz obtenus. Les solides peuvent être classés en différentes catégories suivant la manière dont ils brûlent. Les solides à point de fusion peu élevé se comportent comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combustion/#i_3135

COUPER ARCHIBALD SCOTT (1831-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 440 mots

Chimiste écossais né et mort à Kirkintilloch, près de Glasgow. Après des études littéraires et philosophiques à Glasgow puis à Édimbourg, Archibald Scott Couper part en 1854 pour Berlin où il s'initie à la chimie. En 1856, il va travailler à Paris dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz (1817-1884). En 1858, de retour à Édimbourg, Couper y est quelque temps assistant de chimie à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-scott-couper/#i_3135

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les structures covalentes »  : […] Les liaisons covalentes se caractérisent par la mise en commun d'électrons entre atomes voisins, chaque atome restant électriquement neutre. Le carbone cristallise dans plusieurs formes selon les méthodes de préparation. La structure diamant consiste en un enchevêtrement de deux réseaux C.F.C. L'un des deux est simplement décalé par rapport à l'autre d'un quart de diagonale du cube qui fixe leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_3135

CURL ROBERT F. Jr. (1933- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 484 mots

Physico-chimiste américain né à Alice, au Texas. Robert F. Curl fait ses études à Berkeley (Californie), où il obtient, en 1957, un doctorat en chimie. Curl travaille depuis 1958 à l'université Rice, à Houston (Texas) où il a été nommé professeur en 1967. C'est grâce à la collaboration étroite entre Robert F. Curl, Harold W. Kroto et Richard E. Smalley que les fullerènes ont été découverts. À l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-f-curl/#i_3135

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Le carbone »  : […] Le carbone (C) est un élément clé de la matière vivante, en raison de sa capacité à former de longues chaînes ou des anneaux moléculaires. Il possède un cycle complexe parce qu'il est présent dans toutes les formes vivantes et dans de nombreux composés inorganiques  : on le trouve sous forme de carbone élémentaire (diamant, graphite ou forme amorphe), de composés organiques (plus d'un million de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_3135

DIAMANT

  • Écrit par 
  • René COUTY, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 4 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Diamant de synthèse »  : […] On désigne par synthèse du diamant le processus qui permet de transformer du carbone ou un produit carboné en diamant (fig. 2). Cette opération est réalisée à l'échelle industrielle par quatre firmes commerciales : A.S.E.A. (Suède), De Beers (Afrique du Sud), General Electric (États-Unis) et Tomel (Japon) ; leur production annuelle avoisine 100 millions de carats, soit environ 20 tonnes. Ces diam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diamant/#i_3135

DIAMANTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Emmanuel FRITSCH
  •  • 977 mots

Le diamant, tout le monde connaît, ou du moins, croit connaître. Le diamant, tout le monde aime, comme l'a une fois de plus prouvé l'éclatant succès de l'exposition Diamants. Au cœur de la Terre, au cœur des étoiles, au cœur du pouvoir qui s'est tenue du 10 mars au 31 juillet 2001 au Muséum national d'histoire naturelle, à Paris. Loin d'un exposé académique ordinaire, cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diamants/#i_3135

ÉLÉMENTS NATIFS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 2 059 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diamant »  : […] Le carbone natif cristallise sous forme de diamant dans des roches magmatiques ultrabasiques particulières, les kimberlites , qui remplissent des cheminées volcaniques dans de vieux socles et se seraient formées à des profondeurs considérables. On extrait le diamant soit directement des kimberlites, soit de concentrations détritiques éluviales ou alluviales (placers fluviati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elements-natifs/#i_3135

EXOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • François RAULIN
  •  • 6 918 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La recherche de la vie hors du système solaire »  : […] Les sites potentiels pour une vie ailleurs, y compris une vie évoluée, semblent de plus en plus nombreux. La puissance croissante des moyens disponibles permet de repérer des planètes hors du système solaire. Depuis la première découverte d'une planète hors du système solaire, par Michel Mayor et Didier Queloz, à la fin de 1995, la liste des exoplanètes (ou planètes extrasolaires) a suivi une aug […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exobiologie/#i_3135

FER - L'élément métallique

  • Écrit par 
  • Simone TALBOT-BESNARD
  •  • 2 789 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Composés minéraux »  : […] Le diagramme de la figure situe le domaine d'existence des différents oxydes : FeO, protoxyde de fer ; Fe 3 O 4 , magnétite  Fe 2 O 3 , sesquioxyde. Le protoxyde FeO est métastable à la température ordinaire. Il se forme au cours des traitements du minerai de fer et du travail à chaud du métal. Sa composition peut s'écarter notablement de la composition stœchiométrique, ce qui le rapproche d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-l-element-metallique/#i_3135

FISCHER-TROPSCH PROCÉDÉ

  • Écrit par 
  • Bernard TISSOT
  •  • 506 mots

Ce procédé catalytique de production d'hydrocarbures à partir de gaz de synthèse (CO + H 2 ) a été découvert en 1923 par Franz G. Fischer et Hans Tropsch en Allemagne ; développé industriellement entre 1923 et 1935, il a permis d'approvisionner le III e Reich en hydrocarbures. Au début de la Seconde Guerre mondiale, neuf usines, toutes localisées en Allemagne, produisaien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procede-fischer-tropsch/#i_3135

FULLERÈNES

  • Écrit par 
  • Patrick BERNIER
  •  • 2 264 mots
  •  • 3 médias

Les fullerènes représentent une nouvelle famille de molécules constituées par un assemblage d'atomes de carbone. Le premier fullerène, comportant 60 atomes de carbone (C 60 ), a été mis en évidence en 1985 par Harold Kroto, Robert Curl et Richard Smalley, qui, pour cette découverte, ont reçu le prix Nobel de chimie en 1996. Ainsi s'est ouvert un nouveau champ de recherche, un nouveau chapitre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fullerenes/#i_3135

FULLERÈNES ET NANOTUBES

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 267 mots

Mis en évidence en 1985 et abondamment décrits par Richard Smalley, Robert Curl et Harold Kroto (qui seront récompensés pour cette découverte par le prix Nobel de chimie en 1996), les fullerènes représentent une nouvelle famille de molécules constituées par des atomes de carbone. C'est la troisième forme du carbone, après le graphite et le diamant. La structure exceptionnelle de ces composés, en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fullerenes-et-nanotubes/#i_3135

GÉMINATION, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 88 mots

Processus par lequel deux substituants identiques se fixent sur un même carbone. Ainsi le dibromo-1,1-éthane peut également être appelé gem-dibromoéthane. Ce terme indique donc la position relative des substituants. Un carbone peut être gem-disubstitué par des groupements fonctionnels monovalents. Les glyc-1,1-ols ou gem-dialcools sont très instables et rarement isolables : Si le substituant est u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemination-chimie/#i_3135

GRAPHÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERROIR, 
  • Bernard PLAÇAIS
  •  • 1 892 mots
  •  • 5 médias

Le graphène est un cristal constitué d'un simple plan d' atomes de carbone répartis régulièrement sur un réseau hexagonal en forme de nid d'abeilles. Il constitue la brique élémentaire de nombreuses autres formes (allotropes) du carbone : ainsi le graphite de nos mines de crayon ou des réacteurs nucléaires est un empilement régulier de feuilles de graphène ; les fullerènes et les nanotubes de car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphene/#i_3135

GRAPHYNE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

Depuis 2004, les graphènes passionnent les physiciens pour leurs propriétés remarquables. Ces feuilles de carbone faites d'une unique couche d'atomes ont une structure en nid-d'abeilles et leurs caractéristiques électroniques et mécaniques très particulières en font un matériau plein d'avenir. Dans un article publié en février 2012, des chercheurs de l'Institut de chimie théorique de l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphyne/#i_3135

KROTO HAROLD WALTER (1939-2016)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 485 mots

Physicochimiste britannique né le 7 octobre 1939 à Wisbech (Cambridgeshire, Royaume-Uni) et mort le 30 avril 2016 à Lewes (Sussex, Royaume-Uni). Harold W. Kroto obtient en 1967 un doctorat à l'université de Sheffield. Il commence à enseigner en 1967 à l'université du Sussex à Brighton, où il a été nommé professeur en 1985. Il est professeur de la Royal Society de 1991 à 2001. C'est grâce à la col […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-walter-kroto/#i_3135

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Dosage du carbone dans les aciers »  : […] Les caractéristiques propres au ferromagnétisme, pertes par hystérésis, champ coercitif, perméabilité réversible, sont utilisées pour doser par exemple le carbone dans les fontes et les aciers ou pour déterminer la taille des matériaux ferromagnétiques très divisés. Ces techniques qui permettent un dosage rapide et commode n'utilisent en fait que des relations empiriques entre ces propriétés magn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_3135

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Liaisons et structures »  : […] Dans un solide fait d'atomes de gaz rare ou dans un métal monoatomique, tous les atomes sont identiques et nous venons de voir que les liaisons n'ont pas, comme dans la liaison covalente, de direction privilégiée. Il est raisonnable d'assimiler les atomes ou les ions à des sphères dures et d'en tirer quelques conséquences simples sur leur répartition spatiale. En effet, avec des sphères, le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_3135

MÉTÉORITES

  • Écrit par 
  • Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVY, 
  • Paul PELLAS
  •  • 14 743 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le carbone »  : […] De nombreuses composantes de carbone ont été détectées dans les différentes variétés de chondrites carbonées, soit à la suite d'attaques chimiques acides produisant des dissolutions préférentielles des matières minérales et le maintien des composés organiques, soit par des oxydations sélectives des polymères organiques, soit encore d'après l'analyse des gaz contenus dans les échantillons lors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteorites/#i_3135

NANOTUBES DE CARBONE

  • Écrit par 
  • Patrick BERNIER
  •  • 341 mots

Les nanotubes de carbone, découverts en 1991 par le chercheur japonais Sumio Iijima, font partie de la famille des systèmes carbonés parmi lesquels on trouve les fibres de carbone, les fullerènes, le graphite et le diamant. Un nanotube peut être visualisé comme un plan d'atomes de carbone (assemblés en hexagones, comme dans le graphite) enroulé sur lui-même. Son diamètre est de l'ordre du nanomèt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotubes-de-carbone/#i_3135

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système 13C/12C »  : […] Les deux groupes essentiels où le carbone intervient sont les carbonates (calcaires, dolomies, carbonatites), les hydrocarbures et les « hydrates de carbone » naturels (fig. 1a). Les autres formes carbonées naturelles sont encore peu étudiées. Pour les carbonates, les compositions isotopiques sont déterminées par le système CO 2 -HCO 3 -CO 3 2— […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_3135

NUCLÉOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE
  •  • 5 434 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La nucléosynthèse dans les étoiles »  : […] La nucléosynthèse dans les étoiles fait intervenir tous les processus nucléosynthétiques à l'exception des réactions de spallation qui n'interviennent que de façon très secondaire à leur surface. La nucléosynthèse dépend fortement des conditions physiques qui règnent dans les milieux où celle-ci se produit et, donc, du type d'étoile considéré. Il existe, de fait, une correspondance entre la place […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleosynthese/#i_3135

ORGANIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 7 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères fondamentaux »  : […] Les liaisons organiques sont essentiellement covalentes  ; seuls quelques dérivés organométalliques présentent un caractère salin, d'ailleurs très limité, l'anion restant covalent. En conséquence, les substances organiques sont, pour la plupart, des molécules ou des macromolécules ; cela implique des points de fusion et d'ébullition relativement bas ainsi que des solubilités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-organique/#i_3135

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 937 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Formation, composition et transformation des particules atmosphériques »  : […] La composition chimique des aérosols est marquée par une grande variété d’espèces alliant matière inorganique (sulfates, nitrates, silicates, métaux, sels…) et matière carbonée. Cette dernière peut être formée uniquement de carbone – on parlera alors de carbone élémentaire – ou de carbone associé à d’autres éléments chimiques, comme l’hydrogène et/ou l’oxygène – on parlera alors de carbone organi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-atmospheriques/#i_3135

PHOTOVOLTAÏQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MULLER
  •  • 13 219 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Apport des nanotechnologies »  : […] Dans les orientations futures, une autre voie, utilisant des nanotubes de carbone, sera sans doute à explorer. Les nanotubes de carbone sont des molécules de carbone cylindriques qui présentent des propriétés électriques et mécaniques inhabituelles qui leur permettent de trouver des applications dans l'électronique à l'échelle nanométrique et dans l'ingénierie mécanique. Leur tri selon leur natur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photovoltaique/#i_3135

PRÉHISTOIRE - Alimentation

  • Écrit par 
  • Hervé BOCHERENS
  •  • 1 940 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nous sommes ce que nous mangeons »  : […] L'os se forme à partir des éléments chimiques apportés par la nourriture, notamment le carbone et l'azote, qui serviront à la synthèse du collagène. Cette protéine fibreuse très stable constitue la matrice organique de l'os, et représente environ 20 p. 100 de son poids sec à l'état frais. Tous les collagènes contiennent à peu près les mêmes quantités de carbone et d'azote mais, selon les aliments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-alimentation/#i_3135

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Élaboration de matériaux »  : […] L'élaboration de matériaux est très générale et porte aussi bien sur la production de matériaux existant déjà dans la nature que sur celle de matériaux nouveaux constitués par les phases haute pression. On effectue la recristallisation par voie hydrothermale, en faisant usage d'eau supercritique, additionnée d'agents complexants pour assurer la dissolution et le transport du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_3135

ROSETTA, sonde spatiale

  • Écrit par 
  • Philippe HENAREJOS
  •  • 2 581 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mission de Philae »  : […] Le 15 septembre 2014, les responsables de Rosetta avaient choisi pour le module Philae un site d’atterrissage appelé Agilkia, près du « sommet » du petit lobe de la comète. Philae a été largué par Rosetta le 12 novembre 2014 à 9 h 35 (heure française). Sept heures plus tard, il a bien atteint la surface à l’endroit prévu, mais a rebondi et s’est finalement bloqué dans des falaises à un kilomètre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosetta-sonde-spatiale/#i_3135

SALPETER EDWIN ERNEST (1924-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 240 mots

Astrophysicien américain d'origine autrichienne, né à Vienne le 3 décembre 1924 et mort à Ithaca (État de New York) le 26 novembre 2008. Ses parents, tous deux physiciens, ayant émigré en Australie en 1939, il étudie à l'université de Sydney. En 1948, il soutient sa thèse de physique à l'université de Birmingham (Royaume-Uni) et entre à l'université Cornell (États-Unis), où il fera toute sa carri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-ernest-salpeter/#i_3135

SIDÉRURGIE

  • Écrit par 
  • Jean DUFLOT
  •  • 18 153 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Décarburation »  : […] Le carbone doit être considéré à part, car il est le premier des éléments d'alliage. L'accroissement de la masse de fer disponible se fait à partir de celui de la fonte obtenue au haut fourneau (en France, de 1970 à 1980 le rapport du tonnage de fonte au tonnage d'acier brut a été d'environ 0,82). Enfin, le carbone est le seul corps dont l'action désoxydante s'améliore, avec la température, à cau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siderurgie/#i_3135

SILICIUM

  • Écrit par 
  • Jacques DUNOGUÈS, 
  • Michel POUCHARD
  •  • 5 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Généralités »  : […] En raison de sa structure électronique 1s 2 , 2s 2 , 2p 6 , 3s 2 , 3p 2 , 3d 0 , le silicium se situe juste sous le carbone dans la classification périodique. Il est normalement tétravalent, mais la spécificité du silicium entraîne des différences im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicium/#i_3135

SMALLEY RICHARD (1943-2005)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 477 mots

Physico-chimiste américain né le 6 juin 1943 à Akron, Ohio (États-Unis). Richard Errett Smalley obtient en 1963 un doctorat à l'université de Princeton (New Jersey). Il est nommé professeur de chimie à l'université Rice à Houston (Texas) en 1971, puis professeur de physique dans la même université en 1990. C'est grâce à la collaboration étroite de Robert F. Curl, Harold W. Kroto et Richard E. Sma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-smalley/#i_3135

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie organique

  • Écrit par 
  • Henri B. KAGAN, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 14 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Carbone « tétraédrique » »  : […] Tout composé CX 4 , CX 3 Y, CX 2 Y 2 , CX 2 YZ existe sous une seule variété. Il faut, ou bien admettre que si un tel composé peut, à l'origine, prendre naissance sous différentes formes, toutes se transforment spontanément en le composé unique le plus stable, ou bien que les composés obtenus par différentes voies sont, dès l'origine, identiques. En généralisant la première hypothèse, on serait am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-organique/#i_3135

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • François CABANNES
  •  • 3 853 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Élaboration des matériaux »  : […] Les matériaux les plus divers, par leur nature ou par leurs usages, qu'ils soient réfractaires ou non, sont élaborés à haute température : aciers, ciments, verre, abrasifs, porcelaine. Quelques techniques de haute température sont très employées : la fusion, le frittage ; d'autres ne le sont que dans des cas particuliers : le dépôt sur front chaud, la projection au chalumeau. Elles résultent toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physico-chimie-des-hautes-temperatures/#i_3135

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les inorganiques »  : […] Le verre (polysilicate essentiellement) est le plus ancien textile « chimique ». Le verre est obtenu à partir d'un mélange de silice, d'alumine, de carbonates de magnésium, de calcium, de sodium et de potassium. Après mélange, les composants sont portés à une température de 1 550  0 C dans les fours où le verre est élaboré, puis on alimente les filières où le verre est tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_3135

ZIEGLER KARL WALDEMAR (1898-1973)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 310 mots

Chimiste allemand lauréat né à Helsa, près de Kassel, et mort à Mülheim an der Ruhr. Karl Waldemar Ziegler partagea avec Giulio Natta, du prix Nobel de chimie (1963) pour leurs recherches sur l'amélioration des matières plastiques. Après une thèse de doctorat à l'université de Marburg (1923), Ziegler occupa plusieurs postes académiques à Heidelberg et à Halle. En 1943, il devint directeur du Kaise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-waldemar-ziegler/#i_3135

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry BRUSSET, Jean AMIEL, « CARBONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/