LACTONES ou OLIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appelées aussi olides, les lactones sont des composés cycliques formés par l'estérification intramoléculaire d'un acide hydroxylé hydroxyacide, avec élimination d'eau. On peut donc les considérer comme des esters cycliques. Pour la nomenclature de ces composés, on ajoute le suffixe -olide à l'hydrocarbure correspondant, ou le mot lactone à l'acide. On a ainsi des β, γ, δ-lactones selon la taille du cycle. Les cycles à cinq atomes étant les plus stables, ce sont les γ-lactones qui sont le plus couramment rencontrées parmi les lactones à petit cycle.

Les lactones de masse moléculaire peu élevée sont des liquides d'odeur agréable. La solubilité dans l'eau est très grande pour les premiers termes de la série issus d'acides aliphatiques, et diminue quand la masse moléculaire augmente. Les δ-lactones sont peu stables et se polymérisent rapidement. Les lactones à grand cycle possèdent des propriétés odorantes particulières (l'odeur du musc est très pénétrante pour les cycles de 14 à 18 chaînons) et sont toutes très stables.

Les lactones s'hydrolysent pour donner l'hydroxyacide de départ. L'hydrolyse est catalysée par la présence d'ions H+ dans la solution aqueuse, mais on arrive au même équilibre, que l'on parte de la lactone ou de l'hydroxyacide. Une lactone est d'autant plus stable à l'hydrolyse que l'acide hydroxylé se lactonise plus facilement.

De nombreux produits naturels (santonine, digitaline, vitamine C) contiennent un cycle lactonique qui joue un rôle de premier plan dans leurs propriétés physiologiques. Les lactones à fonction simple qui existent dans les produits végétaux sont souvent des lactones mégacycliques ; le cycle lactonique est responsable de leurs propriétés odorantes particulières et, de ce fait, elles sont utilisées en parfumerie. La γ-butyrolactone et la γ-valérolactone sont employées comme solvants et plastifiants dans la fabrication des laques, films, matières plastiques cellulosiques. Certaines lactones cyclaniques sont douées de propriétés insecticides.

—  Dina SURDIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LACTONES ou OLIDES  » est également traité dans :

ACIDES-ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Les deux fonctions présentent les réactions normales des acides et des alcools. Leur interaction se manifeste par plusieurs réactions particulières : – leur acidité est exaltée par la présence, en α- ou β-, d'une fonction alcool ; ces composés bifonctionnels forment, avec les métaux de transition, des sels dans lesquels le cation métallique est complexé  : la solution aqueuse n'est pas conductrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-alcools/#i_36566

ESTERS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 2 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autres méthodes ne partant pas de la fonction acide »  : […] La carbonylation des alcools est un moyen assez général d'obtention des esters difficilement accessibles par d'autres méthodes (réaction de Koch et Haaf). Sous l'action du catalyseur acide, l'alcool est transformé en carbocation qui, réagissant avec le monoxyde de carbone, donne un ion acylium. La réaction avec l'alcool conduit à l'ester. Les alcools tertiaires sont les plus réactifs et les secon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esters/#i_36566

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2015

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 818 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à William C. Campbell , Satoshi Ōmura et Youyou Tu pour leurs travaux sur les maladies parasitaires, qui ont permis le développement de nouveaux traitements. Environ trois milliards et demi d’humains vivent dans des zones géographiques où le paludisme est une maladie répandue. Dans ces mêmes aires, ou à leur proximité, existent d’autres mala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2015/#i_36566

Pour citer l’article

Dina SURDIN, « LACTONES ou OLIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lactones-olides/