ROCOCO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Intérieur de l'église d'Ottobeuren

Intérieur de l'église d'Ottobeuren
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Eglise de pèlerinage de la Wies

Eglise de pèlerinage de la Wies
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


La peinture

La grande peinture décorative, pendant le règne de Louis XV, a pour fonction principale de fournir des cartons de tapisserie. C'est là un phénomène proprement français. Le Brun et son équipe avaient eu à exécuter des décors monumentaux ; au xviiie siècle, les commandes de ce type sont rares. Après la chapelle de Versailles, dont Antoine Coypel peint le plafond en 1709-1710, on ne peut plus guère citer que le plafond du salon d'Hercule, qui occupe François Lemoyne de 1733 à 1736, ou la chapelle, détruite au xixe siècle, de l'hospice des Enfants trouvés, où Charles Natoire décore les murs et le plafond vers 1750. Pratiquement, la peinture en est réduite, selon une expression du même Natoire, à « se hucher sur des portes ». Le modèle des travaux que l'on demande aux peintres français est fourni, dans les années 1735-1740, par les décorations de l'hôtel Soubise, où il ne s'agit que d'orner des compartiments étroits et chantournés inscrits dans la voussure du plafond. La situation n'est pas la même en Italie ou en Allemagne, et, si l'on veut définir les caractères d'une peinture « rococo », ce n'est pas de cet étrécissement de la place que l'on doit partir.

Venise et les écoles italiennes

Le xviie siècle peut être considéré, selon un raccourci audacieux de Rudolf Wittkower, comme un siècle « sombre » en peinture. Une révolution d'importance s'accomplit autour de 1700 : c'est la renaissance de la peinture vénitienne et, avec elle, l'avènement d'une manière claire. Après la grande époque de Titien, Véronèse et Tintoret, Venise avait cessé de jouer un rôle central dans le développement de l'art ; l'intérêt se déplace alors vers Bologne et Rome, Gênes et Naples. Au xviiie siècle, en revanche, Venise et ses peintres jouissent de la position la plu[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : professeur à l'université de Chicago
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  ROCOCO  » est également traité dans :

ALLEMAND ART

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 331 mots

Au cours des siècles, cependant, celle-ci avait pris d'autres formes. C'est ainsi que le baroque et le rococo (distingué de la rocaille française, simple mode décorative) furent remis à l'honneur dès avant 1900 comme des avatars du gothique. Le même sentiment de l'infini propre à l'esprit germanique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-allemand/#i_7929

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xviie siècle et du début du xviiie siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/#i_7929

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 839 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Esquisse d'une chronologie de la littérature européenne à l'âge baroque »  : […] Haendel, Telemann), et dans les arts plastiques. On lui donne quelquefois le nom de « rococo », encore que cette appellation s'applique surtout, en France, aux arts ornementaux. On peut la définir, littérairement, par la remontée, parallèlement à une rationalité et à un esprit critique renforcé, de l'imaginaire et de l'affectivité. L'imaginaire se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_7929

CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

On a peu de données précises sur la vie de Chippendale. On sait seulement qu'il naquit dans le Yorkshire et que son père, menuisier-ébéniste, s'installa à Londres dès 1727. Il est ainsi baigné très jeune dans le milieu des artisans du bois, parmi lesquels régnait alors un style national très particulier. En réaction contre le bois doré français et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-chippendale/#i_7929

CSOKONAI VITÉZ MIHÁLY (1773-1805)

  • Écrit par 
  • Gyula SIPOS
  •  • 2 050 mots

le mot du critique Antal Szerb, en donnant une saveur quelque peu rustique aux charmes du rococo, en assumant, quasi héroïquement, l'anachronisme de son inspiration et de ses modèles, et en surmontant, dans une synthèse brillante, tant d'autres contradictions, Csokonai confère des accents véridiques, poignants même, à un style devenu ailleurs fade […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitez-mihaly-csokonai/#i_7929

CUVILLIÉS FRANÇOIS DE (1695-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 329 mots
  •  • 1 média

Parmi les architectes et décorateurs qui ont illustré la Bavière au xviiie siècle, une place d'honneur revient à François de Cuvilliés ; né dans le Hainaut, il vint tout jeune à la cour de Bavière, d'où il fut envoyé à Paris pour un séjour de quatre ans (1720-1724), afin de se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-cuvillies/#i_7929

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 511 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chinoiseries »  : […] chaque palais important a son cabinet chinois ; tout un style, le rococo, naquit du baroque sous l'influence de la bizarrerie orientale. À l'opposé du jardin classique, italien, il y eut le jardin chinois, appelé aussi anglais, car sa diffusion en Europe fut due à l'anglomanie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_7929

FÜRSTENFELD ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 346 mots

L'abbaye cistercienne de Fürstenfeld, à l'ouest de Munich, est un ouvrage assez caractéristique de la première phase du rococo germanique. Les travaux, commencés en 1701, interrompus par la guerre et repris après 1715, durèrent jusqu'en 1736 (consécration de l'église), et l'on travailla encore de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-furstenfeld/#i_7929

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du « grand goût » au sentiment de la nature »  : […] Plus qu'aucun autre style, le rococo s'épanouit en relation directe avec le goût de l'époque ; il semble même, parfois, le devancer et l'orienter : les artistes ont imaginé des thèmes nouveaux, les ont adaptés aux canons de l'époque, sûrs d'avance de leur succès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gout-esthetique/#i_7929

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hradcany/#i_7929

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'académisme »  : […] Dès le règne de Louis XVI, on perçoit dans les livres une altération des tendances « rococo ». L'ornement reflète le succès des recueils d'antiques, les figurations délaissent le spontané mondain. Malgré l'interruption révolutionnaire, la continuité de l'art du livre, depuis la fin de l'Ancien Régime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_7929

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 416 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le style Louis XV et le rococo »  : […] En Italie, la ligne courbe s'impose aussi, et un rococo extrêmement léger et élégant, à base de meubles laqués de couleurs tendres, se développe à Venise, tandis qu'à Turin, sur des meubles de formes Louis XV, triomphent avec Piffetti les marqueteries polychromes de nacre et os teinté et bois précieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_7929

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 102 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les styles historiques »  : […] 1828) et le salon d'Élisabeth au château de Belvoir (début du siècle) annoncent ce second rococo qui ne triomphera sur le continent que vers 1850. On peut bien dire que le succès du « pittoresque » fit mûrir rapidement le goût en Angleterre, en le rendant plus éclectique ; plus tard, cela devait conduire toute l'Europe à liquider les styles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_7929

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 568 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : du style rocaille au néo-classicisme »  : […] de goût, qui devait se traduire par l'épanouissement, en France, du genre pittoresque ou style rocaille, dont le rococo doit être considéré comme l'expansion internationale. L'orfèvre, dessinateur et architecte Juste Aurèle Meissonnier a sans aucun doute joué un rôle moteur dans la genèse de ce nouveau style, caractérisé par un goût effréné pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_7929

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « L'étude de l'ornement »  : […] être utilisé pour désigner un ornement nouveau : barroco (du portugais : perle irrégulière, 1563) ou rocaille (du français : morceaux irréguliers de pierre, de pétrifications, de verre, et coquillages, employés pour décorer des grottes et des fontaines) ont ultérieurement servi à qualifier un style : baroque et rococo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/#i_7929

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, François H. DOWLEY, Pierre-Paul LACAS, « ROCOCO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/