TINTORET (1519-1594)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tintoret est un peintre vénitien par sa naissance mais aussi parce qu'il a exalté dans son œuvre les forces qui constituaient le fondement de la puissance de sa cité : un solide pouvoir civil et une religiosité ardente qui favorisaient les arts. Cette identification du peintre avec sa ville, avec une société qui, pendant la seconde moitié du xvie siècle, sut conserver un profond sentiment de la liberté civile et religieuse, ne conduit pas à une limitation, mais à un approfondissement et à une caractérisation de son art.

La critique moderne a restitué à l'artiste son visage et sa grandeur, après l'incompréhension du xviiie siècle et les incertitudes du siècle suivant. La sensibilité qui a créé la poétique expressionniste nous a aidés à comprendre le langage de Tintoret. Ce langage se forme au moment le plus dynamique de la culture maniériste et, bien que sensible aux voix des grands contemporains vénitiens – Titien et Véronèse –, élabore une forme d'expression très personnelle. L'artiste fait éclater l'espace, la structure plastique, et fait appel surtout à la lumière pour traduire ses visions dramatiques.

Le séquestré de Venise

La famille de Jacopo Robusti, dit le Tintoret, était originaire de Lucques en Toscane, mais le destin du peintre apparaît étroitement lié à la cité de la lagune. Dans les églises et les Scuole il prodigue ses peintures, enrichit de fresques joyeuses les façades des palais qui se reflètent dans les canaux, offre des dessins aux mosaïstes qui achevaient les voûtes dorées de la basilique Saint-Marc. Aucun document ne permet de préciser l'année de la naissance du peintre, mais d'après son acte de décès (31 mai 1594), qui le déclare âgé de soixante-quinze ans, on peut en déduire qu'il naquit en 1519. Cette date convient en effet, car elle concorde avec le déroulement de son activité. En 1539, dans un acte public, le peintre signait : « Mistro Giacomo depentor ». Il est certain que Tintoret fut un artiste précoce ; son père qui était teinturier (tintore) dut l'envoyer très tôt chez quelque modeste artisan. Sa petite taille lui valut le diminutif affectueux de « Tintoretto » (petit teinturier), qu'il accepta et transmit à ses héritiers. On ne possède pas de documents relatifs à la période où il fut l'élève de Titien, interrompue, si l'on se réfère aux sources, par la jalousie de son maître. L'enseigne que, selon la tradition, le peintre plaça dans son atelier, « Il disegno di Michelangelo, il colorito di Titiano » peut être considérée comme une allusion à la diversité d'intérêts culturels et figuratifs qui le stimulèrent certainement dès sa bouillante jeunesse : la culture vénitienne – éclairée vers les années trente et quarante par l'art de Titien – et la culture maniériste composite de l'Italie centrale.

Tintoret commence à produire intensément au cours de la décennie 1540-1550, et pas seulement pour des particuliers ; en effet, en 1548, il obtient la commande d'un vaste tableau pour la Scuola di San Marco, œuvre qui, du fait de la nouveauté de son style, fut considérée comme provocatrice par le milieu conservateur des religieux qui la lui commandèrent, mais comme neuve et intéressante par des lettrés sensibles et dénués de préjugés comme l'Arétin. Doué d'une grande force de travail et impatient de réaliser les ardentes visions que lui suggère son imagination, Tintoret s'assure une grande quantité de commandes, certaines officielles, faisant toujours preuve d'un remarquable manque d'intérêt pour le gain. En 1550, il épouse Faustina Episcopi, dont il eut huit enfants. Trois d'entre eux apprirent le métier de leur père. Tintoret habitait avec sa famille au bord de la lagune, près de l'église de la Madonna dell'Orto, pour laquelle il créa des œuvres célèbres et où il fut enterré. Aucune source ancienne ne parle d'un voyage qu'il aurait fait à Rome ; c'est seulement en 1580 qu'il se rend à Mantoue, pour porter au duc la série des Fastes des Gonzague. Au cours des quinze dernières années de sa vie, il possède encore une vitalité physique et intellectuelle hors du commun et, même si ce fut avec l'aide de ses enfants et de nombreux élèves, il mena à bon terme de vastes cycles à sujets historiques et religieux. Après la disparition des autres grands protagonistes, les nouvelles générations de peintres vénitiens fu [...]

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret

Photographie : La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret

Tintoret, «La Présentation de Jésus au Temple», 1554. Huile sur toile, 239 cm × 298 cm. Galleria dell'Accademia, Venise. 

Crédits : Cameraphoto/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Jésus parmi les docteurs de la Loi, Tintoret.

Jésus parmi les docteurs de la Loi, Tintoret.
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Suzanne et les deux vieillards, Tintoret

Suzanne et les deux vieillards, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur au Centre international d'éducation artistique, U.N.E.S.C.O.

Classification

Autres références

«  TINTORET (1519-1594)  » est également traité dans :

TINTORET. NAISSANCE D'UN GÉNIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Valentina SAPIENZA
  •  • 1 162 mots
  •  • 1 média

À la suite de sa « version » allemande du Wallraf-Richartz-Museum de Cologne (Tintoretto. A star wasborn, 6 oct. 2017-27 janv. 2018), l’exposition Tintoret. Naissance d’un génie a ouvert au […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Venise »  : […] On a longtemps exclu Venise de la « crise maniériste ». Les historiens (comme Nicco Fasola, Coletti, Palluchini) ont, à juste titre, protesté contre cette exclusion dans les années 1940. En fait les traces de maniérisme sont rares avant 1530 : toutefois Pordenone annonce ce courant, ainsi que l'étrange Lorenzo Lotto (env. 1480-1556), qui y fut peut-être amené autant par son tempérament, qui le po […] Lire la suite

NAVARRETE JUAN FERNÁNDEZ DE (1526-1579)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 320 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol. Sourd-muet depuis l'âge de trois ans ( El Mudo ) et d'une santé très précaire, Juan Fernández de Navarrete ne put réaliser pleinement ses dons de décorateur et de coloriste. Son talent est reconnu très tôt par les hiéronymites du monastère de La Estrella (Navarre) qui l'accueillent et qui l'aident à entreprendre un voyage en Italie. Il visite Rome, Florence, Naples et Venise surt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anna PALLUCCHINI, « TINTORET (1519-1594) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tintoret/