AUDRAN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xviie siècle et du début du xviiie siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III.

Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Claude Ier (1592-1677), mais ce n'est qu'après un séjour en Italie où il travailla dans l'atelier de Carlo Maratta que sa personnalité se révéla, en particulier après avoir étudié les antiques et reproduit les décorations des grands maîtres, Raphaël ou Pierre de Cortone. Gérard Audran maîtrisait parfaitement les différentes techniques de la gravure, ce qui lui permit de tenir sa place dans le courant qui, dans la seconde moitié du xviie siècle, tendait à faire de la gravure un art majeur (les graveurs sont admis à l'Académie à partir de 1655). Il se fit surtout connaître par l'importante commande des Batailles d'Alexandre d'après Le Brun (1672-1678). Il n'hésita pas, pour rendre ses compositions plus claires, à les simplifier avec une aisance qui reproduit bien la lumière sans trahir l'esprit des peintures originales. Il ne se contente jamais d'interpréter servilement les modèles, écueil que devaient fatalement rencontrer les reproductions de tableaux par la gravure.

Claude III (1658-1734) est un peintre ornemaniste qui eut une grande influence sur l'évolution du décor intérieur de son temps. Fils du graveur Germain Audran (1631-1710), il fut l'élève de son oncle, Claude II (1639-1684), qui lui-même avait travaillé sous les ordres de Coypel et de Le Brun. Il a donc participé au mouvement décoratif de la période Louis XIV. Mais étant donné son âge, Claude III ne subit que très peu l'influence de Le Brun (mort en 1690), ce qui lui donna une liberté d'expression que ne pouvaient avoir les peintres de la génération précédente. Comme Berain, son aîné d'une vingtaine d'années, il utilise les arabesques pour organiser ses compositions décoratives. Mais son style est beaucoup plus libre que celui de Berain. Il supprime les encadrements, les baldaquins, et les remplace par des éléments essentiellement floraux ou végétaux, légers, qui animent les perspectives. L'iconographie d'Audran se libère des contraintes du Grand Siècle, en particulier de la mythologie. Ses personnages animés, pleins de fantaisie, ses animaux souvent imaginaires (sphinx, chèvres ailées, singes habillés) donnent à cet art une gaieté et une verve étonnantes. Audran emploie ces grotesques soit dans des compositions centrées pour plafonds, soit en panneaux peints sur fond doré ou fond blanc pour décorer des lambris ou des portes. Il donna quelques dessins pour des meubles, des carrosses, etc., et surtout pour des tapisseries, les plus célèbres étant les Portières des dieux dont il prépara les cartons pour les Gobelins. Le succès d'Audran fut immense. Il se marque par les nombreuses commandes qu'il reçut de Louis XIV (ménagerie de Versailles, Marly, Fontainebleau) ou des princes (il travailla pour Monseigneur à Meudon), et par les élèves qu'il forma, dont le plus célèbre reste Watteau.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification

Autres références

«  AUDRAN LES  » est également traité dans :

LE BRUN CHARLES (1619-1690)

  • Écrit par 
  • Jennifer MONTAGU
  •  • 3 110 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Brun à Versailles »  : […] Le contrôle que Le Brun exerça sur les travaux exécutés à Versailles fut quelque peu différent. Cependant, c'est à son influence qu'il faut attribuer l'unité de style qui caractérisait, dans le palais, la décoration datant du xvii e  siècle. C'est lui qui a probablement choisi les artistes, et, de toute façon, le fait que ceux-ci (qui subissaient d'autre part des évolutions différentes) connaissai […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 059 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les ornemanistes »  : […] La liaison entre rococo et rocaille apparaît si étroite que l'on est presque contraint de commencer par s'interroger sur la façon dont est apparu, s'est développé et a été utilisé ce type d'ornements. Depuis les études de Fiske Kimball, le lieu de naissance et de la rocaille est reconnu : ce serait tout simplement l'agence de Jules Hardouin-Mansart. À côté de l'architecte de Versailles, auprès duq […] Lire la suite

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baroque et classicisme : le xviie siècle »  : […] Bruxelles, qui avait été le haut lieu de la tapisserie au xvi e  siècle, dut céder sa suprématie aux manufactures françaises au siècle suivant. Les tapissiers anversois, qu'avaient rejoints des liciers émigrés de la capitale du Brabant, proposaient une production abondante, mais qui n'était pas toujours de grande qualité. En Hollande, le principal centre de tissage était Delft. En 1597, Henri IV o […] Lire la suite

WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 5 607 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une vie mystérieuse »  : […] Une petite poignée d'éléments précis jalonnent la biographie de Watteau. Le reste ne s'appuie que sur les témoignages, parfois contradictoires, de ses contemporains, sans qu'il ait été possible de les valider par des documents d'archive. Il naît à Valenciennes le 10 octobre 1684 (encore qu'un chercheur ait récemment avancé l'hypothèse qu'il s'agirait d'un homonyme, le futur peintre pouvant en réal […] Lire la suite

Les derniers événements

19 mai 1994 France. Condamnation des dirigeants d'Action directe pour l'assassinat du général René Audran

La cour d'assises de Paris, spécialement composée de magistrats, condamne les quatre dirigeants d'Action directe, Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron, Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani, à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de dix-huit ans pour leur participation à cinq attentats entre 1984 et 1986, dont l'assassinat du général René Audran, en janvier 1985. […] Lire la suite

21-23 février 1987 France. Arrestation des responsables d'Action directe

En dehors de nombreux attentats à l'explosif qui n'ont pas fait de victimes, ils sont soupçonnés d'être les auteurs des assassinats de l'ingénieur général des armées René Audran, en janvier 1985, et de Georges Besse, P.-D.G. de la Régie Renault, en novembre 1986. Ce coup de filet, mené par la Direction centrale des renseignements généraux, est salué aussi bien par Jacques Chirac que par François Mitterrand. […] Lire la suite

1er-4 février 1985 République fédérale d'Allemagne. Assassinat d'un industriel par la Fraction armée rouge

Cet attentat intervient alors qu'en France l'enquête sur l'assassinat, le 25 janvier, de l'ingénieur général René Audran révèle l'existence de liens étroits entre terroristes français d'Action directe et allemands de la R.A.F. Le même jour, les détenus membres de la R.A.F., qui avaient commencé le 4 décembre une grève de la faim, cessent leur action. […] Lire la suite

15-25 janvier 1985 France. Fusion d'Action directe avec la Fraction armée rouge et assassinat d'un haut fonctionnaire de la Défense

Le 25, à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines), René Audran, ingénieur général de l'armement et directeur des affaires internationales au ministère de la Défense, est assassiné devant son domicile. L'attentat est revendiqué par Action directe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « AUDRAN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/