CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a peu de données précises sur la vie de Chippendale. On sait seulement qu'il naquit dans le Yorkshire et que son père, menuisier-ébéniste, s'installa à Londres dès 1727. Il est ainsi baigné très jeune dans le milieu des artisans du bois, parmi lesquels régnait alors un style national très particulier. En réaction contre le bois doré français et italien qui paraissait trop solennel, le style Queen Ann impose les sièges en bois naturel, noyer ou acajou, aux pieds galbés, souvent terminés par une patte de lion tenant une boule (claw-and-ball), au dossier ajouré plus ou moins contourné ayant au milieu une bande verticale.

Chippendale, en s'inspirant de ce mobilier d'un style rocaille très modéré, va imaginer un grand nombre de modèles, d'une variété et d'une fantaisie étonnantes, qu'il mettra à la disposition de ses confrères par The Gentleman and Cabinet-Maker's Director (1754), ouvrage qui connut un succès rapide en Angleterre et à l'étranger. Les dessins de Chippendale fournissent des modèles de sièges, de bibliothèques, de miroirs, de lits et même de chandeliers et de grilles de cheminées. On y distingue trois tendances : un style rococo, inspiré de l'art français (les sièges sont alors capitonnés « à la française » et souvent dorés) ; un style chinois, imitant des treillages de bambous, des toits de pagodes, des personnages orientaux ; un style néo-gothique, qui n'apparaîtra dans le reste de l'Europe que cinquante ou soixante ans plus tard. Jusque vers 1765, la renommée de Chippendale fut si grande que tous les meubles anglais portent son empreinte et que l'on peut vraiment parler d'un style Chippendale (bien que l'on connaisse très peu d'œuvres faites par lui). Mais sa renommée fut anéantie par la vogue du retour à l'antique prôné par Robert Adam. Pour conserver une clientèle, Chippendale fut obligé de s'adapter au goût nouveau et fournit jusqu'à sa mort un certain nombre de dessins d'inspiration nettement néo-classique, parfois même sous la direction de son rival.

Chaise et fauteuil en acajou

Chaise et fauteuil en acajou

photographie

Chaise et fauteuil en acajou de style Chippendale. Environ 1760. Mallett and Son Antiques Ltd., Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)  » est également traité dans :

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'art gréco-romain et médiéval »  : […] Cette inspiration, qui fait du décor de la vie quotidienne l'image des rapports de proximité, d'intérêt et de sympathie entre l'homme et l'animal, se retrouve dans le mobilier zoomorphe de diverses époques : Égypte ancienne, Renaissance française, style Chippendale anglais. L'animal ou une partie du corps de l'animal, est support, gardien et compa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_8120

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le style Louis XV et le rococo »  : […] Le mobilier du xviii e  siècle, directement issu du baroque, est dominé par le style rocaille, caractérisé par des lignes sinueuses souvent dissymétriques, la profusion des motifs végétaux, feuillages et fleurs. Ce style est imposé en France par des ébénistes comme Charles Cressent qui fixe certains types de meuble, le bureau plat, la commode mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_8120

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Dans le chapitre « L'ornemaniste exécutant »  : […] Si certains inventeurs d'ornements ont la capacité d'en être, ou non, les exécutants – Meissonnier, orfèvre, Pineau ou Dugoulon sculpteurs du bois, Mondon ciseleur –, tel n'est pas le cas général. On définira donc une seconde catégorie d'ornemanistes chargés de diffuser et d'exécuter les modèles à tout faire, que d'autres ont créés. Ces artisans n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/#i_8120

REGENCY STYLE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 633 mots

Le terme Regency , qui correspond, au sens strict, à la période 1811-1820 (époque de la régence du prince de Galles, le futur George IV, régent au nom de son père George III), recouvre en fait une période beaucoup plus longue, allant environ de 1790 à 1830. Le nom qu'on lui donne parfois d'« Empire anglais » situe mieux ce style par rapport à ceux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-regency/#i_8120

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-chippendale/