ROCOCO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aperçus sur le rococo musical

Mieux que les Variations sur un thème rococo, un thème pour violoncelle à la Boccherini, de Tchaïkovski (1876), c'est la Suite en rocaille pour flûte, harpe, alto et violoncelle de Florent Schmitt qui, en 1934, rend un plus réel hommage à l'Europe musicale du siècle de Louis XV. Les musicologues d'expression française prisent peu l'adjectif « rococo », à l'inverse des Allemands et Anglo-Saxons, tels K. Geiringer, F. Stein, E. Bücken, A. T. Davison, W. Apel. L. de La Laurencie parle pourtant de style « rocaille » pour caractériser l'école de violon qui précède celle de P. Gaviniès (1728-1800) et dont font partie, notamment, L. A. Travenol (1700 env.-1770 ; cf. La Fierté vaincue par l'amour, 1735), Jean Lemaire († 1749 ; Premier Livre de sonates pour le violon et la basse continue, 1739), F. Hanot (1697-1770 ; cf. ses pages dans le Troisième Recueil des récréations de Polymnie ou Choix d'ariettes, monologues, airs tendres et légers, 1763), A. N. Pagin (1721-1785 ; Sonates à violon seul et basse continue, op. 1, 1748) ; sont à rapprocher de ce rocaille des maîtres comme B. Anet (1661-1755), J. M. Leclair (1697-1764), P. Vachon (1731-1803), A. Dauvergne (1713-1797), J. P. Guignon (1702-1774 ; Nouvelles Variations de divers airs et folies d'Espagne amplifiées, env. 1746). « Avec l'école de Gaviniès, sous l'influence des mannheimistes et des opéras bouffes italiens, le style dit galant se substitue au style rocaille de l'époque antérieure » (La Laurencie). De son côté, J. Witold désigne par « rococo » le style des fils de Bach, tandis que R. Goldron en fait l'équivalent du style galant. Certes, il convient de se méfier des termes abstraits et quoique dans cette courte étude on ne puisse établir à loisir de différence entre rocaille et galant, il est peu clair de parler de classicisme à tout propos, comme on le fait trop souvent en France, quand on traite de musiciens comme Lully, Bach, Haendel, Couperin, Rameau, Haydn ou Mozart.

Le xviiie siècle est un immense creuset où de multiples courants s'affrontent, se croisent ou se prolongent. Entre le baroque de Haendel ou de Bach et l'équilibre classique de Haydn ou de Mozart prend place le rococo dont les deux expressions majeures sont, d'une part, le style galant, « plus volontiers décoratif que lyrique » (M. Pincherle), proche du rocaille de La Laurencie, et, d'autre part, par réaction à la fois contre le baroque et contre les exagérations maniéristes de ce rococo galant, le rococo sensible, celui de l'Empfindsamkeit. « Nulle époque antérieure n'avait produit une floraison aussi touffue de fantaisies pour tous les instruments, nulle autre surtout n'avait cherché à y exprimer librement les mouvements de l'âme ou, du moins, ce que l'on était convenu d'appeler ainsi. Il ne s'agit plus de fantasieren [improviser] selon les règles bien connues en faisant montre de sa science instrumentale, mais d'exprimer ses humeurs et ses sentiments en improvisant » (C. de Nys).

Raymond Bayer, l'un des premiers, a qualifié le rococo d'« esthétique de la grâce », et Philippe Minguet reprend aisément cette idée à son compte, soulignant de manière plus nette encore à quel point ce style s'oppose à l'art baroque tourné intimement vers la recherche du sublime. Même si l'art musical post-baroque n'évite pas toujours les écueils de la mièvrerie, de la minauderie, du maniérisme, une chose est sûre : il refuse la majesté et la pompe du sublime dont Kant aurait pu être le chantre. Le rococo part en quête d'un nouvel équilibre des formes belles dans l'art des sons.

La conception rococo de l'existence se reflète musicalement dans la recherche de l'élégance et de la frivolité légère par les courtisans, aussi bien dans la France de Louis XV que dans l'Allemagne de Frédéric II ou l'Autriche de Marie-Thérèse. Le retour à la nature, si différent soit-il chez Rousseau et Rameau, s'incarne cependant chez l'un et l'autre par des désirs de pastorales, de danses populaires. La musique de danse, telle qu'elle se pratique à la cour de Versailles, de Vienne ou de Berlin comme dans les villes libres de ces royaume, accueille un nouvel esprit, dédaigneux du baroque, estimé trop sévère.

Du baroque au rococo galant

« À son dernier stade d'évolution, l'art baroque plastique s'affaiblit et se perd dans les mignardises et les joliesses du rococo. Le baroque musical connaît une conclusion parallèle ; dans le style galant, la te [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages

Médias de l’article

Intérieur de l'église d'Ottobeuren

Intérieur de l'église d'Ottobeuren
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Eglise de pèlerinage de la Wies

Eglise de pèlerinage de la Wies
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo

Renaud et Armide surpris par Charles et Ubald, G. Tiepolo
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini

César devant Alexandrie, G. A. Pellegrini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : professeur à l'université de Chicago
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  ROCOCO  » est également traité dans :

ALLEMAND ART

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 331 mots

Parler d'art allemand, comme d'art italien ou d'art français, n'a rien qui surprenne aujourd'hui, tant ces catégories semblent évidentes. Apparues avec l'essor de l'histoire de l'art au xix e  siècle, elles sont pourtant relatives et problématiques, car cet essor, contemporain de celui des nationalismes, lui est lié. Entend-on par art national l'ensemble des œuvres produites dans un pays ou par le […] Lire la suite

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Claude I er (1592-1677), mais ce n'est qu'après un séjour en Italie où il travailla dans l'atelier de Ca […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Esquisse d'une chronologie de la littérature européenne à l'âge baroque »  : […] On distingue généralement, à l'intérieur de l'« âge baroque » européen une double oscillation qui détermine quatre phases essentielles. Cette périodisation ne coïncide pas avec les divisions traditionnellement effectuées dans les histoires de la littérature française : un « âge baroque » restreint (1610-1660), antérieurement appelé « préclassicisme », y précède le règne de Louis XIV, auquel corre […] Lire la suite

CHIPPENDALE THOMAS (1718 env.-1779)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

On a peu de données précises sur la vie de Chippendale. On sait seulement qu'il naquit dans le Yorkshire et que son père, menuisier-ébéniste, s'installa à Londres dès 1727. Il est ainsi baigné très jeune dans le milieu des artisans du bois, parmi lesquels régnait alors un style national très particulier. En réaction contre le bois doré français et italien qui paraissait trop solennel, le style Que […] Lire la suite

CSOKONAI VITÉZ MIHÁLY (1773-1805)

  • Écrit par 
  • Gyula SIPOS
  •  • 2 050 mots

Un grand poète rococo, fils d'un siècle réputé néfaste aux muses, et qui compte pourtant parmi les plus authentiques génies poétiques hongrois, cela tient presque du miracle ! L'étonnement d'un disciple de Taine n'en serait que plus grand s'il voulait expliquer cette poésie par le lieu, le moment, ou par la complexion de l'artiste : la Hongrie d'alors est un pays arriéré et paysan, et la plus gra […] Lire la suite

CUVILLIÉS FRANÇOIS DE (1695-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 329 mots
  •  • 1 média

Parmi les architectes et décorateurs qui ont illustré la Bavière au xviii e  siècle, une place d'honneur revient à François de Cuvilliés ; né dans le Hainaut, il vint tout jeune à la cour de Bavière, d'où il fut envoyé à Paris pour un séjour de quatre ans (1720-1724), afin de se former comme architecte. Les liens politiques étroits qui unissaient Munich et Paris expliquent que les influences franç […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 512 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chinoiseries »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on se représentait l'Orient surtout turc et persan ; puis les missions des Jésuites firent connaître l'Extrême-Orient. Déjà à la fin du xvi e  siècle, on fabriquait en Chine des porcelaines destinées au marché européen ; mais la légende littéraire de ce pays remontait au Million de Marco Polo : c'était le Cathay, l'empire de la fleur du lotus, pays de l'éternel […] Lire la suite

FÜRSTENFELD ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 346 mots

L'abbaye cistercienne de Fürstenfeld, à l'ouest de Munich, est un ouvrage assez caractéristique de la première phase du rococo germanique. Les travaux, commencés en 1701, interrompus par la guerre et repris après 1715, durèrent jusqu'en 1736 (consécration de l'église), et l'on travailla encore de longues années à la décorer. L'architecte est Giovanni Antonio Viscardi, l'un de ces Italiens fixés au […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du « grand goût » au sentiment de la nature »  : […] Avec le règne de Louis XIV commence celui du « grand goût », imposé par le souverain à des fins politiques, combattu parfois et finalement triomphant. C'est à Vaux, chez le surintendant Fouquet, qu'il faut en chercher les premières manifestations, et c'est l'infatigable activité, l'imagination, le talent de Charles Le Brun qui en assurent le succès, qui créent un style. Tandis que l'art de Versail […] Lire la suite

HRADČANY, quartier de Prague

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 695 mots

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Hradschin ), dont le nom rappelle le rôle de forteresse que jouait la colline. Au nord subsistent encore d'anciens remp […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, François H. DOWLEY, Pierre-Paul LACAS, « ROCOCO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/