ORNEMANISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si le terme d'ornement est constamment employé, à partir du xvie siècle sous diverses acceptions ou nuances, celui d'ornemaniste, d'apparition tardive, est mal défini. Et lorsque Pierre-Edme Babel est reçu à l'Académie de Saint-Luc comme « sculpteur-ornemaniste », il ne s'agit que d'une qualification appliquée à son métier de sculpteur. À la fin du xviie siècle, la correspondance de Cronström avec Nicodème Tessin mentionne des « sculpteurs compagnons ayant assez d'entendement à l'égard des figures de stuc, bas-reliefs et autres ornemens » ou qui « entendent également la figure et l'ornement », ou Bérain auteur d'« ornemens pour les plafonds, panneaux ou lambris ou les vaisseaux ». L'ornemaniste y est finalement défini sans être nommé : « Ce qu'on appelle un peintre d'ornemens, c'est, en premier lieu, un homme qui invente et dispose des desseins d'ornemens. Il y a de ceux-là qui ne font que disposer et dessigner sans peindre ; d'autres qui dessignent peu et ne peignent point. Il y a ensuite les parties qui entrent dans l'ornement comme la Figure, l'Architecture, la Perspective, l'Allégorie, la Grotesque, les Animaux, les Oiseaux, les Fleurs, les Masques, etc. Et puis ce qu'on appelle proprement l'ornemens, qui est la feuille de refand, les rinceaux, etc. » Claude Perrault, un peu plus tôt, avait inclus dans l'ornement « toutes les choses qui ne sont point les parties essentielles, mais qui sont ajoutées seulement pour rendre l'ouvrage plus riche et plus beau ». Ces textes définissent l'ornemaniste par ses productions et par l'étendue de son champ d'activité. C'est un artiste qui invente, dessine et qui accessoirement exécute des ornements recouvrant toutes les catégories possibles, de la décoration en architecture à l'embellissement gratuit d'un décor ou d'un objet. De telle sorte que sa création s'adresse aussi bien au peintre qu'au stucateur, à l'ébéniste qu'à l'orfèvre, son rôle englobant la conception, ou l'exécution, ou les deux à la fois. On [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORNEMANISTES  » est également traité dans :

ANDROUET DU CERCEAU JACQUES (1520-1586)

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 968 mots

Jacques Androuet du Cerceau (appelé le plus souvent « Du Cerceau », dû au motif de l'enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin) fut à la fois un graveur, un dessinateur, un créateur d'ornements, un inventeur d'architectures réelles ou imaginaires et l'auteur du premier ouvrage consacré aux « plus excellents bâtiments » de la France. Son œuvre immense (1 700 gravures, 1 200 des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androuet-du-cerceau-jacques-1520-1586/#i_94184

AUDRAN LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 561 mots

Famille de graveurs, d'ornemanistes et de peintres français du xvii e  siècle et du début du xviii e  siècle. Les personnages les plus célèbres de cette dynastie sont le graveur Gérard et le peintre ornemaniste Claude III. Gérard Audran (1640-1703) commença par étudier la gravure avec son père Claude I er (1592-1677), mais ce n'est qu'après un séjour en Italie où il travailla dans l'atelier de Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-audran/#i_94184

LE STYLE RUSTIQUE (E. Kris)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 016 mots

Ernst Kris (1900-1957) est un des historiens les plus fascinants de l'« école viennoise » en histoire de l'art. Élève de Julius von Schlosser, Kris est nommé, à vingt ans, conservateur du département de sculptures et d'arts appliqués du musée de Vienne. Historien de l'art profondément original, dont les intuitions furent toujours servies par une parfaite érudition autant que par une connaissance a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-style-rustique-e-kris/#i_94184

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonctions de l'image »  : […] « La page de titre illustrée, remplie d'allusions iconologiques, pompeux portail conduisant au royaume du livre, est une véritable création du baroque » (O. Benesch). L'idée que le livre est un espace fermé, à la fois demeure et monument dont le seuil doit être magnifié par des formes figurées, est déjà présente dans le livre manuscrit. Les encadrements gravés sur bois que l'on trouve sur les pag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_94184

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « Les créateurs de l'ornement »  : […] Dans chaque domaine de l'art et des arts décoratifs, il y a eu des artistes qui créaient des ornements, architectes, peintres, sculpteurs, graveurs ou orfèvres, mais il n'existait pas dans ce domaine de véritable spécialisation professionnelle sous l'Ancien Régime. L'emploi généralisé du terme ornemaniste , dès le quatrième quart du xix e  siècle en France, pour désigner la personne qui invente l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/#i_94184

PINEAU NICOLAS (1684-1754)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 446 mots

Sculpteur et décorateur issu d'une famille d'artistes français des xvii e et xviii e  siècles. Nicolas Pineau n'avait pas dix ans à la mort de son père Jean (1652-1694), sculpteur du roi, qui travailla à Versailles et dans les différents châteaux de la Couronne, mais il n'en reçut pas moins une formation poussée de sculpteur et d'architecte. On connaît surtout son activité à partir de 1716, date […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pineau/#i_94184

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les ornemanistes »  : […] La liaison entre rococo et rocaille apparaît si étroite que l'on est presque contraint de commencer par s'interroger sur la façon dont est apparu, s'est développé et a été utilisé ce type d'ornements. Depuis les études de Fiske Kimball, le lieu de naissance et de la rocaille est reconnu : ce serait tout simplement l'agence de Jules Hardouin-Mansart. À côté de l'architecte de Versailles, auprès duq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_94184

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne ROLAND MICHEL, « ORNEMANISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/