TITIEN (1488 env.-1576)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsqu'en 1590 Paolo Lomazzo déclarait : « Comme l'éclat du Soleil l'emporte sur la lumière des étoiles, Titien resplendit plus que tous les autres peintres non seulement d'Italie mais du monde entier », l'écrivain consacrait une renommée qui reposait sur un vaste consensus et sur le sentiment d'acheteurs faisant autorité, ainsi que de maisons princières et royales. Titien représente un des sommets de la peinture de la Renaissance ; il élève le langage de la tradition picturale de Venise, fondé sur la couleur, à une capacité expressive très haute, qui portera ses fruits, à travers l'œuvre des grands peintres du xviie siècle, Rubens et Velázquez, et jusqu'à l'impressionnisme, sur l'évolution de la peinture européenne.

Sa longue activité, qui se déploie durant les trois premiers quarts du xvie siècle, est inspirée par le souci de retrouver les modèles antiques, qui lui permettent d'exalter l'homme en tant que protagoniste de l'histoire et d'en arriver à la constatation de la fragilité de l'homme aux prises avec les forces obscures de l'âme et du cosmos ; aussi a-t-on – à juste titre – comparé Titien à Shakespeare.

Portrait de Caterina Cornaro, Titien

Photographie : Portrait de Caterina Cornaro, Titien

Photographie

Titien, «Portrait de Caterina Cornaro», 1542. Huile sur toile, 98 cm × 74 cm. Galerie des Offices, Florence. 

Crédits : Nimatallah/ AKG

Afficher

Le peintre des princes

Titien (Tiziano Vecellio) naquit à Pieve di Cadore vers 1488-1490, ainsi que permettent de le préciser les reconstructions ; en effet, on le trouve, en 1508, occupé à la décoration du Fondaco dei Tedeschi à Venise, alors que, selon le témoignage de ses contemporains Dolce (1557) et Vasari (1568), il n'a pas encore vingt ans. Il acquit les premiers rudiments du métier dans l'atelier de Gentile Bellini et de Sebastiano Zuccato ; mais l'esprit du jeune homme se tourna vers les exemples les plus hauts et les plus riches du renouveau contemporain, les œuvres de Giovanni Bellini et de Giorgione. La mort prématurée de celui-ci fit de Titien son héritier spirituel, appelé ainsi à compléter les œuvres que le maître avait laissées inachevées ; cette situation devait entraîner de graves problèmes pour la discrimination de ce qui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Portrait de Caterina Cornaro, Titien

Portrait de Caterina Cornaro, Titien
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Portrait de l'Arétin, Titien

Portrait de l'Arétin, Titien
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Vénus endormie, Giorgione

Vénus endormie, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Flora, Titien

Flora, Titien
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur au Centre international d'éducation artistique, U.N.E.S.C.O.

Classification

Autres références

«  TITIEN (1488 env.-1576)  » est également traité dans :

GIORGIONE (1477-1510)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 1 923 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Giorgione et Titien »  : […] Les deux dernières années de Giorgione sont marquées de maintes hésitations et de retours stylistiques ; il faut en chercher la cause dans la tension que provoqua chez Giorgione la confrontation avec le progrès de Titien, étoile de première grandeur en constante ascension. Giorgione fait alterner des œuvres comme la Madone d'Oxford, archaïsante, malgré l'intense palpitation vitale du coloris, ave […] Lire la suite

LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'une œuvre »  : […] Vasari dit que Lotto s'est formé auprès de Bellini et de Giorgione. Berenson a supposé qu'il se reliait plutôt à la famille concurrente des Vivarini, peintres de Murano, dont le chef était alors Alvise, ces artistes ayant, comme lui, beaucoup travaillé dans les Marches. Il fait observer en outre qu'on trouve dans les œuvres de Lotto les valeurs de tension entre le gothique et le byzantin qui carac […] Lire la suite

RUBENS PIERRE PAUL (1577-1640)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 6 872 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Épanouissement du style lyrique tardif (1632-1640) »  : […] Jusqu'à la fin, Rubens donne à travers son œuvre une prodigieuse leçon de vitalité et de renouvellement. Ainsi accorde-t-il dans ses dernières années un intérêt très nouveau et fécond au paysage, surtout depuis l'acquisition du château du Steen en 1634 : un véritable sentiment cosmique parcourt ces vastes vues de campagne boisée et leur confère une grandeur universelle ( Paysage au tournoi , Pays […] Lire la suite

VÉRONÈSE (1528-1588)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Fils d'un spezapreda (tailleur de pierre-sculpteur) de Vérone, Paolo Caliari, dit Véronèse, est placé, dès l'âge de dix ans, pour y apprendre la peinture, chez Antonio Badile, mais il se plaît également, suivant l'exemple paternel, à faire des modèles en terre. Avide de connaître toutes les tendances qui vont de la tradition héritée de Mantegna à la génération véronaise du début du xvi e  siècle, […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour sacré »  : […] L'Amour, n'ayant comme personnage qu'un caractère faiblement marqué, a été très tôt sujet à des dédoublements. Sur ce terrain, les artistes de la Renaissance et de l'époque classique n'avaient qu'à suivre les modèles et les traditions de l'Antiquité. En 1518-1519, Titien peignit pour Alphonse d'Este un tableau, La Fête de Vénus , aujourd'hui au Prado : une effigie de la déesse se dresse à droite […] Lire la suite

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Léonard de Vinci, Vésale, l'écorché »  : […] C'est dans l'œuvre de Léonard de Vinci que l'on voit se nouer avec éclat la liaison intime du savoir et de l'outil graphique. Dans un même regard, Léonard voit les anatomies artistique et spéculative. Tout ce qui chez lui est théorie aussitôt se convertit en procédé de représentation, dont le produit a lui-même une fécondité heuristique. D'une dissection, il lui arrive de ne pas seulement donner […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Venise »  : […] On a longtemps exclu Venise de la « crise maniériste ». Les historiens (comme Nicco Fasola, Coletti, Palluchini) ont, à juste titre, protesté contre cette exclusion dans les années 1940. En fait les traces de maniérisme sont rares avant 1530 : toutefois Pordenone annonce ce courant, ainsi que l'étrange Lorenzo Lotto (env. 1480-1556), qui y fut peut-être amené autant par son tempérament, qui le po […] Lire la suite

PALMA LE VIEUX JACOPO NEGRETTI dit (1480 env.-1528)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 753 mots

Les documents sur Palma le Vieux sont rares : il est cité à Venise en 1510 seulement, la première commande dont on garde la trace est de 1520 et elle concerne une œuvre perdue, Le Mariage de la Vierge , peinte pour Sant'Antonio di Castello. Pourtant, malgré les divergences de la critique sur le nom de ses premiers maîtres ou sur la paternité de plusieurs œuvres importantes (attribuées, selon les c […] Lire la suite

SUSTRIS LAMBERT (1515 env.-apr. 1568)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 260 mots

Appelé Lambert d'Amsterdam par Vasari, qui eut son fils Friedrich (1540 env.-1599) comme élève. La vie de Lambert Sustris demeure encore mal documentée. Autrefois confondu avec Lambert Lombard et Lambert Suavius, son œuvre se départage difficilement de celle de son fils, proche de Tintoret. Venu tôt en Italie, probablement à Rome puis à Venise vers 1545, cet artiste hollandais entre dans l'atelier […] Lire la suite

ARÉTIN L' (1492-1556)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 3 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'œuvre écrite de l'Arétin »  : […] C'est à Venise que l'Arétin a composé le plus clair de son œuvre ; les écrits religieux, destinés à faire la preuve de sa vertu et du bien-fondé de ses prétentions moralisatrices, y alternent avec les comédies et les dialogues volontiers obscènes, où l'auteur prétend dévoiler les tares de la société de son temps. À la première catégorie appartiennent la Paraphrase des psaumes de la pénitence de D […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anna PALLUCCHINI, « TITIEN (1488 env.-1576) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/titien/