ARISTOTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La postérité d'Aristote

L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 av. J.-C.) se découragèrent assez vite, abandonnèrent notamment les spéculations métaphysiques et se consacrèrent plutôt, avec Straton de Lampsaque (335-268 av. J.-C.), à des questions de physique, avant de borner leurs ambitions à des exercices de dialectique et de rhétorique, qui constitueront, deux siècles plus tard, l'essentiel de l'activité de l'école.

Pendant toute cette période, l'aristotélisme sera presque éclipsé par les deux grandes écoles hellénistiques : l'épicurisme et le stoïcisme. Le manque de rigueur doctrinale des philosophes du Lycée facilitera des amalgames étranges, qui pèseront sur toute la tradition ultérieure. Certains tireront l'aristotélisme vers l'épicurisme, dont le rapprochent en effet l'attention prêtée aux phénomènes, l'importance accordée au hasard, la négation de la Providence, l'admission des biens du corps et des biens extérieurs dans la définition du Souverain Bien ; mais, à l'inverse, d'autres n'hésiteront pas, dès cette époque, à projeter rétrospectivement sur Aristote la théologie stoïcienne du Dieu cosmique, c'est-à-dire l'assimilation de Dieu et du monde, considéré comme soumis à un principe immanent d'organisation.

C'est seulement à partir du ier siècle de l'ère chrétienne que, s'appuyant désormais sur l'édition d'Andronicos, de grands commentateurs redonneront à la philosophie d'Aristote des dimensions dignes d'elle. Il faut citer ici Nicolas de Damas (40 env. av. J.-C.-20 apr. J.-C.), Alexandre d'Aphrodise (fin du iie-déb. du iiie s.), Thémistius (ive s.), Jean Philopon (ve s.), Simplicius (ve-vie s.). Avec eux, la philosophie inachevée, peut-être inachevable, d'Aristote trouvera l'achèvement que le Lycée n'avait même pas essayé de lui donner. Cet Aristote, tardivement systématisé par le commentaire, commencera alors une nouvelle carrière : il deviendra pour des siècles celui que Dante a appelé « le maître de ceux qui savent ». À ce titre, il inspirera les grandes synthèses médiévales, dans le monde islamique (Avicenne et Averroès) et dans le monde chrétien (Thomas d'Aquin).

L'érudition moderne s'est justement efforcée de retrouver l'Aristote historique derrière les sédimentations que des siècles de commentaire antique et médiéval avaient accumulées sur son œuvre. Ce travail était d'autant plus malaisé qu'un aristotélisme diffus pénètre, à travers la logique et la grammaire dites « classiques », des formes de pensée et d'expression qui paraissaient il y a peu encore connaturelles à l'esprit humain. La mise en question des « catégories », des axiomes et des règles issus d'Aristote a toujours été depuis la Renaissance, que ce soit dans l'ordre de la physique, de la métaphysique, de la logique, voire de la poétique, le commencement obligé de toute novation. Mais faire de l'aristotélisme la structure spirituelle de tous les conservatismes, de tous les « systèmes », c'est oublier deux choses : d'abord, qu'Aristote lui-même représentait pour son temps non seulement une prodigieuse mise en ordre des efforts philosophiques antérieurs, mais aussi une novation importante dans l'ordre de la méthode philosophique, obligée désormais de passer par l'observation des phénomènes et par l'analyse du langage dans lequel nous les exprimons ; c'est oublier surtout que la philosophie d'Aristote était moins un système achevé que l'ébauche d'un système et que ce qu'elle annonçait de définitif, c'était moins le système lui-même que l'effort indéfiniment renouvelé nécessaire à sa construction.

Les interprètes modernes peuvent diverger sur la question de savoir si cet inachèvement du système aristotélicien est accidentel (et dès lors corrigible) ou essentiel à la nature même d'un tel projet, autrement dit si la philosophie d'Aristote est une totalité manquée (et à refaire) ou le premier effort cohérent pour une totalisation (jam [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 36 pages

Médias de l’article

Aristote

Aristote
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Aristote - Stagire (Macédoine)

Aristote - Stagire (Macédoine)
Crédits : Argus/ Fotolia

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARISTOTE (env. 385-322 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARISTOTE, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

C'est à partir de l'œuvre de Platon que la pensée d'Aristote peut être comprise. Tant en physique, métaphysique, ou logique, qu'en morale et en politique, il rompt avec son maître, ouvrant un chantier de réflexion qui aura des échos con […] Lire la suite

ARISTOTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 178 mots

— 385-— 384 Naissance d'Aristote, à Stagire, en Macédoine. Il est le fils du médecin Nicomaque.— 366 Arrivée à Athènes, à l'âge de dix-huit ans. Brillant disciple de Platon.— 363 Enseigne la […] Lire la suite

DE L'ÂME, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

Qu'est-ce que l'âme ? La question peut nous paraître incongrue, mais pour l'Antiquité elle était essentielle à la constitution d'une science du vivant (l'âme se définit comme ce qui « anime » un corps, au principe donc de ce qui distingue l'animal du végétal), et partant d'un savoir sur l'homme. Aussi le traité De l'âme (en grec […] Lire la suite

ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Le corpus aristotélicien comprend traditionnellement trois ensembles consacrés à la philosophie morale : l'Éthique à Nicomaque, l'Éthique à Eudème et la Grande Morale, ou Grands Livr […] Lire la suite

HISTOIRE DES ANIMAUX (Aristote)

  • Écrit par 
  • Pierre LOUIS
  •  • 324 mots

La date de 335 avant notre ère est très importante dans l'histoire de la science grecque et de la science en général. Elle correspond pourtant à une période assez sombre de l'histoire de la Grèce ancienne. Trois années plus tôt, en — 338, la défaite des Athéniens et des Thébains, battus par Philippe de Macédoine à Chéronée, a signifié la fin de l'hégémonie athénienne. Cependant, […] Lire la suite

ORGANON, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Dans l'œuvre immense qui nous reste d'Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), ou qui est publiée sous son nom, on peut distinguer trois ensembles : les écrits qui relèvent directement de la connaissance scientifique (dont De l'âme) ; ceux qui traitent plutôt des conduites humaines (dont l' […] Lire la suite

POÉTIQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

On a pu dire de la poétique conçue comme discipline que son histoire coïncidait pratiquement avec celle de la réception de la Poétique (Poiètikè) d'Aristote (env. 385-env. 322 av. J.-C.), composée vers 340 avant J.-C. Peu d'ouvrages, en effet, ont ainsi connu une vie autonome, […] Lire la suite

ACADÉMIE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 373 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] On trouve un reflet sans doute fidèle de cet enseignement platonicien dans les fragments du traité Sur le bien d' Aristote. Tous les êtres ont une existence mixte, résultat du mélange, dont le Philèbe assurait qu'il peut être bon ou mauvais, de deux principes : la limite et l'illimité. Sans doute les désigne-t-on désormais selon l'appellation pythagoricienne d'Un ou Égal et de Dyade indéfinie du […] Lire la suite

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « La tradition aristotélicienne »  : […] Le terme « acte » reprend le latin actus , qui traduit deux termes d'Aristote : energeia (« qui est en plein travail ») et entelecheia (« qui séjourne dans sa fin »). Ces deux mots du vocabulaire aristotélicien sont souvent confondus par les traducteurs, mais déjà parfois par Aristote lui-même. L'analyse du mouvement en trois temps permet cependant de les distinguer ; la fin du mouvement s'app […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre AUBENQUE, « ARISTOTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/