Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÂME

Dans le monde occidental, la notion d'âme s'est constituée lentement et ne remonte pas à la nuit des temps. On peut suivre les étapes qui jalonnent l'émergence d'un principe spirituel du vivant et qui aboutissent à sa justification philosophique par Platon et Aristote. Souvent remise en cause dans les écoles postérieures au profit de théories matérialistes ou mécanistes de l'âme, mais reprise avec éclat par le néo-platonisme, cette notion de l'âme a trouvé dans le judéo-christianisme son achèvement.

Émergence d'un principe spirituel du vivant

Chez Homère, notre plus ancien témoin qu'il faut situer au-delà de 700 avant J.-C., ce que nous appelons « âme » (du latin anima, apparenté au grec ἄνεμος, vent, souffle) est en fait dédoublé et exprimé par deux mots grecs : le θυμός, qui signifie passion, volonté, esprit, et s'apparente au verbe θύω (s'élancer), évoque un flot de sang chaud ; au contraire, la ψυχή, qui signifie vie et s'apparente au verbe ψύχω (respirer), évoque le souffle de la respiration animale. Ainsi, les fonctions de la conscience et celles de l'esprit, qui caractérisent la personnalité individuelle, relèvent davantage de ce phénomène psychophysiologique exprimé par le θυμός ; en revanche, la vie indifférenciée qui rend tout corps vivant est la ψυχή.

Dans l'expérience de la mort, c'est la ψυχή, la vie, qui abandonne le vivant par la bouche (souffle) ou toute blessure de son corps, et s'en va chez Hadès. Après la mort du vivant, la ψυχή est donc conçue comme son double, sorte de fantôme à la ressemblance du défunt, car le sentiment soit de crainte soit d'affection qui unit au mort fait imaginer son existence dans l'au-delà comme un double plus ou moins personnalisé de l'individu.

L'analyse du langage homérique aboutit donc à ce résultat paradoxal que le même mot ψυχή a une double signification : dans le vivant, il désigne le phénomène de la vie en général ; chez les morts, les ψυχαί sont les doubles de vivants, réduits à la vie ralentie du royaume des ombres. Et il n'y a aucune continuité entre les deux significations. Ce que nous appelons maintenant « âme » et qui est le θυμός, meurt avec l'individu ; ce qui survit après lui, c'est la vie végétative impersonnelle, qui devient son fantôme amical ou hostile et qui apparaît, en particulier, dans les rêves.

On le voit : chez Homère, cet unique principe spirituel que nous appelons une âme n'est pas encore clairement dégagé, et la croyance en la divinité de l'âme et en son immortalité n'est pas du tout formulée. Le manque de documents littéraires nous empêche de suivre dans le détail le processus très lent par lequel la nécessité d'exprimer l'unité du vivant a déterminé l'absorption du θυμ́ος par la ψυχή. Ce fut probablement pour une part importante l'effet des religions à mystères, qui étaient très populaires et qui prétendaient procurer à l'initié le « bon espoir » d'une immortalité bienheureuse « au château de Chronos » ou « dans l'île des Bienheureux » (Pindare). Cette espérance n'a évidemment de sens que si l'on suppose la survie de l'âme et son identité ici et là-bas.

Cette évolution se trouve achevée vers le vie siècle avant J.-C. Comment comprendre autrement qu'Anacréon puisse dire à son amant : « Tu tiens les rênes de ma ψυχή » ; Simonide : « Ose donner du bon temps à ta ψυχή », et Eschyle : « Accordez à vos ψυχαί la joie que chaque jour vous offre. » Pour le philosophe de Milet, Anaximène, « notre ψυχή, qui est air, nous rassemble sous son commandement ». La ψυχή désigne maintenant toute la personnalité de l'homme vivant, ce que nous appelons, aujourd'hui encore, son âme,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFFECTIVITÉ

    • Écrit par Marc RICHIR
    • 12 228 mots
    ...hyperbolique. Il est caractéristique que, sous l'exposant du soupçon, dans Les Passions de l'âme (1649), Descartes confonde passions et affects. Dans le cadre du célèbre dualisme entre âme et corps, Descartes y définit en effet les passions comme « les perceptions » qui « se rapportent à l'âme...
  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    Mais la force même (quel que soit le nom qu'on lui donne) de cette opération n'a pu s'en dégager que parce qu'elle était déjà engagée dans son sujet matériel, réel, qui, nécessairement, ressentait un désir d'interpénétration entre ses propres qualités et les natures élémentaires primordiales. C'est du...
  • ALEXANDRE D'APHRODISE (fin IIe-déb. IIIe s.)

    • Écrit par Pierre HADOT
    • 395 mots

    Philosophe péripatéticien grec, Alexandre d'Aphrodise, qui vécut sous le règne de Septime Sévère (193-211), commenta une très grande partie de l'œuvre d'Aristote. Plusieurs de ses commentaires sont perdus, notamment ceux qui concernent les Catégories, le Traité de l'interprétation...

  • ANIMISME

    • Écrit par Mircea ELIADE, Nicole SINDZINGRE
    • 4 102 mots
    Depuis la Seconde Guerre mondiale environ, le concept d'animisme est abandonné par les anthropologues. Relayées, en effet, par des discussions sur d'autres concepts (notamment ceux de « magie » ou de « sacré », avec E. Durkheim et B. Malinowski), les théories de Tylor et de Frazer n'ont pas résisté...
  • Afficher les 87 références

Voir aussi