MORALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étymologiquement, « morale » vient du latin (philosophia) moralis, traduction par Cicéron, du grec ta èthica ; les deux termes désignent ce qui a trait aux mœurs, au caractère, aux attitudes humaines en général et, en particulier, aux règles de conduite et à leur justification. On réserve parfois, mais sans qu'il y ait accord sur ce point, le terme latin à l'analyse des phénomènes moraux concrets, celui d'origine grecque au problème du fondement de toute morale et à l'étude des concepts fondamentaux, tels que bien et mal, obligation, devoir, etc.

La morale apparaît d'abord, et légitimement, comme le système des règles que l'homme suit (ou doit suivre) dans sa vie aussi bien personnelle que sociale. Vus ainsi, le problème moral et les problèmes de la morale constituent le centre de toute réflexion, puisque toute entreprise humaine, pour désintéressée qu'elle se croie, est soumise à la question de savoir si elle est justifiée ou non, nécessaire, admissible ou répréhensible, en accord avec les valeurs reconnues ou en contradiction avec elles, c'est-à-dire si elle aide à la réalisation de ce qui est considéré comme souhaitable, à la prévention ou à l'élimination de ce qui est jugé mauvais. Une action ou un caractère sont ainsi classés comme moraux ou immoraux, de même que les règles consciemment ou inconsciemment suivies dans les actes qui expriment le caractère. Puisque ces règles ne sont pas les mêmes pour différents individus, époques, civilisations, sociétés, la question se pose de savoir comment découvrir un vrai bien et une vraie morale, question à laquelle seule une réflexion systématique sur la morale, une philosophie de la morale peut répondre, le cas échéant par la négative en niant l'existence d'une morale absolument vraie et, partant, universelle en ce qu'elle obligerait tous les êtres humains.

Les faits moraux et leur étude

La morale du groupe

Il n'existe pas de communauté humaine, pour primitive qu'elle soit, qui ne c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORALE  » est également traité dans :

MORALE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gérôme TRUC
  •  • 1 343 mots

Désignant l’ensemble des normes et des valeurs qui régissent les comportements des membres d’une même société les uns à l’égard des autres, la morale touche au cœur même de la sociologie. À la centralité conférée initialement par Émile Durkheim à l’étude objective du « fait moral » ont toutefois succédé des travaux plus critiques sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale-sociologie/#i_16923

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 372 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler »  : […] de respect, notion au sein de laquelle émerge l'expérience d'autrui. Le sujet accède à sa qualité de sujet transcendantal dès lors qu'il manifeste sa volonté de surmonter ses désirs et ses inclinations particuliers en adhérant au principe d'une législation universelle : « Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_16923

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Généralement, le terme d'altruisme qualifie une attitude morale concrète qui, par-delà toute crainte et même toute norme, privilégie autrui. L'altruisme manifeste un débordement de l'amour propre naturel, calculateur et soucieux de préserver le soi, et du désir érotique qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_16923

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Héloïse ou l'amour d'union »  : […] ce nom. Aussi la voix d'Héloïse ne cesse-t-elle de résonner, proclamant la supériorité de l'amour face à toute morale déterminée ; montrant que l'amour constitue à lui seul une éthique, qu'il est source de tout abandon et de toute remise ; mais que ce « recoulement » à la source exige une longue patience, une vigilance de tous les instants et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_16923

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 671 mots
  •  • 9 médias

exclusion, celui de la sensibilité opère par inclusion dans la communauté morale de l'ensemble des êtres qui en sont doués. Le fait de reconnaître aux animaux des intérêts en propre, constitue le point de départ de plusieurs théories morales (utilitarisme, droits des animaux, notamment) qui tirent les conséquences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_16923

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Émergence du concept »  : […] anglo-saxonne, une philosophie pragmatiste et utilitariste qui se veut en prise avec les problématiques morales contemporaines. Ils constituent aussi des outils rhétoriques permettant de suggérer à l’opinion et aux mouvements sociaux de l’époque le lien et la continuité entre la cause des animaux et les luttes pour l’égalité du moment, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_16923

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action morale »  : […] théorie de la création littéraire). Mais, dans le détail, Aristote oublie souvent cette distinction et il lui arrive de décrire la structure de l'action (praxis) morale en prenant pour modèle l'activité technique (poiésis), dont les articulations sont plus visibles : rapprochement qui n'ira pas, nous le verrons, sans quelque risque de confusion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_16923

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscience submergée »  : […] coutume de construire depuis quelques millénaires comme sur le plus ferme terrain. » Il était mû, dit-il en 1886, par une « volonté pessimiste » qui ambitionnait un « auto-dépassement de la morale », car il refusait « de revenir à ce qui nous semble dépassé et caduc, à tout ce qui est „invraisemblable“, que ce soit Dieu, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurore/#i_16923

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 124 mots

Dans le chapitre « Autonomie et liberté stoïcienne »  : […] d'apports très nombreux, et, au cours d'une longue histoire qui la transporte de la Grèce à Rome, elle a élaboré plusieurs notions morales de la plus haute importance. Si nous savons distinguer ce qui dépend de nous de ce qui ne dépend pas de nous, nous pouvons accéder à une vertu que les Latins, Sénèque par exemple, appellent « constance », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autonomie/#i_16923

AUTONOMIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Romain PUDAL
  •  • 820 mots

Étymologiquement, la notion d’autonomie renvoie au fait de se donner à soi-même sa propre loi, ses propres règles. Elle est centrale dans la philosophie morale – kantienne notamment – et sert de critère pour départager ce qui est moral de ce qui ne l’est pas. Plus fondamentalement encore, on a pu considérer que la conquête d’une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autonomie-sociologie/#i_16923

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ses refus »  : […] de noter que nous trouvons des erreurs semblables dans deux écoles opposées : l'école bourgeoise et l'école socialiste. Moralisons ! Moralisons ! s'écrient toutes les deux avec une fièvre de missionnaires. Naturellement l'une prêche la morale bourgeoise et l'autre la morale socialiste. Dès lors l'art n'est plus qu'une question de propagande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baudelaire/#i_16923

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, l'expérience mystique »  : […] Le mysticisme introduit à la vraie morale. Sous toutes ses formes, celle-ci consiste à agir dans le sens de la vie. Mais c'est lorsque la volonté coïncide avec l'élan originel pour le continuer qu'elle atteint sa perfection. Le mysticisme représente cet idéal : il secaractérise par la spiritualité, la simplicité de vie, le désintéressement et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bergson/#i_16923

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

La notion de bien constitue la notion centrale de la philosophie morale depuis l'Antiquité jusqu'à la fin du xviiie siècle. En effet, le concept de bien a été traditionnellement attaché aux concepts de bonheur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_16923

BIOÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 806 mots

Dans le chapitre « Les sources philosophiques »  : […] de la métaphysique des mœurs, l’éthique kantienne est déontologique : elle est une morale du devoir qui accorde la priorité absolue au respect des principes et à la qualité de l’intention de celui qui agit, au détriment de la prise en compte des conséquences de l’action. La bioéthique anglo-saxonne, d’inspiration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique/#i_16923

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 851 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] La notion de volonté, telle que les stoïciens la pensent, nous conduit à la morale. On reproche souvent au bonheur d'être immoral, soit parce qu'il serait égoïste, soit parce qu'il dissuaderait d'agir. Les deux reproches vont d'ailleurs de pair. « S'il n'espère rien, dira-t-on, si rien ne lui manque, le sage restera inactif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_16923

BOURRICAUD FRANÇOIS (1922-1991)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 867 mots

», et tout particulièrement, dans les configurations molles qui le traversent, l'intérêt aujourd'hui témoigné à la morale. « Entendue tantôt comme „la bonne vieille morale de nos pères“, et tantôt comme une liste de droits „imprescriptibles et sacrés“, [elle] devient une des figures obligées de la rhétorique politique. » Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bourricaud/#i_16923

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « La vérité et les valeurs »  : […] Dans son ouvrage De l'origine de la connaissance morale (Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis, 1889), Brentano présente la connaissance éthique comme fondée sur les émotions : amour et haine. L'action morale ne se fonde pas sur un impératif du vouloir, ainsi que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/#i_16923

CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 098 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une pensée pour des temps nouveaux »  : […] système sans prise sur le réel, tout comme il fait avec la philosophie inverse de Martin. Lentement, Candide se forge une morale laïque dont on peut souligner l'étroitesse, si on voit dans le jardin le signe d'un repli égoïste sur soi. Il s'agit alors de cultiver son jardin, à l'écart de toutes les illusions politiques et philosophiques. Mais le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candide-ou-l-optimisme/#i_16923

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 850 mots
  •  • 2 médias

.. Car la première fonction de l'éthique du care est d'attirer l'attention sur un ensemble de phénomènes négligés : en premier lieu une dimension morale, en second lieu – mais l'urgence en apparaît quotidiennement – une dimension pratique, celle des activités de care et du statut des care givers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/#i_16923

CASUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Louis-Gustave VEREECKE
  •  • 1 838 mots

Utilisée spécialement en théologie morale, mais aussi en droit et en médecine, la méthode casuistique consiste à résoudre les problèmes posés par l'action concrète au moyen de principes généraux et de l'étude des cas similaires. Deux principes la fondent : validité des lois générales comme normes de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casuistique/#i_16923

CHARRON PIERRE (1541-1603)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 131 mots

Homme d'Église et homme de lettres français, Pierre Charron est connu surtout comme moraliste. Il abandonne l'étude du droit pour celle de la théologie et est ordonné prêtre. Il se signale par son enseignement et surtout par ses sermons. Les évêques se disputent bientôt, en ces temps troublés, cet éloquent champion de la foi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-charron/#i_16923

CICÉRON (-106--43)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La recherche du fondamental »  : […] il avait ainsi sacrifié le scepticisme académique et la rigueur morale du platonisme ; mais vainement, car les deux écoles dont il s'inspirait étaient en contradiction sur la morale. Cicéron préfère Philon qui, comme son maître Carnéade, utilise parfois l'enseignement des péripatéticiens, parle leur langage en rejetant par exemple la théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron/#i_16923

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Le fondement du civisme »  : […] la société politique. On sait que, contre Wolff, Kant refuse d'enfermer le droit dans la morale, puisque le droit produit une législation extérieure, n'examine pas le rapport de l'arbitre au souhait, enfin ne traite que du rapport formel de deux arbitres respectifs (Doctrine du droit, Introd., paragr. B, éd. cit., p. 104). Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_16923

CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 917 mots

Dans le chapitre « La purification de l'âme »  : […] de jeter un coup d'œil rapide sur quelques titres de chapitres de l'ouvrage pourrait penser qu'il s'agit simplement d'un traité de morale pratique, ou même seulement d'un manuel de la politesse et des bonnes manières : comment se comporter en ce qui concerne la nourriture et la boisson, la vaisselle, le mobilier, les parfums, les couronnes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-d-alexandrie/#i_16923

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere, désirer ardemment (même origine : cupere, désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concupiscence/#i_16923

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morale du junzi »  : […] Mais la vertu, la correction morale dépendent strictement de la qualité, de l'ordre du langage. Quand tout va mal dans une principauté, quand les mœurs y sont corrompues, les princes indignes de leur fonction, et que par conséquent le peuple ne sait plus où situer le bien et le mal, un seul remède : « Rendre correctes les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_16923

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 203 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme norme »  : […] sur lui-même (comme le posait Kelsen) mais elle établit un lien entre le droit et la morale : elle ouvre ce même système juridique à des préoccupations de type moral parce que les principes constitutionnels sont des principes moraux reconnus par le droit. De là, on conclut – parfois hâtivement – que toute justification juridique dépend de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_16923

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] exemple dans l'origine de l'espace, du temps, de la causalité, c'est désormais dans la perspective d'une philosophie morale, c'est-à-dire d'une théorie de la conduite ; cette théorie de la conduite, chez Hume, veut être à l'anthropologie ce que, chez Newton, la connaissance des forces de la nature est à la cosmologie. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_16923

CYNISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 1 368 mots

Dans le chapitre « Une morale de la subversion »  : […] L'assurance du cynique pousse des racines profondes dans l'ascèse – découverte et apprentissage de soi. Celle-ci donne sens à son prosélytisme et efficacité à son opportunisme, et le garantit de la duperie des conventions ; que celles-ci s'installent dans le rapport social ou dans la société que l'on forme avec soi-même. Il est ainsi avéré que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cynisme/#i_16923

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les passions et la liberté »  : […] Et pourtant, s'il en est ainsi, ne faut-il pas renoncer à la morale ? Car la morale s'adresse à l'homme concret, à l'homme fait de désirs et de passions, à l'homme désirant le bonheur. Dans la troisième partie du Discours de la méthode, Descartes avait proposé, en attendant que la science soit constituée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_16923

DEVOIR

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 115 mots

Le devoir désigne une action en tant qu'elle est non seulement justifiée mais exigible d'un point de vue moral. En ce sens, le devoir est distinct de la contrainte puisqu'il n'est pas l'effet mécanique d'une pression sur la volonté mais l'expression d'une obligation conçue et acceptée comme telle par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir/#i_16923

DHARMA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Devoir propre et salut »  : […] e siècle av. J.-C.), le dhamma est le Bon Ordre dans la société et la morale et non pas seulement le Bon Ordre bouddhique, bien qu'Aśoka ait été converti au bouddhisme. La victoire du Bon Ordre prime toute autre dans l'esprit du roi. Un édit bilingue (gréco-araméen) d'Aśoka trouvé en Afghanistan traduit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dharma/#i_16923

DIDEROT DENIS (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 6 376 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morale »  : […] Rien d'absolu dans la morale, de quelque point de vue qu'on l'envisage. Elle dépend de notre organisation spécifique : dans un monde d'aveugles, le vol serait puni plus sévèrement que dans un monde de clairvoyants. Elle se diversifie selon les organisations individuelles, la fameuse « molécule » du Neveu de Rameau. Et chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-diderot/#i_16923

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 677 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] , qui cite plus d'une fois le verset ci-dessus mentionné des Actes des Apôtres. Si c'est dans l'idée de Dieu que nous sommes, c'est en tant que poussés par la connaissance de nos devoirs comme commandements divins. Dieu est en moi comme raison éthico-pratique se donnant elle-même la loi, et c'est ce qui fait que nous sommes originairement « de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_16923

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 061 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Droit et morale »  : […] Reprenant, pour la détermination du contenu des règles, le parallèle précédemment esquissé, du point de vue formel, entre le droit et la morale, les différences suivantes apparaissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-theorie-et-philosophie/#i_16923

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Philosophie occidentale »  : […] réfuter le dualisme épistémologique ou l'éviter ; il juge qu'elles ont toutes échoué. Alain a montré la valeur morale de la coupure cartésienne. Il faut noter que le dualisme philosophique n'implique pas la condamnation de certains êtres hors de soi, mais seulement la volonté de se gouverner soi-même. Il faut noter aussi qu'il est critique plutôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_16923

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « Éthique, sociologie et politique »  : […] On s'est parfois mépris sur la morale scotiste en confondant certaines thèses du Docteur subtil avec les paradoxes « dialectiques » que les ockhamistes, un peu plus tard, fonderont sur la même distinction entre ce qui appartient à la « puissance absolue » de Dieu et ce qui relève seulement de sa « puissance ordonnée ». Ni pour Duns Scot ni pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_16923

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « Les antécédents »  : […] recherche sur les lois guidant l'évolution des sociétés. De Comte, il conserva la préoccupation de constituer la sociologie en une discipline autonome, ayant son champ d'application propre. De Renouvier, il hérita l'idée de faire de la morale une science positive. Ces trois préoccupations constituent des traits permanents de l'œuvre de Durkheim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_16923

ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] pas des circonstances extérieures, de ses biens matériels, de la santé de son corps, de ses succès professionnels, mais de sa seule attitude morale, qui est fonction de la rectitude de sa raison. La saine raison doit se manifester dans trois domaines ou lieux (topoi) : celui des désirs et aversions, qui se rapportent aux passions ; celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epictete/#i_16923

ESSAI SUR LE PRINCIPE DE POPULATION, Thomas Robert Malthus - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 026 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique du principe de population : problème social et solution morale »  : […] et des dangers qu'il y aurait à les combattre, le livre IV délivre la solution pour surmonter la dynamique contraire des deux lois. Retenue pour la simplicité de sa mise en œuvre pratique et sa conformité à l'éthique et au droit au bonheur, la contrainte morale relève d'une logique utilitariste dont l'origine, divine selon Malthus, incite à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-le-principe-de-population/#i_16923

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

jour l'intention éthique qui précède, dans l'ordre du fondement, la notion de loi morale, au sens formel d'obligation requérant du sujet une obéissance motivée par le pur respect de la loi elle-même. Si je parle d'intention éthique plutôt que d'éthique, c'est pour souligner le caractère de projet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_16923

ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale aristotélicienne »  : […] La morale ou l'éthique (les deux termes renvoyant à une même réalité, en latin mores, en grec éthos : celle qui concerne les « mœurs ») n'est pas constituée par Aristote en science particulière. Le philosophe distingue seulement entre le domaine des affaires humaines (ce que, avec le néo-aristotélisme, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-a-nicomaque/#i_16923

EUDÉMONISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 157 mots

Du grec eudaimonia (bonheur). Se dit des systèmes où l'activité morale consiste dans la recherche du bonheur, tenu pour souverain bien. Les eudémonismes diffèrent selon la définition qu'ils donnent du bonheur : harmonie de diverses vertus et dispositions (Platon) ; activité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudemonisme/#i_16923

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'idiome de la famille »  : […] Le succès de cette théorie pourrait bien tenir au fait qu'elle correspondait de manière à peine euphémisée à la morale familiale que professaient alors les entrepreneurs de morale, notamment de celles des classes moyennes et supérieures aux États-Unis à partir des années 1940 et, en France, une dizaine d'années plus tard. Y sont, en effet, définis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-sociologie/#i_16923

FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « La morale dans le projet critique »  : […] Les Fondements de la métaphysique des mœurs sont moins un abrégé programmatique que l'établissement préalable, comme l'indique mieux l'allemand (le titre original est au singulier : Grundlegung zur Metaphysik der Sitten), d'une assise, d'une fondation « pour » une telle métaphysique ; c'est-à-dire la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-de-la-metaphysique-des-moeurs/#i_16923

FOOT PHILIPPA (1920-2010)

  • Écrit par 
  • Martin L. WHITE
  • , Universalis
  •  • 508 mots

Anscombe, une disciple de Ludwig Wittgenstein et son exécutrice testamentaire, Philippa Foot commence à remettre en question la conception qui prédomine alors en philosophie morale, selon laquelle les jugements moraux ne révèlent rien sur le monde réel mais sont de simples expressions de l'émotion (selon Alfred Jules Ayer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippa-foot/#i_16923

GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « L’esprit de ressentiment »  : […] « Dans quelles conditions l’homme s’est-il inventé à son usage ces deux évaluations : le bien et le mal. Et quelles valeurs ont-elles par elles-mêmes ? » C’est en « médecin de la civilisation » que Nietzsche porte son diagnostic : tout ce qui, jusqu’à présent, s’est annoncé comme morale n’est que signe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-de-la-morale/#i_16923

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 577 mots

Dans le chapitre « Une réponse à la misère de l'homme »  : […] hellénistique fait une déesse, la seule divinité toute-puissante. Ces deux systèmes de morale se sont donc formés en des temps de misère, et ils répondent à la misère de l'homme moderne qui, lui aussi, commence d'apparaître à cette époque. L'homme moderne, c'est-à-dire l'homme désencadré, l'habitant des grandes villes, perdu dans la foule, devenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-l-homme-grec/#i_16923

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 982 mots
  •  • 1 média

à l'épicurisme, une doctrine que la gent cultivée s'autorise à assimiler à une morale préconisant le plaisir, et les seuls plaisirs « grossiers » ; alors que l'épicurisme, quoique privilégiant aussi le plaisir, en aurait élaboré une théorie plus « raffinée » et proposerait une sagesse plus digne de l'homme. Trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_16923

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'état de nature à l'omnipotence du souverain »  : […] ces bases, estime Hobbes, que peut désormais être élaborée une véritable science de la morale et de la politique, à partir de l'expérience raisonnée des mouvements des corps et de l'esprit. Ce qu'Euclide a fait pour la géométrie et Galilée pour la physique, lui s'estime en mesure de le faire pour la politique, et ce sera la première science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_16923

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Kant et Rousseau »  : […] vient de le dire, il ne songe nullement à préserver du destin que nous lui avons reconnu. L'impératif catégorique et l'action morale restituent l'homme à une dignité inaliénable, dignité que nul, certes, ne lui contestait explicitement, mais dont on n'apercevait plus le lieu. Le kantisme instaure un monde de la moralité, auquel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_16923

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « La répression de l'Église et de l'État : le temps du péché »  : […] sous l'influence du christianisme lui-même héritier des interdits du judaïsme, une morale sexuelle beaucoup plus rigoureuse s'installe, ou du moins s'amplifie car John Boswell a montré qu'elle existait quelquefois antérieurement au début de l'ère chrétienne, notamment chez les stoïciens et les pythagoriciens : les rapports […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_16923

HUMAIN, TROP HUMAIN, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « « Une œuvre de crise » »  : […] Contre la tradition platonicienne et kantienne de l'éthique, Nietzsche élabore une méthode généalogique dont l'aboutissement sera précisément La Généalogie de la morale. La psychologie de quelques types de comportement (la culpabilité, la honte, la reconnaissance, la rancune, le ressentiment), la critique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humain-trop-humain/#i_16923

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 428 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Humanisme, humanistes, l'homme et les « humanités » »  : […] qui leur est associée : « J'ai lu, dans les livres des Arabes, qu'on ne peut rien voir de plus admirable dans le monde que l'homme. » Et certes, comme le mot humanisme le laisse bien entendre, c'est à un modèle de perfection humaine – d'ordre éthique chez les moralistes, les pédagogues et les philosophes, d'ordre esthétique chez les artistes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_16923

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réalisme métaphysique et religieux »  : […] inaccessible par l'entendement, mais non pas étranger à la raison pratique : la Loi morale, obligatoire, impérieuse et catégorique, réintroduit sous forme du Devoir et en termes d'obéissance éthique et politique une transcendance qui dépasse la sensibilité, la temporalité et la contingence. Et cette transcendance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_16923

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Psychanalyse et philosophie »  : […] » à une chose. Ainsi est rendue possible la conjugaison de l'intérêt avec l'exigence morale : « Dans une action accomplie par devoir, on doit considérer non pas l'intérêt qui s'attache à l'objet, mais celui qui s'attache à l'action même et à son principe rationnel, la loi. » S'agissant du registre esthétique, le problème se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_16923

INTRODUCTION AUX PRINCIPES DE LA MORALE ET DE LA LÉGISLATION, Jeremy Bentham - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un exercice de la raison classificatoire »  : […] « La nature a placé l'humanité sous l'égide de deux maîtres souverains, la peine et le plaisir. » Ainsi s'ouvre le premier chapitre dans lequel Bentham expose le principe d'utilité (ou, selon l'expression empruntée à Priestley dès 1776, du « plus grand bonheur pour le plus grand nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introduction-aux-principes-de-la-morale-et-de-la-legislation/#i_16923

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Loi et ses applications »  : […] de ces règles, mais il ne serait pas très difficile de montrer que les exigences de la morale coranique et ses conséquences sociales sont en harmonie avec le Décalogue judéo-chrétien, et regroupent, par là, des principes de droit et de morale naturels. Il n'y a pas dans le Coran une promulgation globale des règles de l'agir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_16923

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] Est ; on ne peut faire abstraction de cela quand on considère sa philosophie politique et morale, élément capital de sa pensée – le principal même selon certains. Elle consiste essentiellement en une réflexion sur la cité idéale, dans une manière minutieuse et abstraite qui rappelle celle de Platon, et combine une utilisation des sources grecques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_16923

JANKÉLÉVITCH VLADIMIR (1903-1985)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 681 mots

Penseur original dont l'œuvre fort variée prend en considération la plénitude de l'existence humaine et sa temporalité, Vladimir Jankélévitch était d'origine russe. Son père, Samuel Jankélévitch, qui était médecin, traduisit de nombreux ouvrages russes et allemands ; il fut notamment l'un des premiers traducteurs en français de Sigmund Freud. Entré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-jankelevitch/#i_16923

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La justice dans la cité antique »  : […] En rappelant, dans Les Deux Sources de la morale et de la religion, que « la justice a toujours évoqué les idées d'égalité, de proportion, de compensation », Bergson se soutenait d'une tradition qui prend sa source dans l'Antiquité. La justice dans la cité est, en effet, la préoccupation majeure de Platon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_16923

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le privilège de la liberté »  : […] dont nous connaissons la possibilité a priori parce qu'elle est la condition de la loi morale dont le savoir s'impose à nous. Au tribunal de la critique où la raison se cite à comparaître, celle-ci ne peut se soumettre qu'à son propre « fait » : celui de l'irréfutable validité objective de ses jugements synthétiques a priori dans la mathématique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_16923

KOHLBERG LAWRENCE (1927-1987)

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 434 mots

la Seconde Guerre mondiale, il a travaillé comme marin pour une organisation qui faisait passer illégalement des réfugiés juifs en Palestine. Revenu aux États-Unis en 1948, il étudie à l’université de Chicago. Son PhD (1958) porte sur le développement de la pensée morale entre dix et seize ans. Il a ensuite enseigné à l’université Harvard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-kohlberg/#i_16923

KOTARBINSKI TADEUSZ (1886-1981)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 879 mots

Logicien et philosophe polonais né à Varsovie, Tadeusz Kotarbinski fait ses études à l'université de Lwów, et obtient en 1912 son doctorat avec une thèse sur L'Utilitarisme dans l'éthique de Mill et de Spencer. De 1918 à 1957, il enseigne à l'université de Varsovie. En 1957, il préside l'Académie des sciences polonaise. De 1957 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-kotarbinski/#i_16923

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 589 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La laïcité aujourd'hui »  : […] À partir des années 1980, où tant de mutations surviennent, un élément fondamental de la constitution de la laïcité, la morale laïque, se trouve néanmoins en crise. Cette morale reposait historiquement sur deux formes de croyances, liées elles-mêmes à deux types d'institutions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_16923

LANCEUR D'ALERTE

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FOEGLE
  •  • 3 320 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Lanceurs d'alerte et conflit de loyautés »  : […] d'alerte, qui ne le fait que par accident. Ainsi ne « naît-on pas » lanceur d'alerte. On le devient face à une impossibilité d'ordre moral de poursuivre normalement un certain nombre d’obligations professionnelles, à la suite d’une prise de conscience et après avoir constaté le caractère illégitime ou illégal d'un ordre. Le philosophe Fred Alford […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanceur-d-alerte/#i_16923

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traités de morale et d'ascétique »  : […] Dès le début de la littérature latine chrétienne, ce genre littéraire s'épanouit. Tertullien, Novatien, Cyprien multiplient ces petits ouvrages d'exhortation dont les thèmes sont principalement le courage qu'il faut apporter dans le martyre, les attitudes que doivent prendre les chrétiens à l'égard du monde païen dans lequel ils vivent, la morale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_16923

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Être de l'acte et éthique de l'action »  : […] à-dire l'auteur de ses actes, au double sens du pouvoir psychologique et de l'imputation morale que les deux premières recherches ont permis d'élaborer ? Cette question ouvre un type d'investigation qui n'est contenu ni dans la description de l'action intentionnelle, ni dans la dialectique de l'action sensée. Mais ces deux discours renvoient, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_16923

LUNYU (ENTRETIENS DE CONFUCIUS) (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 115 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme de bien et sa vertu »  : […] L'idéal moral prôné par Confucius est celui de l'homme de bien, littéralement « l'homme noble » (junzi), qu'il oppose à « l'homme de peu » (xiaoren). La noblesse dont il s'agit ici, quoique s'inspirant d'un concept social, prend chez Confucius un sens moral. Au contraire de l'homme de peu qui ne voit que son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lunyu-entretiens-de-confucius-anonyme/#i_16923

LYCÉE, Antiquité

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Anthropologie »  : […] En morale, Théophraste ne renie pas Aristote. La supériorité de la vie contemplative et le désir de se rendre semblable à Dieu sont maintenus comme l'exigence d'une âme tournée vers le bonheur et dont le mouvement est la disposition essentielle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lycee-antiquite/#i_16923

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Le problème de l'infini et du fini »  : […] elle est par nature amour de l'ordre ; mais je sais par le sentiment intérieur que le motif de mon vouloir, c'est le désir d'être heureux : comment ajuster exactement ces deux aspects de la volonté humaine ? Corrélativement, on voit, à côté d'une morale rationnelle, se dessiner une morale de l'inclination : quels sont leurs rapports précis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_16923

MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 029 mots

Dans le chapitre « La maxime, ou l'espace du désenchantement »  : […] elles composent. L'idée est de viser la clarté, la condensation, la précision dans l'analyse des mœurs ou des âmes, de manière à déboucher sur une morale marquée par une pointe qui s'écarte du jeu baroque. Cette pointe finale, ce concetto, devient désenchanté pour dénoncer le passage du commerce des esprits, noble, charitable, profond, gratuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes/#i_16923

MÉMOIRE COLLECTIVE (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN, 
  • Laurent LICATA
  •  • 1 037 mots

Dans le chapitre « Émotions collectives »  : […] peuvent susciter un sentiment de fierté, alors que le rappel d’actes immoraux commis par d’autres membres du groupe peut susciter un sentiment de culpabilité collective. Celui-ci peut favoriser la réparation des dommages infligés dans le passé. Mais il est rarement ressenti ; des stratégies telles que la justification morale des actes passés, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-collective-psychologie-sociale/#i_16923

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale subjective et la moralité réalisée »  : […] un état de chose antérieur au contrat social, qu'il n'y a de début de l'histoire morale. Les satisfactions de jouissance et de reconnaissance nous sont immédiatement accessibles par notre participation à la « morale effective », c'est-à-dire à des mœurs « satisfaisantes ». Encore une fois, il faut prendre ce terme dans le sens hégélien et se garder […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_16923

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] satire (Boileau)... En témoignent encore le succès considérable des Essais de morale de Pierre Nicole (1670-1688), aujourd'hui bien oubliés, et l'abondance de toute une littérature « moraliste », d'origine généralement dévote. Mais à devenir adjectif, le terme change de sens : on n'est plus si loin avec Nicole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_16923

MOYEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 664 mots

Ce qui rend possible et réel l'accomplissement d'une fin. Un débat traditionnel et toujours actuel de la philosophie morale a pour objet la préséance des moyens ou des fins, leur éventuelle dénaturation réciproque. La structure téléologique de l'action humaine autorise la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-philosophie/#i_16923

NATUREL DROIT

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 5 968 mots

Dans le chapitre « La signification ontologique de la loi naturelle »  : […] iii, 22 ; De legibus, ii, 4). Cette loi a un enjeu moral. C'est elle qui nous porte à faire notre devoir, à éviter le mal et à accomplir le bien. Éternelle, immuable, en vigueur en tous temps et chez tous les peuples, elle est la voix même de Dieu. Aucun amendement ne peut lui être apporté, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-naturel/#i_16923

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique généalogique »  : […] par quoi un être vivant essaye de conformer le monde à ses intérêts propres, Nietzsche choisit d'appeler «  morale » « tout système de jugements de valeur qui est en relation avec les conditions d'existence d'un être » (XV, 334). Il faudra donc s'attendre à rencontrer une foule de morales différentes. Mais alors, quand Nietzsche réserve le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_16923

NORME SOCIALE

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « Définitions »  : […] plus spécifiquement, de l'action d'institutions chargées du respect des normes juridiques. De ce point de vue, on peut distinguer entre les normes morales ou éthiques, qui sont en général sanctionnées par l'opinion publique (favorable ou non au divorce, à l'avortement, etc.), et les normes juridiques qui prescrivent, par l'intermédiaire d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norme-sociale/#i_16923

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « La morale et la métaphysique ockhamistes »  : […] La morale d'Ockham est plus surprenante que sa psychologie. Pour lui, le libre arbitre n'est pas seulement une exigence de foi ; à la différence de l'immatérialité de l'âme, il y voit une évidence empirique et il admet, très classiquement, que le vouloir se fortifie par l'habitude, s'affaiblit par l'inaction. Mais le terme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_16923

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 434 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] les autorités politiques et ecclésiastiques. Mais, bientôt, Pascal se tourne contre la morale laxiste des casuistes, dont les Jésuites sont alors les principaux défenseurs. Ce qui le scandalise, ce sont moins les opinions probables, souvent ridicules, parfois révoltantes, de leurs docteurs (autorisation du vol, du duel, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_16923

LES PASSIONS DE L'ÂME, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

texte publié de son vivant. Il s'agit d'abord, comme le titre l'indique, d'un traité des passions, complément inévitable de la physiologie cartésienne. Il peut encore être lu comme un traité de morale, point d'aboutissement d'une œuvre qui jusqu'alors n'avait proposé – dans le Discours – qu'une éthique « par provision ». Enfin il apparaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-passions-de-l-ame/#i_16923

PÉCHÉ

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et mutations philosophiques de l'éthique »  : […] point une étape capitale, qu'avait préparée Kant, et où s'opère une disjonction entre la morale et l'éthique. La morale a pour perspective la tâche qui revient à la liberté du sujet pour qu'il atteigne la vérité de son être : le bien sera l'action qui lui permet de se conformer à la vérité de sa condition, et le mal l'action qui l'amène à vivre en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peches/#i_16923

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La vague éthique »  : […] leurres (G. Lipovetsky). L'interprétation kantienne se voit corrigée par une réactualisation des éléments non rationnels (les sentiments, les émotions), sous l'influence d'une relecture des moralistes anglais du xviiie siècle, de la dimension utilitariste de toute morale (M. Canto, R. Ogien) à laquelle s'oppose un courant qui revalorise au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_16923

PHYSIS

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 3 788 mots

Dans le chapitre « La « physis » présocratique et sa postérité »  : […] ses variations, autrement dit son essence ou sa substance. D'un autre point de vue, la physis sera pour chaque être la limite de son devenir, limite qui ne peut être dépassée ou transgressée sans grave dommage pour l'intégrité et même l'identité de l'être considéré : hors de la physis, il n'y a que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physis/#i_16923

PLUTARQUE (46 env.-env. 120)

  • Écrit par 
  • François FUHRMANN
  •  • 2 793 mots

Dans le chapitre « Les « Œuvres morales » »  : […] En réalité, ce que Plutarque entendait avant tout par la philosophie, c'était bien la morale ; se hisser lui-même et conduire ses contemporains à la vertu, et, par elle, au bonheur, était son but primordial. Il s'agit pour lui non point d'extirper de l'âme, comme le voulaient les stoïciens, l'élément irrationnel, ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutarque/#i_16923

POSITIVISME JURIDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 370 mots

Dans le chapitre « Une approche du droit »  : […] certains au moins des jusnaturalistes, un droit qui serait en contradiction totale avec les principes essentiels de la morale ne serait pas du droit du tout, mais seulement l'expression de la violence. Au contraire, pour les positivistes, le droit est séparé de la morale en ce sens que l'existence d'une norme juridique n'est pas autre chose que sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-juridique/#i_16923

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme et le problème kantien du sens »  : […] aucune invocation de l'expérience psychologique ou historique ne saurait prévaloir. La plus ordinaire observation montre que la morale, la volonté de l'universel, de l'humanité de l'homme, d'une vie de liberté responsable ne règne pas en ce monde ; cela ne prouve d'aucune manière que la morale ne doive pas dominer. Il y a une théorie vraie de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_16923

PRÉCEPTE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 1 156 mots

Le participe passé, præceptum, du verbe præcipere, ordonner, est employé dans la langue juridique classique pour désigner un ordre ou une « prescription », sans que ce terme ait une signification technique précise. Le jurisconsulte Ulpien parle des « trois préceptes » fondamentaux du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precepte/#i_16923

LE PRINCIPE RESPONSABILITÉ, Hans Jonas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 802 mots

Dans le chapitre « Peur, espérance, responsabilité »  : […] le sous-titre, est en effet celui d'« une éthique pour la civilisation technologique ». L'âge de la science est marqué par un pouvoir qui paraît sans limite, et qui s'avère effrayant même pour son détenteur, l'homme, dans la mesure où les morales traditionnelles ne lui permettent plus de penser les conséquences à long terme de son action. Jonas se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-principe-responsabilite/#i_16923

PROBABILISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 776 mots

Le système de théologie morale qui, dans l'Église catholique, a pris le nom de probabilisme tient à la difficulté d'appliquer strictement et indistinctement les lois de la morale chrétienne aux cas de conscience divers et précis que les fidèles rencontrent. Cette difficulté a été ressentie très tôt ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilisme/#i_16923

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

alors compte sont principalement la liberté, la dignité, la morale religieuse ou laïque, entre vertu et honneur, l’ordre – aux contours mouvants – et les impératifs sanitaires. Tous sont traversés par le genre, donc par les définitions du féminin et du masculin. Celles-ci, bien que variables, ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-en-europe-histoire-de-la/#i_16923

PROSTITUTION AU MOYEN ÂGE

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 2 353 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une double morale selon la classe et le sexe »  : […] La différence de morale selon le sexe est dévastatrice pour les femmes les plus fragiles, qui sont sans attaches familiales et pauvres. La nécessité de domestiquer la sexualité des hommes (et des femmes), mais aussi le désintérêt des autorités municipales pour l’âme des femmes ont permis cette étrange invention sociale qu’est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-au-moyen-age/#i_16923

PROSTITUTION À L'ÉPOQUE MODERNE (XVe-XVIIIe SIÈCLES)

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 3 106 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La loi du Prince s’impose à partir de la fin du xviie siècle »  : […] Les discours moraux qui accompagnent la répression doivent révéler la figure d’un roi soucieux de l’intérêt commun. En sécularisant, à la fin du xviie siècle, les valeurs chrétiennes d’ascèse déjà bien enracinées grâce à l’action cléricale, il entend cimenter pour son profit la communauté de ses sujets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-a-l-epoque-moderne-xve-xviiie-siecles/#i_16923

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 417 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la « nouvelle morale » »  : […] pro et contra, voit bien qu'il faut frapper autrement et plus fort. Les douze lettres suivantes (V à XVI) s'en prennent donc à la casuistique religieuse et morale des jésuites, examinant en particulier de fort près la « direction d'intention », cette doctrine qui permet d'excuser certaines infractions majeures, dont l'homicide, en arguant qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_16923

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Kant et l'universalité de la raison »  : […] de son objet, de l'autre, unité sans laquelle aucune science ne serait vraiment fondée. Pratique, elle a affaire, non à ce qui est, mais à ce qui doit être, à un sens du monde et de la vie humaine et aux conditions morales de la réalisation de ce sens dans une nature qui, pur fait, n'en a pas en elle-même et ne peut en recevoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_16923

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la pratique »  : […] Reste la question d'une morale rationnelle. Pour être rationnelle, une morale doit dériver logiquement ses préceptes de principes, lesquels doivent eux-mêmes mériter le qualificatif de rationnels. L'exemple le plus parfait jusqu'à ce jour d'une telle morale, c'est encore celui que nous a laissé Emmanuel Kant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_16923

RELIGION - La sécularisation

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT
  •  • 3 409 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'autonomisation du profane »  : […] les sciences humaines ont été l'objet de sévères monitions de la part du représentant du pouvoir pontifical. Mais c'est dans le domaine de la morale que la question de la sécularisation se pose avec le plus d'acuité. Au milieu du xixe siècle, Holyoake (1817-1906) avait lancé le terme de secularism pour désigner la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-la-secularisation/#i_16923

RESPONSABILITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIOT
  •  • 2 319 mots

En proclamant la responsabilité du sujet nouménal sans autre preuve que la douteuse évidence d'une « loi morale » dont histoire et psychologie incitent à penser qu'elle n'est, en réalité, que le produit d'une évolution, le métaphysicien se montre infidèle au principe de la critique. Le sociologue, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/#i_16923

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité pénale

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 3 314 mots

Dans le chapitre « L'acte interdit »  : […] et instantanées (vol), infractions simples (vol) et complexes (escroquerie). L'élément moral commande la distinction entre les infractions intentionnelles (meurtre, vol, faux témoignage) et les infractions non intentionnelles d'imprudence (risques causés à autrui) – une distinction très importante en raison du développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-penale/#i_16923

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 894 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une morale paradoxale  »  : […] Les romans d’aventures expriment des valeurs qui s’apparentent à celles de la société bourgeoise : l’énergie, la ténacité, la foi et, surtout, le travail et le savoir. En cela, les « robinsonnades » sont éclairantes : sur le modèle du Robinson de Daniel Defoe, les héros naufragés sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-aventures/#i_16923

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cicéron ou les difficultés de la traduction »  : […] ) – soient loin d'être philosophiquement négligeables. Mais il est plus à l'aise dans la recollection, préparée par ses maîtres de la Nouvelle Académie, des doctrines morales de la Grèce – De finibus bonorum et malorum (Des fins) – et dans sa propre contribution, inspirée, il est vrai, de Panétius, à la morale pratique – De officiis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-rome-et-la-pensee-grecque/#i_16923

ROSMINI-SERBATI ANTONIO (1797-1855)

  • Écrit par 
  • François EVAIN
  •  • 655 mots

Prêtre, philosophe et patriote italien. Né en 1797 à Rovereto, Antonio Rosmini-Serbati fit ses études universitaires à Padoue (1817-1819). Il fonda en 1828 une congrégation religieuse, l'Institut de la charité (rosminiens). Le roi Charles-Albert l'envoya établir des accords politiques avec Pie IX. Rosmini accompagna le pape en fuite à Gaète (nov. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-rosmini-serbati/#i_16923

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 402 mots

Dans le chapitre « Sagesse et philosophie de la personne »  : […] Le façonnement le plus répandu d'une sorte de sagesse seulement gestionnaire et strictement utilitaire s'est longtemps armé d'une pédagogie publique vigoureusement fondée sur un corps de doctrine intangible et sévère, lui-même né de l'alliance multiséculaire que la théologie chrétienne avait conclue avec les rigueurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_16923

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire et intersubjectivité »  : […] Cette morale ne fut jamais achevée (nous disposons à présent de son ébauche, un volumineux ensemble de notes, publié à titre posthume sous l'intitulé Cahiers pour une morale). Si Sartre abandonna ce projet, c'est, dit-il, du fait d'avoir pris conscience, progressivement, que la façon dont il envisageait jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_16923

SCHALLÜCK PAUL (1922-1976)

  • Écrit par 
  • René WINTZEN
  •  • 1 038 mots

Moraliste, humaniste, démocrate, l'écrivain allemand Paul Schallück avait une haute conscience de son métier d'essayiste et de publiciste, qui le mettait en contact avec des lecteurs et des auditeurs de manière plus directe que ne pouvaient le faire ses romans. En moraliste, il rappelait que le travail, le gain, le confort matériel ne constituent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-schalluck/#i_16923

SCHELER MAX (1874-1928)

  • Écrit par 
  • Daniel CHRISTOFF
  •  • 2 381 mots

Dans le chapitre « Les valeurs et l'éthique »  : […] Scheler a développé sa théorie des valeurs en critiquant la morale formelle de Kant (Le Formalisme en éthique et l'éthique matériale des valeurs). Cette morale rigoriste, en affirmant que la volonté se donne à elle-même sa loi, rend vaine l'autorité de Dieu, de la personne, du commandement d'amour ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-scheler/#i_16923

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] sera purement négative (ne léser personne) et le seul sentiment moral possible est la pitié par laquelle est reconnue l'universelle souffrance. Ce pessimisme est-il, du point de vue social et politique, aussi « réactionnaire » qu'on l'a dit ? La notion même de réaction suppose une philosophie du progrès. Or les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_16923

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Spécification des domaines d'investigation »  : […] l'ambiguïté psychologique sous l'univocité de la règle collective. La distinction entre morale et psychologie est une acquisition intellectuelle récente, précaire, hésitante. Montaigne, dans toute son œuvre, est aux prises avec cette distinction qu'il ne parvient à exprimer par aucun mot du vocabulaire disponible à son époque. Le révolutionnaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_16923

SÉNÈQUE (-4-65)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 286 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification philosophique de l'œuvre »  : […] D'une part, on possède une partie relativement considérable de l'œuvre de Sénèque. Dans ce vaste ensemble, les différents traités tournent tous, en partant de différents points de vue, autour du même thème fondamental : le « souverain bien » de l'homme, c'est-à-dire, dans la perspective stoïcienne, la conduite morale de la vie. Ces traités se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_16923

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un sentiment ? »  : […] simple conscience de l'injustice, mais du fait que « c'est trop injuste, on ne peut pas laisser passer cela ! ». La conscience morale n'est pas la contemplation du bien, mais le sentiment de « ce qui est bon en soi pour moi » (Scheler). Tout sentiment nous presse d'agir sans délai. Certains se sont appuyés sur cette générosité foncière du « cœur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_16923

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 431 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morale »  : […] L'éthique stoïcienne étend à la conduite humaine l'empire du logos qui règle nos pensées et régit l'univers. Mais l'homme a-t-il encore quelque chose à faire dans ce monde dont il est une partie, et que gouverne l'immuable destin ? Le stoïcisme passe pour une philosophie de l'acceptation, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_16923

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le paradoxe d'un désir de mort »  : […] Aussi bien la morale chrétienne condamne-t-elle le suicide comme péché contre la charité que chacun doit se porter à lui-même, péché d'injustice contre la société à laquelle l'homme appartient, et péché vis-à-vis de Dieu qui nous a « prêté » la vie. « Nul de nous ne vit pour soi-même, et nul ne meurt pour soi-même », écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_16923

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 140 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Morale et « Idéal du moi » »  : […] Le surmoi nous oblige à nous mettre à jour au regard du problème moral. Car, avec cette notion, il s'agit bien de l'aspect oral de l'âme, de l'âme orale. On peut entendre, par là, la voix de la conscience dans les hauteurs et sa corrélation avec la primitive pulsion orale intéressée par la mamelle et les cris. Si l'on entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/#i_16923

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme »  : […] tend efficacement vers la res. Ainsi se comprend le titre de principe de toute vertu morale qui est attribué à l'appréciation intellective ou sagesse pratique (prudentia). Celle-ci, livrant accès au sens profond de toute loi juste, permet à la conscience de dépasser le régime d'obligation pour, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_16923

TOLÉRANCE

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 402 mots
  •  • 1 média

ou lâcheté ? On répondra que la tolérance met en jeu deux sources d'évaluation. Par exemple, la morale, en général, condamne l'adultère ; or l'adultère est à ce point répandu que le poursuivre ou seulement le réprouver ouvertement entraînerait dans la vie courante d'interminables conflits et interdirait beaucoup d'échanges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tolerance/#i_16923

TRAITÉ DU DÉLIRE, APPLIQUÉ À LA MÉDECINE, À LA MORALE ET À LA LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « Délire et folie »  : […] voilà ce qui conduit au délire et au crime. L’aliéniste se voit alors attribuer une tâche tout à la fois médicale, morale et sociale : déterminer l’étiologie de la folie et des délires ; soigner les altérations physiques et morales des aliénés ; contribuer à la préservation et au perfectionnement de la santé morale de la société tout entière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-du-delire-applique-a-la-medecine-a-la-morale-et-a-la-legislation/#i_16923

TRANSHUMANISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHAZAL
  •  • 2 170 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Limites du projet transhumaniste »  : […] Formulées du point de vue de la morale et de la bioéthique, des critiques et des réticences à l’égard de ce mouvement se développent aujourd’hui. Elles soulignent notamment les problèmes d’identité posés par l’individu augmenté dont la personnalité pourrait être profondément altérée (discriminations et rivalités potentielles entre humains et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transhumanisme/#i_16923

UTILITARISME

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 1 890 mots

Dans le chapitre « De Bentham à Sidgwick »  : […] demeura constamment invoqué par les nombreux disciples de celui-ci. Il s'agit donc, en morale comme en politique, voire en économie, d'adopter une tactique des plaisirs en vue d'éviter la douleur ou la souffrance. Le principe d'utilité consiste à ne pas se départir d'une conduite de prudence visant à atteindre le plus de bonheur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utilitarisme/#i_16923

L'UTILITARISME, John Stuart Mill - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

schéma de pensée empiriste, associationniste et sensualiste de l'école utilitariste rassemblée autour de J. Bentham et du père de Mill, James Mill. Répondant, par devoir filial, aux critiques (notamment celles de Dickens) adressées à ce dernier, L'Utilitarisme, tout comme L'Essai sur Bentham (1828), signale l'orientation nouvelle prise par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-utilitarisme/#i_16923

UTILITÉ PRINCIPE D'

  • Écrit par 
  • Francisco VERGARA
  •  • 2 292 mots

Dans le chapitre « Une doctrine ancienne aux appellations diverses »  : […] l'expression pour la première fois chez Hume, l'appelle simplement « principe d'utilité » : « Sous l'appellation de principe d'utilité, [...] nous avançons le principe du plus grand bonheur en tant que critère du bien et du mal en matière de morale en général et de gouvernement en particulier » (A Fragment on Government, 1776 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-d-utilite/#i_16923

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La motivation contre la loi morale »  : […] de motivation exige donc que l'on se place du point de vue de la première personne. Pour Williams, on ne peut donc pas prétendre que la valeur morale d'une action n'a pas de connexion nécessaire avec les motivations qu'elle induit en nous en première personne. C'est pourtant la position du plus éminent philosophe de la morale, Kant, pour qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_16923

VALEURS, sociologie

  • Écrit par 
  • Patrick PHARO
  •  • 2 321 mots

Dans le chapitre « Polythéisme des valeurs ? »  : […] et conceptuels largement communs, aisément traduisibles d'une langue à une autre. Il ne serait donc pas absurde qu'ils partagent quelques valeurs fondamentales, comme le goût du bonheur, le respect de la vie, le sens de l'unité et de l'harmonie sociale, voire celui de la justice et de la sollicitude à l'égard des individus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-sociologie/#i_16923

VERITATIS SPLENDOR ENCYCLIQUE (1993)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 465 mots

Matthieu, xix, 16-26) : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Elle se termine par une célébration de la morale évangélique et de l'œuvre des théologiens moralistes : normes « universelles et immuables au service de la personne et de la société » comme du « renouveau de la vie sociale et politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclique-veritatis-splendor/#i_16923

VERTU

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 480 mots

L'exigence de vertu s'ancre dans le désir de trouver une loi qui rendrait la répétition possible. Mais conquérir l'impassibilité, est-ce devenir un dieu ou son servile imitateur ? est-ce promouvoir la vie ou bien l'étouffer ? est-ce conquérir le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/#i_16923

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « critique » : Kant »  : […] voulant –, elle relève encore, et exclusivement, d'une investigation de la raison pratique. Je ne sais pas ce que c'est qu'une volonté, mais je puis déterminer les conditions pratiques d'une bonne volonté. Il suffit, pour le faire, de réfléchir sur les appréciations de la conscience morale ordinaire, dont l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_16923

WANG YANGMING (1479-1529)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la conscience »  : […] que cette raison absolue, que suffit à manifester le miroir de la conscience, est l'ordre moral, entendu d'une façon beaucoup moins spéculative, beaucoup plus pratique que chez Zhu Xi par Wang Yangming, dont la doctrine est d'ailleurs centrée sur l'idée de l'« unité de la connaissance et de l'action » (zhixing heyi) : connaître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-yangming/#i_16923

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric WEIL, « MORALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/