Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉTHIQUE, Baruch Spinoza Fiche de lecture

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Baruch Spinoza - crédits : AKG-images

Baruch Spinoza

Rédigée entre 1661 et 1675, publiée de façon posthume et quasi anonymement, en 1677, l'année de la mort de son auteur, interdite avec le reste des écrits du philosophe en 1678, l'Éthique(Ethica ordine geometrico demonstrata) est une des œuvres majeures de la philosophie occidentale. Contrairement à Descartes, Spinoza (1623-1677) ne s'attarde pas sur les problèmes de méthode : il fait sienne d'emblée celle des « géomètres ». Chacune des cinq parties du livre part de définitions, d'axiomes, de propositions suivies de démonstrations, scolies et lemmes qui en rendent l'évidence difficile au lieu d'en faciliter l'accès. Car démontrer, ce n'est pas seulement se convaincre ou convaincre autrui, c'est inventer l'intelligibilité elle-même. De Dieu à la liberté humaine, l'Éthique se déploie selon un plan déductif. Liberté et puissance de connaître sont identiques. Qu'un des plus grands traités touchant les questions de métaphysique s'intitule « éthique » ne doit pas tromper : le but de la connaissance est la béatitude. Celle-ci repose sur la connaissance que nous pouvons prendre de l'être et de la place que nous occupons en lui.

Dieu, substance active

C'est ainsi que le premier livre de l'Éthique s'intitule « De Dieu ». Source unique du monde ou ensemble des réalités qui le composent, le Dieu dont part Spinoza est l'unique substance, « cause d'elle-même », éternelle et infinie, qui n'admet aucune extériorité et n'est extérieure à rien. C'est en elle qu'il faut chercher les modes, eux-mêmes éternels et infinis, qui l'expriment. Ses attributs, qui sont « ce que l'entendement perçoit d'une substance comme constituant son essence » sont, pour nous, au nombre de deux : l'étendue et la pensée. Distincts les uns des autres, les attributs n'expriment cependant pas le point de vue du sujet percevant ou connaissant. Ils sont bien les attributs d'une même substance : Spinoza insiste sur cette parfaite corrélation entre l'étendue et la pensée, – l'un des points les plus controversés de son traité, dans la mesure où il mène tout droit au matérialisme, voire à l'athéisme, auquel certains réduiront la pensée du philosophe.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Francis WYBRANDS. ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Baruch Spinoza - crédits : AKG-images

Baruch Spinoza

Autres références

  • DÉMONSTRATION (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 085 mots
    ...sommes plongés. Dieu, c’est-à-dire la Nature (Deus siveNatura), sera pour Spinoza le point de départ indiscutable de toute philosophie. C’est ainsi que son ouvrage majeur, L’Éthique(1677), se fonde sur quelques axiomes posés au début de la première partie de l’ouvrage, avant de démontrer les unes après...
  • DÉSIR (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 094 mots
    Contemporain de Hobbes, qui a lu ses œuvres, Baruch Spinoza (1632-1677) propose, dans l’Éthique (1677), des réflexions allant dans la même direction. S’il ne conteste pas qu’un grand nombre de nos désirs nous mettent sous la dépendance d’une réalité externe (objet ou personne), il refuse lui aussi...
  • ÉMOTION (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 349 mots
    ...nous pourrons recouvrer la maîtrise de notre existence. « Une affection qui est une passion est une idée confuse », écrit Spinoza dans son opus majeurl'Éthique (1677). « Si donc nous formons de cette affection une idée claire et distincte [...] l’affection cessera d’être une passion ».
  • LES LUMIÈRES RADICALES. LA PHILOSOPHIE, SPINOZA ET LA NAISSANCE DE LA MODERNITÉ 1650-1750 (J. I. Israel) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 878 mots

    Le 21 février 1677, Baruch de Spinoza, philosophe et polisseur de lentilles, meurt d'une violente phtisie à son domicile de La Haye. L'écritoire qui contient ses écrits inédits, y compris son chef-d'œuvre, l'Éthique, est aussitôt transférée à son éditeur à Amsterdam....

  • Afficher les 8 références