CONNAISSANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La connaissance désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose visée, et s'oppose à erreur ou illusion. Ses caractères sont l'universalité et la nécessité, ce qui suppose de réfléchir sur la méthode propre à nous faire parvenir à la connaissance. En ce sens, elle est plus qu'une croyance partagée puisque son universalité est de droit ; de même elle diffère de l'opinion dans la mesure où elle est une opinion vraie, « accompagnée de raison » (Platon).

Si, en philosophie comme en sociologie, la connaissance est un rapport de la pensée à la réalité, il doit y avoir des degrés de connaissance comme il y a des degrés de réalité. C'est ce que montre Platon par le schéma de la ligne (La République, VII) : au plus bas degré de réalité correspond le plus bas degré de connaissance, celui que nous donne la perception sensible ; c'est au terme de la démarche dialectique que la pensée pure parvient au plus haut degré de connaissance, c'est-à-dire à saisir la nature immuable de la chose, son essence. Le jeu des questions et des réponses doit être mené de telle manière que les impressions sensibles laissent peu à peu place au raisonnement puis à l'intuition intellectuelle. L'âme doit s'affranchir de l'influence perturbatrice du corps pour retrouver la vérité qu'elle connaît de toute éternité parce qu'elle est de même nature qu'elle. Toute connaissance au sens fort est donc pour elle une réminiscence (Ménon).

Cette approche qui définit l'activité philosophique par la recherche de la connaissance peut sembler paradoxale, car c'est en faisant retour sur elle-même que la partie intellectuelle de l'âme parvient à retrouver la réalité. Il faut rappeler que cette conception est une réponse au scepticisme inauguré par les sophistes (Gorgias, Protagoras), et qui sera prolongé par Pyrrhon pour qui la séparation de la réalité et de la pensée empêche par principe celle-ci de rejoindre celle-là.

La position d'Aristote est dictée par les termes de ce débat : il n'y a de science que de l'universel, mais c'est en prenant acte des données de l'expérience sensible que l'intellect parvient à produire la connaissance par une démarche d'abstraction. Les règles logiques sont l'instrument (Organon) dont l'intellect se sert à cet effet. Néanmoins, la question de la connaissance reste entière, puisque le présupposé de pouvoir atteindre le réel a seulement été déplacé d'un innéisme vers un empirisme.

C'est pourquoi la philosophie moderne semble à beaucoup d'égards reposer le débat dans les mêmes termes qu'initialement, en particulier dans le débat opposant l'empirisme de John Locke et l'innéisme de G. W. Leibniz. Pour Locke, l'esprit est d'abord une table rase, et les objets matériels causent en lui la présence de sensations qu'il compose en idées, qui doivent être vérifiées empiriquement pour accéder au statut de connaissance : toute connaissance part de l'expérience et s'achève en elle (Essai sur l'entendement humain, 1690). Pour Leibniz au contraire, le sensible n'a pas de réalité propre, il n'est que de l'intelligible confus qu'il s'agit de clarifier. Toute substance contenant la totalité de ses déterminations, la connaissance est une analyse qui s'appuie sur les idées innées (Nouveaux Essais sur l'ente [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Washington (États-Unis)
  • : professeur d'histoire et de sociologie des sciences, université du Québec à Montréal (Canada), directeur scientifique de l'Observatoire des sciences et des technologies (OST)
  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  CONNAISSANCE  » est également traité dans :

ABSTRACTION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 905 mots

Terme qui renvoie à tout au moins quatre significations, à la fois indépendantes les unes des autres et pourtant reliées par un jeu de correspondances profondes. Un sens premier du mot abstraction est le suivant : négliger toutes les circonstances environnant un acte, ne pas tenir compte des accidents d'une substance, ne pas s'arrêter aux particularités d'un être. Il s'agit pour la pensée de faire […] Lire la suite

ABŪ L-HUDHAYL AL-‘ALLĀF (752-842)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 792 mots

Premier grand penseur de la théologie mu‘tazilite, disciple indirect de Wāṣil b. ‘Atā', Abū l-Hudhayl al-‘Allāf est né à Baṣra et mort à Sāmarā. S'étant initié à la philosophie, il s'oppose vivement aux « physiciens » matérialistes, la dahriyya , qui soutiennent l'éternité du monde, défendant dans les polémiques les grands principes de l'École. Des doctrines de Platon et d'Aristote sur l'acte, le […] Lire la suite

AGNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 226 mots

Terme créé en 1869 par un disciple de Darwin, T. H. Huxley (1825-1895). Il devrait signifier le contraire de gnosticisme , c'est-à-dire le refus d'une connaissance de type supérieur (procédés d'explication suprarationnels). En fait, « agnosticisme » a eu à l'origine un sens précis : exclusion de toute métaphysique, de toute ontologie. Son usage actuel ne laisse pas d'être ambigu ; il désigne soit […] Lire la suite

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine du terme « agnotologie » »  : […] On trouve des termes précurseurs, notamment au xix e  siècle chez James Frederick Ferrier ( a gnoiology ), qui entendait baliser à côté de la théorie de la connaissance une « théorie de l’ignorance », mais l’entreprise resta embryonnaire. L’usage actuel s’est développé principalement depuis la fin du xx e  siècle. Proctor, qui avait auparavant travaillé sur la médecine raciale dans l’Allemagne naz […] Lire la suite

ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 2 879 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La philosophie des sciences »  : […] En contrepoint à son œuvre scientifique et en relation avec elle, d'Alembert a développé une théorie de la connaissance influencée par Locke et le sensualisme de Condillac, mais centrée avant tout sur une épistémologie de la physique newtonienne. C'est à nos sensations que nous devons nos connaissances ; la première est la conscience d'exister, qui légitime l'exercice de la pensée, la deuxième es […] Lire la suite

ANDERSON JOHN ROBERT (1947- )

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT
  •  • 372 mots

John Robert Anderson est né à Vancouver (Canada) en 1947. Après des études à l’université de la Colombie-Britannique, il obtient son Ph.D. en 1972 à l’université Stanford, sous la direction de G. Bower. D’abord professeur de psychologie à Yale de 1973 à 1977, il rejoint en 1978 l’université Carnegie-Mellon à Pittsburgh. John Anderson cherche à élaborer une théorie unifiée de la cognition expliqua […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Les schémas et modèles culturels »  : […] Au cours des deux décennies qui suivent l’émergence de la théorie des prototypes, l’anthropologie cognitive anglo-saxonne s’intéresse de près à la théorie des schémas. Alors que les prototypes se caractériseraient par une série d’attentes organisées à partir d’un individu ou d’une situation exemplaire, les schémas sont des structures de connaissance très générales qui nous aident, à partir des co […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 1 197 mots

Dans le chapitre « Un nouveau modèle éditorial »  : […] La très grande ouverture d’Internet, où n’importe qui peut écrire n’importe quoi ou diffuser n’importe quelle image sur n’importe quel thème, s’accompagne de nouvelles exigences pour les lecteurs. Nous venons d’un monde éditorial où des institutions de savoir conféraient à des auteurs ou à des éditeurs une certaine autorité, qui garantissait au lecteur que ce qui était écrit était probablement as […] Lire la suite

APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 2 649 mots
  •  • 1 média

Apprentissage profond, deep learning en anglais, ou encore « rétropropagation de gradient »… ces termes, quasi synonymes, désignent des techniques d’apprentissage machine ( machine learning ), une sous-branche de l’intelligence artificielle qui vise à construire automatiquement des connaissances à partir de grandes quantités d’information. Les succès qu’enregistrent ces techniques leur confère […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 573 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'esthétique, une philosophie de l'art »  : […] Le terme est introduit par le philosophe allemand A. G. Baumgarten (1714-1762), dans ses Meditationes Philosophicae de nonnullis ad poema pertinentibus (1735). Il distingue entre des noeta , des choses pensées, à connaître par une faculté supérieure et relevant de la logique, et des aistheta , des choses senties, objets d'une science ( épistemè ) esthétique ( aisthetika ). Au premier paragraphe d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-22 août 2020 Belgique. Révélation d'une affaire de violence policière.

Le 20, le directeur général de la police administrative André Desenfants, numéro deux de la police fédérale, se déclare choqué par ces images dont il affirme ne pas avoir eu connaissance. Il ordonne une enquête interne et annonce se retirer temporairement de ses fonctions. Le 22, le directeur de la police aéronautique Danny Elst est temporairement écarté de ses fonctions. […] Lire la suite

14-19 juillet 2020 Iran. Réexamen de trois condamnations à mort.

Le 15, les avocats des condamnés sont autorisés à prendre connaissance de leurs dossiers. Le 19, la justice suspend les condamnations et ordonne le réexamen des dossiers des trois hommes. […] Lire la suite

15 avril 2019 France. Révélations sur l'usage d'armes françaises au Yémen.

Le gouvernement affirme agir dans le cadre de « la lutte contre le terrorisme et la préservation de la sécurité au Moyen-Orient » et n’avoir pas « connaissance de victimes civiles » résultant de l’utilisation d’armes françaises au Yémen. […] Lire la suite

14-26 août 2018 Église catholique. Réactions aux accusations de pédophilie.

Le 26, dans une lettre publiée sur le site américain National Catholic Register, l’archevêque émérite Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique à Washington et représentant de l’aile conservatrice de l’Église, demande au pape François de démissionner pour montrer « le bon exemple », l’accusant d’avoir ménagé le cardinal Theodore McCarrick en dépit de la connaissance qu’il avait de son inconduite sexuelle. […] Lire la suite

11 avril 2018 Vatican – Chili. Lettre du pape François aux évêques chiliens.

Ayant pris connaissance, à travers leur rapport, des « vies crucifiées » par les abus de certains ecclésiastiques, qui lui ont causé « douleur et honte », le pape reconnaît « avoir commis de graves erreurs d’appréciation et de perception » et demande « pardon à tous ceux [qu’il a] offensés ». François invite les trente-deux évêques chiliens à se rendre à Rome. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michaël FOESSEL, Yves GINGRAS, Jean LADRIÈRE, « CONNAISSANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/