PROVIDENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on s'en tient à l'histoire des idées, le concept de providence n'est pas d'origine judéo-chrétienne : il est d'origine hellénique, de facture stoïcienne.

En contexte stoïcien, « providence » ne signifie pas vigilance ou bienveillance personnelle d'un dieu sage et bon qui prend soin de chacune de ses créatures ; le terme est synonyme de « nécessité ». En effet, dans l'ancien stoïcisme, il y a identité entre Dieu, l'intelligence ou la volonté de Zeus, la raison universelle, la loi divine, le destin, l'âme du monde, la totalité différenciée et hiérarchisée, la nécessité des choses. Autrement dit, pour les stoïciens, « providence » est un concept rationaliste : l'univers dérive d'une cause unique qui est en même temps liaison de toutes les raisons et de toutes les forces à partir desquelles se développent, selon un ordre rigoureusement logique, les êtres particuliers ; la Providence est cet ordre même, à moins qu'on en préfère dire qu'elle est la finalité immanente à cet ordre. Aucune contingence, aucun hasard, aucun arbitraire n'entre dans pareille manière de concevoir la Providence.

La Bible hébraïque renvoie, au contraire, à une mentalité qui n'a aucun souci d'élaborer rationnellement l'idée de nécessité, ni même celle de causalité. C'est pourquoi elle professe un volontarisme divin très éloigné de ce que songe à admettre un esprit influencé par la philosophie et la science grecques, donc préoccupé de cohérence, de prévision réglée, de maîtrise réfléchie. Le Dieu biblique est souverain, il est libre, il est maître absolu de l'histoire, ou bien les événements sont les faits et les gestes de Dieu, sans qu'il puisse y avoir aucune commune mesure entre ses desseins et les nôtres, ses pensées et la nôtre. Ce dieu t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PROVIDENCE  » est également traité dans :

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « La « Consolation de Philosophie » »  : […] Du fond de sa prison, avant sa mort tragique, Boèce écrit sa Consolation de Philosophie . Dans cette œuvre, où alternent prose et poésie, il fait appel à la tradition de la sagesse antique, stoïcienne et platonicienne, pour assurer la paix de son âme au sein du malheur qui l'accable. Le premier livre décrit la Philosophie apparaissant à Boèce qui, dans sa prison, se lamente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boece/#i_36380

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « Le véritable bien de l'homme »  : […] La providence divine octroie aux êtres vivants des moyens de protection de plus en plus efficaces, au fur et à mesure qu'on gravit l'échelle des êtres. Par le déterminisme astral, Dieu assure à tous les hommes un maximum de biens et leur épargne un maximum de maux. Prémonitions, rêves, prophéties, usage de la liberté sauvent certains individus des effets funestes de la conjoncture : leur imaginat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/#i_36380

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La mutation chrétienne de l'idée de justice »  : […] Les Pères latins ont hérité cette conception de la justice humaine comme essentiellement défectueuse ; mais ils lui ont fait subir une mutation radicale, dans le sens d'un recentrement sur Dieu, avec la conversion de la res publica en une communauté chrétienne. Chez Augustin, la justice est la pierre d'angle de la société civile ; et La Cité de Dieu (XIX […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_36380

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Le problème de l'infini et du fini »  : […] On vient de voir comment, qu'il s'agisse de la théorie de la connaissance ou du système de la Providence, Malebranche, se situant au point de vue de Dieu et récusant tout anthropomorphisme, s'efforce d'expliquer cette jonction de l'infini et du fini dont Descartes ne s'était occupé qu'à propos de la preuve de Dieu par les effets, c'est-à-dire fort peu. Mais la difficulté de l'entreprise est à la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_36380

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PROVIDENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/providence/