PROVIDENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on s'en tient à l'histoire des idées, le concept de providence n'est pas d'origine judéo-chrétienne : il est d'origine hellénique, de facture stoïcienne.

En contexte stoïcien, « providence » ne signifie pas vigilance ou bienveillance personnelle d'un dieu sage et bon qui prend soin de chacune de ses créatures ; le terme est synonyme de « nécessité ». En effet, dans l'ancien stoïcisme, il y a identité entre Dieu, l'intelligence ou la volonté de Zeus, la raison universelle, la loi divine, le destin, l'âme du monde, la totalité différenciée et hiérarchisée, la nécessité des choses. Autrement dit, pour les stoïciens, « providence » est un concept rationaliste : l'univers dérive d'une cause unique qui est en même temps liaison de toutes les raisons et de toutes les forces à partir desquelles se développent, selon un ordre rigoureusement logique, les êtres particuliers ; la Providence est cet ordre même, à moins qu'on en préfère dire qu'elle est la finalité immanente à cet ordre. Aucune contingence, aucun hasard, aucun arbitraire n'entre dans pareille manière de concevoir la Providence.

La Bible hébraïque renvoie, au contraire, à une mentalité qui n'a aucun souci d'élaborer rationnellement l'idée de nécessité, ni même celle de causalité. C'est pourquoi elle professe un volontarisme divin très éloigné de ce que songe à admettre un esprit influencé par la philosophie et la science grecques, donc préoccupé de cohérence, de prévision réglée, de maîtrise réfléchie. Le Dieu biblique est souverain, il est libre, il est maître absolu de l'histoire, ou bien les événements sont les faits et les gestes de Dieu, sans qu'il puisse y avoir aucune commune mesure entre ses desseins et les nôtres, ses pensées et la nôtre. Ce dieu transcendant est aussi présent au monde que le dieu provident, le dieu stoïcien. Mais sa présence est saisie sous le signe de la gratuité, non de la nécessité, à la lumière d'une histoire de salut, non d'une rationalité impersonnelle.

Ce n'est qu'à partir de Philon d'Alexandrie (~ 13-54), du néo-platonisme (iiie-vie s.) et des Pères alexandrins (iiie-ive s.) que certains cercles juifs, païens, chrétiens cherchent à réunir sous le terme de providence, à rassembler pour les concilier, gratuité et nécessité, liberté et loi, puissance et sagesse, transcendance et immanence, causalité créatrice et médiation de salut. Ultérieurement, la difficulté de surmonter l'opposition des contraires a suscité maintes querelles au sein de la théologie chrétienne (en particulier à propos des prédéterminations de la grâce qui devraient entraîner la volonté humaine sans la contraindre, la solliciter ou l'escorter sans la nécessiter).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PROVIDENCE  » est également traité dans :

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « La « Consolation de Philosophie » »  : […] Du fond de sa prison, avant sa mort tragique, Boèce écrit sa Consolation de Philosophie . Dans cette œuvre, où alternent prose et poésie, il fait appel à la tradition de la sagesse antique, stoïcienne et platonicienne, pour assurer la paix de son âme au sein du malheur qui l'accable. Le premier livre décrit la Philosophie apparaissant à Boèce qui, dans sa prison, se lamente sur sa disgrâce. La Ph […] Lire la suite

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « Le véritable bien de l'homme »  : […] La providence divine octroie aux êtres vivants des moyens de protection de plus en plus efficaces, au fur et à mesure qu'on gravit l'échelle des êtres. Par le déterminisme astral, Dieu assure à tous les hommes un maximum de biens et leur épargne un maximum de maux. Prémonitions, rêves, prophéties, usage de la liberté sauvent certains individus des effets funestes de la conjoncture : leur imaginat […] Lire la suite

HISTOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 165 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception du temps »  : […] Héritier du judaïsme, l’Occident chrétien incorpora lentement la nouvelle temporalité, nos théologiens construisant un système binaire opposant l’éternité divine au temps humain, dont La Cité de Dieu de saint Augustin (354-430) est sans doute la meilleure expression. Deux temps, deux histoires, ainsi que le résume Emmanuel Kant (1724-1804) au xviii e  siècle : « L’histoire de la nature commence […] Lire la suite

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La mutation chrétienne de l'idée de justice »  : […] Les Pères latins ont hérité cette conception de la justice humaine comme essentiellement défectueuse ; mais ils lui ont fait subir une mutation radicale, dans le sens d'un recentrement sur Dieu, avec la conversion de la res publica en une communauté chrétienne. Chez Augustin, la justice est la pierre d'angle de la société civile ; et La Cité de Dieu (XIX, 13) reprend la définition cicéronienne de […] Lire la suite

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Le problème de l'infini et du fini »  : […] On vient de voir comment, qu'il s'agisse de la théorie de la connaissance ou du système de la Providence, Malebranche, se situant au point de vue de Dieu et récusant tout anthropomorphisme, s'efforce d'expliquer cette jonction de l'infini et du fini dont Descartes ne s'était occupé qu'à propos de la preuve de Dieu par les effets, c'est-à-dire fort peu. Mais la difficulté de l'entreprise est à la m […] Lire la suite

Les derniers événements

7-8 septembre 2021 Canada. Polémique au sujet d'un autodafé de livres discréditant les peuples autochtones.

Le 7, Radio-Canada révèle que plus de quatre mille sept cents livres discréditant les peuples autochtones ont été retirés en 2019 des bibliothèques des écoles francophones du Conseil scolaire catholique Providence, dans l’Ontario, dans une démarche « de réconciliation avec les Premières Nations ». Certains ont été brûlés lors d’une « cérémonie de purification par la flamme ». […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

 » Il affirme que les services de l’État-providence « ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux » et que « déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie au fond, à d’autres, est une folie. » Il conclut : « Nous devons […] construire plus encore que nous ne le faisons déjà une France, une Europe souveraine […] qui tiennent fermement leur destin en main. […] Lire la suite

9 juillet 2018 France. Discours du président Emmanuel Macron devant le Congrès.

Enjoint par des élus de sa majorité de combler le déficit social de sa politique, le chef de l’État, dont la première année de quinquennat a été axée sur la politique de l’entreprise – qui « n’est pas une politique pour les riches » –, annonce sa volonté de « construire l’État-providence du xxie siècle » fondé sur une solidarité « plus juste, plus universelle ». […] Lire la suite

21-22 avril 2017 Arabie Saoudite. Rétablissement des primes des fonctionnaires.

Le plan Vision 2030 vise à rompre avec une économie d’État-providence reposant sur la manne pétrolière. […] Lire la suite

3 août - 3 septembre 2011 Israël. Poursuite de la contestation sociale

Le 3 septembre, quelque quatre cent mille Israéliens manifestent à Tel-Aviv et dans une quinzaine de villes du pays, afin de relancer le mouvement de contestation sociale qui prône l'instauration d'un « État-providence ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PROVIDENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/providence/